Collectif 12 millions d'immigrés (collection numérisée de périodiques)

1973  

Cette publication a pour particularité d'avoir été composée collectivement par des groupes d'ouvriers immigrés répartis dans différentes usines connaissant alors des mouvements sociaux. Cette tribune réalisée par les travailleurs eux-mêmes, atteste à la fois des conflits en lien avec les luttes des employés immigrés, et des tensions sociales dues aux premières conséquences économiques du premier choc pétrolier de 1973, qui annonce la fin de la période de plein emploi connue alors depuis les années 1950.

Outre le caractère convergent qui souhaitait être donné aux luttes, symboliquement appuyé par l'alternance du rouge et du noir pour l'impression des textes, on note également l'ambition transnationale qui imprégnait cette publication. D'une part, ces organisations ouvrières étaient actives dans différentes usines d'Europe, comme celle de Renault-Billancourt ou l'usine de Ford de Cologne, alors située en République Fédérale Allemande. D'autre part les langues utilisées pour la rédaction sont éclectiques français, arabe et portugais. On peut toutes fois nuancer ce propos en signalant que la plupart des lieux de travail cités sont en France, et que le seul autre article évoquant des usines à l'étranger traite de l'Allemagne.

Ce numéro est le seul de 12 millions d'immigrés : feuille de lutte.

Comité de coordination des foyers Sonacotra en lutte (CCFSL) (collection numérisée de périodiques)

1976-1978  

La Sonacotral, SOciété NAtionale de COnstruction de logements pour les TRavailleurs ALgériens, a été créée en 1956, pour répondre à deux problèmes. Le premier était celui de la construction et de la gestion de foyers pour les travailleurs migrants. Le second était celui de la résorption des bidonvilles. Après l'indépendance de l'Algérie en 1962, l'organisme deviendra la Sonacotra, SOciété NAtionale de COnstruction de logements pour les TRAvailleurs.

A partir de 1975, une « grève des loyers » débuta au foyer Romain-Rolland de Saint-Denis. Elle se propagera en 1976 à l'ensemble de la région parisienne puis aux autres régions françaises. Protestant contre la hausse généralisée des loyers qu'ils jugent alors indécentes en comparaison avec la qualité de vie qu'offrent ces foyers, les résidents grévistes dénoncent également l'état de délabrement précoce des structures ainsi que les méthodes de répression utilisées contre leur mouvement, comme les recours auprès des ambassades de leurs pays d'origine et les expulsions du territoire français.

Pour les rédacteurs du Bulletin d'information des foyers Sonacotra en lutte, l'objectif était double. D'une part, il fallait pouvoir informer les grévistes ainsi que les personnes soutenant leur action des différents évènements mis en place dans le cadre de ce conflit social. D'autre part, il fallait pouvoir faire face aux « informations mensongères et calomnieuses »[1] de la Sonacotra et de ses alliés.

Témoignage sur les conditions de vie dans les foyers de travailleurs immigrés en France, ce périodique offre un point de vue sur un conflit qui a opposé pendant cinq années les occupants et les gérants de ces structures. On note sur chaque publication, en haut à gauche, l'inscription du nombre de mois de grève écoulé. Le conflit s'est achevé en 1980. Durant les années 1990, les foyers de la Sonacotra feront l'objet d'un plan de réhabilitation et le champ de ses compétences s'élargit : il s'agit alors plus de réinsertion par le logement. En 2007, la société change de nom et devient Adoma.

[1] Bulletin d'information des foyers Sonocotra en lutte n°1, p.1, [1977], Paris.

Tribune algérienne : Pour la constituante algérienne. / Militants Trotskystes Algériens pour la Reconstruction de la IVe Internatioanle ; Comité de liaison des trotskystes algériens. Paris1974-1980

 

Bulletin d'information et de discussion du Comité de liaison des trotskystes algériens sur la ligne de la constiuant algérienne. Son sous-titre évolueet devient « Constituante souveraine ! Libertés démocratiques ! » à partir du numéro 5 (avril 1976).

Contexte :
Publications des Militants trotskystes algériens pour la reconstructionde la IVe Internationale puis du Comité de Liaison des trotskystes algériens.