Travaux, fonctionnement...

[1980-1989]  

[Convention avec le FAS ; états des résidents par nationalités ; contrats de location, loyers ; équipement, permis de construire, suivi des chantiers, plans…. ].

Contexte :
Sous-fonds du siège social (Espace des Brotteaux) > Service patrimoine (35 ml) > Établissements, dossiers particuliers : création, travaux, fonctionnement, transformations… > Foyer de Chaponnay
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_038/FRGNQ_PH_002_038_219_jpg_/0_0.jpg
1 média

Rimitti

1960-1990  

Saâdia Bedief alias Cheikha Remitti est née le 8 mai 1923 à Tessala, près de Sidi-Bel-Abbès dans la région oranaise en Algérie. Orpheline très jeune, elle rejoint adolescente une troupe de musiciens nomades, les Hamdachis. Elle mène alors une vie d'artiste itinérante, chantant et dansant, animant à la façon de la chanson bédouine les fêtes patronales.

Elle se lance dans la chanson dans les années 40. Sa rencontre avec Cheikh Mohamed ould Ennems, éminent joueur de gasba avec qui elle se met en ménage, est déterminante. Il l'introduit dans le milieu artistique, la faisant enregistrer à Radio Alger. C'est de cette époque qu'elle tient son surnom Rimitti de l'expression "remettez-nous à boire !". Son premier enregistrement date de 1952 chez Pathé Marconi , mais elle connaît son premier succès en 1954 avec Charrak Gattà (déchire, lacère), chanson sulfureuse dans laquelle ses contemporains voient une attaque contre le tabou de la virginité. Chantant l'amour, la femme, l'alcool, le plaisir charnel, la liberté, le féminisme, elle provoque les moralistes et subit après l'indépendance de l'Algérie la censure du FLN. Elle chante comme les hommes, dans le style bédouin, accompagnée de flûte gasba et de tambour guellal. Elle y ajoute un langage cru des meddahates, groupes de musique algériens composés uniquement de femmes qui animait les mariages, baptêmes, et veillées religieuses, mélange aux sources de la musique raï.

Elle émigre à Paris en 1979, où elle anime les soirées dans des cafés communautaires. Elle se produit notamment au festival Raï de Bobigny en 1986. Auteur de plus de 200 chansons, elle est pour les chanteurs de la génération des « Chebs », « la Mère du raï », bien qu'elle leur ai reproché maintes fois de « piller » son répertoire. Elle compte dans ce dernier des titres comme "La Camel" ou "Dabri" devenus des classiques du genre.

Emprunte de modernisme, elle introduit une instrumentation moderne dans ses compositions, la juxtaposant aux bases traditionnelles. Elle connaît le succès aux débuts années 90. En 1994, l'album Sidi Mansour produit à Paris et Los Angeles sur lequel collaborent Robert Fripp, guitariste de King Crimson, et Flea, bassiste des Red Hot Chili Peppers marque son « tournant électrique ». Artiste internationalement reconnue, elle se produit sur tous les continents. En 2000, elle obtient le Grand prix du Disque de l'Académie Charles Cros. Elle continue d'enregistrer des albums et de se produire sur scène jusqu'à un âge très avancé. Son dernier album N'ta Goudami sort en 2005. Elle s'éteint le 15 mai 2006, quelques jours après son concert au Zénith de Paris, dans le cadre du "Festival 100% Raï", aux côtés notamment du chanteur Khaled. Après une cérémonie au cimetière musulman de Bobigny, son corps est rapatrié à Oran où elle est inhumée.

/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_031/FRGNQ_PH_002_031_203_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Taleb Rabah

1960-1990  

Taleb Rabah est né à Tzit en Kabylie en 1930. Fils de paysan, il émigre en France au début des années 1950 et travaille comme ouvrier dans une usine sidérurgique de Moselle. Il rejoint le FLN et s'installe à Paris au début de la guerre d'Algérie. A 22 ans, il participe à un radio crochet pour la radio AKA, dont Fraid Ali, directeur artistique, et dirige une émission sur les chanteurs amateurs. Il est alors repéré et enregistre son premier disque chez Barclay. Pendant cette période, suivant la veine nationaliste arabe, il tourne dans les galas de Bahia Farah. Il rentre au pays après l'indépendance et intègre la Radiodiffusion-télévision algérienne (RTA). Il s'affirme dans le genre qui lui et propre: chanteur "classique" de la chanson kabyle. Il inaugure la chanson kabyle solo avec guitare en se libérant du carcan orchestral. Il accorde au texte un intérêt majeur et est reconnu autant comme poète que comme chanteur par ces textes où l'ironie sociale l'emporte sur la morale.

Avava rabi akyarham (Paix à ton âme, père), lfouk zith d'ilmasbah (La chandelle n'a plus d'huile), mathachfam (Vous souvenez vous) et tnadigh ahazahriw (Je cherche ma chance) figurent parmi les chansons les plus connues de son répertoire. Il a inspiré des chanteurs comme Idir ou Aït Menguellet.

/medias/customer_28/periodiques/FRGNQ_P0094_1980_014/FRGNQ_P0094_1980_014_001_jpg_/0_0.jpg
37 médias

n°14 (3ème trimestre 1980) : Abdellatif Derkaoui, Peinture (lettre de prison)

juillet-septembre 1980  

Ce numéro présente une lettre d'Abdellatif Derkaoui. Cette lettre est destinée à accompagnée ses oeuvres dans le cadre de l'exposition "peinture de prison" qui s'est tenue dans différentes ville de France cette même année. Dans cette lettre, il exprime la nécessité des expressions artistiques comme la peinture pour dénoncer et résister à la torture. Ce numéro contient aussi le compte-rendu de son procès.

Contexte :
Actuels : écriture, théâtre, peinture. FrangyLes Hauts de JersaigneLyonEd. Jean de Breyne.1966-0
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5132_jpg_/0_0.jpg
1 média

Attentats commis à Paris / Ministère de l'Intérieur. Ministère de l'intérieur (Paris, France), [198- ?].[198-?]

5132 , [198-?]  

Ministère de l' Intérieur. Direction centrale de la police judiciare. Appel à témoins. La police judiciaire demande votre assistance pour les besoins de l'enquête sur les attentats commis à Paris [...]. Une récompense allant jusqu'à 1.000.000 francs est proposée à toute personne qui apportera des renseignements permettant l'arrestation des auteurs des attentats.

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Autres > 1980-1989

« Revue de presses » et ébauche d'articles sur les activités de la Casa.

3 , 1981-2005  

Affiches (7) annonçant les événements (2000-2007, s.d.), disponibles à Génériques et visibles sur son site.

Photographies portant sur les activités comme les sorties de l'association (notamment à Etretat), les équipes de foot, le groupe folklorique, les carnavals, concerts, expositions et fêtes (fin des années 1970 à nos jours).

/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_010_202/FRGNQ_PH_010_218-BorderMaker_jpg_/0_0.jpg
8 médias

Friche artistique - carrefour des rues Myrha et Cavé

2013  

La démolition des immeubles vétustes laisse place à des terrains qui restent à l'état de friche pendant des périodes très longues, voir plusieurs années. Dans le cadre de la Politique de la Ville, ces espaces sont mis à la disposition d'associations d'habitants pour des occupations éphémères : jardins partagés, espaces artistiques par exemple.

Sur cette friche, à l'angle des rues Myrha et Cavé, l'artiste Philippe Peryn a organisé une installation provisoire avec trois grands tilleuls déracinés et renversés, pour des ateliers de sculpture et une vision métaphorique à ciel ouvert.

Maîtres auxiliaires, étudiants et médecins étrangers, suivi des mouvements de solidarité et de leur répercussions : coupures de presse,, rapports, discours d'introduction à des conférences, guide de l'étudiant étranger [Gisti, Commission pour l'égalité des droits de tous les médecins exerçant en France CEDMEF, Collectif unitaire de défense des jeunes et des MA étrangers menacés d'expulsion, à Créteil, Coordination des maîtres auxiliaires, au CAIF, Comité de défense des étudiants étrangers] (1979, 1994-2001).

A8 bis , 1979-2001  
Contexte :
Activités de l'AMF > Campagnes particulières auxquelles participent l'AMF

Production du CLAP archivées : bulletin de liaison/lettre du CLAP (1993-1998), brochure/plaquette, journal du Concours d'écritures (1997-1998), méthodologie référentiel, enquête sur les pratiques culturelles dans les rapports intercommunautaires de quartier (1991), enquête en IDF sur les actions de formation générale à dominante linguistique (1987), revues et catalogues (1979-1990).

123 , 1979-1998  

Création, fonctionnement… (depuis 1969)

Sans date  

[Gestion (déclaration, convention, organisation, impôts, équipement, discipline, personnel) ; travaux ; dépôt-alimentation créé dans le foyer. Le dossier fait référence à la fermeture du Centre d'hébergement de Curis-au-Mont-d'Or. ].

Contexte :
Sous-fonds du siège social (Espace des Brotteaux) > Service patrimoine (35 ml) > Établissements, dossiers particuliers : création, travaux, fonctionnement, transformations… > Foyer Claudius-Pionchon à Lyon (3e arrondissement)

« Questions Femmes » Marche mondiale des femmes, suivis des travaux de la coordination française et du collectif Droit des femmes : compte rendu, dossier thématique de la coordination (2000-2002). Clara magazine (1999-2000) ATF, exposition « Traces, mémoire et histoires des mouvements de femmes de l'immigration en France 1970-2000 »: catalogues d'exposition FASTI (avec IM'média et vidéorème) « Mémoire autour des marches, mémoires des femmes, samedi 28 février 2004 : dossier de colloque (2004).

A23 , 1999-2004  
Contexte :
Activités de l'AMF > Campagnes particulières auxquelles participent l'AMF
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_2433_jpg_/0_0.jpg
1 média

Rencontres berbères / Association de culture berbère (ACB). mai 1986

2433 , mai 1986  

Rencontres berbères les 8, 9, 10 mai 1986 de 10h à 20h, à la maison des syndicats, 33 rue de la Grange-aux-Belles, 75010 Paris, M° Colonel-Fabien. Des dizaines de stands, de nombreux spectacles et animations, des conférences-débats avec Mouloud Mammeri, Nabil Fares, Mehenna Maffoufi, Mahmoud Zemmouri, Nacer Kettane, Mohand Abouda, Muhend U Yehya, etc... Et, samedi 10, Djamel Allam, les Rocking Babouche, la chorale Tiddukla, Bahi, percussions, la troupe de danse de l'ACB. Organisées par l'Association de culture berbère, 37 bis rue des Maronites, 75020 Paris, avec le soutien du ministère de la Culture et du FAS.

UNFP – section de Paris, vie interne : convocation à une journée d'étude animée par Medhi Ben Barka le 24 février [année non précisée], bulletin interne manuscrit après les événements de mars 1965 à Casablanca (1965). PCM, campagne suite à l'interdiction du journal Al Moukafih (Le combattant) : protestation, tracts ; situation en Algérie en 1962 : déclarations d'A. Yata et d'autres dirigeants du PCM (1962).

A1/9 , 1962-1965  
Contexte :
Relations avec les sections et le monde associatif > Relations avec d'autres organisations > Autres organismes / autres fonds

État des lieux, prise en gestion.

Sans date  

[Travaux, état des lieux (mobiliers et matériaux), plans 1/50e (Office municipal HLM de Saint-Priest). ].

Contexte :
Sous-fonds du siège social (Espace des Brotteaux) > Service patrimoine (35 ml) > Établissements, dossiers particuliers : création, travaux, fonctionnement, transformations… > Foyer résidence de la Cordière à Saint-Priest
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_032/FRGNQ_PH_002_032_205_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Akli Yahyaten

1960-1990  

Né le 17 février 1933 à Beni-Mendès en Kabylie, Akli Yahyaten est orphelin de père. Il quitte la campagne à douze ans pour Alger où il vit, enfant des rues, de petits boulots et de rapine. A l'âge de vingt ans, il immigre en France, à Paris. Jusqu'en 1954, il occupe divers emplois, de manœuvre à garçon de café. A ses heures perdues, il s'initie à la mandoline avec passion. Après son service militaire de 1954 à 1956 à Miliana, il devient manœuvre spécialisé à l'usine Citroën où il fréquente les milieux du FLN. Accusé d'être collecteur de fonds, il est emprisonné en 1956 pour six mois. A sa sortie, il décide de faire de la musique son métier. Il se produit d'abord dans les cafés communautaires, où il chante la nostalgie du pays. Familier des artistes maghrébins du Quartier latin, il participe aux émissions kabyles de l'ORTF et se produit sur la scène des cabarets " Le Bagdad " et " Les Nuits du Liban ". En 1959, à nouveau inquiété pour se activités, il retourne en prison. Son expérience carcérale lui inspire des chansons qui font de lui une grande vedette. Chantant en arabe et en amazigh, il fait sa carrière entre Paris et Alger avec à son palmarès de nombreux succès.

Luttes de l'immigration. – Carte 10 ans, Migr'europe, Sonacotra, Sans Papiers, Citroën, SOS refoulement : coupures de presse, comptes rendus, textes législatifs, brochures, bulletins, pétitions, correspondance, communiqués. Comité de coordination des foyers SONACOTRA en grève : conférence de presse (1976), revendications, coupure de presse, appel, communiqué de presse (1979). Collectif SOS Refoulement [Local à la MTI au 46 rue de Montreuil 75011 Paris. Brochure réalisée par SOS Refoulement et éditée par le CALP (25 rue Gandon, 75013 Paris). Thèmes : chômage, sans papier] : comptes rendus de réunions, pétition, liste des signataires, appel et communiqué, bilans financiers du collectif, liste des commissions locales, liste des association membres, communications, dossier de formation, brochure (1979-1981). Grève de la faim et sans papiers : tracts d'appel au rassemblement, liste des membres du comité de soutien aux grévistes, communiqué, coupures de presse (1982). Campagne pour la carte de 10 ans [En 1983, 6 organisations nationales lancent un manifeste pour la « carte unique, valable 10 ans, non informatisée, renouvelable automatiquement, pour tous ls immigrés » signé ensuite par plus de 50 organisations nationales et locales. ] : pétition, manifeste, note de synthèse juridique, projet d'action, argumentaire, compte rendu de réunion, correspondance (1983-1984). Mesures de licenciements dans les usines Citroën-Aulnay : revue de presse (1984). Migreurope [Association internationale à but philanthropique et pédagogique dont le siège est situé à Bruxelles. ] : comptes rendus du CA, du Bureau, du Comité préparatoire, liste des membres, convention, statuts, bulletin d'information (1988-1990).

A45 , 1979-1990  
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_2630_jpg_/0_0.jpg
1 média

Marivaux, L'Île des esclaves / Lucenaire. juillet 1997

2630 , juillet 1997  

Le Lucernaire et la Compagnie Le Théâtre du jeu présentent : Marivaux, l'île des esclaves. Une mise en scène de Christophe Boudé. Les musiciens : Evrim Evci, Jean-Marc Labastide. Les comédiens : Christophe Boudé, Caroline Lallau, Eric Rouquette, Marie Sauvaneix, Benjamln Tual. Les capoeiristes : Isaac Lartey, Bem-Te-Vi. Danse brésilienne des esclaves noirs (Bahia). Arrangements : Evrim Evci. Lucernaire à partir du 9 juillet 1997, 21h30.

Contexte :
Arts de la scène > 1990-1999 > 1994-1997
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_1504_jpg_/0_0.jpg
1 média

Planète productions et l'Association Penc-Mi présentent La Nuit Reggae ou Mandingo Style / PENC-MI, Planète production. février 1997

1504 , février 1997  

Planète productions et l'Association Penc-Mi présentent La Nuit Reggae ou Mandingo Style. Hass Keita. Max' Adioa. Sortie nouvel album. En première partie : Misaal et Abou Smith. Samedi 22 février 1997 à 20h30 au New Morning.

Contexte :
Arts de la scène > 1990-1999 > 1994-1997
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_002_002_video_/FRGNQ_V_001_002_002_002_poster.jpg
1 média

Le cinéma de l'immigration en France jusqu'aux années 1970

2010  

Mouloud Mimoun retrace l'hisoire du cinéma immigré en France de ses débuts à la fin des années 1960. Le premier film sur le thème est Tony de Jean Renoir. Puis, ce thème n'est que peu traité jusqu'aux années 1960. A cette époque, on assiste à la convergence entre l'idéologie d'extrême gauche, le cinéma militant et la prégnance de la Guerre d'Algérie.

Contexte :
Interventions des historiens > Introduction > Mouloud Mimoun : l'image des Maghrébins au cinéma, un rappel historique
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_015_video_/FRGNQ_V_001_002_015_poster.jpg
1 média

Conclusion de Driss El Yazami

2010  

Driss El Yazami, délégué général de Génériques, livre en conclusion de ce colloque sa réflexion sur la difficulté du cinéma français à parler des couches populaires et des immigrés. Lorsqu'il traite de ce sujet, l'immigré apparaît soit comme un problème soit comme un individu qui a réussi. Il semble difficile de sortir des stéréotypes et de traiter des histoires individuelles même si les films plus récents montre que cela commence à changer. Il conclut enfin sur le retard du cinéma par rapport aux autres domaines artistiques comme la littérature.

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_011_video_/FRGNQ_V_001_002_011_poster.jpg
1 média

Intervention de Kader Boukhanef

2010  

L'acteur du Thé au Harem d'Archimède, pionnier des années 1980 est interrogé par Naïma Yahi sur ce que représente pour lui le fait d'être un acteur maghrébin. Il ne se considère pas comme tel et préfère parler de sa vocation d'acteur refusant toute idée de communautarisme. Il raconte comment s'est passé le casting de ce film. Il analyse son succès et l'impact qu'il a eu sur sa carrière.

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_010/FRGNQ_V_001_010_013_video_/FRGNQ_V_001_010_013_poster.jpg
1 média

Échanges avec la salle

FRGNQ_V_001_010_013 , 2017  

Le public réagit aux interventions de la table ronde en abordant les thématiques suivantes :

L'importance du positionnement politique replacé au cœur de l'action associative ;L'accueil des étrangers en France ;Le rôle de l'État face au tissu associatif.