Documentation sur l'Europe : documentation sur les financements européens, les guides communautaires (Fonds européen pour la jeunesse, Bureau européen d'éducation populaire (BEEP), Comité européen des associations d'intérêt général (CDAG), Jeunesse pour l'Europe, Conseil de l'Europe, Le CLAP et l'Europe, Réseau européen pour les femmes (IRIS) : programmes prévisionnels, programme de conférence et journée d'études, bilan, rapport d'activité (1988-1993).

81 , 1988-1993  
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_005/FRGNQ_PH_002_005_026_jpg_/0_0.jpg
26 médias

Slimane Azem

1960-1990  

Slimane Azem est né en 1918 dans une famille kabyle de condition modeste. A l'âge de douze ans, il est engagé dans une ferme. En 1937, il part en France et travaille aux aciéries de Longwy. Mobilisé à Issoudun, il est réformé en 1940 puis s'installe à Paris. De 1942 à 1945, il est envoyé en Allemagne dans le cadre du STO (Service du Travail Obligatoire).

De retour à Paris à la Libération, il tient un café dans le 15° arrondissement et se produit comme chanteur. Le célèbre Mohamed El Kamal, chanteur de l'immigration, remarque Azem , l'encourage à composer ses propres chansons et lui permet de faire ses premières scènes dans son groupe. En 1951, il enregistre sa première chanson " A Moh A Moh " puis est présenté à Ahmed Hachlaf, directeur artistique chez Pathé-Marconi. Inquiété par la censure pour sa chanson " Affagh aya jrad " (Sauterelles, quittez mon pays !) , il n'en est pas moins banni d'Algérie après 1962 pour avoir gardé contact avec sa famille, engagée auprès des Français pendant la guerre. Ce drame personnel marque sa production musicale dont les thèmes principaux sont l'exil, la morale, la tradition et la beauté de l'Algérie.

Slimane Azem est considéré, avec Cheikh El Hasnaoui, comme le père de la chanson kabyle de l'exil. Il reçoit, en compagnie de la chanteuse Noura, le premier disque d'or remis à des artistes algériens en France.

Dans les années 70, il s'installe à Moissac où il meurt en 1982, sans jamais avoir revu l'Algérie.

Activités.

SOL 28/2 , 1968-1972  

Appel, déclaration, première liste des personnes ayant donné leur adhésion, communiqué (1969) ;

meeting et conférence de presse, organisation : notes, textes, invitation, tract, texte intégral des interventions, coupures de presse (1969, 1972) ;

documents de synthèse : chronologie 1967-1972, bagne Bordj Er Roumi, « cas Ben Jennet »

[Mohammed Ben Jennet, l'un des leaders de Perspectives, a été arrêté et condamné aux travaux forcés à la suite des journées de juin 1967.]

 ;

biographies, listes de contact, correspondance (1968-1969)

Communicable sur autorisation du déposant.

 ;

textes internes, notes manuscrites, correspondance (1968-1972)

Communicable sur autorisation du déposant.

 ;

correspondance reçue (1972)

Communicable sur autorisation du déposant.

.

Contexte :
Les organisations de défense des libertés publiques et des droits de l'homme > En France : Comités et campagnes contre la répression en tunisie > Comité international pour la sauvegarde des droits de l'homme en Tunisie (CISDHT)