Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) (1942-1943)

Entre le 1er janvier 1942 et le 31 décembre 1943  

Le groupe des Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) est créé en 1942 en région parisienne. Il regroupe une partie des résistants étrangers menant la lutte armée durant la Seconde Guerre mondiale. A sa création, le groupe est dirigé par Boris Holban, Karel Stefka et Olaso Piera, puis en 1943 par Missak Manouchian dit Georges. Il se développe ensuite et se répartit en différents groupes dont le bataillon Liberté (Grenoble), la 35e brigade (Toulouse), le bataillon Carmagnole (Lyon-Villeurbanne) et le groupe Manouchian (Paris).

Chaque groupe suit une répartition par détachements. Sont représentés les Hungaro-Roumains (1er détachement), les Juifs (2e détachement), les Italiens (3e détachement), les dérailleurs (4e détachement) complétés par deux équipes de Bulgares et d'Espagnols. Les FTP-MOI disposent également d'un service de renseignement préparant les actions armées en amont par la recherche d'objectifs et le repérage des lieux. Le groupe déploie sur le territoire des offensives armées suivant la stratégie dite « boule de Mercure ». Cette technique vise à organiser une offensive selon l'action simultanée de différents petits groupes extrêmement mobiles afin de faire croire à une organisation de grande importance. L'une de leur action la plus connue est l'assassinat, le 28 novembre 1943, du général SS Julius Ritter qui supervisait les réquisitions d'ouvriers français pour l'industrie allemande par le biais du Service du travail obligatoire (STO).

/medias/customer_28/dictionnaire/Comite_Amelot_jpg_/0_0.jpg
1 média

Comité Amelot (1940-1944)

1940-1944  

Le Comité Amelot est une organisation clandestine de secours aux Juifs sous l'Occupation. Elle est créée le 15 juin 1940 par les représentants de divers courants de la Fédération des sociétés juives de France (FSJF) et siège au 36 rue Amelot dans le 11e arrondissement de Paris.

Le comité existe juridiquement sous l'étiquette de la colonie scolaire et de son dispensaire La Mère et l'Enfant. De manière clandestine, l'organisation délivre de faux-papiers d'identité aux Juifs et effectue le sauvetage d'enfants dont les parents ont été victimes de rafles. Le comité cache également des Juifs. A la fin de l'année 1942, les dirigeant du Comité Amelot sont arrêtés. Certains seront fusillés ou déportés, d'autres comme Léo Glaesner parviendront à s'enfuir en zone sud. Le comité continuera malgré tout à fonctionner sous la direction des deux responsables laissés en liberté Abraham Alpérine et Joseph Byl. Ils seront tous deux arrêtés à l'été 1944.

Xinshiji = La Novaj tempoj. Paris1907-1910

1907-1910  

BnF, site François-Mitterrand : Rez-de-jardin - magasin MICROFILM M- 606 { 1909-1910 (n° 1-n° 41) ; mq n° 3 } - Rez-de-jardin - magasin JO- 45113 { n° 28-37, n° 42-46, n° 48-51, n° 54-65, n° 69, n° 72-79 (1907) } - Rez-de-jardin - magasin 4- Z- 2087 { n. s. n° 1-3, n° 5-41 ou s. gén. n° 81-83, n° 85-121 (1908-1909) }

Contexte :
1901-1910 > 1907

Le Garibaldien de LlArgonne : Organe mensuel de l'Union des Garibaldiens de l'Argonne et volontaires italiens dans l'armée française / Union des Garibaldiens de l'Argonne et volontaires italiens dans l'armée française. Paris1946-1939

1946-1939  

BDIC : F°P 4669

BnF, site François-Mitterrand : Rez de jardin - Magasin - FOL-JO-173 { nov./déc. 1934 [VIII, n° 91-92]. août/nov. 1935-janv./mai 1939 [IX-XII, n° 97-111] ; mq n° 100-101, 105 }

Contexte :
a011379575801g6r7d3 > 1946

L'heure de vérité

1983-1995  

Magazine hebdomadaire d'actualités présenté par François-Henri de Virieu. Chaque semaine, il reçoit une ou deux personnalité(s) politique(s) qui est (sont) interrogée(s) par trois journalistes sur l'actualité politique. Autour de la thématique de l'immigration, on retrouve à plusieurs reprises Jean-Marie Le Pen, fondateur et président du Front national (sept fois), Charles Pasqua, ministre de l'Intérieur (six fois), Raymond Barre, économiste (trois fois). L'émission a reçu quelques personnalités étrangères ou qui ne font pas partie du personnel politique français comme le roi du Maroc Hassan II, en direct du palais royal de Rabat (1989), le chancelier allemand Helmut Kohl dans une émission délocalisée à Bonn ainsi que Sid Ahmed Ghozali, premier ministre d'Algérie (1991), Abdou Diouf, président du Sénégal et Rony Brauman, président de Médecins sans Frontières (1992), Edgar Morin, sociologue et l'abbé Pierre (1993), Henri d'Orléans, comte de Paris, prétendant au trône de France (1994).

La marche du siècle

1988-1997  

Magazine hebdomadaire d'information présenté par Jean-Marie Cavada en première partie de soirée. Composé de débats en plateau avec des invités et de reportages sur le thème de la soirée. Émissions autour de l'immigration : "Ce que France veut" (1988), "Changer la ville, changer la vie" (1990), "L'immigration" (1990), "Le syndrome Saddam : la France, ses musulmans et l'Irak" (1991), "Banlieues blues" (1991), "Spéciale Algérie" (1992), ""Beurs'' Français parmi les Français" (1993), "Charles Pasqua" (1994), "Étre musulman en France" (1994), "Philippe de Villiers" (1995), "Immigrés : de quels droits" (1997).

Géopolis

1992-1996  

Magazine d'information sur l'actualité internationale. Les sujets sont traités avec pédagogie, avec des interventions de spécialistes. Concernant l'immigration, l'émission propose trois sujets : un panorama historique sur l'immigration en France et un retour sur les lieux de tournage, en 1960, au bidonville d'Aubervilliers, des Enfants des courants d'air d'Edouard Luntz (1993) ; un sujet centré sur l'immigration d'Afrique noire (1992) et un dernier sur celle dans l'agglomération lilloise. Parmi les intervenants, on trouve Abdou Diouf, président de la République du Sénégal, Philippe Dewitte, rédacteur en chef de la revue Hommes et migrations, Catherine Quiminal, anthropologue à Paris VIII, Lionel Stoléru, secrétaire d'État chargé des travailleurs manuels et immigrés en 1977, Kofi Yamgnane, secrétaire d'État à l'intégration de 1991 à 1993, Nancy Green et Pierre Milza, historiens ou encore Driss el-Yazami, un des fondateurs de l'association Génériques.

Lutte des femmes et répression politique au Maroc / Comités de lutte contre la répression politique au Maroc ParisComités de lutte contre la répression politique au Maroc1978

1978  

La brochure présente la répression politique au Maroc sous l'angle des femmes. Les thèmes abordés sont : l'histoire de la lutte des femmes au Maroc, la disparition de Saïda Menebhi, un témoignage d'Evelyne Serfaty.

Maison des femmes de Paris (fonds d'archives)

Sans date  

L'association possède un centre de documentation et d'archives sur les mouvements féministes. «Le centre de documentation de la Maison des femmes de Paris est constitué d'un fonds documentaire féministe pluriel, national et international, collecté des années 1970 à nos jours.

L'ensemble de ces ressources provient d'associations de femmes, d'associations féministes et/ou lesbiennes, de groupes politiques, d'archives personnelles, ou encore d'institutions (ministère ou service du droits des femmes, Parlement européen, etc.).

Il comprend deux fonds principaux :

http://maisondesfemmes.free.fr/mdf/spip.php?rubrique8

celui de la Maison des femmes proprement dit, etcelui des Archives recherches et cultures lesbiennes (ARCL)».

Le fonds Maison des Femmes du centre de documentation comprend une bibliothèque ainsi que des documents et archives. On y trouve, comme documents disponibles, des livres (plus de 3 000 volumes répertoriés selon différentes catégories), des revues et périodiques féministes, français et étrangers, depuis les années 1970, des thèses, mémoires et comptes rendus de colloques, des dossiers thématiques articles de presse, des photographies, affiches et tracts et, enfin, des vidéos. Des fichiers livres, revues et bibliographies y sont également disponibles.

Il n'existe pas d'instrument de recherche spécifique mais les 70 mètres linéaires d'archives sont bien classés, par thèmes et chronologiquement. Notre rôle a consisté à réaliser un état des fonds et à mettre en exergue ce qui concerne l'immigration.

Le fonds se compose de dossiers documentaires et thématiques. Quand le nombre de cartons (c) n'est pas indiqué, il s'agit d'un carton unique. Certains cartons concernent spécifiquement l'immigration mais des dossiers plus généraux, tels ceux sur le travail par exemple, contiennent bien sûr des informations sur l'immigration.

Les parties numérotées I et II sont les archives constituées par la Maison des femmes, et celles numérotées II, III et IV sont celles de l'ARCL.

Les archives s'articulent autour de 6 axes :

TravailRéfugiéesViolenceRacismeRéflexion sur les luttes contre le sexisme et le sexismeAssociations : activités, réseaux, publications, productions culturelles

Jornal portugues : Journal dos trabalhadores portugueses emigrados. Paris1973-1975

1973-1975  

BDIC : 4 P 8445 { n° 1 (1973, Avril)-n° 7 ; n° 14 ; Suppléments }

Génériques : Fonds des périodiques { n° 1 à n° 12, avril 1973-fév 1975. Supplément au n° 9/10, juin 1974. Actes de la 2e conférence du Jornal portugues en avril 1974 }

BnF, site François-Mitterrand : Rez-de-jardin - magasin FOL- JO- 17340 { Avr. 1973 (n° 1) - n° 12, 1975 } -

Contexte :
1971-1980 > 1973

Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (ACORT) (fonds d'archives)

1900-2001  

Le fonds est composé de 366 boîtes, classeurs et chemises, numérotés selon leur classement dans les armoires.

Les boîtes d'archives ne contenant que des brochures de large diffusion, comme Hommes et migrations et La lettre du FAS, ne figurent pas dans l'inventaire. Elles seront détruites lors de la réorganisation du fonds. Cet inventaire est donc provisoire, ce qui explique l'importance de la rubrique "divers".

Mémoires du réseau associatif espagnol en régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur

2012  

Présentation des témoins de la campagne de la région Rhône-Alpes

Entretiens réalisés par Maëlle Maugendre et Aurélie Denoyer.

Sur les 21 personnes engagées dans le mouvement associatif en Rhône-Alpes, 18 ont, suite aux entretiens téléphoniques, accepté de livrer leur témoignage. De ce fait, seulement 15 personnes, représentant douze associations, ont pu faire le déplacement. Les entretiens ont eu lieu à Villeurbanne au siège de la fédération régionale de la FACEEF, haut lieu de lutte des associations espagnoles pour faire reconnaître leur présence dans la région et leur importance sociale auprès des autorités espagnoles.

La plupart des associations ont vu le jour dans les années 1960 et 1970, période à laquelle sont arrivés également une grande partie des Espagnols que nous avons pu interroger. Il n'est pas à douter que la création d'un réseau associatif dans la région Rhône-Alpes a accompagné la migration espagnole dite "économique" dans cette même région.

Les 15 témoins espagnols interviewés sont tous venus en France durant la décennie 1960-1970 et étaient soit des enfants accompagnant leurs parents, soit de jeunes adultes à la recherche d'une meilleure situation professionnelle. Nombreux sont ceux qui percevaient alors la France comme un eldorado où ils pourraient faire des économies avant de rentrer, trois ou quatre années plus tard, dans leur pays. La majorité a franchi la frontière munie d'un visa touristique, avant d'être régularisée après l'obtention d'un travail. Pour la totalité, cette migration, qui dans un premier temps devait être provisoire, s'est avérée définitive.

Si la motivation première était, pour la plupart, économique, la migration est bien souvent également politique. Parmi les 15 témoins qui ont été filmés, 5 signalent l'engagement républicain de leurs parents pendant la Guerre d'Espagne, et les conséquences que cela a pu avoir sur leur famille (première émigration au Maghreb par exemple, exil en France pour d'autres). Saluant la liberté d'expression française alors réprimée en Espagne nombre de ces émigrés espagnols ont choisi de profiter de ce droit et se sont engagés dans le milieu associatif espagnol en France et, parfois, dans les partis politiques et notamment au sein du Parti communiste espagnol en exil. Pour certains, cet engagement est antérieur à leur migration, et explique en partie celle-ci, pour d'autres, il date de leur arrivée en France et coïncide avec leur fréquentation des milieux associatifs espagnols émigrés. En l'occurrence, sur les 15 personnes interviewées, 10 ont milité ou militent dans des organisations de gauche (principalement communistes).

Présentation des témoins de la campagne de la région PACA

Entretiens réalisés par Federica Luzi et Éva Léger.

La campagne de Marseille a permis de recueillir la parole de 13 personnes, pour la plupart des émigrés dits "économiques". Seulement quatre femmes figurent parmi les témoins, ce qui ne reflète pas le caractère familial et mixte des associations de la région PACA. Deux d'entre elles sont de la deuxième génération.

L'association représentée la plus ancienne est le Cercle Català, créé en 1918, dont Francesc Panyella, son président depuis 1981, a décrit les nombreuses activités fortement imprégnées par l'histoire de l'Espagne, la culture et la lutte antifranquiste. La plupart des personnes interrogées ont adhéré, plus jeunes, au Cercle Català de Marseille où ils ont côtoyé des réfugiés politiques.

Dans les années 1970, l'envie est née pour les émigrés espagnols de créer un centre où ils pouvaient se réunir, transmettre la langue et la culture espagnoles à leurs enfants, d'où la naissance du Centro Español en 1978. Trois autres associations espagnoles sont représentées à travers ces témoins : le Hogar Español d'Aubagne, aujourd'hui disparu, représenté par José Lozano Tamarit; le Centro Andaluz de Marseille, association interne au Centro Español et la Casa regional de la Cultura de Castilla-la-Mancha, créée en 2004 à Châteaurenard.

Ces divers témoignages nous renseignent sur la complexité du réseau associatif en région PACA, les difficultés rencontrées par les migrants et notamment les militants politiques - pour créer des espaces associatifs d'échanges et de transmission.

En effet, l'influence de l'expérience des réfugiés politiques espagnols et des batailles politiques qu'ils ont menées est importante dans l'imaginaire que les interviewés ont des luttes. De plus, l'engagement politique individuel des interviewés semble déterminer clairement la façon dont les témoins pensent leur engagement associatif.

Ces récits rendent compte donc de l'investissement de chacun dans ces associations qui, pour la plupart, sont confrontées au problème du vieillissement des membres.

« A la rencontre de la Culture Berbère », soirée conte le samedi 25 janvier et soirée débat suivie d'une animation musicale le vendredi 31 janvier organisées par l'ACBVO et la Ville de Cergy à la Bibliothèque de l'Horloge (Cergy) [tract].

Sans date  
Contexte :
Publications de l'Association de Culture Berbère du Val d'Oise > Tracts, plaquettes, articles et revue relatives aux manifestations organisées par l'association (avec ou sans le concours de partenaires)

Publications et enquête sociologique « Algérie » (années 1960-2000).

[1960]-[2000]  

* Publications d'AS (ouvrages, revues…) :

Mutations d'identité en Méditerranée du Moyen-Age à l'époque contemporaine, sous la direction d'Henri Bresc et Christiane Veauvy, Paris, Éditions Bouchène, 2000 + abstracts de l'article d'AS « Colonisation, viticulture et émigration en Algérie » + courriers et cartes de visite des auteurs de l'ouvrage à Rebecca Sayad.

Revista brasileira de ciencias sociais, n°17, octobre 1991 : article d'AS « Una probeza exotica : a imigração argelina na França ».

R. Basagana et AS, Habitat traditionnel et structures familiales en Kabylie,...

AS, La Double absence, Paris, Seuil, 1999 + épreuves dactylographiées de l'ouvrage + liste de noms de l'Association des amis d'AS + correspondance entre Rebecca Sayad et les éditions du Seuil + plaquette de promotion de l'ouvrage.

A. Gillette et AS, L'Immigration algérienne en France, Paris, Entente, 1984.

* Articles dactylographiés et manuscrits « de culture des immigrés et de ses fonctions idéologiques » ou « les usages sociaux de la culture des immigrés ».

* Enquête sociologique « Algérie » : Commissariat national à l'informatique d'Algérie, listings numériques avec courrier explicatif de transferts de données à Paris pour AS ; enquête sociologique sur le logement en Algérie ; cahiers d'enquêtes. Années 1960-1970.

Contexte :
Caisse rouge « PUBL. + ENQ. »

Sous-fonds d'Elisabeth ALLES

1996-1999  

Sous-fonds composé presque exclusivement de dossiers individuels de sans-papiers constitués entre août 1996 et 1999.

Venant s'ajouter aux autres fonds ayant trait au 3e collectif, le fond Allès permet d'effectuer des études de trajectoires de sans papier. Chaque dossier comporte en effet des renseignements précis sur les sans papier. Les dossiers individuels comporte une fiche de renseignement, établie au collectif. Elle comporte l'état civil du demandeur et, éventuellement, de sa conjointe(2). Cette fiche comporte également la date d'entrée en France et la date du mariage ainsi que les conditions d'arrivée en France : pays traversé(s) et par quels moyens. Elle récapitule les démarches de régularisation entreprises ultérieurement et les décisions administratives consécutives à ces dernières.

La majeure partie du dossier est composée des documents nécessaires à l'établissement de la preuve de séjour en France, de la bonne "intégration" et aux démarches entreprises pour régulariser le séjour : fiches de paie, factures, courrier adressés à la préfecture et à l'OFPRA, etc.

Emission Femmes libres (radio libertaire) (fonds d'archives)

1988-1999  

Les bénévoles qui réalisent l'émission se sont préoccupées de l'archiver à partir de 1988, en l'enregistrant sur cassettes audio. Après dépôt du fonds au CAF, les enregistrements ont été numérisés à partir des cassettes, pour la tranche 1988-1999.

En sol majeur

2009-2013  

Emission quotidienne d'entretiens diffusée en fin d'après-midi. Chaque jour, la présentatrice reçoit un invité de double culture, installé en France, issu de l'immigration ou ayant vécu lui-même l'immigration. Il peut venir de tout horizon (politique, culture, sport, art, sciences, etc). L'émission est ponctuée d'extraits musicaux choisis par l'invité. On rencontre ainsi le chorégraphe Angelin Preljocaj, d'origine albanaise ; Marguerite Abouet, née à Abidjan (Côte d'Ivoire) et auteur de la série de bandes dessinées Aya de Youpogon ; Naïma Yahi, historienne d'origine algérienne et chargée de recherches à l'association Génériques qui valorise l'histoire et la mémoire de l'immigration ; Anzoumane Sissoko, porte-parole de la Coordination parisienne des sans-papiers en 2010 ; la femme politique Najat Vallaud-Belkacem, née au Maroc ; le chanteur Féfé, d'origine nigériane ; Sébastien Follin né à Madagascar et qui a été présentateur de la météo sur TF1 ; Alassane Chérif, psychologue-clinicien qui s'occupe des familles migrantes et plusieurs autres invités.

/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_026/FRGNQ_PH_002_026_147_jpg_/0_0.jpg
35 médias

Noura

1960-1990  

De son vrai nom Fatma Zohra, Noura est née en 1942 à Cherchell en Algérie. A la séparation de ses parents, elle doit abandonner ses études et trouver un travail. Elle devient animatrice d'une émission enfantine à Radio Alger. Par la suite, elle interprète des pièces de théâtre et des opérettes dans lesquelles elle chante sous la direction du chef d'orchestre Mustapha Skandrani. Encadrée par le maître Mohamed Jamoussi et Mahboub Bati, elle s'impose très vite comme l'une des plus grandes chanteuses algériennes de l'époque.

En 1959, elle part pour Paris pour une série d'enregistrements. La même année, elle épouse l'auteur compositeur interprète Kamel Hamadi rencontré à Radio Alger. Noura commence alors à collaborer avec différents musiciens dont El Habib Hachelaf qui adapte pour elle Ya rabi Sidi (Oh, mon dieu), dont Kamel Hamadi compose la musique.

Celle qui se veut la chanteuse de tous les Algériens interprète les thèmes traditionnels : le mariage avec Mebrouk el aêrs (Félicitations pour le mariage), l'amour avec Houa Houa (lui lui), mais aussi l'exil avec Gal el Menfi (le banni) et des préoccupations plus actuelles. Ahmed Wahby lui compose du moderne oranais (Asri) et son mari des chansons kabyles qu'ils chanteront ensemble. Noura et Kamel Hamadi incarnent le duo de la chanson algérienne des années soixante.

Après 1962, Noura retourne vivre en Algérie, mais vient fréquemment à Paris où elle côtoie beaucoup d'artistes français dont Juliette Gréco.

En 1965, elle sort un album entièrement en français où elle interprète Une vie de Michel Berger, et Paris dans mon sac de Kamel Hamadi.

En 1971, elle reçoit, en compagnie de Slimane Azem, un disque d'or qui couronne la vente de plus d'un million de disques chez Pathé Marconi, première distinction, à ce titre, d'artistes maghrébins en France.

Arrêt sur image

1988-1996  

Magazine hebdomadaire d'actualité, présenté par François Bedin. L'émission revient ainsi à plusieurs reprises sur le thème de l'immigration : les manifestations de la jeunesse algérienne en octobre 1988 ; le recensement de la population de la France en 1991 et à cette occasion, les difficultés pour comptabiliser les populations immigrées ; l'état de l'immigration en 1995 à l'occasion de la sortie du livre Faire France de la démographe Michèle Tribalat de l'Institut national d'études démographiques (INED).

« Un auteur, un livre », rencontre avec Jean-Louis Serrano, romancier, pour la présentation de son livre Immigrés en Val d'Oise : le chemin des hommes, conférence et débat organisés avec la participation de l'ACBVO le samedi 8 juin 2002 à la Bibliothèque de l'Horloge [in Ah ! les bibliothèques de Cergy, programme des actions culturelles de la direction du développement culturel (avril à juin 2002) ].

2002  
Contexte :
Publications de l'Association de Culture Berbère du Val d'Oise > Tracts, plaquettes, articles et revue relatives aux manifestations organisées par l'association (avec ou sans le concours de partenaires)

L'Italia del popolo = L'Italie du peuple : Quindicinale del Partito repubblicano italiano / Partito repubblicano italiano. LuganoParis1926-1933

1926-1933  

BDIC : GFP 5021 { vol. 4, n° 12, 1929 - vol. 4, n° 13, 1929 ; vol. 6, n° 1, 1933 - vol. 6, n° 2, 1933 } ; Mfm P 220(2) {vol. 1, n° 1, 15-sep-1926 ; vol. 1, n° 2, 1-oct-1926 ; vol. 2, n° 17, 27-nov-1927 }

BnF, site François-Mitterrand : Rez-de-jardin - magasin JO- 68074 { sept. 1926 [I, n° 1] - nov. 1927 [II, n° 17]. mai 1933 [VI, n° 1] }

Contexte :
1921-1930 > 1926

Colloque du 20 mai 2000. L'intégration face à la discrimination et aux exclusions. Colloque organisé par l'ACBVO et le CIEMI – Migrations Société. Intégration et Citoyenneté : [noms des intervenants]. Les Discriminations dans le monde du travail : [noms des intervenants]. La discrimination par le logement, cause ou conséquence ? [noms des intervenants]. Les médias et les « immigrés » : visibilité et images renvoyées : [noms des intervenants]. A l'Université de CERGY-PONTOISE. Site des chênes, Amphi. : Cournot – 33 bd du Port – 95000 Cergy. RER : Cergy-Préfecture. Entrée gratuite dans la limite des places disponibles. Renseignements.

2000