Toutes les ressources Val-de-Marne (département, France) 145 résultats (17ms)

France Palestine - Champigny Bethléem, courts-métrages : montages (2007).

4AV 2362 , 2007 - 2007  

Check Point, court métrage de fiction. Film réalisé par Pascale Diez, et l'Atelier d'écriture, de réalisation et de montage, et tourné à Bethléem, dans le camp de réfugiés d'Aida, est dédié "à toutes les jeunes filles qui n'ont pas fait d'études à cause des murs". Amal, une jeune étudiante en médecine, doit aller présenter sa thèse à l'université de Jérusalem. Mais il y a eu des tirs, la nuit, et le check point est bloqué. Photos du tournage de Check Point, la réalisatrice, l'équipe de tournage et les comédiens. Le rêve d'Adama, court métrage de fiction. Tourné à Champigny-sur-Marne, ce film, réalisé par Nadine Naous, et l'Atelier d'écriture, de réalisation et de montage, est dédié "à toutes les femmes qui rêvent d'un monde sans frontières". Rencontre réelle et onirique de femmes d'origines diverses, une d'entre elles, Adama attend un enfant.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Champigny-sur-Marne

Elsa Moufflarge, directrice de l'Office municipal des migrants de 2005 à 2010 : enregistrement filmé (2009).

1AV 409-411 , 2009 - 2009  

Née en 1976 à Paris, elle prend ses fonctions de directrice de l'office en 2005. Elle raconte la situation de l'office à l'époque, les changements qu'elle a apportés. Elle décrit l'organisation de l'office et ses différentes activités de l'office : l'accueil et l'aide aux migrants, les ateliers socio-linguistiques et les cours du soir de français, le stage préqualifiant.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de l'office municipal des migrants de Champigny-sur-Marne > L'Office municipal des migrants à Champigny-sur-Marne, témoignages du personnel : enregistrements filmés (2009).

Portugais en France, une communauté invisible ? : émission télévisée "Ensemble aujourd'hui" (1987).

4AV 440-441 , 1987 - 1987  

ll s'agit d'une émission télévisée diffusée le 22 novembre 1987 et portant sur la communauté portugaise immigrée en France. Plusieurs reportages sont présentés par le jounaliste Jean-Pierre Mabille qui recoit comme invités : Manuel Dias, Luis Rego et Graça Dos Santos. Ces reportages évoquent l'immigration portugaise des années soixante qualifiée d'hémoragie humaine, la culture ainsi que la vie quotidienne de cette communauté, implantée en France depuis trois générations. L'émission présente des interviews, des documents d'archives.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Vieira : montages, épreuves de tournage.

Hugo Guerra, cinquième partie.

1AV 327 , 2009 - 2009  

Hugo Guerra énumère les actions de l'office des migrants de 1984 à 1990 : le festival interculturel depuis 1986. Il parle des rivalités entre associations au conseil d'administration. Il évoque l'action de la mairie pour l'accès en logement HLM des travailleurs logés en foyers. Il détaille les actions de formation : le cours d'alphabétisation et le stage pré-qualifiant. En 1990, il travaille deux ans au service des fêtes et cérémonies de la ville. En 1992, il postule au poste nouvellement créé de coordinateur social sur le quartier du Bois l'abbé, les Mordacs et les 4 cités. Il y travaille 14 années. Il explique les missions du coordinateur social.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Hugo Guerra, témoignage sur son parcours de migrant d'Argentine à son installation à Saint-Maurice puis Champigny-sur-Marne et sur son travail à l'accueil des migrants à Champigny-sur-Marne à l'office municipal des migrants et comme coordinateur social sur le quartier du Bois l'Abbé : enregistrement filmé (2008-2009).

Marguerite Stombellini, troisième partie.

11AV 297 , 2007 - 2007  

Elle raconte la période de la guerre, l'exode dans le Loiret et les remarques faites sur les Italiens. Elle parle des fêtes et habitudes alimentaires italiennes à la maison et des loisirs le dimanche, l'arrivée de la télévision et de la machine à laver vers 1954. Elle raconte son unique voyage en Italie dans les années 1980, la visite à la famille.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Parcours de migrants > Migrants et descendants d'origine italienne > Marguerite Stombellini, témoignage sur l'immigration italienne : enregistrement sonore (2007).

Fête du Têt à Arcueil : montage (1994).

4AV 546 , 1994 - 1994  

Fête du nouvel an vietnamien à Arcueil en février 1994. Interview de M. Gaston Doiselet, coprésident de l'association (ASAH) Solidarité Arcueil Ho-chi-Minh ville (Saïgon). Il parle de l'importance donnée à cette fête et des relations avec les Vietnamiens d'Arcueil retournés au Vietnâm. Vues du repas de fête. La chanteuse vietnamienne Hoang Lan chante et est interviewée sur sa vie et le chant traditionel de la fête du Têt. Vue du spectacle, interview de mademoiselle Hai Phuong, cythariste sur la fête du Têt. M. Dang Lan joue du dan bau, une cythare monocorde. Pendant un chant, vue de la danse du Dragon dans la rue et de personnes dansant avec des drapeaux.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Arcueil

Marguerite Stombellini, quatrième partie.

11AV 298 , 2007 - 2007  

Elle raconte sa formation et son parcours professionnel, employée comme comptable dans trois société dont les fonderies Waelès à Montreuil. Elle parle de sa famille, ses frères et soeurs, de l'intérêt de ses neveux pour leurs origines italiennes. Elle évoque la différence entre les Italiens de Nogent-sur-Marne et ceux de Fontenay-sous-Bois. Elle raconte les bals et les sorties à Fontenay et Nogent. Elle parle des autres populations immigrées et de l'intégration, la solidarité des familles d'origine italienne en France.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Parcours de migrants > Migrants et descendants d'origine italienne > Marguerite Stombellini, témoignage sur l'immigration italienne : enregistrement sonore (2007).

La robe africaine "n'donguete", entretien avec Founi Kane : enregistrement sonore (2002).

14AV 1030 , 2002 - 2002  

Fouki Kane, originaire du Sénégal est arrivée en France en 1972, il y a 30 ans. A travers l'habillement, les modèles de robes et les tissus, elle parle des traditions sénégalaises et sa vie en France. Elle élève ses 11 enfants puis travaille à partir de 1999. Elle explique les raisons de son arrivée en France, pour rejoindre son mari installé en France depuis 1958. D'abord à Paris dans le 18e arrondissement, la ville de Paris pour laquelle travaille son mari leur accorde un logement à Fresnes en 1973. Elle parle des différences d'éducation des enfants.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Fresnes et Val-de-Bièvre

Moïse Ferreira, quatrième partie.

1AV 271 , 2008 - 2008  

Moïse Ferreira parle des grèves en 1968 et 1984. Il s'est syndiqué mais n'a jamais fait grève. Il parle des relations avec les ouvriers qu'il a formés. Il fait le coiffeur au bidonville après le travail et le dimanche. En 1963, il déménage sur le Plessis-Trévise et occupe un terrain de son entreprise Cayette où il construit une baraque. Il y vit avec son père jusqu'en 1966.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Habitants du bidonville > Moïse Ferreira, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Né au Portugal en 1933, il vient en France en 1959 et vit au bidonville jusqu'en 1963 : épreuves de tournage (2008).

Michèle Vibert, première partie.

1AV 254 , 2008 - 2008  

Michèle Vibert raconte son arrivée à l'école du Plateau à la rentrée 1960-1961 après 4 années de formation à l'école normale. Elle y reste 8 ans jusqu'à la fermeture de l'école. Habitant le bas de Champigny, elle découvre le bidonville à la rentrée scolaire 1960. Elle décrit l'école, l'équipe, les enfants venant du bidonville et des quartiers alentour les difficultés d'enseigner à 42 enfants de différents niveaux, ne parlant pas français. Elle parle de la présence des travailleurs portugais dans l'autobus. Elle raconte qu'elle n'avait aucun contact avec les parents et qu'elle n'est jamais entrée au bidonville par peur de gêner ses élèves. Elle évoque les visites aux bains douche et des séances de coupes de cheveux avec ses élèves.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Enseignants à l'école du Plateau > Michèle Vibert, entretien sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Enseignante à l'école du plateau à Champigny-sur-Marne de 1961 à 1968 : enregistrement filmé (2008).

Saliou Dia, septième partie. Le retour en France en 1999 et ses actions de bénévole dans les associations campinoises.

1AV 520 , 2012 - 2012  

Il travaille puis s'installe à Champigny-sur-Marne. Il raconte l'obtention d'un appartement auprès du bailleur Paris-habitat avant de faire venir sa famille dans le cadre du regroupement familial. Il décrit la répartition entre bailleurs entre Champigny et Villliers-sur-Marne. Il détaille les premières actions comme médiateur au Bois l'Abbé : le repas partagé. Au départ, le repas est initié par la section à Champigny de l'UTSF créée en 1984 puis est reprise par le collectif Communautés africaines du Val-de-Marne. En juin 2002, il créé une autre association Solidarité africaine pour pérenniser le travail de médiation.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Saliou Dia, habitant de Champigny-sur-marne, d'origine sénégalaise, entretien sur son parcours de migrant et de militant associatif : entretien filmé (2012).

Démolition des Fournières, entretien avec Amar Yenbou : enregistrement sonore (2002).

14AV 1002 , 2002 - 2002  

Né en Algérie, Amar Yenbou raconte son arrivée en France en 1960. Sa famille le rejoint en 1961. Ils vivent à Paris dans le 19e arrondissement, puis emmenagent aux Fournières à Fresnes en juin 1974. Il travaille à la fabrication de bijoux à Henin-Beaumont puis à Paris. Il décrit les conditions de vie aux Fournières, la chaudière à charbon, les relations de voisinage, les associations de locataires, les bailleurs sociaux. Il reste dans la cité de transit jusqu'à sa destruction en 1988.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Fresnes et Val-de-Bièvre

Lucienne Scaglia, première partie.

11AV 286 , 2006 - 2006  

Elle raconte l'histoire de ses parents originaires de la région de Ferrière, dans la province de Plaisance. Sa mère née en 1903 à Curlette et son père en 1903 à Tornaresse de familles de cultivateurs. Elle raconte l'enfance de ses parents, son père journalier, bûcheron. Elle évoque l'arrivée d'une soeur de son père en France en 1922, l'arrivée des Italiens sur Nogent et Fontenay, installés dans les maisons de rapports Bonnelli. Elle raconte l'histoire des oncles et tantes, et décrit le village de Ferrière et les hameaux.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Parcours de migrants > Migrants et descendants d'origine italienne > Lucienne Scaglia-Chiaffi, témoignage sur l'immigration italienne : enregistrement sonore (2007).