Activités

ABS 4-5 , 1993-1996  

Projet d'une Maison de la solidarité à Gennevilliers (décembre 1993), interventions en faveur des foyers du Port et du Comité de résidents du foyer Sonacotra Henri-Barbusse de Gennevilliers (1993 et 1995), Forum de la Solidarité (1993-1996), rencontres avec les autorités municipales et préfectorales (1994-1996).

Contexte :
Associations et collectifs de solidarité dans les Hauts-de-Seine > Collectif solidarité de Gennevilliers
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_005/FRGNQ_PH_002_005_026_jpg_/0_0.jpg
26 médias

Slimane Azem

1960-1990  

Slimane Azem est né en 1918 dans une famille kabyle de condition modeste. A l'âge de douze ans, il est engagé dans une ferme. En 1937, il part en France et travaille aux aciéries de Longwy. Mobilisé à Issoudun, il est réformé en 1940 puis s'installe à Paris. De 1942 à 1945, il est envoyé en Allemagne dans le cadre du STO (Service du Travail Obligatoire).

De retour à Paris à la Libération, il tient un café dans le 15° arrondissement et se produit comme chanteur. Le célèbre Mohamed El Kamal, chanteur de l'immigration, remarque Azem , l'encourage à composer ses propres chansons et lui permet de faire ses premières scènes dans son groupe. En 1951, il enregistre sa première chanson " A Moh A Moh " puis est présenté à Ahmed Hachlaf, directeur artistique chez Pathé-Marconi. Inquiété par la censure pour sa chanson " Affagh aya jrad " (Sauterelles, quittez mon pays !) , il n'en est pas moins banni d'Algérie après 1962 pour avoir gardé contact avec sa famille, engagée auprès des Français pendant la guerre. Ce drame personnel marque sa production musicale dont les thèmes principaux sont l'exil, la morale, la tradition et la beauté de l'Algérie.

Slimane Azem est considéré, avec Cheikh El Hasnaoui, comme le père de la chanson kabyle de l'exil. Il reçoit, en compagnie de la chanteuse Noura, le premier disque d'or remis à des artistes algériens en France.

Dans les années 70, il s'installe à Moissac où il meurt en 1982, sans jamais avoir revu l'Algérie.

Groupe d'information pour les luttes en Tunisie (GILT) [Commission d'information née avec le développement des luttes en Tunisie, au mois de février 1972.].

SOL 3/2 , 1968-1972  

Bilan de la commission (octobre 1972) ;

bulletin d'information du GILT (février-avril 1972) ;

document GILT / Agence de presse « Libération » (1972) ;

documents et notes internes (1972) ;

documents collectés : communiqué, tract, appel à la grève, projet de pétition, programme du PC, journal Avant-Garde de la jeunesse révolutionnaire (JCR) (mai 1968), journal Politique hebdo (juin 1972), documents et presse en arabe.

Contexte :
Les organisations politiques > Groupe d'études et d'action socialiste tunisien (GEAST) ou « Perspectives » / Mouvement Amel Tounsi / L'Organisation du travailleur tunisien (OTT)