Apostrophes

1982-1989  

Magazine hebdomadaire littéraire présenté par Bernard Pivot. Dans le cadre de l'immigration, l'émission propose des débats littéraires entre des exilés, des déracinés, des auteurs étrangers résidant en France et rédigeant en français, des naturalisés : Eduardo Arroyo, Azouz Begag (Béni ou le paradis privé), Nina Berberova (C'est moi qui souligne), Carol Bernstein (Le rival invincible), Mongo Beti (Les deux mères de Guillaume Ismaël Dzewatama, futur camionneur), Alain Bosquet (L'Enfant que tu étais), Azzédine Bounemeur (Les bandits de l'Atlas), François Cavanna (L'Oeil du lapin), Mehdi Charef (Le thé au harem d'Archi Hamed), Ya Ding, Afsaneh Eghbal (L'Espèce errante), Michel Fabre (La rive noire. De Harlem à la Seine), Roger Grenier (Il te faudra quitter Florence), Gustaw Herling (Un Monde à part, présenté dans l'émission par Constantin Jelenski, écrivain polonais), Vénus Khoury-Ghata (Vacarme pour une lune morte), Julia Kristeva (Etrangers à nous-mêmes), Yves Lequin (La mosaïque France), Yves Meaudre (France terre d'exil), Jacques Roth, Dimitri Savitski (Valse pour K), Jorge Semprun (L'Algarabie), Mustapha Tlili (Gloire des sables), Tzvetan Todorov (Nous et les autres), Michel Tournier (La Goutte d'or), Henri Troyat (Le Pain de l'étranger, La gouvernante française), Fred Ulhman (Il fait beau à Paris aujourd'hui).

Aqui Portugal. Paris1992-1994

1992-1994  

Biblioteca nacional de Portugal (BNP) : cote JE 131 V { n°15 (mars 1994)-n°45 (décembre 1995) [lacunes n°28, 33-43]} ; {nouvelle série : n°12, 14, 21, 25, 30 (janvier 1999-septembre 2000) [lacunes]}.

Rede de bibliotecas municipais de Lisboa (Réseau des bibliothèques municipales de Lisbonne) : cote J 1645 V {n°0 (novembre 1992)}.

Génériques : Fonds des périodiques { n° 2, janv. 1993 ; n° 20, sept. 1994 }.

Contexte :
1991-2000 > 1992

Arbeiter und Soldat : Organ für proletarisch-revolutionäre Sammlung, puis Organ des Bundes der Kommunisten-Internationalisten (Deutsche Sektion der Vierten Internationale) / Bundes der Kommunisten-Internationalisten (Deutsche Sektion der Vierten Internationale). 1943-1944

1943-1944  

BDIC : 4°P 1265 RES { en allemand } - 4°P 1276 RES { traduction française }

BnF, site François-Mitterrand : Rez-de-jardin - magasin FOL- G- 947 { juil.-sept. 1943 (n° 1-3)-mai-juil. 1944 (3 n°) }

Contexte :
a011379575801g6r7d3 > 1943

Arrêt sur image

1988-1996  

Magazine hebdomadaire d'actualité, présenté par François Bedin. L'émission revient ainsi à plusieurs reprises sur le thème de l'immigration : les manifestations de la jeunesse algérienne en octobre 1988 ; le recensement de la population de la France en 1991 et à cette occasion, les difficultés pour comptabiliser les populations immigrées ; l'état de l'immigration en 1995 à l'occasion de la sortie du livre Faire France de la démographe Michèle Tribalat de l'Institut national d'études démographiques (INED).

Arrêt sur images

1997-2005  

Magazine hebdomadaire de décryptage des médias, présenté par Daniel Schneidermann et Pascale Clark. Parmi les thématiques liées à l'immigration, on trouve une émission consacrée au documentaire réalisé par Bertrand et Nils Tavernier De l'autre côté du périph' suite aux protestations contre la loi Debré sur le certificat d'hébergement des étrangers et à la lettre du ministre délégué à la Ville et à l'Intégration, Eric Raoult, qui suivit (1997). L'émission fait une comparaison entre le traitement médiatique du thème des banlieues et de l'intégration à travers un JT de TF1 et l'image véhiculée par le documentaire. En 2003, une émission revient sur les vingt ans de La Marche des beurs pour l'égalité et contre le racisme et sur la manière dont elle a été couverte par les médias. Elle s'attarde également sur la nomination de Malek Boutih, président de SOS Racisme devenu secrétaire national du PS et présente le film de Jean-Louis Comolli et Michel Samson, Rêves de France à Marseille. En 2005, deux autres émissions s'intéressent plus ou moins directement à l'immigration: l'exposition des sans-papiers à la télévision ainsi que la polygamie en France, à l'occasion des émeutes en banlieue. L'émission est arrêtée en 2007 et le concept se déplace alors sur Internet. Il ne se contente plus de critiquer la télévision mais également tous les autres médias.