Revues de In à P.

118AS/31 , 1986-1991  
Interactions Aquitaine-Portugal, bulletin de la fédération des associations franco-portugaises d'Aquitaine, Bordeaux, n° 1, 2 (1986), 3, 4, 5 (1987), 6, 7 (1988), 9 à 12 (1989), 13, 15, 16 (1990), 17 à 19 (1991). Paris-Lisbonne, «jornal realizado por jovens portugueses», n° 1 à 11, (1987).
Contexte :
Documentation. > a011425294464rb25lj

Programme national du FAS de formation des acteurs de la formation et de l'insertion socio-professionnelle, référence A 2.3. "La formation linguistique des publics immigrés" : demande de paiement du bon de commande, facture, relevé journalier des présences des stagiaires, bilan par la formatrice du module A 2.3., questionnaire d'identification, bilan individuel des stagiaires, liste des participants, compte rendu-déroulement, fiches d'inscription, programme (sessions organisées de mai à sept. 1999).

1 , 1999  

CAL-UGET Bruxelles.

SOL 22 , [1972-1973]  

Publications et tracts du CAL-UGET Bruxelles, du Comité d'action pour la démocratie en Tunisie, de la Cellule destourienne de Bruxelles, du Mouvement unifié belge des étudiants francophones (journal du MUBEF, n° 2 « Spécial Tunisie ») (s.d., [1972-1973]).

Contexte :
Les organisations étudiantes > Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) > L'UGET en Belgique et en Irak
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_039/FRGNQ_PH_002_039_220_jpg_/0_0.jpg
1 média

El Hasnaoui

1960-1990  

Véritable légende de la chanson immigrée, de son vrai nom Mohammed Khelouatné, El Hasnaoui naît à Tizi-Ouzou en Kabylie le 23 juillet 1910. Orphelin très jeune, il est vite attiré par la chanson. Il émigre en France en 1936 pour travailler dans une usine. En 1942 il est envoyé en Allemagne dans cadre du STO. Libéré 14 mois plus tard, il passe sur les ondes de la radio pro-allemande Paris Mondial dans une émission animée par des amis compositeurs algériens. Après la Libération, il enregistre son premier disque en 1949 avec une chanson phare Boulayoune thiberkanine ( L'homme aux yeux noirs). C'est à cette époque qu'il obtient le titre de « Cheikh » (maître) alors qu'il fréquente le Quartier latin, fief des artistes arabes et kabyles parisiens de l'après guerre. Solidaire du combat pour la libération de l'Algérie, il ralentit ses activités pendant le conflit. En 1962, sa chanson Yettbeddel ezzman ( Les temps changent) est un véritable hymne dédié à l'indépendance de l'Algérie. En 1970 il se retire et met un terme à carrière. Peu prolifique, il a à son actif 70 chansons connues.

Ses chansons, en kabyle, en arabe algérien ou en français et arabe ont marqué par la voix timbrée et caverneuse de l'interprète et les accompagnements modernistes. Chanteur de l'exil, sa chanson Maison blanche de 1948, fondatrice sur le refus de l'ordre colonial, est le chef-d'oeuvre de la chanson d'exil. Il chante aussi la situation des femmes dans la société kabyle et dénonce l'inégalité et la ségrégation dont elles sont victimes. Il décède en France le 6 juillet 2002.