Fonds documentaire de l'association Relais 591968-2000 (fonds ouvert)

début 1970-2000  

La description qui est faite, ci-après, du fonds ne concerne, en réalité, qu'une partie documentaire du fonds relative à la formation. Il s'agit, en effet, de l'ensemble du matériel pédagogique ayant servi aux différents cours et formations dispensés par l'association depuis ses débuts ; ce qui en reste tout au moins.

Il est à noter qu'une partie de cette documentation provient d'ailleurs de l'association Solidarité Français Migrants. A la fin des années 1980, en effet, le Centre Social Le Relais 59 avait ouvert, avec cette association ainsi qu'avec Accueil et promotion, une permanence juridico-sociale hebdomadaire pour accueillir et aider toute personne en situation de régularisation ou qui venait d'émigrer en France. En décembre 1992, les bénévoles de ces trois associations ont déposé les statuts d'une nouvelle association, Femmes de la terre, entièrement destinée à une nouvelle permanence « femmes ». Au départ, ce sont le Centre Social Relais 59 et les deux autres associations (Accueil et Promotion et Solidarité Français Migrants) qui ont porté le « bébé » en apportant financement et local

LE COQ (Camille). Femmes de la Terre, association loi 1901, une petite structure active et efficace. Dossier de recherche en Master 1 de Science politique à l'Université Paris I Panthéon Sorbonne, sous la direction de Jérôme Valluy (2005-2006).

.

Cette documentation qui s'avère obsolète pour les activités de formation actuelles requiert sans doute un intérêt secondaire, historique. C'est pourquoi nous avons entrepris d'en dresser l'inventaire.

Ce petit fonds documentaire contient donc essentiellement des anciennes méthodes pédagogiques d'alphabétisation ou d'apprentissage de la langue française, aussi bien pour l'oral que l'écrit.

Au niveau des supports, le fonds comprend des brochures d'information et de communication, des dossiers pédagogiques concernant le champ médico-social (livret animateur, livret stagiaire, planches illustrées, fiches, ...), des ouvrages ainsi que des dossiers documentaires constitués sur des thèmes en particulier (articles de presse, collages-montages, textes...), des cassettes audio et video.

Comité national pour les musulmans français (CNMF) (fonds d'archives)

1930-2009  

Le fonds porte essentiellement sur le travail quotidien et administratif du CNMF, et peu sur les prises de décisions dont on perçoit surtout les conséquences pratiques. Logiquement, c'est la période suivant l'indépendance de l'Algérie jusqu'à ce qui semble être une départementalisation de l'encadrement étatique des Harkis qui est la mieux représentée ici. Par exemple, on n'y trouve pas de trace d'Alexandre PARODI.

Entre guillemets figurent les titres portés sur les cartons ou chemises par le CNMF lors de ses déménagements successifs. Certains cartons et chemises n'ayant pas été ouverts depuis, d'autres ayant été réutilisés plusieurs fois depuis, nous n'avons laissé que les mentions nous paraissant encore pertinentes.

Association Tamazgha (fonds d'archives)

[1990]-2008  

Au sein de Tamazgha, quelques tentatives de classement et d'inventaire (vers 1997-1998) des archives se sont succédées mais sont restées vaines ou isolées. Le répertoire méthodique présenté, ici, est le résultat d'un classement intellectuel des articles élaboré à partir du récolement effectué dans les locaux de Tamazgha. Il présente, selon un plan de classement théorique, une description sommaire des articles avec pour dates extrêmes des valeurs indicatives. Enfin, même si, depuis sa création, l'association a pu conserver l'ensemble de ses archives a priori sans perte, sans élimination sauvage, sans accident de type incendie ou inondation, il faut signaler que la description du fonds s'avère pour le moins lacunaire étant donné qu'une partie des archives n'a pu être récolée. L'instrument de recherche reste donc à compléter.

Les archives décrites, ici, peuvent se décomposer en trois grands ensembles. Une première partie regroupe l'ensemble des documents ayant trait à l'organisation de l'association dans sa structure, son administration et son fonctionnement. Les documents issus de l'administration sont d'ailleurs sous-représentés ; ils doivent être en majorité conservés chez les membres : comptes rendus d'AG - une par an, élective tous les 2 ans - notes manuscrites ou comptes-rendus informels des réunions du CA et du bureau et, plus récemment, les enregistrements audio des réunions.

Une seconde partie comprend les documents intéressant plus particulièrement les activités associatives, de Tamazgha soit qu'elle organise, seule ou en partenariat, soit auxquelles elle participe. En outre, les niveaux d'intervention peuvent être d'ordre local, national ou international. Certaines actions de soutien peuvent ne pas être représentées par les archives, par exemple : l'envoi de masques, chaque année, pour encourager et développer la tenue d'un carnaval... Il est à noter que Tamazgha conserve, en partie, les archives du Congrès Mondial Amazighe

Site Internet du CMA : http://www.congres-mondial-amazigh.org/

. Cette particularité s'explique par le fait qu'elle est à l'origine de la création de cet organisme.

Le Congrès Mondial Amazigh (CMA) est une organisation internationale non gouvernementale (ONG) regroupant des associations socioculturelles et de développement amazighes aussi bien de Tamazgha (Afrique du Nord) que de la diaspora.

Le CMA a pour mission de porter la revendication amazighe au niveau international en informant et en sensibilisant l'opinion publique internationale, les peuples, les États démocratiques et les ONG œuvrant dans le domaine des droits de l'homme, et en interpellant les organisations internationales officielles telles que l'ONU, l'Union Européenne, le Conseil de l'Europe et l'Union Africaine.

Le CMA s'est également donné le rôle de coordonner et soutenir les actions et projets des organisations de la société civile et des militants œuvrant sur le terrain, dans le domaine de la défense et la promotion des droits des citoyens amazighs.

Le Congrès Mondial Amazigh est né de la volonté des Imazighen (Berbères) de se doter d'une structure de coordination et de représentation à l'échelle internationale, indépendante des États et des partis politiques.

Cette idée a été concrétisée au début du mois de septembre 1995 à St-Rome de Dolan (France) lors d'un pré-congrès qui a réuni une centaine de délégués d'associations amazighes, venus des pays de Tamazgha (Afrique du Nord), d'Europe et d'Amérique. Cette rencontre historique a donné naissance à une organisation internationale appelée Congrès Mondial Amazigh (CMA) dont le siège se trouve à Paris (France).

En 1999, deux groupes se disputent au sein du CMA. La Justice intervient pour reconnaître l'une des parties apte à représenter le CMA. La scission entérinée, Tamazgha, à l'origine du CMA, s'en retire définitivement.

Par ailleurs, et en complément du reste, Tamazgha s'implique aussi dans les activités de publication : une revue publiée (env. 30-36 pages), un bulletin d'information : 4 titres se sont succédés (mais n'ont jamais co-existé) à des rythmes irréguliers, selon l'actualité et surtout la disponibilité des bénévoles, des communiqués et, enfin, des rapports : un certain nombre de rapports sont rédigés dans le cadre de la participation de Tamazgha aux comités de l'ONU sur les Droits économiques et socio-culturels et l'élimination des discriminations racistes. Il s'agit de contre-rapports à ceux des États ; par exemple, le rapport sur la question berbère en Algérie (CMA).

En dernier lieu, il faut signaler la proportion importante de documentation comprise dans le fonds. Elle résulte, notamment, des échanges et relations entretenus avec les autres mouvements ou organismes. Outre la documentation «classique» reçue (communiqué, tract, revue, plaquette, publicité, ouvrage....), il est à noter la présence d'une collection quasi-complète de la revue de l'Académie berbère, association culturelle créée en 1966 autour de la personne de Mohand-Aârav Bessaoud, par de jeunes berbères des Kabyles pour la plupart, des intellectuels, des artistes et des journalistes, tous soucieux de remettre le tifinagh en usage. Rebaptisée Agraw Imaziyen («Assemblée berbère») en 1967, elle est finalement dissoute en 1978. L'Académie berbère proposa un alphabet standard sur la base des tifinagh diffusés au Maroc et en Algérie chez les Kabyles, les Touaregs et les Rifains dans le but de faire revivre une écriture vieille de plusieurs millénaires, et de transcrire l'ensemble des dialectes berbères. Périodiquement, et souvent en tifinagh, elle publiait la revue Imazighen.

Pour clore cette brève présentation du fonds, il faut encore mentionner la présence de nombreux supports particuliers, à savoir les documents audiovisuels (cassettes audio et vidéo, fichiers numériques, mp3, etc.), les fichiers informatiques, les produits de communication du type autocollants et affiches, les tissus et banderoles, etc. A titre d'exemple, on peut mentionner ici les caractéristiques du drapeau berbère. Emblème des Berbères, le premier drapeau est présenté dans les années 1970 par l'Académie berbère, déjà présentée ci-dessus. En 1998, Tamazgha et le CMA officialisent le drapeau à Tafira dans les Iles Canaries, autrefois peuplées par un ancien peuple berbère, les Guanches.

Le drapeau est composé de trois bandes horizontales (bleu, vert, jaune) de même largeur et de la lettre Z (aza en tifinagh) en rouge. Chaque couleur renvoie à un élément du Tamazgha, territoire correspondant à l'Afrique du Nord où vivent les Berbères : le bleu représente la mer Méditerranée et l'océan Atlantique ; le vert représente la nature et les montagnes verdoyantes, le jaune représente le sable du désert du Sahara. La lettre Z de l'alphabet tifinagh (le aza ou yaz) représente l'«homme libre» (amazigh en berbère et imazighen au pluriel) nom que se donnent les Berbères. Il est en rouge, couleur de la vie mais aussi couleur de la résistance. Le drapeau berbère symbolise donc le peuple amazigh vivant en harmonie avec sa terre, le Tamazgha.

Association des Marocains en France (AMF) (fonds d'archives)

1950-2009]  

Les archives de l'Association des Marocains de France, première association maghrébine à Paris, reflètent la vie de l'association depuis ses origines tant du point de vue de son organisation que de son fonctionnement.

Le fonds comprend, dans une première partie, les archives produites par les trois organes qui composent la direction de l'AMF : le congrès, la commission administrative et le bureau directeur (1955-2004), sachant que les archives conservées pour la période 1960-1975 sont, généralement, assez rares.

Dans une seconde partie, le fonds se compose des archives relatives aux activités de l'AMF. Celles-ci témoignent de l'évolution de l'association et de sa maturité conquise progressivement en s'identifiant à la scène politique et sociale française ; les revendications des populations issues de l'immigration s'orientant notamment sur l'intégration, l'égalité, le logement, la solidarité avec le peuple marocain, la culture et l'éducation. Ainsi, l'AMF initie de nombreuses actions socio-culturelles, associe logement et intégration, débat sur le thème de l'interculturel et sur le rôle de l'école, instrument de développement social et humain, et de l'éducation, facteur d'intégration et d'insertion sociale. Des séminaires pédagogiques et de formation sont organisés pour valoriser les acquis. Enfin, l'AMF assure une permanence d'aide administrative et juridique.

Une autre partie du fonds est consacrée aux relations qu'entretient l'association avec ses sections mais aussi avec d'autres organismes. L'AMF essaie, en effet, d'organiser et de maintenir des relations durables avec les associations d'immigrés et de solidarité, les syndicats et les associations issues des pays du tiers-monde. Des relations existent également avec les syndicats marocains depuis le pays d'origine, essentiellement fondées sur la défense des droits de l'homme au Maroc.

Images et représentations du Maghrébin dans le cinéma en France (colloque) (collection audiovisuelle)

2010  

Dans le cadre du 3e festival du Maghreb des Films, des journées d'étude internationales étaient organisées par Génériques et l'association le Maghreb des films. Elles se sont tenues à la Mairie du 2e arrondissement de Paris les 15 et 16 novembre 2010 et étaient consacrées à l'image du Maghrébin dans les fictions projetées en France sur grand écran et à la télévision des années 1930 à nos jours.

Ce colloque était coordonné par Naïma Yahi, docteur en histoire et chargée de recherche à Génériques, entourée du comité scientifique suivant : Driss El Yazami, délégué général de Génériques, Yvan Gastaut, maître de conférences à Nice Sophia Antipolis, Bernard Gentil, chargé de programmation du Maghreb des films, Julien Gaertner, post doctorant à l'Université de Montréal, Mouloud Mimoun, journaliste et réalisateur, président du Maghreb des films, Gérard Vaugeois, producteur et exploitant du cinéma Les trois Luxembourg. Il s'organisait autour de trois sessions ayant chacune une thématique spécifique et s'achevait sur une table ronde en présence d'acteurs et de réalisateurs pionniers du cinéma maghrébin portant sur leur expérience et leur filmographie. Dans le cadre de ce colloque, ont également été réalisés des entretiens individuels d'historiens ou d'acteurs maghrébins du cinéma menés par Naïma Yahi. Sont ici mises en ligne les vidéos des interventions du colloque, des tables rondes et des entretiens.

Pour résumer les intentions de ce colloque, il est possible de citer la profession de foi rédigée par Naïma Yahi : Génériques et le Maghreb des films consacrent un temps d'analyse et de réflexion à cette question en mettant en présence pour la première fois des chercheurs, mais aussi des professionnels du cinéma.

Plusieurs études d'envergure ont voulu mesurer l'impact de l'image des minorités au cinéma, miroir moderne de nos représentations. En la matière, les travaux d'Alec G. Hargreaves, de Carrie Tarr, de Julien Gaertner ou d'Yvan Gastaut ont posé les bases d'une analyse en profondeur de la place réservée à la figure du Maghrébin dans le cinéma français. Tantôt délinquant, tantôt héros des cités, et, plus proche de nous, représentant des forces de l'ordre, le personnage du Maghrébin est encore l'enjeu aujourd'hui de nombreuses interprétations.

Si la recherche a mis en exergue l'apparition du personnage maghrébin dans la fiction au XXe siècle, elle doit aussi mesurer l'influence des réalisateurs et des professionnels du cinéma d'origine maghrébine dans le cinéma militant et la création cinématographique française d'aujourd'hui. De nouveaux axes d'analyses ouvrent un champ des possibles pour appréhender la force des représentations véhiculées à la fois « sur » et « par » les Maghrébins, à l'heure où leur présence à l'écran se normalise pour laisser place à la question du message des fictions.

Lors de ces deux journées d'études, nous pourrons appréhender la genèse de l'apparition de la figure du Maghrébin sur le grand écran dans un contexte colonial (années 30), puis de sédentarisation de l'immigration maghrébine en France jusqu'aux années 70. Les intervenants reviendront sur les circonstances qui président à l'arrivée d'une génération de réalisateurs et d'acteurs d'origine maghrébine au tournant des années 1980 communément dénommé cinéma Beur pour laisser place dès les années 1990 à une territorialisation du genre à travers ce qu'on nomme le cinéma des banlieues.

Emission Femmes libres (radio libertaire) (fonds d'archives)

1988-1999  

Les bénévoles qui réalisent l'émission se sont préoccupées de l'archiver à partir de 1988, en l'enregistrant sur cassettes audio. Après dépôt du fonds au CAF, les enregistrements ont été numérisés à partir des cassettes, pour la tranche 1988-1999.

Comité de liaison pour l'alphabétisation et la promotion Île-de-France (CLAP IDF) (fonds d'archives)

1968-2002  

Le fonds présente la vie du CLAP IDF comme délégation régionale au sein du CLAP national puis comme structure associative autonome jusqu'à sa disparition ce qui explique les dates extrêmes antérieures à sa création et allant jusqu'en 2002.

Le comité régional et la délégation régionale du CLAP IDF constituent les structures souples les plus proches du terrain. Sont donc traitées à ce niveau des questions aussi diverses que le lancement d'une activité, les supports pédagogiques, le soutien et le suivi pédagogique, les recrutements, les finances et les subventions, les relations avec les pouvoirs publics, les difficultés de fonctionnement associatif, etc.

Le fonds d'archives montre le fonctionnement du CLAP IDF, parallèlement à celui du CLAP national, au travers de son Conseil d'administration composé essentiellement de représentants d'associations membres

Le CLAP IDF, en 2002, regroupait une cinquantaine d'associations.

; il permet aussi de comprendre les relations entretenues au sein du réseau CLAP ainsi que les relations avec les différents partenaires associatifs, institutionnels et financiers (on trouvera par exemple les organismes suivants : Conseil régional IDF, conseils généraux d'IDF, FASILD, CREPS, Collectif national interassociatif pour l'insertion sociale et professionnelle, Fédération des centres sociaux, CLP, Cité des sciences et de l'industrie de la Villette, Association de lutte contre l'illettrisme (ALCI 77), Conseil en pratiques et analyses sociales (COPAS), Groupe départemental de lutte contre l'illettrisme (GDLI), ASSFAM, Office municipal de Paris).

Le fonds comprend donc les documents concernant l'administration et le fonctionnement du CLAP national, des délégations et comité régionaux, du CLAP transnational et du CLAP IDF : statuts, règlement intérieur, liste des associations membres, convocation et compte rendu des réunions des différentes instances (comité régional, assemblée générale, conseil d'administration, bureau, équipe, comité d'entreprise), rapport moral, rapport et bilan d'activités, rapport de fonctionnement, audit, bilan financier, budget, comptabilité, demande de subvention et relations avec les bailleurs, documents relatifs à la gestion du personnel, annuaire des compétences, documents de gestion des locaux, documents pour la gestion des abonnements et du centre de ressources, archives relatives à la programmation et à la gestion des formations (appels d'offre, projet d'activité), correspondance.

Sont également bien représentées dans le fonds, les actions du CLAP IDF et de son équipe pluridisciplinaire composée de formateurs professionnels, de chargés d'études et de projets, d'une documentaliste et d'intervenants chargés de bilans linguistiques sur les plates-formes linguistiques de l'Office des migrations internationales. Les chargés d'études assurent les formations, les permanences-conseils et le travail pédagogique. Ainsi, le fonds comprend majoritairement les documents ayant attrait aux formations de formateurs et d'acteurs socio-professionnels, à l'animation de réseaux au niveau régional, à l'expertise et au diagnostic-conseil (organisation, déroulement, suivi et bilan).

Du point de vue des formations, outre le programme national du FAS de formation des acteurs de la formation et de l'insertion socio-professionnelle, on retrouve plus précisément :

la formation de base qui est la première formation proposée à tous les formateurs bénévoles désirant avoir une activité d'alphabétisation avec des migrants. Cette formation initiale aborde l'apprentissage du français oral et écrit et l'initiation aux mathématiques et ce, dans un contexte plus global de réflexion sur les problèmes de l'immigration, en lien avec les autres activités des associations. Faisant suite à la formation de base, un suivi pédagogique personnalisable est possible au niveau régional (par ex. : bénévolat, vie quotidienne : maths et raisonnement, évaluation, utilisation du référentiel de formation linguistique de base, passage à l'euro) ;d'autre part, des sessions spécialisées sont organisées sous forme de « stage de formation sur catalogue » afin de répondre aux besoins d'approfondissement des formateurs et en fonction de la demande de chaque région. Ces formations très diverses peuvent être liées à l'apprentissage linguistique et mathématique (langages oral et écrit, mathématiques, les outils audiovisuels dans les cours d'alphabétisation), à l'animation (animation et organisation d'un cours, alphabétisation et vie de quartier, à la connaissance du milieu (connaissance de vie des travailleurs immigrés). Elles peuvent aussi se spécialiser sur des thèmes tels que la formation des femmes immigrées, le soutien et le rattrapage scolaire ou l'éveil culturel. En dehors des formations régulièrement programmées, des formations plus spécifiques peuvent avoir lieu pour répondre à une demande plus précise et ponctuelle et qui permet d'approfondir des points particuliers d'apprentissage posant problème aux formateurs.enfin, d'autres formations sont proposées : formations à la vie associative, formations aux langues et cultures d'origine (organisées en fonction de différents publics) et des formations à l'animation (BAFA, BEATEP).

L'ancrage régional du CLAP IDF s'identifie également par ses activités de coordination et d'animation de réseau : rencontre de coordination des associations et organismes intervenant sur le terrain, "coordination familles rejoignantes", animation des sites, mise en place d'un pôle linguistique et d'une plate-forme d'accueil des primo-arrivants, atelier de formation de base, etc.

Du point de vue de la réflexion et de la production d'outils pédagogiques (par ex. : guide méthodologique Se repérer), des groupes se sont constitués pour travailler sur des projets communs. Plusieurs actions de formation donnent lieu à une recherche plus approfondie ce qui prend la forme d'une « recherche-action », un groupe plus large que les intervenants habituels se chargeant de la préparation puis de l'analyse et de la théorisation. Le fonds comprend des documents relatifs aux recherche-actions pour la mise en place d'un réseau Alpha à Sarcelles ou pour la mise en place d'une validation des acquis linguistiques (Yvelines), aux actions expérimentales, à la réflexion sur la formation et le développement d'une charte de qualité. Des rapports (enquête, étude) concernent les thèmes suivants : illettrisme, femmes immigrées, vie associative et développement local, pratiques culturelles dans les rapports intercommunautaires de quartier, politique institutionnelle en matière de formation des migrants, enseignement des langues.

En dehors des activités régulières de formation et de recherche, des manifestations plus ou moins scientifiques sont aussi organisées : concours régional d'écriture, journée de l'écriture, colloque, journées d'études, d'information et de sensibilisation, journée régionale.

Par ailleurs, le fonds comprend une collection conséquente des publications du CLAP ainsi qu'une importante richesse documentaire en terme de documentation générale, théorique et pédagogique :

le bulletin national « Alphabétisation & promotion » est prioritairement destiné aux moniteurs et responsables d'associations. Il est le moyen que se donne le CLAP pour faire le lien et favoriser la communication entre ses différents adhérents. Plus ponctuellement, le bulletin « CLAP-Info » est publié chaque fois qu'un sujet d'intérêt collectif et urgent se présente ;le bulletin régional « Alpha et promotion » pour la région Alsace-Lorraine est, depuis la première rencontre régionale des associations du CLAP en juin 1975, le moyen de donner régulièrement des éléments de réflexion sur la situation de l'immigration en région en permettant aux associations de s'informer mutuellement de leurs réalisations et de leurs problèmes et en regroupant les informations diverses de la délégation à destination des groupes et des associations. L'existence de ce bulletin et son lien avec le bulletin national sont officiellement reconnus lors de l'assemblée générale de 1976. Pour l'Ile-de-France, le bulletin de liaison « Infos Contacts » puis « La lettre du CLAP IDF » témoignent de la volonté de concrétiser la réalité régionale. Ce périodique a donc pour objectifs de développer les liens que le CLAP entretient avec les associations de son réseau et avec différents partenaires en diffusant des informations relatives à leurs champs d'interventions.

Les footballeurs maghrébins de France au XXe siècle : itinéraires professionnels, identités complexes (colloque) (collection audiovisuelle)

2007  

Le colloque « Les footballeurs maghrébins de France au XXe siècle : Itinéraires professionnels, identités complexes » se tient à Marseille les 9 et 10 novembre 2007. Il est organisé par les associations Génériques et We are football association. Il bénéficie aussi du soutien du Conseil général des Bouches-du-Rhône, du Conseil régional Provence-Alpes-Côtes d'Azur, de l'Acsé PACA, de l'OM Attitude et de Cityvox.

Ce colloque réunit des historiens, doctorants et des joueurs suivant ayant évolué dans des clubs du championnat de France et dans leurs équipes nationales respectives (Maroc, Tunisie, Algérie) : Hassan Akesbi, Toaoufik Beilghit, Mustapha Dahleb, Kader Ferhaoui, Nordine Kourichi, Rachid Mekhloufi, Chérif Oudjani et Ammar Rouaï.

Les intervenants reviennent sur des moments clés de l'histoire du football et de ses protagonistes dans le cadre de l'histoire coloniale et postcoloniale. Ce sujet est notamment développé sous le prisme de la question identitaire : cette « notion d'identité sportive s'est toujours posée avec acuité car le football professionnel se développe dans un contexte colonial. » (1). Il s'agit d'une « approche novatrice [permettant] d'aborder l'interaction entre les divers acteurs en mettant en avant la diversité des joueurs maghrébins ou d'origine maghrébine et leurs itinéraires en France. » (2). Nous présentons et mettons en ligne ici une sélection des interventions des historiens.

A l'occasion de ce colloque ont également été réalisées des interviews audiovisuelles indivuelles des footballeurs sollicités, chaque joueur étant interrogé sur son passé par un historien suivant une méthodologie scientifique. Une partie de ces témoignages sont ici mis en ligne (d'autres sont à venir) ; ils présentent à la fois des destins individuels mais aussi des expériences partagées. Un éclairage particulier est ainsi apporté sur l'histoire de l'équipe de football du FLN.

(1) YAHI Naïma. La spécificité maghrébine du football français. Migrance : Les footballeurs maghrébins en FRance au XXe siècle : itinéraire professionnels, identités complexes. n°29. 2008. p.7.

(2) BOUZIRI Saïd. Editorial. ibid. p.5.

Sayad, Abdelmalek (fonds d'archives)

début 1980-2009]  

Après un premier important travail de tri, les archives sont réparties dans 329 boîtes d'archives, 3 mallettes, 7 boîtes à fiches et une quinzaine de cartons de vrac.

Ce fonds est constitué des notes, des retranscriptions d'entretien et des travaux de recherche, des écrits, des cours, des enquêtes sociologiques et dossiers thématiques élaborés par Abdelmalek Sayad, tout au long de sa carrière de sociologue de l'immigration et d'enseignant. Il se compose également de correspondance échangée avec des chercheurs, des étudiants, des universités, des groupes et centres de recherche, en France comme à l'étranger (en particulier l'Algérie, la Suisse et le Brésil). Dans la plupart des dossiers figurent des travaux universitaires (mémoires, thèses) et des études commanditées par les pouvoirs publics ou par des centres de recherche et des réponses à des appels d'offre. Cette documentation doit être considérée comme partie intégrante du fonds, dans la mesure où la plupart est annotée ou s'inscrit dans des dossiers plus larges.

Les archives contenues dans ce fonds témoignent aussi de l'engagement d'A. Sayad dans la vie associative, notamment auprès d'ABRIDA (Association berbère de recherche, d'information, de documentation et d'animation) ou auprès d'Inter-migrants pour qui il a animé une émission à la Maison de la Radio.

Quatre-vingt-quinze pour cent du fonds sont composés d'archives papier, le reste étant constitué de documents iconographiques ou sonores.

Les documents les plus anciens datent des années 1960, époque à laquelle A. Sayad suivait les cours à l'université d'Alger, où il fait la connaissance de Pierre Bourdieu. A cet égard, il faut souligner que nombre de documents concernent la collaboration entre ces deux sociologues. Le fonds comporte quelques documents antérieurs aux années 1960, collectés par A. Sayad au cours de ses recherches : registres de logeurs et d'hôteliers de la ville de Puteaux (années 1940), reproductions d'ouvrages rares. Enfin, les documents les plus récents, postérieurs à la mort d'A. Sayad, ont été réunis par Rebecca Sayad, à l'occasion d'hommages et de rééditions.

Les thèmes centraux de ce fonds reflètent, bien évidemment, les sujets qu'A. Sayad a développés dans ses publications, les premiers ayant servis à l'élaboration des seconds. Citons pour mémoire : population algérienne, conditions sociales en Algérie, émigration algérienne, logement (bidonvilles, foyers, …), racisme, nationalité, exil, enseignement, altérité, etc.

Fin des résultats