Toutes les ressources Val-de-Marne (département, France) 145 résultats (15ms)

Luc Delbreuil, responsable du centre de 1998 à 2003.

1AV 318-319 , 2008 - 2008  

- Luc Delbreuil précise son parcours de formation et son cursus professionnel.

- Il raconte ses débuts à l'Association FTDA en 1994 en tant que responsable du service coordination avec les CADA et les relations entretenues à ce titre avec FTDA Créteil.

- Il analyse les conditions de son arrivée en 1998 au centre en tant que responsable.

- Il décrit la réhabilitation architecturale en 1999 et les changements consécutifs qu'elle a induits dans l'organisation du travail, ainsi que la création du CAOMIDA.

- Il exprime son sentiment sur la grève de 2000, comment il l'a vécue en tant que responsable et le regard déçu qu'il pose sur l'évolution des CADA.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de France terre d'asile (CADA de Créteil) > Centre de FTDA Créteil, personnels de 1977 à 2008 : enregistrements filmés, novembre-décembre 2008. > Personnels de direction, pour la période 1977 à 2008.

Asma Ashraf, directrice de l'association des femmes-relais médiatrices interculturelles de Champigny-sur-Marne depuis 1999 : entretien filmé (2012).

1AV 524-526 , 2012 - 2012  

Née au Pakistan en 1974, arrivée en France en 1977. Elle créé avec 14 autres femmes en 1997 l'association des femmes-relais médiatrices interculturelles de champigny-sur-Marne dans le quartier du Bois l'Abbé. Emploi jeune en 1999, elle dirige l'association depuis cette date.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne

Bamadi Sanokho, entretien sur son parcours associatif et professionnel : témoignage filmé (2009).

1AV 373-376, 391-392 , 2009 - 2009  

Né en 1977 à Paris, de parents d'origine sénégalaise. La famille est intallée à Gentilly à la cité 502. En 1996, il créé une association de jeunes le "502" et participe à un voyage dans le village de Kolobo au Mali pour mettre en place un centre de santé communautaire. Il est élu à la ville de Gentilly depuis 2001. Depuis 2005, il est chargé de mission au service Relations internationales du Conseil général.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel du Conseil général

Patricia Delord, psychologue psychanalyste, intervenant au centre depuis 2000.

1AV 291 , 2008 - 2008  

Patricia Delord retrace son parcours de formation et son cursus professionnel.

Elle raconte ensuite ses interventions au centre dès 1995 et comment elle y a été recrutée en 2000 pour une consultation d'accompagnement psychologique hebdomadaire.

Elle explique qu'elle suit parallèlement depuis 2002 l'équipe du CAOMIDA.

Elle analyse son rapport avec les personnels, les réfugiés et demandeurs d'asile, son travail avec eux et avec les interprètes, sans omettre la réalité des différences culturelles.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de France terre d'asile (CADA de Créteil) > Centre de FTDA Créteil, personnels de 1977 à 2008 : enregistrements filmés, novembre-décembre 2008. > Personnels médico-sociaux, pour la période 1979 à 2005.

Immigration portugaise en France : mémoire des lieux : montages (2006).

4AV 2363 - 2365 , 2006 - 2006  

Réalisation de documentaires par des jeunes campinois sur le passé de leurs parents portugais, leurs attaches au Portugal et par des jeunes Français s'installant au Portugal.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > Pierre Primetens

Michèle Vibert, entretien sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Enseignante à l'école du plateau à Champigny-sur-Marne de 1961 à 1968 : enregistrement filmé (2008).

1AV 254-255 , 2008 - 2008  

Enseignante à l'école du plateau à Champigny-sur-Marne de 1961 à 1968 près du bidonville de Champigny-sur-Marne.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Enseignants à l'école du Plateau

Vidéo sur Marne n°14. Une revue audiovisuelle campinoise, janvier 2008.

4AV 2554 , 2008 - 2008  

Immigration : Une visite à la Cité nationale de l'histoire de l'immigration.

Elections municipales : Droite ou Gauche ? des personnes rencontrées sur la foire au troc et aux cochons acceptent ou n'acceptent pas de répondre à la question.

A vélo dans la ville sur la N4, à la sortie de l'école Maurice Denis, à la sortie de la poste principale, au Bois l'Abbé...

Habillage des boules qui changent de couleurs.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Champigny-sur-Marne > Association Vidéo-sur-Marne

Interviews d'Any Philip du comité d'Orly du Secours populaire et de Michèle Assère de l'APEIS (Association pour l'emploi, l'information et la solidarité) : épreuves de tournage.

2AV 1492 , 2000 - 2001  

Interview d'Any Philip du Secours populaire. On l'interroge sur la condition des femmes, très précaire physique et psychologique. Les femmes venant à l'association dans une situtation d'urgence, le manque d'argent, des mères très jeunes. L'association tente de répondre aux demandes et tentent d'instaurer un suivi avec elles. L'association travaille par exemple pour faire manger les enfants à la cantine. Sur Orly, il y a des personnes très pauvres, surrendettés.

Interview de Michèle Assère de l'APEIS, association d'aide aux chômeurs en situation précaire. Elle est interrogée sur la condition des femmes en France aujourd'hui. Pour elle, il y a une régression surtout pour les jeunes femmes qui sont chef de famille et cantonnent au second rôle. Elle constate des inégalités dans les postes, les salaires. L'association essaie de leur indiquer ce qui est possible de faire, malgré l'évolution insuffisante des lois. La femme doit être consciente qu'elle est l'égale de l'homme. Si elles sont responsables dans les faits, elles doivent encore quémander. Depuis une génération, elle considère que les hommes ont fait des efforts pour s'occuper des enfants. Il y a une opportunité d'égalité. La condition des femmes peut s'améliorer si les femmes transmettent ces valeurs de responsabilité à leurs enfants. Vue des stands d'un forum sur la condition des femmes, des panneaux sur la marche du 17 octobre 2000 à New York.

Contexte :
Films de l'unité audiovisuelle du Conseil général du Val-de-Marne > Interviews de femmes militant dans des associations civiques val-de-marnaises ayant participé à la marche des femmes à New York en 2000 : épreuves de tournage (2000-2001).

Saliou Dia, huitième partie. L'action de l'association Solidarité africaine du Val-de-Marne créée en juin 2002.

1AV 521 , 2012 - 2012  

L'organisation du Grand repas à Champigny. Les actions pour les séniors du quartier Papy-mammys. L'installation d'une cyber-base pour les jeunes du Bois l'Abbé. Un projet destiné aux jeunes de monter des projets de séjour pour les rapprocher les jeunes des autres résidents. Il raconte le conflit à l'origine du projet, le montage du projet financier par les jeunes. Il raconte les échos négatifs des médias sur les émeutes de décembre de 2005.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Saliou Dia, habitant de Champigny-sur-marne, d'origine sénégalaise, entretien sur son parcours de migrant et de militant associatif : entretien filmé (2012).

Rodolphe Bianco, entretien avec un Fresnois âgé de 82 ans, sur ses souvenirs d'école à Fresnes entre 1925 et 1940 : enregistrement sonore (2002).

14AV 1015 , 2002 - 2002  

Rodolphe Bianco est né en 1920 à Antony de parents italiens immigrés. Il va à l'école maternelle à l'âge de 5 ans, située face à l'aile droite de la mairie de Fresnes.

Dès l'âge de 6 ans, il est à l'école primaire de Fresnes, constituée de 2 classes, une pour les garçons et une pour les filles. Rodolphe évoque l'organisation de la classe.

Puis il décrit des photos prises dans les années 1930 et il essaie de se souvenir du nom et le caractère de ses professeurs et des ses camarades.

Rodolphe explique comment se passaient les récréations et la discipline au moment de rentrer en classe après le coup de sifflet.

Rodolphe évoque les particularités de la classe à cette époque, comme le chauffage constitué d'un poêle à charbon. Il parle aussi des objets, des meubles, les bancs d'école, les cahiers, les porte-plume, les manuels scolaires. Il évoque aussi le port de la blouse noire et des galoches. Rodolphe parle des récompenses et les prix attribués en fin d'année et distribués dans la salle des fêtes. Il se souvient de certains prix comme les beaux livres. Il donne des précisions aussi sur les horaires de la classe, les dates de congés scolaires de cette période. Il aborde le sujet des distractions pendant les récréations : les billes, le ballon. Il parle de ce que sont devenus ses camarades d'école. L'entretien se termine sur l'évocation des associations, comme l'association sportive à Fresnes à laquelle il a participé comme "amicaliste".

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Fresnes et Val-de-Bièvre

Saliou Dia, habitant de Champigny-sur-marne, d'origine sénégalaise, entretien sur son parcours de migrant et de militant associatif : entretien filmé (2012).

1AV 509-511, 514-516, 520-523 , 2012 - 2012  

L'enfance au Sénégal, les associations de solidarité villageoises, la création de l'association des jeunes de Sinthiane à Dakar, les caisses de solidarité, l'arrivée en France, l'obtention d'un logement au Bois l'abbé, le regroupement familial, ses actions dans les associations de quartier à Champigny-sur-Marne et au Bois l'abbé, le travail de médiation, le repas partagé, l'Union des travailleurs sénégalais de France, l'association Solidarité africaine du Val-de-Marne, la Caravane du casier judiciaire, l'accueil des migrants.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne

Alice Rodrigues, dernière partie.

1AV 274 , 2008 - 2008  

Elle raconte son apprentissage de la langue portugaise au le consulat et au centre culturel portugais. Elle parle de son frère et sa soeur qui sont restés Portugais. Elle a fait la demande de nationalité française pour pouvoir être surveillante et financer ses études. Elle parle de l'accueil méprisant à la sous-préfecture de Nogent lorsque sa soeur est venue chercher sa carte de séjour à 16 ans. Sa soeur et son frère se sont mariés avec des personnes d'origine portugaise. Elle compare les photographies courantes sur le bidonville avec sa propre expérience, en marge du bidonville dans une maison en dur avec la télé, le garage et le potager. Elle pense qu'il ne faut pas limiter le bidonville à un aspect misérabiliste et resitue le bidonville dans le contexte de l'époque, inscrit dans les problèmes de logement après-guerre en France.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Habitants du bidonville > Alice Rodrigues, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Née en 1960 en France, elle a vécu avec sa famille, sentier des Pendants jusqu'en 1967 : épreuves de tournage (2008).