Expulsion d'Ider ARSALA (président de l'AMF), organisation de la campagne de protestation : liste de pétitions venant d'Amiens par l'UNEM et de Nice, courrier de soutien, communiqué, tract, coupure de presse, avertissement administratif, convocation, lettre ouverte, télégramme (1970-1974). AMF, communication : communiqué, dossier de presse, presse (1990-1995) ; études sur l'immigration marocaine : mémorandum, actes de colloque (1998, s. d) ; participation à la commémoration du meurtre de Brahim BOUARRAM : coupure de presse (1995). AMF, participation au cinquième congrès de l'AMDH : copie annotée d'Attadamoun (journal édité par l'AMDH), discours (1998) ; texte sur le droit français et la nouvelle stratégie gouvernementale concernant l'immigration [après 1998-avant 2000].

A4/1 , 1970-1998  

Procès-verbal de réunion du Comité d'entreprise (CE) (1992), du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) (1991-1992), états financiers au 31/12/1991, documentation (attributions économiques du CE, congés individuels de formation, la fin du CDD, le seuil d'effectif en droit social (n° spécial 1988), le travail à durée déterminée et le travail temporaire, doc sur « réussir la participation »), dossier personnel, divers syndicats, CE et autres.

3/1 , 1988-1992  
Contexte :
Cursus professionnel & syndical > Caisserie emballage industrie du Midi (CEIM) > Comité d'entreprise (CE)

Projets divers, relations avec d'autres associations et organismes, documentations diverses.

Boîtes 29, 32-33, 56, 64, 65-80 , 2000-2004  

Documentation sur la société d'accueil (dispositifs d'insertion sociale et professionnelle), Droits des étrangers, fichiers C.I.D.J. (centre d'information et de documentation pour la jeunesse), documentation sur les mineurs isolés (dont compte-rendu congrès IAAH), documentation informatique (logiciels divers, manuels etc.), Archives du musée d'Albert Khan sur l'exposition sur Shanghai en 2002 (don de Véronique Bouchut).

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_009/FRGNQ_V_001_009_011_video_/FRGNQ_V_001_009_011_poster.jpg
1 média

Conclusion du colloque par Graça Dos Santos

FRGNQ_V_001_009_011 , 2017  

Graça Dos Santos conclue le colloque sur la pertinence du théâtre comme vecteur de prise de parole permettant un dialogue, un partage et une transmission de mémoire sur cette « double absence » évoquée par certains participants pour exprimer leur sentiment d'appartenance et de non-appartenance à deux pays différents.

/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_032/FRGNQ_PH_002_032_205_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Akli Yahyaten

1960-1990  

Né le 17 février 1933 à Beni-Mendès en Kabylie, Akli Yahyaten est orphelin de père. Il quitte la campagne à douze ans pour Alger où il vit, enfant des rues, de petits boulots et de rapine. A l'âge de vingt ans, il immigre en France, à Paris. Jusqu'en 1954, il occupe divers emplois, de manœuvre à garçon de café. A ses heures perdues, il s'initie à la mandoline avec passion. Après son service militaire de 1954 à 1956 à Miliana, il devient manœuvre spécialisé à l'usine Citroën où il fréquente les milieux du FLN. Accusé d'être collecteur de fonds, il est emprisonné en 1956 pour six mois. A sa sortie, il décide de faire de la musique son métier. Il se produit d'abord dans les cafés communautaires, où il chante la nostalgie du pays. Familier des artistes maghrébins du Quartier latin, il participe aux émissions kabyles de l'ORTF et se produit sur la scène des cabarets " Le Bagdad " et " Les Nuits du Liban ". En 1959, à nouveau inquiété pour se activités, il retourne en prison. Son expérience carcérale lui inspire des chansons qui font de lui une grande vedette. Chantant en arabe et en amazigh, il fait sa carrière entre Paris et Alger avec à son palmarès de nombreux succès.