CLAP, administration : statuts (1993), liste des associations membres (1986-1992), Audit du CLAP : référentiel d'évaluation (1986), politique sociale : accord d'entreprise du 7 déc. 1989 en complément de la convention collective nationale des organismes de formation (1990) ; tiré à part du bulletin n° 100 Alphabétisation & promotion sur « le CLAP : un comité de liaison d'associations au service des immigrés » (1981).

126 , 1986-1993  

Revues de In à P.

118AS/31 , 1986-1991  
Interactions Aquitaine-Portugal, bulletin de la fédération des associations franco-portugaises d'Aquitaine, Bordeaux, n° 1, 2 (1986), 3, 4, 5 (1987), 6, 7 (1988), 9 à 12 (1989), 13, 15, 16 (1990), 17 à 19 (1991). Paris-Lisbonne, «jornal realizado por jovens portugueses», n° 1 à 11, (1987).
Contexte :
Documentation. > Revues de Portugais en France.
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_020/FRGNQ_PH_002_020_107_jpg_/0_0.jpg
6 médias

Cherif Kheddam

1960-1990  

Chérif Kheddam est né à Bou Messaoud en Algérie en 1927. Après un passage à Alger, il s'installe en France en 1947. Fondeur dans région parisienne, il prend des cours de musique et fréquente la vie culturelle maghrébine. Il exerce la musique traditionnelle dans les cafés communautaires. En 1954, il décide de se produire seul et sort en 1955 de manière anonyme son premier 78 tours qu'il compose et interprète : Yellis Tmurthiw. Ce disque remporte un franc succès. Madame Dauviat, célèbre disquaire de musique orientale, l'encourage à se présenter à Sid Ahmed Hachelaf, responsable du département arabe chez Pathé Marconi. Au luth, au piano, à la mandole ou à l'harmonie, il accompagne par la suite des artistes comme Mohamed Jamoussi ou Amraoui Missoum. Il est reconnu pour avoir modernisé la chanson Kabyle en y introduisant des rythmes latino-américains ou de la musique classique occidentale. Ces textes modernes sont ceux d'un artiste engagé décrivant le quotidien des algériens immigrés en France. En 1963, avant de rentrer en Algérie, il compose son plus grand succès Alemri (O miroir). Il occupe par la suite un poste de conseiller au sein de la Radio Télévision Algérienne. Il découvre en 1965 la jeune chanteuse Noura dont il sera le Pygmalion, il lui écrit alors des chansons qui lui permettront de connaître le succès. Il fait son retour après 1975 grâce à Sid aahmed Hachelaf. En 1996, il remplit le Palais des congrès à Paris pour ses 50 ans de carrière.

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_009/FRGNQ_V_001_009_002_video_/FRGNQ_V_001_009_002_poster.jpg
1 média

Présentation du Théâtre El Halaqa par Smaïne Idri

FRGNQ_V_001_009_002 , 2017  

Smaïne Idri présente le travail effectué par le Théâtre El Halaqa. La compagnie présente des scénettes inspirées des conditions de vie des travailleurs immigrés dans différents lieux publics. Après chaque scène, le public est invité à débattre sur les thématiques abordées pendant le spectacle.

* Documentation (Europe) : Fonds social européen ; Commission des communautés européennes ; Parlement européen. * Cahier d'enquête de terrain. * Documentation et études sur le quartier d'Orléans-la Source. * Émigration-immigration algériennes : état des connaissances (dact.) ; éléments statistiques (démographiques) ; note d'information du consulat général de la République algérienne sur les projets Tokten et Unistar ; carte de la répartition des Algériens en France. * Publications diverses.

124 , Sans date  
Contexte :
Cartons jaunes et oranges
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5137_jpg_/0_0.jpg
1 média

Rien ne sert de voter, il faut lutter à poings / Fédération anarchiste (FA). Paris, FranceFédération anarchiste (FA) (Paris, France)[-Entre 1990 et 2000]

5137 , [-Entre 1990 et 2000]  

Rien ne sert de voter, il faut lutter à poings. Le libéralisme, ce n'est pas la liberté [...]. Le vote ne remplace pas la lutte [...]. 5 heures pour l'anarchisme. Fédération anarchiste...

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Autres > 1990-1999

* Habitat des immigrés : logement, foyers (nota District de la région de Paris, « Résorption des bidonvilles-travailleurs migrants, première proposition », A. Arsac, architecte urbaniste avec la collaboration de la CINAM, 132-XXIII p. avec photos nb et dessins d'architectes) ; à signaler deux numéros de Sonacotra. * Projet « Minorités ethniques et immigrés devant les pratiques institutionnelles : étude comparative de cas entre Liverpool et Saint-Denis ».

90 , Sans date  
Contexte :
Cartons jaunes et oranges
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_013/FRGNQ_PH_002_013_092_jpg_/0_0.jpg
4 médias

Hanifa

1960-1990  

Hanifa ou Hnifa de son vrai nom Zoubida Ighil Larbaâ, est aussi surnommée la "Edith Piaf" de la chanson kabyle à cause des thèmes abordés dans son répertoire.

Née le 4 avril 1924 à Ighil M'henni dans la région de Tizi Ouzoui en Kabylie, elle passe une enfance traditionnelle jusqu'à son premier mariage en 1939. Mariée contre son grès à un homme plus âgé, elle s'enfuit. Après un second mariage infructueux, elle s'installe à Alger en compagnie de sa fille partageant son logement avec Chérifa, l'autre pionnière de la chanson kabyle féminine. Cette dernière l'encourage à intégrer Radio Alger. Elle est alors remarquée par le chanteur Cheikh Noureddine autre grande figure de l'immigration qui la recrute en 1952. Elle intègre la chorale de la RTF et participe aux ELAK (Emissions de langues arabe et kabyle de la radio d'Alger) destinées aux indigènes de l'Algérie coloniale. Elle commence à enregistrer ses premiers 45 tours chez Pathé Marconi en 1953 avec notamment Allah Yarabi Faradj (Dieu nous guidera). Après plusieurs années à la radio et un mariage infructueux, elle émigre en pleine guerre d'Algérie pour Paris à l'occasion d'une série d'enregistrements pour la maison de disques Teppaz où elle rencontre le compositeur Kamel Hamadi. Leur duo Yidem Yidem (Avec toi avec toi) (1959) rencontre alors un grand succès tant auprès de l'immigration en France qu'en Algérie. Comme beaucoup d'artistes de l'immigration, elle anime les soirées communautaires des galas et cafés, en compagnie notamment de Cheikh Nordine, Noura, Taleb Rabah et Bahia Farah. En 1962, elle choisit de rentrer en Algérie pour participer à la reconstruction nationale. Elle revient s'installer en France en 1975 et poursuit ses tours de chant. Elle donne son dernier concert en novembre 1978 à la Mutualité de Paris. Elle s'éteint à Paris le 23 décembre 1981 .

Les thèmes de prédilection de son répertoire sont l'amour, la douleur de l'exil et la nostalgie du pays.

Hépatites :

408 J 92 , 1994-1999  

. Réunion du comité de pilotage sur l'action de prévention recherche hépatites, projet, enquêtes, documents de travail, publications, brochures, coupures de presse. 1998-1999

. Enquête 1999, texte et notes de réflexion.

. Programme de fonction sur la santé. Toxicomanies : bilan du kiosque d'information toxicomanie de la gare de Melun (1989), «psychanalyse, toxicomanie et démocratie» (1994), texte du CCFEL, «De l'utilisation par les toxicomanes d'un dispositif médico-social », 1996.

. Bibliographie et coupures de presse sur les drogues et les toxicomanies. 1989-1999.

Fonds d'autres associations

 

La Maison des femmes recueille aussi des archives d'associations ayant cessé leurs activités, comme celles de l'Agence Femme Information, agence de presse créée dans les années 1980. Ces archives sont regroupées dans le couloir extérieur au local archives et sont conservées avec d'autres fonds non classés.

/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_010_203/FRGNQ_PH_010_248-BorderMaker_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Bernard Taglang et la « marche des anciens » - square Léon

2013  

Bernard Taglang, personnage emblématique du quartier, est un pilier de la vie associative de la Goutte d'Or. Plus précisément, il a été un des fondateurs et leader du Comité Logement qui, dès l'annonce du plan de réhabilitation du quartier, organisa les luttes collectives qui permirent de négocier le relogement des habitants dans le quartier, y compris celui des locataires d'hôtels meublés. Sur cette photographie réalisée pendant le cross de la Goutte d'Or, Bernard transmet l'histoire des anciens aux enfants du quartier.

Contexte :
Images du quartier rénové > Le cross de la Goutte d'Or
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_046/FRGNQ_PH_002_046_227_jpg_/0_0.jpg
1 média

Mazouni Mohamed

1960-1990  

Mohamed Mazouni est né le 4 janvier 1940 à Blida en Algérie. Il débute sa carrière au cours des années soixante à la télévision et devient connu aux yeux des plus jeunes comme le "yéyé algérien" tant par son apparence que par ses chansons. Il chante tant en français qu'en arabe. En duo avec une autre figure de la chanson algérienne en France Meriem Abed, il chante l'amour alliant provocation et humour et enchaîne les succès comme Mini jupe ou Chérie Madame. Il chante aussi l'exil dans des titres comme Ouled laghrib (Les enfants de l'exil) ou Porte de la chapelle qui illustre l'ambiance des quartiers immigrés. Il est aussi l'auteur de la chanson Ecoute moi camarade titre phare repris par Rachid Taha en 2006. Il vit aujourd'hui en Algérie.

/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_005/FRGNQ_PH_002_005_026_jpg_/0_0.jpg
26 médias

Slimane Azem

1960-1990  

Slimane Azem est né en 1918 dans une famille kabyle de condition modeste. A l'âge de douze ans, il est engagé dans une ferme. En 1937, il part en France et travaille aux aciéries de Longwy. Mobilisé à Issoudun, il est réformé en 1940 puis s'installe à Paris. De 1942 à 1945, il est envoyé en Allemagne dans le cadre du STO (Service du Travail Obligatoire).

De retour à Paris à la Libération, il tient un café dans le 15° arrondissement et se produit comme chanteur. Le célèbre Mohamed El Kamal, chanteur de l'immigration, remarque Azem , l'encourage à composer ses propres chansons et lui permet de faire ses premières scènes dans son groupe. En 1951, il enregistre sa première chanson " A Moh A Moh " puis est présenté à Ahmed Hachlaf, directeur artistique chez Pathé-Marconi. Inquiété par la censure pour sa chanson " Affagh aya jrad " (Sauterelles, quittez mon pays !) , il n'en est pas moins banni d'Algérie après 1962 pour avoir gardé contact avec sa famille, engagée auprès des Français pendant la guerre. Ce drame personnel marque sa production musicale dont les thèmes principaux sont l'exil, la morale, la tradition et la beauté de l'Algérie.

Slimane Azem est considéré, avec Cheikh El Hasnaoui, comme le père de la chanson kabyle de l'exil. Il reçoit, en compagnie de la chanteuse Noura, le premier disque d'or remis à des artistes algériens en France.

Dans les années 70, il s'installe à Moissac où il meurt en 1982, sans jamais avoir revu l'Algérie.

AMF. - Gestion du personnel, paiement des taxes et charges sociales : avis d'échéance, déclaration annuelle, situation de compte, correspondance (GARP, Groupement des Assedic de la région parisienne (1992-1997) ; DADS (Déclaration annuelle des données sociales) (1987-1997) ; taxes sur les salaires (1990-1996) ; IRCOMMEC (1990-1997) ; URSSAF (1991-1997).

B99 , 1990-1997  
Contexte :
Administration et organisation > Personnel