/medias/customer_28/periodiques/FRGNQ_P0155_1978_001/FRGNQ_P0155_1978_001_001_jpg_/0_0.jpg
8 médias

S.n. (juin 1978)

juin 1978  

Ce numéro retrace l'historique des luttes des travailleurs mauriciens de 1975 à 1978. Le texte est complété par des articles extraits de la presse nationale ainsi que par un entretien entre un représentant du MTM et de Paul Bérenger, fondateur du Mouvement militant mauricien (MMM).

Contexte :
Bulletin d'information des travailleurs mauriciens / Mouvement des travailleurs mauriciens (MTM). 1978

D. Différence : journal de l'ASAL / Association interculturelle de Lunéville (ASAL). Lunéville1983

 

Ce titre est le bulletin d'information de l'ASAL et rend compte de ses activités, tout en s'interrogeant sur les changements à apporter dans le fonctionnement de cette structure afin qu'elle réponde au mieux à ses objectifs. Il aborde également des questions plus générales sur la condition des populations immigrées à Lunéville, en Meurthe-et-Moselle et en France. Il donne aussi la parole à d'autres initiatives associativesà vocation sociale.

La voix des travailleurs algériens. / Comité des travailleurs algériens (CTA). 1976

 

Ce périodique a pour objet de rendre compte et de propager les luttes sociales des travailleurs immigrés en France, en particulier algériens, suivant une optique de lutte des classes. Il promeut égalrement les actions du Comité des travailleurs algériens (CTA). Une partie de ce périodique est consacrée aux luttes des travailleurs en Algérie.

Travailleurs immigrés en lutte (collection numérisée de périodiques)

1976-1985  

Ce périodique a eu une périodicité de publication mensuelle durant presque toutes les années de sont édition. Seuls les numéros publiés entre 1984 et 1985 ont eu des dates de publication aléatoire.

Selon la rédaction, ce journal se voulait « un trait d'union entre la réalité que vivent les travailleurs dans l'immigration et celle du pays d'origine ». Le discours apporté et trotskyste, et affiche clairement une démarcation avec les courant maoïstes et staliniens. On y trouve également les élément concernant la « lutte des classes », « la destruction de l'état bourgeois » ou encore le fait que « les travailleurs n'ont pas de patrie ».

Les articles traitent des luttes sociales en France et en Afrique du Nord. Ils donnent ainsi des informations sur les groupes et les partis politiques de cette période.

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_002_004_video_/FRGNQ_V_001_002_002_004_poster.jpg
1 média

Les années 1980

2010  

Les années 1980 marquent l'avènement du "cinéma beur", cinéma des quartiers et la conquête de l'image par la seconde génération. Deux films sont représentatifs de cette période : Le Thé au harem d'Archimède de Mehdi Charef et Bâton rouge de Rachid Bouchareb. Ils sont caractéristiques de la conquête du statut de personnage de fiction par l'immigré allant à l'encontre des stéréotypes établis.

Contexte :
Interventions des historiens > Introduction > Mouloud Mimoun : l'image des Maghrébins au cinéma, un rappel historique
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_008_005_video_/FRGNQ_V_001_002_008_005_poster.jpg
1 média

Les fateurs du changement de l'image du maghrébin au cinéma

2010  

Le changement du mode de distribution des films à partir de 1993 explique l'évolution de l'image des immigrés ou des personnes d'origines immigrée parce que ces derniers deviennent des consommateurs de cinéma. Les enjeux économiques font émerger le modèle du héro "beurmondo" comme Sami Nacéri dans Taxi.

Contexte :
Interventions des historiens > 3ème session Enjeux et perspectives > Julien Gaertner, « Quand la marge immerge le centre : la vitalité artistique et le poids économique des Maghrébins dans le paysage cinématographique français ».
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_023_001_video_/FRGNQ_V_001_002_023_001_poster.jpg
1 média

Les maghrébines de la première génération et leur image dans les courts métrages français

2010  

Leslie Kealfoher s'intéresse aux maghrébines de la première génération et leur image dans les courts métrages français. S'appuyant sur trois courts-métrages : Un dimanche matin à Marseille de Mario Fanfani, L'Exposé de Ismaël Ferroukhi et Zohra à la plage de Catherine Berstein Elle étudie le rôle des objets textuels et alimentaires dans l'articulation de l'expérience des femmes maghrébines.

Contexte :
Interventions des historiens > 2ème session Parcours singuliers et genre > Leslie Kealfoher, « Les Voix des Maghrébines en France dans les courts métrages de production française »

Le patrimoine de l'immigration en France et en Europe : enjeu social et culturel (colloque) (collection audiovisuelle)

2012  

Le colloque européen «Patrimoine de l'immigrationen France et en Europe : enjeu social et culturel» fut organisé par l'association Génériques à la maison de l'Europe à Paris les 11 et 12 décembre 2012. Ce colloque avait pour objectif de développer la connaissance sur le patrimoine de l'immigration et d'interroger et de croiser les pratiques de ceux et celles qui y travaillent au niveau local, national, transnational et européen. Il avait également pour objectif de contribuer à définir l'état des recherches sur les enjeux du patrimoine de l'immigration et sur la place de l'immigration dans les politiques de patrimonialisation en France et en Europe.

Les communications présentées lors de ce colloque ont mis en exergue les enjeux importants autour de la question de la place de l'immigration dans le patrimoine national. En effet, alors que l'immigration est longtemps restée inscrite dans une invisibilité liée à une certaine conception d'une immigration dite « de travail » dans laquelle était occultée la dimension humaine, culturelle, sociale, affective & des immigrés, l'immigration en France a, depuis quelques années, acquis une certaine reconnaissance patrimoniale. L'idée que le patrimoine national comporte aussi des éléments liés aux apports culturels et identitaires de populations venues d'ailleurs paraît aujourd'hui acquise, même s'il faut reconnaître que de nombreuses questions demeurent ouvertes.

Qu'est ce qui se transmet dans l'immigration ? Qu'est-ce qui se transmet de l'immigration ? Comment émerge la conscience de l'existence de ce patrimoine ? De quelle nature sont les lieux de la transmission : familiaux ? Éducatifs ? Est-ce de cette transmission que naît le patrimoine ? Ou alors la patrimonialisation relève aussi de l'action d'autres acteurs, d'autres enjeux autour de la transmission de ces héritages ? Mais alors comment, par qui et surtout, pourquoi et pour qui, puisqu'aussi bien l'histoire de l'immigration ne saurait être écrite pour (et par) les seuls descendants d'immigrés ? Est-ce parce que le patrimoine de l'immigration peut être facteur d'intégration dynamique et de cohésion sociale ? Quelle histoire le patrimoine de l'immigration raconte-t-il ? Ou à l'inverse, quelle histoire se raconte (et se légitime) à travers lui ? De quelle manière, pour qui et pourquoi ? Quel rapport la mémoire, qui, depuis les années 1980, a investi le champ historique et l'espace public, a-t-elle avec le patrimoine, et quel rapport celui-ci entretient-il avec la mémoire et l'histoire ?

Toutes ces questions et les enjeux qu'elles révèlent étaient au cœur des discussions de ce colloque qui a rassemblé près de 30 spécialistes du patrimoine et de l'immigration: acteurs associatifs et culturels, pouvoirs publics, institutions patrimoniales, universitaires... provenant de pays divers (France, Belgique, Luxembourg, Grande-Bretagne, Suisse, Maroc, Algérie et Etats-Unis).

L'ensemble des présentations ainsi que des extraits des tables rondes et échanges avec le public qui suivaient les présentations sont mis en ligne dans cet inventaire.

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_024_001_video_/FRGNQ_V_001_002_024_001_poster.jpg
1 média

Introduction : chronologie de la production cinématographique en Algérie de 1905 à 1925

2010  

En introduction, Ouahmi Ould-Braham dresse une chronologie du cinéma en Algérie de 1905 à 1925 en mentionnant les premiers réalisateurs "natifs" Félix Mesguich et Samama Chikly. Puis il introduit son sujet en présentant Tahar Benelhannache (ou Tahar Hanache pour le cinéma), un homme qui a traversé des décennies de cinéma de 1925 à 1963 en y exerçant de multiples métiers.

Contexte :
Interventions des historiens > 2ème session Parcours singuliers et genre > Ouahmi Ould-Braham, « Un itinéraire singulier d'un cinéaste algérien en France à l'époque coloniale ».