Animation, revues : plusieurs cartons contenant de la documentation, des revues, des fichiers de prêt de livres ou de vidéos, des factures de matériel, des documents liés au fonctionnement du service d'animation du centre (courriers, procès-verbaux de réunions de syndicats) ; archives de Radio Trait d'Union.

Sans date  

* Participation à colloques et journées : - Centre de documentation Tunisie-Maghreb, « journées d'études franco-maghrébines ». - « L'immigration maghrébine (algérienne, marocaine, tunisienne) en France dans la perspective du marché intérieur européen » (1993), texte ms. - Centre d'études et de recherche économiques et sociales, Tunis, texte dact. Et ms sur la migration des travailleurs tunisiens. - Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, « l'individu au Maghreb », texte ms. *Travaux d'étudiants (dact.)

302 , Sans date  
Contexte :
Cartons jaunes et oranges
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4037_jpg_/0_0.jpg
1 média

Fête de l'indépendance du Maroc / Comité d'établissement RNUR Flins loisirs et culture. Boulogne-BillancourtComité d'établissement RNUR Flins loisirs et culture, [197- ?].[197 ?]

4037 , [197 ?]  

C.E. RNUR Centre industriel Billancourt, loisirs et culture. Fête de l'indépendance du Maroc. Samedi 14 mai à 14h. Théâtre André Malraux - Rueil Malmaison avec des artistes de qualité. Akal at Maakoul, Fantaisistes, Rquia Demsiria (groupe berbère sud), Doukkali, la grande vedette maghrébine, El Afra (groupe berbère Oujda).

Contexte :
Comité d'établissement Renault-Billancourt > Fêtes de l'indépendance du Maroc
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5494_jpg_/0_0.jpg
1 média

Cordes Pincées / Dialogues... Plus... ParisDialogues... Plus...[-Entre 1985 et 1995]

5494 , [-Entre 1985 et 1995]  

Premier festival international de musique Cordes Pincées. Concert au profit d'un projet du programme d'entraide de l'UNESCO. Organistation : Dialogues... Plus en collaboration avec la division des Relations Publiques de l'UNESCO. Artistes : Roberto Aussel, Martine Jeliot, Mory Kanté, Abdelwahab Doukkali, Narendra Bataju, Jean During, Pierre Urban, Frédéric Benattard, Geneviève Renon, Frac Huber, Elhadi Ali, Jacques Frisch. Pour 71 guitares, archicistre, voix de soprano et danseuse. Direction : Boris de Vinogradow. Soprano : Michèle Zini. Archicistre : Pierre Urban. Danse et chorégraphie : Ersie Pittas.

Contexte :
Manifestations musicales > Avec Dialogues... Plus...
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_1724_jpg_/0_0.jpg
1 média

Prévention des mutilations sexuelles féminines / Préfecture d'Île-de-France, Délégation régionale aux droits des femmes.

1724  

Nous protégeons nos petites filles ! Apprenez-leur à avoir confiance en elles et dans la vie. Ne leur imposez pas cette blessure. En France, c'est interdit. Code Pénal, art. 312.3. En France, cette mutilation est passible de prison. Prévention des mutilations sexuelles féminines. Avec le concours de la CAMS, Commission pour l'Abolition des Mutilations Sexuelles, du GAMS, Groupe de femmes pour l'Abolition des Mutilations Sexuelles, de l'ANMPMI, Association Nationale des Médecins de Protection Maternelle et Infantile, du MFPF, Mouvement Français pour le Planning Familial et de la CIMADE.

Contexte :
Campagnes militantes et citoyennes > 1990-1999

Mouvement des résidents des foyers Sonacotra

 

La Sonacotral, SOciété NAtionale de COnstruction de logements pour les TRavailleurs ALgériens, a été créée en 1956, pour répondre à deux problèmes. Le premier était celui de la construction et de la gestion de foyers pour les travailleurs migrants. Le second était celui de la résorption des bidonvilles. Après l'indépendance de l'Algérie en 1962, l'organisme deviendra la Sonacotra, SOciété NAtionale de COnstruction de logements pour les TRAvailleurs.

A partir de 1975, une « grève des loyers » débuta au foyer Romain-Rolland de Saint-Denis. Elle se propagera en 1976 à l'ensemble de la région parisienne puis aux autres régions françaises. Protestant contre la hausse généralisée des loyers qu'ils jugent alors indécentes en comparaison avec la qualité de vie qu'offrent ces foyers, les résidents grévistes dénoncent également l'état de délabrement précoce des structures ainsi que les méthodes de répression utilisées contre leur mouvement, comme les recours auprès des ambassades de leurs pays d'origine et les expulsions du territoire français. La lutte perdure jusqu'en 1979, date d'aboutissement des négociations entre les grévistes et la Sonacotra.

Les affiches de la collection du GISTI témoignent des différents temps forts de ce mouvement en région parisienne (appels à manifestations, photographies de cortèges manifestant) et exposent les principales revendications des grévistes. Ces documents témoignent aussi de la solidarité revendiquée entre les travailleurs immigrés et français et de la volonté d'insérer cette lutte dans le mouvement plus traditionnel de la lutte ouvrière.

D'un point de vue législatif et politique, ces revendications s'associent aux luttes contre les lois sur le séjour et l'expulsion des travailleurs immigrés. La fin des années 1970 marquent en effet une volonté des autorités françaises de ""maîtriser"" les flux migratoires dans un contexte de crise économique. Une série de lois et décrets est ainsi adoptée sur l'initiative tout d'abord de Lionel Stoléru secrétaire d'Etat au travail manuel sous les gouvernements de J. Chirac et R. Barre (1974-1978) : circulaires instaurant des aides au retour et le non-renouvellement des autorisations de travail qui signifie dans les faits une perte du droit de séjour. Puis la loi Bonnet adoptée le 10 janvier 1980 qui limite les conditions d'entrée en France et fait du séjour irrégulier un motif d'expulsion au même titre que la menace sur l'ordre public. Elle prévoit aussi la reconduite des étrangers expulsés à la frontière et leur détention dans un établissement pénitentiaire pendant un délai pouvant aller jusqu'à sept jours s'il n'est pas en mesure de quitter immédiatement le territoire.

Oudjani, Cherif et Ahmed (collection numérisée de photographies)

 

Cet instrument de recherche contient un ensemble de photographies retraçant les carrières d'Ahmed et de Cherif Oudjani dans des clubs de première division de football français et en équipe nationale d'Algérie.

L'instrument de recherche est séparé en deux pour distinguer les documents relatif à l'un et à l'autre joueur. Pour chacun, un ensemble de papiers personnels comme des cartes de clubs est disponible.

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_1550_jpg_/0_0.jpg
1 média

Union générale des étudiants de Tunisie, section provisoire, de Bruxelles. Fête de solidarité internationale / Union générale des étudiants de Tunisie-Section provisoire de Bruxelles (UGET-Section provisoire de Bruxelles).

1550  

Union générale des étudiants de Tunisie, section provisoire, de Bruxelles. Fête de solidarité internationale. Pour : une UGET autonome représentative et démocratique. La liberté et la démocratie en Tunisie. L'unité des forces progressistes à travers le monde. Vendredi 18 février à 20h, Grande salle, Cité ULB.