État des lieux, prise en gestion.

Sans date  

[Travaux, état des lieux (mobiliers et matériaux), plans 1/50e (Office municipal HLM de Saint-Priest). ].

Contexte :
Sous-fonds du siège social (Espace des Brotteaux) > Service patrimoine (35 ml) > Établissements, dossiers particuliers : création, travaux, fonctionnement, transformations… > Foyer résidence de la Cordière à Saint-Priest

Logement et vie quotidienne des travailleurs immigrés à Grenoble

 
Logements insalubres, notamment rue Chenoise et rue de Très-Cloîtres à Grenoble.Entreprise Panot : "Wagons de la Honte": wagons où étaient logés les travailleurs de l'entreprise Panot à la gare SNCF de Grenoble ; affiche CFDT contre les licenciements à l'entreprise Panot."Ville neuve" de Grenoble (chantier, 1ère ville nouvelle).Foyers Sonacotra (locaux, logements, personnes hébergées…).Marché à Grenoble et dans sa banlieue.Personnages divers, scènes de rues.Cafés de Grenoble : café d'Alger, rue Très-Cloitre ; salon de thé le Tunis, rue Chenoise ; clients dans un café.Scènes de rues Grenoble : fresque sur une devanture de commerce rue Saint-Laurent.

La marche du siècle

1988-1997  

Magazine hebdomadaire d'information présenté par Jean-Marie Cavada en première partie de soirée. Composé de débats en plateau avec des invités et de reportages sur le thème de la soirée. Émissions autour de l'immigration : "Ce que France veut" (1988), "Changer la ville, changer la vie" (1990), "L'immigration" (1990), "Le syndrome Saddam : la France, ses musulmans et l'Irak" (1991), "Banlieues blues" (1991), "Spéciale Algérie" (1992), ""Beurs'' Français parmi les Français" (1993), "Charles Pasqua" (1994), "Étre musulman en France" (1994), "Philippe de Villiers" (1995), "Immigrés : de quels droits" (1997).

Iran libération / Union des associations des étudiants musulmans iraniens à l'étranger sympathisants des modjahedines du peuple d'Iran. Paris1982-1993

1982-1993  

BDIC : F P 4290 { n° 18, 20-37, 39-45 (1982) ; n° 49-57, 61-65, 67-99 (1983) ; n° 100-120,122-147 (1984) ; n° 148-170, 172-191 (1985) ; n° 192-209 (1986) }

BnF, site François-Mitterrand : Rez de jardin - Magasin - 4-O2-2764 { n° 1-n°19 (1982) } et FOL-O2-2764 { n° 20, 1982-1993 (nov.) }

Contexte :
1981-1990 > 1982

Fonctionnement

24 octobre 1986-20 septembre 1990  

Ce dossier contient diverses pièces administratives, notamment les attestations du président de l'association Jean Nassara, qui confèrent à Monsieur Idbihi le droit de représenter Dialogue... Plus... "dans tous les contacts et démarches administratives". Figure également une réponse de Jack Lang à une invitation que lui avait adressée Dialogues... Plus...

Contexte :
Carrière en tant qu'agent d'artistes et organisateur de spectacles > Associatif > Dialogues... Plus...

Photographies

 

Chaque boîte thématique contient une centaine de photos :

Africains d'Afrique Noire dans huit pays européens ;Cimade, droit d'asile, réfugiés ;Communauté malienne (au Mali et en France) ;Communauté tamoule (temples, fêtes, manifestations, vie quotidienne) ;Communautés chinoises en France (une vingtaine de boîtes) ;Exilés (Sangatte, Paris) ;Expulsions, police aux frontières, centres d'accueil de demandeurs d'asile (CADA) ;Marins abandonnés et marins étrangers en France et en Europe ;Religions en France : bouddhisme, Islam, sikhisme, catholicisme ;Roms roumains tchèques et bulgares (1989 à aujourd'hui) ;Sans-papiers depuis 1995 ;Zones d'attentes, centres de rétention administratifs ;Foyers de travailleurs migrants, hôtels meublés.

Dimanche +

2006-2013  

Magazine hebdomadaire sur l'actualité politique, d'abord présenté par Laurence Ferrari puis par Anne-Sophie Lapix. L'émission est apparue dans le contexte de la campagne présidentielle de 2007. Elle alterne interviews d'invités en plateau, enquêtes et reportages, avec des rubriques récurrentes. Parmi les invités, on retient les figures emblématiques de la diversité, apparues avec la politique d'ouverture de Nicolas Sarkozy en 2007 après sa victoire aux élections présidentielles : Fadela Amara (2007, 2009), Rama Yade (2007, 2009) et Rachida Dati (2010) ; mais également les deux ministres de l'immigration, Brice Hortefeux et Eric Besson (2008-2010). Parmi les sujets directement liés à la question de l'immigration, on trouve les débats autour du délit de solidarité en 2009, la polémique sur l'expulsion des Roms à l'été 2010 et celle concernant la circulaire de Claude Guéant sur les étudiants étrangers (2011).

/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_044/FRGNQ_PH_002_044_225_jpg_/0_0.jpg
1 média

Kamel Hamadi

1960-1990  

Né le 22 décembre 1936 à Aït Daoud (ex-Michelet en Grande Kabylie), Kamel Hamadi, de son vrai nom Larbi Zeggane, est l'un des plus grands auteurs-compositeurs-interprètes de l'immigration algérienne en France.

A la fin des années 40, cet ancien tailleur voit sa vie bouleversée par sa rencontre avec Slimane Azem, maître de la chanson kabyle, qui lui donne « envie de chanter ». Il commence par écrire des poèmes : au fil des rencontres, il sera recruté par Radio Alger qu'il intègre à l'age de 17 ans. Da Kamel enregistre de nombreuses opérettes, ainsi que plusieurs émissions enfantines. Il y fera la connaissance de Noura sa future épouse qui deviendra l'une des plus grandes chanteuses algériennes, régulièrement accompagnée de l'orchestre de Mustapha Skandrani. Ils feront tous les deux le voyage pour Paris en 1959 à l'occasion d'une série d'enregistrements pour la maison de disque Teppaz.

Il développe sa carrière en France. Il travaille pour Pathé Marconi et avec El Habib, il collabore aux plus belles chansons de son épouse. Ce duo d'auteurs compositeurs est à l'origine de Ya Rabi Sidi, (Oh mon Dieu) adaptation d'une chanson traditionnelle sur le départ d'un fils pour la France. Il s'est mis au service de nombreux chanteurs maghrébins, dont Karim Tahar, Saloua ou Hadj M'hamed El Anka. Kamel Hamadi a surtout écrit des chansons kabyles pour son épouse en poursuivant lui-même une carrière de chanteur. Ses thèmes de prédilection sont la vie quotidienne des Algériens, les chansons d'amour ou même l'exil. Ainsi, il chantera en duo, avec d'autres égéries de l'immigration comme Hnifa (Yidem Yidem, 1951), ou Cheikh Nordine.

Les chansons de son répertoire portant sur l'ghorba (l'exil) sont nombreuses : El hak bel Rekba (L'Argent du voyage), Ya Ghorba (L'Exil), ou Rouh Rouhal (Pars, que Dieu te facilite l'exil) chante la nostalgie, la séparation mais aussi les difficultés pour immigrer en France. Son travail de poète et de mélodiste contribue grandement à l'obtention par Noura du premier disque d'or d'une chanteuse algérienne en France (1 million d'exemplaires chez Pathé Marconi) en 1971. Celui qui a plus de 500 chansons à son répertoire vit aujourd'hui, comme toujours entre la France et l'Algérie. 

Sources : Extrait de la biographie de Kamel Hamadi par Naïma Yahi

Libérer et Fédérer / Mouvement révolutionnaire pour la libération et la reconstruction de la France [puis à partir d'octobre 1943]Mouvement révolutionnaire pour la République socialiste et fédéraliste. Toulouse1942-1944

1942-1944  

BDIC : 4 P 343 RES {n°1, 1942-n°15, 1944 }

BnF, site François-Mitterrand : Rez-de-jardin - magasin 4- LC1- 487 { pour la forme en fac similé publiée par le CEDEI en 1985 } et Rez-de-jardin - magasin RES- G- 1470 (218) { n° 1, 1942-n° 12, 1943 ; n° 15, 16, 1944 }

Contexte :
1941-1950 > 1942

Les footballeurs maghrébins de France au XXe siècle : itinéraires professionnels, identités complexes (colloque) (collection audiovisuelle)

2007  

Le colloque « Les footballeurs maghrébins de France au XXe siècle : Itinéraires professionnels, identités complexes » se tient à Marseille les 9 et 10 novembre 2007. Il est organisé par les associations Génériques et We are football association. Il bénéficie aussi du soutien du Conseil général des Bouches-du-Rhône, du Conseil régional Provence-Alpes-Côtes d'Azur, de l'Acsé PACA, de l'OM Attitude et de Cityvox.

Ce colloque réunit des historiens, doctorants et des joueurs suivant ayant évolué dans des clubs du championnat de France et dans leurs équipes nationales respectives (Maroc, Tunisie, Algérie) : Hassan Akesbi, Toaoufik Beilghit, Mustapha Dahleb, Kader Ferhaoui, Nordine Kourichi, Rachid Mekhloufi, Chérif Oudjani et Ammar Rouaï.

Les intervenants reviennent sur des moments clés de l'histoire du football et de ses protagonistes dans le cadre de l'histoire coloniale et postcoloniale. Ce sujet est notamment développé sous le prisme de la question identitaire : cette « notion d'identité sportive s'est toujours posée avec acuité car le football professionnel se développe dans un contexte colonial. » (1). Il s'agit d'une « approche novatrice [permettant] d'aborder l'interaction entre les divers acteurs en mettant en avant la diversité des joueurs maghrébins ou d'origine maghrébine et leurs itinéraires en France. » (2). Nous présentons et mettons en ligne ici une sélection des interventions des historiens.

A l'occasion de ce colloque ont également été réalisées des interviews audiovisuelles indivuelles des footballeurs sollicités, chaque joueur étant interrogé sur son passé par un historien suivant une méthodologie scientifique. Une partie de ces témoignages sont ici mis en ligne (d'autres sont à venir) ; ils présentent à la fois des destins individuels mais aussi des expériences partagées. Un éclairage particulier est ainsi apporté sur l'histoire de l'équipe de football du FLN.

(1) YAHI Naïma. La spécificité maghrébine du football français. Migrance : Les footballeurs maghrébins en FRance au XXe siècle : itinéraire professionnels, identités complexes. n°29. 2008. p.7.

(2) BOUZIRI Saïd. Editorial. ibid. p.5.

/medias/customer_28/videos et audios/FRFACEEF_V_001/FRFACEEF_V_001_047_video_/FRFACEEF_V_001_047_poster.jpg
1 média

Entretien de Francesc Panyella Farreras par Federica Luzi

16 mars 2012  

Principaux sujets évoqués :

L'école républicaine en Espagne, engagement dans la guerre et la Révolution, la vie et la solidarité pendant la guerre armée en Espagne et implication pour diffuser des revues républicaines, migration pour fuir la répression, vie à Marseille dans les différents quartiers, engagement politique en France, histoire de longue durée du Cercle Català de Marseille dans ces différentes phases de 1918 à aujourd'hui, luttes de solidarité avec l'Espagne, question de la spécificité linguistico-culturelle de la Catalogne, association et engagement politique.

Contexte :
Mémoires du réseau associatif espagnol > Mémoires du réseau associatif espagnol en régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur

Mémoires du réseau associatif espagnol en régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur

2012  

Présentation des témoins de la campagne de la région Rhône-Alpes

Entretiens réalisés par Maëlle Maugendre et Aurélie Denoyer.

Sur les 21 personnes engagées dans le mouvement associatif en Rhône-Alpes, 18 ont, suite aux entretiens téléphoniques, accepté de livrer leur témoignage. De ce fait, seulement 15 personnes, représentant douze associations, ont pu faire le déplacement. Les entretiens ont eu lieu à Villeurbanne au siège de la fédération régionale de la FACEEF, haut lieu de lutte des associations espagnoles pour faire reconnaître leur présence dans la région et leur importance sociale auprès des autorités espagnoles.

La plupart des associations ont vu le jour dans les années 1960 et 1970, période à laquelle sont arrivés également une grande partie des Espagnols que nous avons pu interroger. Il n'est pas à douter que la création d'un réseau associatif dans la région Rhône-Alpes a accompagné la migration espagnole dite "économique" dans cette même région.

Les 15 témoins espagnols interviewés sont tous venus en France durant la décennie 1960-1970 et étaient soit des enfants accompagnant leurs parents, soit de jeunes adultes à la recherche d'une meilleure situation professionnelle. Nombreux sont ceux qui percevaient alors la France comme un eldorado où ils pourraient faire des économies avant de rentrer, trois ou quatre années plus tard, dans leur pays. La majorité a franchi la frontière munie d'un visa touristique, avant d'être régularisée après l'obtention d'un travail. Pour la totalité, cette migration, qui dans un premier temps devait être provisoire, s'est avérée définitive.

Si la motivation première était, pour la plupart, économique, la migration est bien souvent également politique. Parmi les 15 témoins qui ont été filmés, 5 signalent l'engagement républicain de leurs parents pendant la Guerre d'Espagne, et les conséquences que cela a pu avoir sur leur famille (première émigration au Maghreb par exemple, exil en France pour d'autres). Saluant la liberté d'expression française alors réprimée en Espagne nombre de ces émigrés espagnols ont choisi de profiter de ce droit et se sont engagés dans le milieu associatif espagnol en France et, parfois, dans les partis politiques et notamment au sein du Parti communiste espagnol en exil. Pour certains, cet engagement est antérieur à leur migration, et explique en partie celle-ci, pour d'autres, il date de leur arrivée en France et coïncide avec leur fréquentation des milieux associatifs espagnols émigrés. En l'occurrence, sur les 15 personnes interviewées, 10 ont milité ou militent dans des organisations de gauche (principalement communistes).

Présentation des témoins de la campagne de la région PACA

Entretiens réalisés par Federica Luzi et Éva Léger.

La campagne de Marseille a permis de recueillir la parole de 13 personnes, pour la plupart des émigrés dits "économiques". Seulement quatre femmes figurent parmi les témoins, ce qui ne reflète pas le caractère familial et mixte des associations de la région PACA. Deux d'entre elles sont de la deuxième génération.

L'association représentée la plus ancienne est le Cercle Català, créé en 1918, dont Francesc Panyella, son président depuis 1981, a décrit les nombreuses activités fortement imprégnées par l'histoire de l'Espagne, la culture et la lutte antifranquiste. La plupart des personnes interrogées ont adhéré, plus jeunes, au Cercle Català de Marseille où ils ont côtoyé des réfugiés politiques.

Dans les années 1970, l'envie est née pour les émigrés espagnols de créer un centre où ils pouvaient se réunir, transmettre la langue et la culture espagnoles à leurs enfants, d'où la naissance du Centro Español en 1978. Trois autres associations espagnoles sont représentées à travers ces témoins : le Hogar Español d'Aubagne, aujourd'hui disparu, représenté par José Lozano Tamarit; le Centro Andaluz de Marseille, association interne au Centro Español et la Casa regional de la Cultura de Castilla-la-Mancha, créée en 2004 à Châteaurenard.

Ces divers témoignages nous renseignent sur la complexité du réseau associatif en région PACA, les difficultés rencontrées par les migrants et notamment les militants politiques - pour créer des espaces associatifs d'échanges et de transmission.

En effet, l'influence de l'expérience des réfugiés politiques espagnols et des batailles politiques qu'ils ont menées est importante dans l'imaginaire que les interviewés ont des luttes. De plus, l'engagement politique individuel des interviewés semble déterminer clairement la façon dont les témoins pensent leur engagement associatif.

Ces récits rendent compte donc de l'investissement de chacun dans ces associations qui, pour la plupart, sont confrontées au problème du vieillissement des membres.

Colloque du 20 mai 2000. L'intégration face à la discrimination et aux exclusions. Colloque organisé par l'ACBVO et le CIEMI – Migrations Société. Intégration et Citoyenneté : [noms des intervenants]. Les Discriminations dans le monde du travail : [noms des intervenants]. La discrimination par le logement, cause ou conséquence ? [noms des intervenants]. Les médias et les « immigrés » : visibilité et images renvoyées : [noms des intervenants]. A l'Université de CERGY-PONTOISE. Site des chênes, Amphi. : Cournot – 33 bd du Port – 95000 Cergy. RER : Cergy-Préfecture. Entrée gratuite dans la limite des places disponibles. Renseignements.

2000  

Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) (1942-1943)

Entre le 1er janvier 1942 et le 31 décembre 1943  

Le groupe des Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) est créé en 1942 en région parisienne. Il regroupe une partie des résistants étrangers menant la lutte armée durant la Seconde Guerre mondiale. A sa création, le groupe est dirigé par Boris Holban, Karel Stefka et Olaso Piera, puis en 1943 par Missak Manouchian dit Georges. Il se développe ensuite et se répartit en différents groupes dont le bataillon Liberté (Grenoble), la 35e brigade (Toulouse), le bataillon Carmagnole (Lyon-Villeurbanne) et le groupe Manouchian (Paris).

Chaque groupe suit une répartition par détachements. Sont représentés les Hungaro-Roumains (1er détachement), les Juifs (2e détachement), les Italiens (3e détachement), les dérailleurs (4e détachement) complétés par deux équipes de Bulgares et d'Espagnols. Les FTP-MOI disposent également d'un service de renseignement préparant les actions armées en amont par la recherche d'objectifs et le repérage des lieux. Le groupe déploie sur le territoire des offensives armées suivant la stratégie dite « boule de Mercure ». Cette technique vise à organiser une offensive selon l'action simultanée de différents petits groupes extrêmement mobiles afin de faire croire à une organisation de grande importance. L'une de leur action la plus connue est l'assassinat, le 28 novembre 1943, du général SS Julius Ritter qui supervisait les réquisitions d'ouvriers français pour l'industrie allemande par le biais du Service du travail obligatoire (STO).

Synergie

1990-1998  

Emission quotidienne d'entretiens avec différentes personnalités issues de la politique, des médias et des arts et présentée par Jean-Luc Hees. L'émission commence avec un éditorial de Jean-Luc Hees sur l'actualité. Puis a lieu l'entretien avec l'invité qui parle de sa propre actualité, de ses projets et Suvres. Enfin, l'émission se conclut avec une chronique liée à un jour fixe (écologie le lundi, cinéma le vendredi, etc). Parmi les invités de l'émission, on peut trouver, entre autres, Harlem Désir, fondateur de SOS Racisme ; Souad Amidou, actrice d'origine marocaine (1990) ; Mikhail Rudy, pianiste d'origine russe (1991) ; Kofi Yamgnane, secrétaire d'Etat à l'intégration de 1991 à 1993 (1992, 1996) ; Luis Rego, acteur d'origine portugaise (1996) ; Nilda Fernández, musicien espagnol, Yamina Benguigui (1997) ; Azouz Begag et Mohamed Fellag (1998).

Dossiers constitués par la DAF sur chaque foyer, ils portent sur le fonctionnement quotidien des foyers et sont constitués de contrats d'entretien, de factures d'eau, etc. : Général-Frère, Inkermann, Meyzieu, Vaise, Pressensé, Rhin-et-Danube, Joannès-Vallet, Vénissieux, Béraudière, Andrézieux, Paul-Krüger, Monplaisir, Massenet, Claudius-Pionchon, Léon-Blum, Nicolas-Garnier, Parilly, ALHTRAM, Dauphiné, Capucins, Saint-Victorien, Montoison, Bismuth, Gerland, Arc-en-Ciel, Marhaba, Oasis, Lombard.

1968-1998  
Contexte :
Sous-fonds du siège social (Espace des Brotteaux) > Direction générale (53 ml) > Direction de l'administration et des finances (12 ml)

Direction des forêts

1853-1960  

Voir les dossiers relatifs à la main-d'œuvre dans les archives de l'Office national des forêts. Voir aussi le versement 19980378 au sujet des conventions d'occupation des champs de tir et aérodromes par l'autorité militaire et par l'armée anglaise de maisons forestières ou de terrains domaniaux dans l'intérieur et aux abords des forêts soumises au régime forestier

« Les rois berbères », conférence-débat organisée par l'ACBVO en l'honneur au passage à la nouvelle année berbère (2952e) et animées par Moh Cherbi, professeur de kabyle, spécialiste de la littérature kabyle et chroniqueur littéraire sur Beur FM et Thierry Destot, écrivain [gazette « La Région de Pontoise », mercredi 16 janvier 2001, p. 7].

2001  
Contexte :
Publications de l'Association de Culture Berbère du Val d'Oise > Tracts, plaquettes, articles et revue relatives aux manifestations organisées par l'association (avec ou sans le concours de partenaires)

Aubert, Olivier (fonds d'archives)

Sans date  

Olivier Aubert est photographe-reporter et journaliste indépendant.

Suite à un reportage photo à la maison d'arrêt de la Santé en 1990, son travail s'oriente en grande partie sur l'immigration.

Auteur de nombreux articles sur l'immigration chinoise, le fonds d'O. Aubert se compose principalement de photos et de documentation sur la communauté chinoise, tant en France qu'à l'étranger (Europe, Afrique, Pays de l'Est, ...).

Nous avons mis en exergue uniquement les aspects de son travail concernant les étrangers en France et dans le monde, ce qui concerne au total huit cartons de documentation et plusieurs centaines de photos.