Fédération des associations de soutien aux travailleurs immigrés (FASTI)

 

Fédération nationale et sections, vie interne, administration, fonctionnement, partenariats et activités : rapports d'activité, comptes rendus de réunions, motions, notes de synthèse, résolutions de congrès, communiqués de presse, pétitions, tracts, comptabilité, correspondance active et passive, documentation produite ou reçue.

Contexte :
Activités professionnelles et engagements associatifs
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_010/FRGNQ_V_001_010_018_video_/FRGNQ_V_001_010_018_poster.jpg
1 média

Échanges avec la salle

FRGNQ_V_001_010_018  

Frédéric Callens interroge chaque intervenant sur les thématiques suivantes :

La question de la forte majorité de latinos dans les populations immigrées aux États-Unis ;L'évolution du modèle multiculturaliste au Canada ;Les conséquences du Brexit sur le modèle d'intégration britannique.

Le public intervient ensuite en venant questionner les intervenants sur les points suivants :

La question du rapport de force entre société civile et pouvoirs publics dans les différents modèles évoqués lors de la table ronde.Comment qualifier le modèle américain en matière d'intégration ?Débat autour du glissement sémantique qui s'opère entre « communauté » et « communautarisme ».

Mouvement des résidents des foyers Sonacotra

 

La Sonacotral, SOciété NAtionale de COnstruction de logements pour les TRavailleurs ALgériens, a été créée en 1956, pour répondre à deux problèmes. Le premier était celui de la construction et de la gestion de foyers pour les travailleurs migrants. Le second était celui de la résorption des bidonvilles. Après l'indépendance de l'Algérie en 1962, l'organisme deviendra la Sonacotra, SOciété NAtionale de COnstruction de logements pour les TRAvailleurs.

A partir de 1975, une « grève des loyers » débuta au foyer Romain-Rolland de Saint-Denis. Elle se propagera en 1976 à l'ensemble de la région parisienne puis aux autres régions françaises. Protestant contre la hausse généralisée des loyers qu'ils jugent alors indécentes en comparaison avec la qualité de vie qu'offrent ces foyers, les résidents grévistes dénoncent également l'état de délabrement précoce des structures ainsi que les méthodes de répression utilisées contre leur mouvement, comme les recours auprès des ambassades de leurs pays d'origine et les expulsions du territoire français. La lutte perdure jusqu'en 1979, date d'aboutissement des négociations entre les grévistes et la Sonacotra.

Les affiches de la collection du GISTI témoignent des différents temps forts de ce mouvement en région parisienne (appels à manifestations, photographies de cortèges manifestant) et exposent les principales revendications des grévistes. Ces documents témoignent aussi de la solidarité revendiquée entre les travailleurs immigrés et français et de la volonté d'insérer cette lutte dans le mouvement plus traditionnel de la lutte ouvrière.

D'un point de vue législatif et politique, ces revendications s'associent aux luttes contre les lois sur le séjour et l'expulsion des travailleurs immigrés. La fin des années 1970 marquent en effet une volonté des autorités françaises de ""maîtriser"" les flux migratoires dans un contexte de crise économique. Une série de lois et décrets est ainsi adoptée sur l'initiative tout d'abord de Lionel Stoléru secrétaire d'Etat au travail manuel sous les gouvernements de J. Chirac et R. Barre (1974-1978) : circulaires instaurant des aides au retour et le non-renouvellement des autorisations de travail qui signifie dans les faits une perte du droit de séjour. Puis la loi Bonnet adoptée le 10 janvier 1980 qui limite les conditions d'entrée en France et fait du séjour irrégulier un motif d'expulsion au même titre que la menace sur l'ordre public. Elle prévoit aussi la reconduite des étrangers expulsés à la frontière et leur détention dans un établissement pénitentiaire pendant un délai pouvant aller jusqu'à sept jours s'il n'est pas en mesure de quitter immédiatement le territoire.

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_1724_jpg_/0_0.jpg
1 média

Prévention des mutilations sexuelles féminines / Préfecture d'Île-de-France, Délégation régionale aux droits des femmes.

1724  

Nous protégeons nos petites filles ! Apprenez-leur à avoir confiance en elles et dans la vie. Ne leur imposez pas cette blessure. En France, c'est interdit. Code Pénal, art. 312.3. En France, cette mutilation est passible de prison. Prévention des mutilations sexuelles féminines. Avec le concours de la CAMS, Commission pour l'Abolition des Mutilations Sexuelles, du GAMS, Groupe de femmes pour l'Abolition des Mutilations Sexuelles, de l'ANMPMI, Association Nationale des Médecins de Protection Maternelle et Infantile, du MFPF, Mouvement Français pour le Planning Familial et de la CIMADE.

Contexte :
Campagnes militantes et citoyennes > 1990-1999