Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) (1942-1943)

Entre le 1er janvier 1942 et le 31 décembre 1943  

Le groupe des Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) est créé en 1942 en région parisienne. Il regroupe une partie des résistants étrangers menant la lutte armée durant la Seconde Guerre mondiale. A sa création, le groupe est dirigé par Boris Holban, Karel Stefka et Olaso Piera, puis en 1943 par Missak Manouchian dit Georges. Il se développe ensuite et se répartit en différents groupes dont le bataillon Liberté (Grenoble), la 35e brigade (Toulouse), le bataillon Carmagnole (Lyon-Villeurbanne) et le groupe Manouchian (Paris).

Chaque groupe suit une répartition par détachements. Sont représentés les Hungaro-Roumains (1er détachement), les Juifs (2e détachement), les Italiens (3e détachement), les dérailleurs (4e détachement) complétés par deux équipes de Bulgares et d'Espagnols. Les FTP-MOI disposent également d'un service de renseignement préparant les actions armées en amont par la recherche d'objectifs et le repérage des lieux. Le groupe déploie sur le territoire des offensives armées suivant la stratégie dite « boule de Mercure ». Cette technique vise à organiser une offensive selon l'action simultanée de différents petits groupes extrêmement mobiles afin de faire croire à une organisation de grande importance. L'une de leur action la plus connue est l'assassinat, le 28 novembre 1943, du général SS Julius Ritter qui supervisait les réquisitions d'ouvriers français pour l'industrie allemande par le biais du Service du travail obligatoire (STO).

Société alpine d'information et de diffusion (SAID) (collection numérisée de périodiques)

1979-1982  

Le premier éditorial part du postulat qu'il existe un déficit de diffusion des informations. "Ce n'est pas, aujourd'hui, l'information qui manque, mais sa diffusion"[1]. La rédaction cherche alors à combler ce manque pour les travailleurs immigrés, en matière de "droits", de "rouages de administratifs", et s'attache à traiter des questions relatives à l'immigration, comme le renouvellement des titres de séjours ou la situation des chômeurs.

La collection numérisée regroupe les numéros 0 à 10, le 3 manque. Les Autres est alors un trimestriel. Des suppléments ont été édités pour les numéros allants de 4 à 8. Ceux-ci ont pour thèmes :

- supplément au n°4 : Allocation et logement

- supplément au n°5 : Chronique juridique

- supplément au n°6 : Orientation scolaire

- supplément au n°7 : Congés au pays d'origine

- supplément au n°8 : Chronique juridique

A noter que la collection présentée n'est pas complète. La collection de la bnf fait état de publications jusqu'au début des années 1990.

[1]Les Autres, n°0, s.d. [1979]

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_1232_jpg_/0_0.jpg
1 média

L'association des Marocains de Grenoble organise une semaine culturelle et artistique / Association des Marocains de Grenoble. mai 1994

1232 , mai 1994  

L'association des Marocains de Grenoble organise : Semaine culturelle et artistique, du vendredi 10 au samedi 18 juin 1994, Salle Alif, face au musée de Grenoble. Exposition de photographies : La solitude dans l'immigration maghrébine, M. Merchich. Paysages-Monuments-Habitat Marocains, L. Elouadie & C. Beuret. Regard sur les monuments andalous, L. Elouadie. Conférences : vendredi 10 juin à 20h, Les enjeux politiques de l'immigration maghrébine, A. Belbahri, universitaire-sociologue. Mardi 14 juin à 20h : Islamisme, laïcité et droit de l'Homme, M. C. Ferjani, universitaire-sociologue. Samedi 18 juin à 19h : Théâtre marocain, obstacles et évolution, H. Znined, lauréat de l'Institut supérieur d'art dramatique et d'animation culturelle au Maroc. Spectacle : samedi 18 juin à 21h, spectacle de mimes, M. Zerrari, mime professionnel.

Contexte :
Événements culturels et sportifs > 1990-1999
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5580_jpg_/0_0.jpg
1 média

Rencontres régionales paroles urbaines / Cargo (Le). MarseilleCargo (Le)[-Entre 1996 et 2010]

5580 , [-Entre 1996 et 2010]  

Rencontres régionales paroles urbaines.

Avec le soutien de la préfecture de l'Isère, de la DRAC Rhône-Alpes, de FAS Rhône-Alpes, de la ville de Grenoble, de la DDJS de l'Isère, de la communication des Communes, en collaboration avec Inter-Service Migrants Rhône-Alpes, le Centre des Arts du récit en Isère, les bibliothèques de Grenoble [...]

Contexte :
Arts de la scène > 1990 - 2005
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4191_jpg_/0_0.jpg
1 média

L'humour des femmes expose l'humeur des femmes / Elele. ParisElele1998

4191 , 1998  

L'humour des femmes expose l'humeur des femmes. A l'occasion de la Journée internationale des femmes, Elele présente une exposition qui regroupe les dessins humoristiques de Eda Oral, Feyhan Güver, Gülay Batur, Meral Onat, Piyale Madra et Ramize Erer, dessinatrices régulièrement publiées par la presse turque. Ces oeuvres sont pour ""l'école de caricature turque"" une fenêtre féminine ouverte sur le monde. Trois artistes, Meral Onat, Piyale Madra et Ramize Erer viendront de Turquie pour participer à notre soirée de vernissage et pour nous proposer un échange suivi d'un débat autour de la ""place des dessinatrices dans l'école de caricature turque et le mouvement des femmes"". Vernissage le vendredi 6 mars 1998 de 18h00 à 21h00. Exposition, du 6 au 18 mars 1998 du lundi au vendredi 13h00-17h30. Elele, 20 rue de la Pierre-Levée, 75011 Paris. [Même texte en langue turque].

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5650_jpg_/0_0.jpg
1 média

Un théâtre et trois langues: Kateb Yacine / [Association Avenir et Mémoire]. [2003]

5650 , [2003]  

Un théâtre, trois langues : Kateb Yacine.

""Une langue appartient à celui qui la viole, pas à celui qui la caresse."" [texte en kabyle]

Logo : Djazaïr une année de l'Algérie en France, Mairie de Paris, Conseil national du Livre, Ministère de la Culture et de la Communication, Ministère des Affaires étrangères, Ville de Grenoble, Conseil général de l'Isère.

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_003/FRGNQ_V_001_003_023_video_/FRGNQ_V_001_003_023_poster.jpg
1 média

L'immigration grecque en Camargue : un patrimoine à l'oeuvre.

FRGNQ_V_001_003_023 , 2012  

« Au milieu du XIX° siècle, une usine chimique à base de sel s'implante dans un lieu inhospitalier et désert, en Basse Camargue. Salin-de-Giraud est ainsi créé de toutes pièces autour du site industriel pour y loger les ouvriers dont, après la guerre de 14-18, des centaines d'immigrés venus de tous horizons. Parmi eux, des Grecs du Dodécanèse ou d'Asie Mineure que la compagnie Péchiney installe avec leurs «  frères arméniens » échappés du génocide dans un quartier dit «  la petite Kalymnos » du nom de l'île des pêcheurs d'éponges dont la plupart sont issus. Ils y vivront en monde clos, conservant leur langue, leurs pratiques religieuses et culinaires jusque dans les années 60. Aujourd'hui, les Salins-du-Midi (derniers propriétaires du site) envisagent de cesser leur activité déjà réduite à la portion congrue. »

Extrait du texte de Annie Maïllis

Contexte :
Le patrimoine de l'immigration : quelles pratiques de transmission ? (I)
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_003/FRGNQ_V_001_003_007_video_/FRGNQ_V_001_003_007_poster.jpg
1 média

L'apport des immigrés aux patrimoines locaux.

FRGNQ_V_001_003_007 , 2012  

« Le texte qui suit développe les idées que j'ai exprimées lors de mon intervention orale au colloque de Génériques. Il s'agit d'une tentative de provoquer une réflexion collective sur la valorisation réciproque du patrimoine des territoires et du patrimoine des immigrés comme processus d'intégration de ces derniers au sein de la communauté locale. Même si le thème du colloque portait sur le patrimoine de l'immigration, il m'a semblé qu'il n'était pas possible de passer sous silence l'importance du patrimoine des immigrés eux-mêmes dans leurs rapports et leurs interactions avec le patrimoine des territoires que l'on dit d'accueil.

Je ne m'appuie pas sur des recherches scientifiques, ou sur des expériences spécifiques, mais sur une pratique personnelle, tant professionnelle (comme agent de développement) qu'associative (dans des mouvements de solidarité avec les migrants). »

Extrait du texte d'Hugues de Varine

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_004/FRGNQ_V_001_004_019_001_video_/FRGNQ_V_001_004_019_001_poster.jpg
1 média

Entretien d'Albano Cordeiro

Génériques : FRGNQ_V_001_004_019, Archives nationales : 20160153/19 , 2014,  

Principaux sujets évoqués

Environnement familialLa question coloniale et le Mozambique en particulierSa venue en France en tant qu'étudiant en 1961Ses études à RomeSon mariageSes déplacements à Alger (1962-1965)Son engagement anti-colonialSon installation à GrenobleSes premières recherches sur l'immigration algérienneMilitantisme au côté des déserteurs portugaisAssociation franco-portugaise de GrenobleLa Révolution des oeilletsLe Collectif pour l'étude et la dynamisation de l'émigration portugaise (CEDEP)Sa participation à la Marche pour l'égalité et contre le racismeComparaison entre «l'invisibilité» des Portugais et racisme anti-maghrébinsSa participation à Convergences 84Création de l'Université alternative antiraciste pour l'EgalitéInstallation à Paris en 1985Association Interactions France PortugalAssociation Portugais de France actifs et solidaires (PFAS)La question des sans-papiersSes retours au Mozambique dans les années 1990 et 2000Ses préoccupations: les questions de citoyenneté et du droit de voteMemoria viva (Mémoire vive)

Logement et vie quotidienne des travailleurs immigrés à Grenoble

 
Logements insalubres, notamment rue Chenoise et rue de Très-Cloîtres à Grenoble.Entreprise Panot : "Wagons de la Honte": wagons où étaient logés les travailleurs de l'entreprise Panot à la gare SNCF de Grenoble ; affiche CFDT contre les licenciements à l'entreprise Panot."Ville neuve" de Grenoble (chantier, 1ère ville nouvelle).Foyers Sonacotra (locaux, logements, personnes hébergées…).Marché à Grenoble et dans sa banlieue.Personnages divers, scènes de rues.Cafés de Grenoble : café d'Alger, rue Très-Cloitre ; salon de thé le Tunis, rue Chenoise ; clients dans un café.Scènes de rues Grenoble : fresque sur une devanture de commerce rue Saint-Laurent.

Reproduction photographique de documents d'archives

 

Coupures de presse et tracts : tract en arabe, "appel grève générale à Grenoble" ; "incendie d'un foyer taudis à Grenoble" ; "article sur la discrimination et le racisme"; "nous voulons la carte de travail", "une" du journal Assifa, n°7, janvier 1973 : grève des foyers SONACOTRA, "y'en a marre on ne paye plus de loyers", mai 1972 ; après l'attentat au consulat d'Algérie de Marseille : "arrêtez le travail, exprimez votre deuil" ; "Français-immigrés solidaires" ; journal Fedaï : assassinat de Mohamed Diab au commissariat de Versailles et appel de Fatna, sa femme, 1972 ; journal Fedaï : "rafles, occupations, expulsions, racisme: assez!" et "Tous Unis" ; grève générale des travailleurs arabes à Montpellier ; Libération, 24 mai 1974 : pièce de théâtre "dites-moi mes frères"; "Montpellier : rassemblement général de sans papiers"; abrogation de la circulaire Marcellin-Fontanet : "une victoire"; "Liberté, papiers, fraternité": photo de manifestants face aux CRS ; tract en arabe: "grève de la faim de Mohamed Ali à Grenoble"; "Liberté, papiers, fraternité!"; "Grenoble : 1000 immigrés dans la rue"; "180 étrangers font la grève de la faim: 20000 Marocains réduits au servage dans le Midi" ; "Les Français savent-ils" événements d'octobre 1961 ; Minute : "Dehors les Algériens!"; "MTA : à quand un syndicat arabe " avec photo de manifestants à l'intérieur de la bourse du Travail à Paris lors d'un meeting de l'Union de la Gauche ; tract contre les marchands de sommeil ; télégramme adressé par les grévistes de la faim de Valence à Georges Pompidou, en 1973 ; " les 37 immigrés ont gagné" : fin de la grève de la faim des Pakistanais, rue Dulong à Paris ; "4000 personnes à la marche silencieuse à la mémoire des victimes du racisme". Photographies : charge de CRS contre des manifestants ; tirailleurs asiatiques; goumiers et tirailleurs pendant la guerre. Affiches : Affiche du Théâtre populaire maghrébin à Grenoble en 1974 : "Comédiens étrangers". Affiches contre le racisme.

Fin des résultats