Toutes les ressources Ligue communiste révolutionnaire (LCR) (Montreuil, Seine-Saint-Denis, France) 34 résultats (18ms)

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_439_jpg_/0_0.jpg
1 média

Non à toute réforme restrictive du code de la nationalité / Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR), Ligue communiste révolutionnaire (LCR), Jeunesses communistes révolutionnaires-Révolution égalité démocratie (JCR-RED).

439  

Faut pas décoder. Non à toute réforme restrictive du code de la nationalité. Blacks, blancs, beurs... nous sommes les mêmes ! L'insécurité, c'est le chômage et la précarité

Contexte :
Campagnes militantes et citoyennes > 1990-1999 > Non datées [ca 1990-1999]

Journaux AMDH Attadamoun (mars 2001), de Marocains des Pays-Bas, du collectif Des papiers pour tous, LCR, Pote à Pote, Fédération anarchiste, SSAE, JRE = Jeunes contre le racisme en Europe, coupure de presse sur la situation des immigrés, dont Le Monde (août 2002) ; Le Matin (oct. 2002) ; Le citoyen (oct. Nov. 1989). Affiches d'exposition et de festival.

A54/2 , 1983-2002  
Contexte :
Activités de l'AMF > Publications de L'AMF > En général

AMF. - Immigration et étrangers, documentation : série documentaire du département Information / Communication de l'AMF sur l'Europe (1991) ; exposé manuscrit sur le thème de l'immigration, étude socio-historique (immigration, mouvement associatif issu de l'immigration, politique française de l'immigration, emploi, réussir l'intégration, immigration et création d'entreprises, immigration et syndicats, etc.), étude juridique (droit et statut juridique des étrangers, accord franco-algérien, accord franco-tunisien), synthèse de débat, séminaire et colloque, projet de plate-forme, articles de revue, articles de presse, documentation de provenance diverse sur l'immigration, brochure (LCR, CIEMM, ATTF, INSEE, CNRS, Hommes et migrations, Migrations Études, IRFED, etc.) (1988-2002).

A69 , 1988-2002  
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4948_jpg_/0_0.jpg
1 média

Halte au racisme / Résidents Sonacotra Grésillons et Chandon ; Association des foyer de la région parisienne (AFRP) ; AAE ; Association des travailleurs maghrébins de France, Gennevilliers (ATMF) ; Ligue des droits de l'Homme (LDH) ; MRAP ; AGV ; SOS Gennevilliers ; Gennevilliers pour tous ; Ligue communiste révolutionnaire (LCR) ; Mouvement Jeunes communistes de France (MJCF) ; Mouvement communiste révolutionnaire (MCR) ; Parti communiste français (PCF) ; Parti socialiste (PS) ; Confédération française démocratique du travail (CFDT) ; Syndicat national des instituteurs (SNI), Gennevilliers ; Syndicat national de l'enseignement supérieur (SNES) ; Confédération générale du travail (CGT). 1989

4948 , 1989  

Halte au racisme, à la violence. Gennevilliers, nous pouvons vivre ensemble : Résidents sonacotra Gresillons et Chandon, AFRP P.V. Couturier, AAE, ATMF Gennevilliers, LDH, MRAP-AGV, SOS Gennevilliers, Gennevilliers pour tous, LCR, MJCF, MCR, PCF, PS, CFDT Chausson, SNI Gennevilliers, SNES Pasteur, UL CGT. A Gennevilliers, un conseil municipal doit se tenir le 23 juin 1989. Après son agression contre le jeune Mounnime, Vandorpe, conseiller municipal élu du Front national, a été libéré rapidement. Manifestation vendredi 23 juin 1989.

Contexte :
Immigration > Rassemblements et manifestations > 1980-1989
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4948_jpg_/0_0.jpg
1 média

Halte au racisme, à la violence / Résidents Sonacotra Grésillons et Chandon ; AFRP PV Couturier ; AAE ; ATMF Gennevilliers ; LDH ; MRAP AGV ; SOS Gennevilliers ; Gennevilliers pour tous ; LCR ; MJCF ; MCR ; PCF ; PS ; CFDT Chausson ; SNI Gennevilliers ; SNES Pasteur ; UL CGT. 1989

4948 , 1989  

Halte au racisme, à la violence. Manifestation vendredi 23 juin 1989. 18h30, métro Gennevilliers-Gabriel Péri

Contexte :
Immigration > Rassemblements et manifestations > 1980-1989
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_2028_jpg_/0_0.jpg
1 média

Abrogation des lois Pasqua-Debré. Non au projet Chevènement-Guigou / Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Fédération anarchiste (FA). novembre 1997

2028 , novembre 1997  

Abrogation des lois Pasqua-Debré. Non au projet Chevènement-Guigou. Meeting débat unitaire. Mardi 18 novembre, 20h, salle de l'Indépendance, 48, rue Duhesmes, 75018 Paris.

Le ""livre vert"" du programme socialiste distribué avant les élections prévoyait l'abrogation des lois Pasqua-Debré. En fait, aujourd'hui, non seulement ces lois ne sont pas abrogées, mais les projets de lois Chevènement-Guigou qui vont être mis en discussion par les députés ne constituent pas un changement radical.

- Entrée des immigrés : la politique de visas mise en place par Pasqua en 1986 est maintenue.

- Regroupement familial : les étrangers doivent remplir les mêmes conditions de ressources, de solvabilité, de logement que du temps de Pasqua.

- Double peine : elle n'est pas remise en cause. La double peine permet d'expulser de France des personnes qui y ont tout leur passé etc...

Ni dans la lettre, ni dans l'esprit les lois Pasqua-Debré ne sont abrogées. La logique de défiance à l'égard des étrangers est maintenue.

Pour une vraie loi de régularisation.

Le 24 juin, le ministre de l'interieur du nouveau gouvernement de gauche a rendu publique une circulaire devant permettre la régularisation de centaines de sans-papiers. Cette annonce a suscité de grands espoirs. Quel est le constat après trois mois d'application de la circulaire?

- Les sans-papiers sont livrés aux caprices de l'administration et de l'arbitraire, ils sont confrontés à de grandes différences de traitement d'une préfecture à l'autre : documents demandés dans certaines et pas dans d'autres, dépôts groupés acceptés pour certains collectifs et pas pour d'autres...

- Les sans papiers doivent fournir une multitude de documents officiels et administratifs (bulletins de paie, quittances de loyers, déclarations d'impôts, cartes d'assuré social...) que des personnes en situation irrégulière n'ont pas toujours.

- Les expulsions continuent : un nombre croissant d'étrangers sont interpellés et placés en rétention alors que leur dossier est en cours d'étude. Certains ont même été arrêtés à la préfecture alors qu'ils ont été convoqués pour leur régularisation. Les expulsions doivent cesser et les explusés doivent pouvoir revenir.

- Les titres de séjour accordés aux ""régularisés"", récépissés de trois ou six mois, carte temporaire d'un an, maintiennent les étrangers dans la précarité : comment peut-on prétendre intégrer quelqu'un en ne lui remettant qu'un titre provisoire de séjour dont le renouvellement n'est pas garanti?

- L'inquiétude grandit pour ceux qui ne seront pas régularisés : que doivent-ils devenir?

ATMF - Fédération anarchiste - Gauche Révolutionnaire - JRE - LCR - LDH - MRAP - Ras l'Front - Sud éducation - Les Verts.

Contexte :
Affiches produites par l'ATMF > Activités citoyennes > Droits civiques