Toutes les ressources Val-de-Marne (département, France) 145 résultats (5ms)

A six kilomètres de Paris : montage (1969).

4AV 115 , 1969 - 1969  

Les reporters partent de la tour Eiffel et après une vue panoramique de Paris, ils vont vers la banlieue en prenant les voies sur berges et arrivent à Ivry. La visite d'Ivry commence par une vue générale de la ville (usines, habitat). Après une vue de la mairie et un rappel de l'appartenance politique de la commune depuis 1925, ils présentent l'entreprise SKF avec la sortie des ouvriers et présentation de la coopérative. Le commentateur parle de la précarité de l'emploi et des salaires. A l'office municipal de la jeunesse, présentation de voyages proposés dans les pays de l'est (commentaire sur la Hongrie). Vues sur la ville et la circulation automobile, visite du magasin Prisunic, des chantiers de constructions d'immeuble (Jeanne Hachette), des HLM et surtout les bidonvilles où logent les travailleurs immigrés notamment une famille italienne. Explications sur leurs conditions de vie. Une famille française est présentée. Après une visite de l'appartement, le chef de famille parle de sa vie quotidienne : le coût de la vie, la retraite, les études de ses enfants, la précarité de l'emploi dans le système capitaliste. Les reporters se rendent au local du PCF d'Ivry. Le secrétaire local parle du deuxième tour des élections présidentielles de 1969 entre M. Poher et M. Pompidou. Organisation de la fête de l'Humanité. André Gérard présente la MJC : ses aspirations, les activités proposées aux jeunes. Les "Amis de l'enfance" propose un spectacle avec la chanteuse Mireille Rivat. Les Vaillants et les Vaillantes organisent au palais de la Mutualité à Paris une rencontre de la jeunesse de différents pays, spectacle de danses folkloriques enfantines. Fête de l'Amitié à Malakoff. Défilé d'enfants notamment sur un char consacré au peuple vietnamien en guerre, dans la foule des délégués Nords-vietnamiens. Un bref commentaire retrace la lutte du peuple vietnamiem.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Ivry-sur-Seine

Lorette et les autres : montage (1971).

4AV 243 , 1971 - 1971  

Le film nous montre les conditions d'insalubrité totale et de précarité auquelles les immigrés portugais étaient confrontés dans le bidonville : dépaysés, entassés, exploités par les besoins en main d'oeuvre du pays d'accueil. Parmi eux Lorette Fonseca et son mari Carlos, deux professeurs ayant quitté le Portugal et son régime totalitaire, tentent d'adoucir les conditions de travail et de vie de leur communauté dans le bidonville.Tous deux contribuent à l'alphabétisation de la population portugaise immigrée leur donnant ainsi le moyen de se défendre contre les differents abus administratifs dont ils sont victimes.Lorette devient alors l' interprète au sens fort, humain, politique de ses compatriotes. Ces actions vaudront à la jeune femme un avis d'expulsion et une invitation à comparaître pour trouble de l'ordre public.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > Dominique Dante

Il faut que ça change : montage [1975-1977].

4AV 34 , 1975 - 1977  

Ce documentaire décrit la vie quotidienne de jeunes dans la cité de transit des Sablières à Créteil. Ces jeunes d'origine étrangère pour la plupart, parlent du racisme, de la ségrégation sociale dont ils sont l'objet dans la vie quotidienne, au travail et à l'école. La cité est appelée la cité du quart-monde ou le petit Chicago. Ils se demandent d'où vient cette réputation. Ils se posent des questions sur le mode d'action qu'ils pourraient faire afin de faire connaître leurs problèmes. Ils envisagent l'action théâtrale. Un groupe monte une pièce de théâtre parlant des relations parents-enfants, de l'alcoolisme, la drogue, du monde carcéral connus par certains d'entre eux. D'autres parlent de leurs échecs scolaires. Un leitmotiv : "Si nous étions pas de cette cité, cela irait mieux". Ils se réunissent au Mac Donald's, lieu peu onéreux. Des interviews auprès de certains jeunes évoquent leurs désirs et leur avenir : un vrai métier, ne pas se marier afin d'éviter à leurs enfants cette vie, un autre veut être danseur mais cela est mal vu par son entourage et sa famille, un autre veut découvrir le monde.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > Jean-Claude Haulbert

Ce qu'elles vivent, les femmes ! : montage (1981).

4AV 81 , 1981 - 1981  

Portraits de 14 femmes qui racontent la vie de travail, la vie familiale et sociale, elles mettent en évidence les discriminations dont elles sont victimes dans le contexte social et culturel d'aujourd'hui. Elles expriment leurs luttes ou leurs impuissance face à la société et face aux mentalités et comportements quotidiens. Nelly, étudiante chilienne réfugiée en France, travaille comme OS en France. Elle raconte ses soucis au travail, le manque de rendement à la chaîne qui lui est reproché. Alice, maîtresse auxiliaire, mariée et mère de deux enfants a repris ses études pour passer le CAPES. Elle fait un remplacement dans un collège d'une cité de transit de Villejuif. Elle parle des relations avec les élèves, de sa vie professionnelle qu'elle ne veut pas sacrifier. Elle est issue d'une fratrie de 14 enfants. Elle évoque le sujet de la contraception abordée avec sa mère, les relations familiales. 4 employées travaillant à Viniprix et militantes syndicales évoquent la grève dans le magasin. Annick, mère célibataire de 4 enfants métis. Elle parle des rapports homme-femme, les préjugés sur les mères célibataires. Lamriya, d'origine algérienne, élève seule ses enfants, a été mariée à 15 ans. A 19 ans, elle quitte son mari. Elle parle des différences culturelles, des générations, de la place de la femme. Catherine et Micheline travaillent à la sécurité sociale, militantes syndicales. L'une d'elle est en instance de divorce. Elle a été mariée à 17 ans et demi. Elle évoque les violences conjugales, sa nouvelle vie, son activité syndicale. Marina et Louisette licenciées de l'entreprise Metallo depuis 1979. Elles racontent les circonstances du licenciement et les difficultés à accepter le chômage. Andrée, 74 ans, ouvrière chez Metallo. Elle raconte la pression dans l'entreprise. Jacqueline, employée communale, mariée et deux enfants. Elle parle de l'éducation reçue par sa mère et donnée à ses enfants.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Vitry-sur-Seine

Portugaises d'origine : montage (1984).

4AV 1074 , 1984 - 1984  

Des jeunes filles d'origine portugaise vivant en France témoignent de leur vie en France, le mythe du retour au pays entretenu par les parents, l'intégration en France, l'autorité parentale, le rôle des associations (cours de danse, de portugais aux enfants tous les samedis), la place des femmes dans la société portugaise. Le documentaire est entrecoupé de scènes de théâtre jouées par des adolescents concernant les relations enfants-parents, l'intégration. Lors d'une émission de Radio clube portuguèse (de Villejuif ?), des jeunes femmes d'origine portugaise témoignent des difficultés à obtenir des titres de travail et de séjour.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Vieira : montages, épreuves de tournage.

L'association portugaise et le jardin familial (suite), une famille portugaise dans le13e arrondissement, la Maison du Portugal à Plaisir, Manuel Fernandes, entrepreneur portugais : épreuves de tournage.

4AV 225 , 1985 - 1985  

08:00:16:15- 08:28:59:10 : L'association portugaise de Trappes. Une photo montre un groupe de l'association. Devant l'église moderne de Notre-Dame de Trappes, le Père Duboys et la Soeur Deolinda parlent de la ferveur des Portugais et de leurs dons qui ont contribué à sa construction. Soeur Deolinda parle du trésor que constitue la langue portugaise. A Vitry-sur-Seine, Ligue du coin de terre, une famille portugaise jardine son potager, ils parlent entre voisins de parcelle de leurs cultures. Une famille portugaise de la région du Minho jardine, le père de famille raconte son émigration devant la baraque de son jardin familial.

08:28:59:10- 08:51:59:03 : La même famille dans le 13ème arraondissement de Paris, pendant un repas de famille. A Plaisir, dans les Yvelines, pose de la première pierre de la Maison du Portugal, en présence du maire de Plaisir, et de l'ambassadeur du Portugal. Entretien avec le maire de Plaisir, le délégué auprès de Claude Evin aux Affaires Sociales, le délégué aux communautés portugaises auprès du Consulat de Versailles. Image de l'église du Sacré-Coeur à Gentilly.

08:51:59:03- 09:12:22:02 : Dans le bar de son entreprise d'aviation, Manuel Fernandes, un entrepreneur portugais, parle de ses activités, vol au dessus des régions du Val-de-Marne et de la Seine-et-Marne (Disneyland en construction). Il parle de la disparition de la solidarité entre Portugais, de radio Alpha. Il raconte son arrivée en France.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

Manuel Fernandes (suite), José Lopes, Manuel Alves entrepreneurs portugais : épreuves de tournage.

4AV 226 , 1985 - 1985  

09:00:09:20- 09:24:53:01 : Suite de l'entretien avec Manuel Fernandes.

09:24:53:01- 10:14:32:05 : Les Sablières du Val-de-Marne, images d'engins au travail dans la sablière, en arrière plan : Créteil. Entretien avec le P.D.G. José Lopes, il raconte son arrivée en France, les liens avec la ville de Saint-Maur, les techniques employées par sa societé, l'envergure européenne de son entreprise. Entretien avec Manuel Alves, P.D.G. de l'entreprise Moser.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

Panorama des associations portugaises en Ile-de-France (suite).

4AV 224 , 1985 - 1985  

07:00:28:09- 08:14:52:00 : Suite de l'entretien avec Mario Castilho, président de l'association des Portugais de Pontault-Combault, il parle de son arrivée en France et de la naissance de son association en réaction au contexte d'accueil de la communauté portugaise. L'association développe l'action sociale dans un premier temps, la création d'un club de football puis d'un groupe folklorique. A l'association Amitié franco-portugaise à Villiers-sur-Marne, des membres parlent de l'équipe de football, des liens entre les communautés française et portugaise, de l'intégration, du droit de vote, du manque de subventions, et des cours de langue portugaise dispensés par l'association. A l'association portugaise de Trappes, dialogue avec Deolinda, une religieuse, le Père Duboys, et le président de l'association. Ils parlent de la naissance de l'association, l'enseignement religieux qu'elle dispense aux jeunes issus de la deuxième génération, l'aide à l'intégration, à l'évolution, l'image du Portugais en France, le devoir de mémoire, les bidonvilles, l'aventure que représentait l'immigration.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

Les intellectuels portugais en France (suite), photographies, coupures de presse, articles traitant des bidonvilles : épreuves de tournage.

4AV 229 , 1985 - 1985  

12:00:07:01- 12:45:19:04 : Entretien avec Jorge Chaminé, chanteur d'opéra, baryton, arrivé en France en 1978 après ses études de droit. Entretien avec Luis Rego qui raconte qu'il n'a pas choisi la France c'est un accident de parcours. Il raconte son emprisonnement deux mois par la PIDE ( police politique sous la dictature salazariste au Portugal), et comment il a commencé à cotoyer le milieu artistique. Réflexions sur la France, le Portugal, l'immigration.

12:45:19:04- 13:00:50:12 : Série de photos montrant les Portugais dans les bidonvilles de Champigny et de Villeneuve-Le-Roi. Coupures de presse, articles parus dans des journaux, traitant des bidonvilles.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

Portugais en France, une communauté invisible ? : émission télévisée "Ensemble aujourd'hui" (1987).

4AV 440-441 , 1987 - 1987  

ll s'agit d'une émission télévisée diffusée le 22 novembre 1987 et portant sur la communauté portugaise immigrée en France. Plusieurs reportages sont présentés par le jounaliste Jean-Pierre Mabille qui recoit comme invités : Manuel Dias, Luis Rego et Graça Dos Santos. Ces reportages évoquent l'immigration portugaise des années soixante qualifiée d'hémoragie humaine, la culture ainsi que la vie quotidienne de cette communauté, implantée en France depuis trois générations. L'émission présente des interviews, des documents d'archives.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Vieira : montages, épreuves de tournage.

Témoignage d'une formatrice en français : enregistrement sonore.

14AV 690 , 1987 - 1987  

Face A :

00.00.10 La personne parle du stage, elle était formatrice en français ; de formation elle est animatrice socio-éducative, elle parle de l'association Formation et démocratie à Villejuif et de ses responsables.

00.03.55 Animatrice à Massy ; travail avec des jeunes, accueil de femmes immigrées, spectacles dans les écoles ; ludothèque ; alphabétisation, éducatrice pour enfants à la DDASS.

00.08.33 Le stage, l'ambiance, la loge du gardien.

00.11.30 L'occupation, l'organisation, autogestion, affinités et désaccords.

00.17.45 Les hommes un peu jaloux par rapport aux femmes, Patrick Oinard.

00.20.35 Pour les hommes, formation en décalage avec le travail qu'ils allaient trouver ensuite.

00.25.30 Journée du 5 juin.

00.30.25 Délégation au ministère de la condition féminine ; subvention pour la formation.

00.32.48 Déception par le journal Antoinette, elles ont été reçues mais pas d'article sur la lutte.

00.37.00 Altercation avec des ferrailleurs.

00.39.35 Regard féministe sur la lutte, c'était d'abord une lutte ouvrière.

00.44.50 Est-ce qu'il y avait de la mysoginie ? Non, estime des hommes pour les femmes, seule distinction pour les gardes de nuit.

Face B:

Gardes de nuit.

00.05.10 Intervention des CRS, renforce la solidarité, mais à la reprise de l'usine peut-être des divergences. opération clandestine.

00.17.40 Fin.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Ivry-sur-Seine > Recueil de témoignages auprès de 37 salariés de l'usine SKF à Ivry-sur-Seine après l'occupation contre la fermeture (1983-1985) et le conflit : enregistrements sonores.

Champigny-sur-Tage : montage (1987).

4AV 230 , 1987 - 1987  

Le réalisateur revient sur les lieux de l'ancien capitale portugaise en France : Champigny-sur-Marne. Il saisit l'occasion d'aller à la rencontre de Portugais résidant encore dans la ville. Ceux-ci évoquent alors le dur passé qu'ils ont connu : l'immigration clandestine payée à des passeurs, les conditions de vie dans le bidonville désormais disparu, les difficultés d'intégration en France dont la population leur a quelques fois été très hostile, ainsi que leurs doutes sur un retour éventuel au pays natal. De jeunes gens d'origine portugaise livrent également leurs interrogations sur leurs indentité culturelle et sur leur place dans la société française.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage.