Champigny-sur-Marne

 

Le fonds 512 W regroupe des documents relatifs au bidonville de Champigny-sur-Marne, émanant de divers services producteurs. Il comporte notamment un ensemble de courriers, pétitions et plaintes des riverains (1960-1965), de la presse et documentation (1964-1967), un dossier technique relatif à l'insalubrité (1964-1967), des comptes rendus de réunions institutionnelles (1962-1977).

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_003/FRGNQ_V_001_003_031_video_/FRGNQ_V_001_003_031_poster.jpg
1 média

Créer et archiver les témoignages oraux

FRGNQ_V_001_003_031 , 2012  

Dans le cadre d'une opération culturelle locale, départementale, régionale ou nationale, les services d'archives mettent à la disposition des publics des documents papiers, audiovisuels et iconographiques. Les archives départementales du Val-de-Marne, depuis une dizaine d'années ont mis en place une collecte de témoignages en rapport avec des opérations telles «  la seconde guerre mondiale » et «  migrations ». Cette création d'archives suscite plusieurs questions : Utilité ou non de création d'archives, les documents existants ne suffisent-ils plus  ? Le ratio temps consacré à la préparation de cette opération, le coût de la prestation extérieure et travail d'identification et d'indexation est-il au moins égal que pour l'exploitation de ces documents  ? L'exploitation ou la diffusion  : pour qui, quel public, pour quel usage  ? doit-on cibler ou non l'utilisateur de ces témoignages  ? Ces questions volontairement provocatrices sont exprimées régulièrement par les archivistes collecteurs/créateur d'informations.

Extrait du texte de Danielle Benazzouz et Laurence Bourgade

Contexte :
Le patrimoine de l'immigration : quelles pratiques de transmission ? (II)

Asma Ashraf, deuxième partie.

1AV 525 , 2012 - 2012  

Asma Ashraf raconte la génèse de l'association des femmes relais depuis la formation suivie et la création en 1997 avec 14 autres femmes bénévoles, la création du poste d'emploi jeune dont elle bénéficie en 1999 et la professionnalisation des actions. Elle raconte les difficultés, les crises puis le recrutement de trois médiatrices sur des postes d'adultes relais en 2001. Elle énumère les actions permanentes et ponctuelles, le partenariat avec l'Etat, les collectivités, les associations. Elle détaille l'action Moi aussi j'aide mon enfant et le Café des parents.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Asma Ashraf, directrice de l'association des femmes-relais médiatrices interculturelles de Champigny-sur-Marne depuis 1999 : entretien filmé (2012).

Asma Ashraf, troisième partie.

1AV 526 , 2012 - 2012  

Asma Ashraf revient sur le rôle des bénévoles, le rôle de l'association dans l'émancipation des femmes. Elle détaille l'accueil des services administratifs réservé aux étrangers et le cas de la sous-préfecture. Elle détaille les deux actions envisagées pour 2013 : la création d'ateliers de savoirs socio-linguistiques et un groupe de paroles dans le cadre des violences intra-familiales.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Asma Ashraf, directrice de l'association des femmes-relais médiatrices interculturelles de Champigny-sur-Marne depuis 1999 : entretien filmé (2012).

Cours du stage d'insertion professionnelle de l'Office municipal des migrants de Champigny-sur-Marne : enregistrement sonore.

14AV 1518 , 2008 - 2008  

Interviews sur le parcours des élèves du cours de français animé par Frantzy Raymond. Les femmes font le récit de leur venue en France. Malika Feghoul, algérienne, Cécilia Tavarès, portugaise d'origine capverdienne, Negulaswaran Loganathan, srilankaise, Alev, turque, Maria Monteiro, portugaise d'origine capverdienne, Uma, srilankaise et une femme turque.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de l'office municipal des migrants de Champigny-sur-Marne > L'Office municipal des migrants à Champigny-sur-Marne, témoignages du personnel : enregistrements filmés (2009).

Raoul Blé et Aïssata Camara, coordinateur et présidente de l'association Oxy'jeunes de Champigny-sur-Marne : entretien filmé.

1AV 542 , 2012 - 2012  

Raoul Blé, salarié de l'association depuis 2005 et Aissata Camara, présidente de l'association font un constat sur les problèmes présents au Bois l'Abbé : la drogue, le chômage et la violence. Ils déclinent les actions d'Oxy'jeunes : accompagnement des jeunes en ou sortant de prison, inserttion sociale, aide à la parentalité, groupe de paroles, prévention de la délinquance, solidarité internationale... Ils expliquent les difficultés financières rencontrées, la recherche de subventions, la place de l'association dans le tissu associatif campinois, et la volonté de conserver une autonomie vis àvis des partenaires.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne

Moïse Ferreira, troisième partie.

1AV 270 , 2008 - 2008  

Il revient sur l'arrivée au bidonville où il reste jusqu'en 1963, le travail dans les entreprises de BTP, les salaires reçus. En 1966, il fait venir son épouse.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Habitants du bidonville > Moïse Ferreira, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Né au Portugal en 1933, il vient en France en 1959 et vit au bidonville jusqu'en 1963 : épreuves de tournage (2008).

L'Office municipal des migrants à Champigny-sur-Marne, témoignages du personnel : enregistrements filmés (2009).

1AV 381-383, 405-406, 409-411 , 2009 - 2009  

La directrice, la chargée d'accueil et le formateur sont interrogés sur leur parcours de vie, leur arrivée à l'Office municipal des migrants et leurs activités.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de l'office municipal des migrants de Champigny-sur-Marne

Stop aux préjugés ! Jetons-les pour mieux vivre ensemble : montage (2012).

4AV 3616 , 2012 - 2012  

Prises de vue de l'après-midi organisée à la maison pour tous du Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne, panneaux d'exposition, interventions, témoignages, projection d'un court-métrage de Yamina Benguigui, jeux.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Champigny-sur-Marne

Alice Rodrigues, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Née en 1960 en France, elle a vécu avec sa famille, sentier des Pendants jusqu'en 1967 : épreuves de tournage (2008).

1AV 261-263, 273-274, 11AV 327 , 2008 - 2008  

Cadette d'une famille de trois enfants, elle est la seule enfant née en 1960 à Champigny-sur-Marne. Ses parents habitent le bidonville, sentier des Pendants jusqu'en 1967 puis s'installent à Ormesson. Elle est professeure d'histoire-géoagraphie, travaille et vit à Champigny.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Habitants du bidonville

Elsa Moufflarge, directrice de l'Office municipal des migrants de 2005 à 2010 : enregistrement filmé (2009).

1AV 409-411 , 2009 - 2009  

Née en 1976 à Paris, elle prend ses fonctions de directrice de l'office en 2005. Elle raconte la situation de l'office à l'époque, les changements qu'elle a apportés. Elle décrit l'organisation de l'office et ses différentes activités de l'office : l'accueil et l'aide aux migrants, les ateliers socio-linguistiques et les cours du soir de français, le stage préqualifiant.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de l'office municipal des migrants de Champigny-sur-Marne > L'Office municipal des migrants à Champigny-sur-Marne, témoignages du personnel : enregistrements filmés (2009).

France Palestine - Champigny Bethléem, courts-métrages : montages (2007).

4AV 2362 , 2007 - 2007  

Check Point, court métrage de fiction. Film réalisé par Pascale Diez, et l'Atelier d'écriture, de réalisation et de montage, et tourné à Bethléem, dans le camp de réfugiés d'Aida, est dédié "à toutes les jeunes filles qui n'ont pas fait d'études à cause des murs". Amal, une jeune étudiante en médecine, doit aller présenter sa thèse à l'université de Jérusalem. Mais il y a eu des tirs, la nuit, et le check point est bloqué. Photos du tournage de Check Point, la réalisatrice, l'équipe de tournage et les comédiens. Le rêve d'Adama, court métrage de fiction. Tourné à Champigny-sur-Marne, ce film, réalisé par Nadine Naous, et l'Atelier d'écriture, de réalisation et de montage, est dédié "à toutes les femmes qui rêvent d'un monde sans frontières". Rencontre réelle et onirique de femmes d'origines diverses, une d'entre elles, Adama attend un enfant.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Champigny-sur-Marne

Michèle Vibert, première partie.

1AV 254 , 2008 - 2008  

Michèle Vibert raconte son arrivée à l'école du Plateau à la rentrée 1960-1961 après 4 années de formation à l'école normale. Elle y reste 8 ans jusqu'à la fermeture de l'école. Habitant le bas de Champigny, elle découvre le bidonville à la rentrée scolaire 1960. Elle décrit l'école, l'équipe, les enfants venant du bidonville et des quartiers alentour les difficultés d'enseigner à 42 enfants de différents niveaux, ne parlant pas français. Elle parle de la présence des travailleurs portugais dans l'autobus. Elle raconte qu'elle n'avait aucun contact avec les parents et qu'elle n'est jamais entrée au bidonville par peur de gêner ses élèves. Elle évoque les visites aux bains douche et des séances de coupes de cheveux avec ses élèves.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Enseignants à l'école du Plateau > Michèle Vibert, entretien sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Enseignante à l'école du plateau à Champigny-sur-Marne de 1961 à 1968 : enregistrement filmé (2008).

Portugais en France, une communauté invisible ? : émission télévisée "Ensemble aujourd'hui" (1987).

4AV 440-441 , 1987 - 1987  

ll s'agit d'une émission télévisée diffusée le 22 novembre 1987 et portant sur la communauté portugaise immigrée en France. Plusieurs reportages sont présentés par le jounaliste Jean-Pierre Mabille qui recoit comme invités : Manuel Dias, Luis Rego et Graça Dos Santos. Ces reportages évoquent l'immigration portugaise des années soixante qualifiée d'hémoragie humaine, la culture ainsi que la vie quotidienne de cette communauté, implantée en France depuis trois générations. L'émission présente des interviews, des documents d'archives.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Vieira : montages, épreuves de tournage.

Moïse Ferreira, quatrième partie.

1AV 271 , 2008 - 2008  

Moïse Ferreira parle des grèves en 1968 et 1984. Il s'est syndiqué mais n'a jamais fait grève. Il parle des relations avec les ouvriers qu'il a formés. Il fait le coiffeur au bidonville après le travail et le dimanche. En 1963, il déménage sur le Plessis-Trévise et occupe un terrain de son entreprise Cayette où il construit une baraque. Il y vit avec son père jusqu'en 1966.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Habitants du bidonville > Moïse Ferreira, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Né au Portugal en 1933, il vient en France en 1959 et vit au bidonville jusqu'en 1963 : épreuves de tournage (2008).

Hugo Guerra, cinquième partie.

1AV 327 , 2009 - 2009  

Hugo Guerra énumère les actions de l'office des migrants de 1984 à 1990 : le festival interculturel depuis 1986. Il parle des rivalités entre associations au conseil d'administration. Il évoque l'action de la mairie pour l'accès en logement HLM des travailleurs logés en foyers. Il détaille les actions de formation : le cours d'alphabétisation et le stage pré-qualifiant. En 1990, il travaille deux ans au service des fêtes et cérémonies de la ville. En 1992, il postule au poste nouvellement créé de coordinateur social sur le quartier du Bois l'abbé, les Mordacs et les 4 cités. Il y travaille 14 années. Il explique les missions du coordinateur social.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Hugo Guerra, témoignage sur son parcours de migrant d'Argentine à son installation à Saint-Maurice puis Champigny-sur-Marne et sur son travail à l'accueil des migrants à Champigny-sur-Marne à l'office municipal des migrants et comme coordinateur social sur le quartier du Bois l'Abbé : enregistrement filmé (2008-2009).

Hugo Guerra, dernière partie.

1AV 328 , 2009 - 2009  

Hugo Guerra détaille les actions entreprises comme coordinateur social : l'écoute sur le terrain, le constat des problèmes, les liens avec l'OPAC de Paris, propriétaires des terrains et des logements. Il parle des relations difficiles avec les jeunes, les squats d'halls d'immeubles, l'investissement des adultes. Il parle de la génèse de la maison pour tous inaugurée en 2009 après 20 ans de projet. Parmi les autres missions, il aide à la création d'une association de femmes relais. En 2006, il devient le responsable de la mairie annexe de Champigny au Bois l'Abbé. Il décrit la difficulté du travail, l'instruction des dossiers administratifs pour des personnes en situation irrégulière ou en grande difficulté. Il compare l'accueil fait aux migrants en France avec d'autres pays européens.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Hugo Guerra, témoignage sur son parcours de migrant d'Argentine à son installation à Saint-Maurice puis Champigny-sur-Marne et sur son travail à l'accueil des migrants à Champigny-sur-Marne à l'office municipal des migrants et comme coordinateur social sur le quartier du Bois l'Abbé : enregistrement filmé (2008-2009).

Week-end en Tosmanie : montage, (s.d.).

4AV 261  

Jorge, un jeune homme portugais erre dans les rues, rencontre des amis, va au café et s'interroge sur la communauté portugaise immigrée, à laquelle il appartient, mais dont il rejette le repli sur elle-même et sa culture désuette, figée sur les 3 F : Football, Folklore et Fatima. Il parle de la Tosmanie : le pays des Tos (portos, les Portugais en argo). Ce pays d'après lui existe partout, car les Portugais sont répartis un peu partout dans le monde, et à la fois n'existe nulle part car ils vivent repliés sur eux-mêmes et passent donc pour invisibles. Leur intégration reste souvent illusoire. Ce film évoque donc l'enfermement de la communauté dans une nostalgie, une histoire, une culture vieille de cent ans. Rencontre d'un jeune groupe de rock créé par des jeunes portugais qui affirment des aspirations artistiques différentes de celles du folklore traditionnel.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Vieira : montages, épreuves de tournage.

Saliou Dia, septième partie. Le retour en France en 1999 et ses actions de bénévole dans les associations campinoises.

1AV 520 , 2012 - 2012  

Il travaille puis s'installe à Champigny-sur-Marne. Il raconte l'obtention d'un appartement auprès du bailleur Paris-habitat avant de faire venir sa famille dans le cadre du regroupement familial. Il décrit la répartition entre bailleurs entre Champigny et Villliers-sur-Marne. Il détaille les premières actions comme médiateur au Bois l'Abbé : le repas partagé. Au départ, le repas est initié par la section à Champigny de l'UTSF créée en 1984 puis est reprise par le collectif Communautés africaines du Val-de-Marne. En juin 2002, il créé une autre association Solidarité africaine pour pérenniser le travail de médiation.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Saliou Dia, habitant de Champigny-sur-marne, d'origine sénégalaise, entretien sur son parcours de migrant et de militant associatif : entretien filmé (2012).

Immigration portugaise en France : mémoire des lieux : montages (2006).

4AV 2363 - 2365 , 2006 - 2006  

Réalisation de documentaires par des jeunes campinois sur le passé de leurs parents portugais, leurs attaches au Portugal et par des jeunes Français s'installant au Portugal.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > Pierre Primetens

Alice Rodrigues, première partie.

1AV 261 , 2008 - 2008  

Alice Rodrigues raconte les origines modestes de ses parents, issus de familles paysannes au Portugal. Elle est née en 1960 à Champigny-sur-Marne chez une sage-femme. Ses parents habitaient en bordure du bidonville au 52 bis sentier des Pendants. Son frère et sa soeur aînés sont nés au Portugal. Ils ont vécu au bidonville jusqu'en 1967 puis sont partis à Ormesson. Elle décrit le terrain partagé entre son père et son oncle, la maison en bordure du bidonville, avec toutes ses commodités (eau courante, électricité). Elle parle de sa scolarité, de sa tentative de préparer l'école vétérinaire et des difficultés dûes aux écarts de classe sociale. Elle est professeure d'histoire-géographie à Champigny.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Habitants du bidonville > Alice Rodrigues, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Née en 1960 en France, elle a vécu avec sa famille, sentier des Pendants jusqu'en 1967 : épreuves de tournage (2008).

Lucienne Scaglia-Chiaffi, première partie.

1AV 264 , 2008 - 2008  

Son père, Ercole Scaglia, couvreur-plombier reprend l'entreprise de son patron vers 1934-1935 à Fontenay-sous-Bois. Son frère reprend la suite de l'entreprise familiale en 1965 à la retraite de son père. Elle raconte sa scolarité, devient comptable dans une société d'engrais à Fontenay-sous-Bois. A son mariage, en 1956, elle aide à la comptabilité de l'entreprise de construction de son beau-père Bruno Chiaffi puis de son mari Arthur Chiaffi en 1965. Elle raconte l'histoire de la famille de son mari, également d'origine italienne. Elle décrit son travail dans l'entreprise. Elle décrit la composition de l'entreprise, deux compagnons, les manoeuvres d'origine portugaise. Elle raconte le recrutement à l'entrée du bidonville de Champigny-sur-Marne. Elle commente le registre de déclarations des travailleurs étrangers de l'entreprise.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Entreprise employant des ouvriers portugais > Lucienne Scaglia-Chiaffi, témoignage sur le recrutement de main d'oeuvre étrangère dans l'entreprise de construction de son mari à Fontenay-sous-Bois pendant les années 1960 : épreuves de tournage (2008).

Lorette et les autres : montage (1971).

4AV 243 , 1971 - 1971  

Le film nous montre les conditions d'insalubrité totale et de précarité auquelles les immigrés portugais étaient confrontés dans le bidonville : dépaysés, entassés, exploités par les besoins en main d'oeuvre du pays d'accueil. Parmi eux Lorette Fonseca et son mari Carlos, deux professeurs ayant quitté le Portugal et son régime totalitaire, tentent d'adoucir les conditions de travail et de vie de leur communauté dans le bidonville.Tous deux contribuent à l'alphabétisation de la population portugaise immigrée leur donnant ainsi le moyen de se défendre contre les differents abus administratifs dont ils sont victimes.Lorette devient alors l' interprète au sens fort, humain, politique de ses compatriotes. Ces actions vaudront à la jeune femme un avis d'expulsion et une invitation à comparaître pour trouble de l'ordre public.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > Dominique Dante

Saliou Dia, habitant de Champigny-sur-marne, d'origine sénégalaise, entretien sur son parcours de migrant et de militant associatif : entretien filmé (2012).

1AV 509-511, 514-516, 520-523 , 2012 - 2012  

L'enfance au Sénégal, les associations de solidarité villageoises, la création de l'association des jeunes de Sinthiane à Dakar, les caisses de solidarité, l'arrivée en France, l'obtention d'un logement au Bois l'abbé, le regroupement familial, ses actions dans les associations de quartier à Champigny-sur-Marne et au Bois l'abbé, le travail de médiation, le repas partagé, l'Union des travailleurs sénégalais de France, l'association Solidarité africaine du Val-de-Marne, la Caravane du casier judiciaire, l'accueil des migrants.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne

Le bidonville, la fête portugaise à Mitry-Maury : épreuves de tournage.

4AV 222 , 1985 - 1985  

05:01:11:15- 05:49:27:07: Suite du témoignage d'un grand-père à son petit-fils, ses souvenirs du bidonville, les baraques surpeuplées, le travail. Des nostalgiques du bidonville se retrouvent un dimanche au débit de boisson clandestin, boivent et jouent aux cartes. Certains craignent d'être exposés devant la caméra, un dialogue houleux entre l'équipe de tournage et le tenancier s'ensuit. Images de familles jardinant leur potager. Entretien avec le fils du propriétaire d'un supermarché de produits portugais : Candieuropa, images d'une famille sortant du magasin.

05:49:27:07- 06:15:43:00: Mitry-Maury, fête d'une association portugaise avec représentations de groupes folkloriques en habits traditionnels. L'Union franco-portugaise de Ménilmontant est présente. Entretiens avec des personnes de plusieurs générations. Les espoirs entretenus par les immigrés et leur retour au pays. Le président de l'Association d'Ozoir-la-Ferrière intervient dans un entretien, il parle de l'action culturelle portugaise en France. Scènes de fête, musique, représentation d'un chanteur.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

Asma Ashraf, première partie.

1AV 524 , 2012 - 2012  

Asma Ashraf évoque son enfance, sa famille. Elle raconte son arrivée en 1977 en France âgée de 3 ans, le parcours de ses parents, sa scolarité au Bois l'abbé à Champigny-sur-Marne, l'éducation pakistanaise à la maison, française à l'école. Elle raconte ses voyages au Pakistan, le mariage arrangé en 1991, l'arrivée de ses enfants. Elle parle des circonstances de la création de l'association des femmes-relais.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Asma Ashraf, directrice de l'association des femmes-relais médiatrices interculturelles de Champigny-sur-Marne depuis 1999 : entretien filmé (2012).

Saliou Dia, huitième partie. L'action de l'association Solidarité africaine du Val-de-Marne créée en juin 2002.

1AV 521 , 2012 - 2012  

L'organisation du Grand repas à Champigny. Les actions pour les séniors du quartier Papy-mammys. L'installation d'une cyber-base pour les jeunes du Bois l'Abbé. Un projet destiné aux jeunes de monter des projets de séjour pour les rapprocher les jeunes des autres résidents. Il raconte le conflit à l'origine du projet, le montage du projet financier par les jeunes. Il raconte les échos négatifs des médias sur les émeutes de décembre de 2005.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Saliou Dia, habitant de Champigny-sur-marne, d'origine sénégalaise, entretien sur son parcours de migrant et de militant associatif : entretien filmé (2012).

Les années de boue : montage (1989).

4AV 242 , 1989 - 1989  

Reportage de José Vieira diffusé lors d'une émission télévisée en 1989 et portant sur la communauté portugaise immigrée en France : la communauté invisible. Plusieurs reportages évoquent l'immigration portugaise des années soixante qualifiée d'hémoragie humaine, la culture souvent figée ainsi que la vie quotidienne de cette communauté, implantée en France depuis trois générations. Il est composé d'images d'archives extraits de Etranges étrangers de Marcel Trilliat et de Lorette et les autres de Dominique Dante et d'interviews sur l'histoire de l'immigration portugaise. Plusieurs personnes témoignent de leur arrivée en France, la traversée de l'Espagne, les conditions de vie dans le bidonville de Champigny. L'émission évoque ensuite le concept de Saudade, le problème de l'échec scolaire chez les enfants de parents portugais et de la vie associative à Champigny-sur-Marne.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Vieira : montages, épreuves de tournage.

Champigny-sur-Tage : montage (1987).

4AV 230 , 1987 - 1987  

Le réalisateur revient sur les lieux de l'ancien capitale portugaise en France : Champigny-sur-Marne. Il saisit l'occasion d'aller à la rencontre de Portugais résidant encore dans la ville. Ceux-ci évoquent alors le dur passé qu'ils ont connu : l'immigration clandestine payée à des passeurs, les conditions de vie dans le bidonville désormais disparu, les difficultés d'intégration en France dont la population leur a quelques fois été très hostile, ainsi que leurs doutes sur un retour éventuel au pays natal. De jeunes gens d'origine portugaise livrent également leurs interrogations sur leurs indentité culturelle et sur leur place dans la société française.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage.

Pierre Mahé, le bidonville, les jardins familiaux : épreuves de tournage.

4AV 221 , 1985 - 1985  

04:00:10:04- 04:20:57:18: Suite de l'entretien avec Pierre Mahé.

04:20:57:19- 05:14:49:13: Les jardins familiaux, à l'emplacement des baraques de l'ancien bidonville, une famille jardine dans son potager. Dialogue entre un grand-père et son petit-fils, il lui raconte son histoire en marchant sur les traces du bidonville, où il a vécu. Repas avec Mario, un Portugais qui habite dans une baraque du bidonville et José Alexandre Cardoso Marques. Mario vit dans la marginalité. Il prépare le poulet qu'il élève dans l'enclos de sa baraque. Images d'un débit de boisson clandestin, lieu de rencontre des nostalgiques du bidonville. Retour au repas, Mario évoque les chantiers qu'il a entrepris dans son enclos. Scènes d'un dimanche en famille dans un jardin potager, Mario et son ami réparent un puits.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

Frantzy Raymond, formateur à l'office municipal des migrants : enregistrement filmé (2009).

1AV 405-406 , 2009 - 2009  

Né en 1976 à Haïti, il arrive en France en 2001 et demande le statut de réfugié en 2003. Il poursuit ses études en sciences du langage à l'université de Paris V. Il est recruté à l'office des migrants en 2004 comme formateur du stage d'insertion professionnelle où il suit pendant une année scolaire un groupe de femmes.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de l'office municipal des migrants de Champigny-sur-Marne > L'Office municipal des migrants à Champigny-sur-Marne, témoignages du personnel : enregistrements filmés (2009).

Michèle Vibert, entretien sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Enseignante à l'école du plateau à Champigny-sur-Marne de 1961 à 1968 : enregistrement filmé (2008).

1AV 254-255 , 2008 - 2008  

Enseignante à l'école du plateau à Champigny-sur-Marne de 1961 à 1968 près du bidonville de Champigny-sur-Marne.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Enseignants à l'école du Plateau

Vidéo sur Marne n°14. Une revue audiovisuelle campinoise, janvier 2008.

4AV 2554 , 2008 - 2008  

Immigration : Une visite à la Cité nationale de l'histoire de l'immigration.

Elections municipales : Droite ou Gauche ? des personnes rencontrées sur la foire au troc et aux cochons acceptent ou n'acceptent pas de répondre à la question.

A vélo dans la ville sur la N4, à la sortie de l'école Maurice Denis, à la sortie de la poste principale, au Bois l'Abbé...

Habillage des boules qui changent de couleurs.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Champigny-sur-Marne > Association Vidéo-sur-Marne

Aïssata Camara, deuxième partie. L'engagement associatif et politique d'Aïssata Camara chez les Femmes relais médiatrices interculturelles de Champigny-sur-Marne, dans l'association Oxyjeunes, et à la municipalité depuis 2001.

1AV 529 , 2012 - 2012  

Elle raconte le travail effectué par les femmes relais, la marche des femmes à New York en 2001. Elle est sollicitée par l'équipe municipale en 2001 et est élue municipale depuis. Elle raconte la création de l'association Oxyjeunes dont elle est la présidente, et décline les actions : barbecue, goûter au collège, aide judiciaire, aide aux jeunes incarcérés, prévention de la violence, relations avec les autres associations, les administrations et le coordinateur social Hugo Guerra.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Aïssata Camara, fondatrice et présidente de l'association Oxyjeunes, membre des Femmes relais et élue de Champigny-sur-Marne : entretien filmé (2012).

Asma Ashraf, directrice de l'association des femmes-relais médiatrices interculturelles de Champigny-sur-Marne depuis 1999 : entretien filmé (2012).

1AV 524-526 , 2012 - 2012  

Née au Pakistan en 1974, arrivée en France en 1977. Elle créé avec 14 autres femmes en 1997 l'association des femmes-relais médiatrices interculturelles de champigny-sur-Marne dans le quartier du Bois l'Abbé. Emploi jeune en 1999, elle dirige l'association depuis cette date.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne

Le rêve portugais : 25 ans d'immigration portugaise en France : épreuves de tournage (s.d.).

4AV 263-264  

L'exposition : Le Rêve portugais, 25 ans d'immigration portugaise en France constitue un véritable musée de la communauté portugaise en France à travers divers documents datant des années soixante, photos et affiches exposés.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Vieira : montages, épreuves de tournage.

Alice Rodrigues, dernière partie.

1AV 274 , 2008 - 2008  

Elle raconte son apprentissage de la langue portugaise au le consulat et au centre culturel portugais. Elle parle de son frère et sa soeur qui sont restés Portugais. Elle a fait la demande de nationalité française pour pouvoir être surveillante et financer ses études. Elle parle de l'accueil méprisant à la sous-préfecture de Nogent lorsque sa soeur est venue chercher sa carte de séjour à 16 ans. Sa soeur et son frère se sont mariés avec des personnes d'origine portugaise. Elle compare les photographies courantes sur le bidonville avec sa propre expérience, en marge du bidonville dans une maison en dur avec la télé, le garage et le potager. Elle pense qu'il ne faut pas limiter le bidonville à un aspect misérabiliste et resitue le bidonville dans le contexte de l'époque, inscrit dans les problèmes de logement après-guerre en France.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Habitants du bidonville > Alice Rodrigues, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Née en 1960 en France, elle a vécu avec sa famille, sentier des Pendants jusqu'en 1967 : épreuves de tournage (2008).

Alice Rodrigues, troisième partie.

1AV 263 , 2008 - 2008  

Elle parle de ses parents, son père maçon, travaillant 6 jours par semaine, construisant sa maison le dimanche, sa mère faisant des ménages. Elle raconte sa scolarité à l'école de plateau et au collège à Ormesson. Elle parle des séjours au Portugal l'été. En 1967, la famille déménage à Ormesson, dans une maison construite par son père. les deux niveaux sont loués à des compatiotes portugais. Elle évoque les raisons du départ de Champigny : la dégradation du bidonville, la volonté de vivre mieux.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Habitants du bidonville > Alice Rodrigues, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Née en 1960 en France, elle a vécu avec sa famille, sentier des Pendants jusqu'en 1967 : épreuves de tournage (2008).

Saliou Dia, neuvième partie. Les préjuges sur les quartiers de banlieue, l'avenir incertain des jeunes. L'association La Caravane du casier judiciaire.

1AV 522 , 2012 - 2012  

Saliou Dia poursuit sur les images négatives véhiculées sur les quartiers de banlieue, les impasses professionnelles pour les jeunes scolarisés et diplômés venant de ces quartiers. Il s'interroge sur sa décision d'avoir fait venir ses enfants en France et quel avenir possible pour eux. Il s'interroge sur le fait de demander la nationalité française. Il parle du peu d'avenir des jeunes de ce quartier enclavé rebaptisé Boismako comme manque d'intégration pour les populations et l'abandon de ses populations. Il parle de la création d'une autre association : la caravane du casier judiciaire pour prévenir les jeunes des risques d'avoir une inscription au casier judiciaire.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Saliou Dia, habitant de Champigny-sur-marne, d'origine sénégalaise, entretien sur son parcours de migrant et de militant associatif : entretien filmé (2012).

Hugo Guerra, quatrième partie.

1AV 326 , 2009 - 2009  

Hugo Guerra raconte les conditions de création de l'Office des migrants de Champigny-sur-Marne en 1983-1984, les objectifs posés au départ: accueillir toutes les personnes migrantes et pas uniquement étrangères pour les soutenir dans leurs démarches administratives.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Hugo Guerra, témoignage sur son parcours de migrant d'Argentine à son installation à Saint-Maurice puis Champigny-sur-Marne et sur son travail à l'accueil des migrants à Champigny-sur-Marne à l'office municipal des migrants et comme coordinateur social sur le quartier du Bois l'Abbé : enregistrement filmé (2008-2009).

Denise Foucard, entretien sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Elue à la ville de Champigny-sur-Marne de 1965 à 1977 : enregistrement filmé (2008).

1AV 256-258 , 2008 - 2008  

Elue et conseillère municipale dans l'équipe de Louis Talamoni à Champigny-sur-Marne à partir de 1965, successivement à la santé, à l¿emploi, à la jeunesse et à la culture. Elle s'est rendue au bidonville avec le maire et le maire-adjoint et participe aux actions municipales vers le bidonville.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Elus municipaux

Zoubida Latigui, chargée de l'accueil depuis 1992 : enregistrement filmé (2009).

1AV 381-383 , 2009 - 2009  

Née en 1965, à Oujda au Maroc, elle travaille à l'accueil de l'office depuis 1992. Elle décrit ses tâches, le public rencontré, les difficultés et les évolutions depuis 1992.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de l'office municipal des migrants de Champigny-sur-Marne > L'Office municipal des migrants à Champigny-sur-Marne, témoignages du personnel : enregistrements filmés (2009).

Le marché et la messe à Villiers-sur-Marne, Pierre Mahé, Carlos Barreto et des jeunes, la vie à l'école et les jeunes nés en France, les restaurants et les cafés portugais dans le Val-de-Marne, le bidonville de Champigny-sur-Marne : épreuves de tournage.

4AV 217 , 1985 - 1985  

01:00:09:01-01:25:25:12 Sur le marché de Villiers-sur-Marne, on découvre les marchands de produits portugais (journaux, produits alimentaires). Images de la messe du dimanche, en langue portugaise : deux grands points de rencontre pour la commmunauté immmigrée portugaise de la région. Entretien avec différents acteurs de la communauté portugaise.

01:36:52:14-01:49:45:16 : questions-réponses de Pierre Mahé, Carlos Barreto et les jeunes français d'origine portugaise. Un adulte raconte son passage O salto (clandestinement) entre le Portugal et la France.

01:58:58:13-02:02:50:06 Dans la cour de l'école primaire Jacques Solomon à Champigny-sur-Marne. Des enfants jouent. Questions aux enfants sur leurs origines. Dans une classe du collège Elsa Triolet à Champigny, discussion entre des élèves et leur professeur de portugais. L'apprentissage du portugais, dans quelles circonstances sont utilisées les deux langeus au quotidien et dans le cercle familial.

01:49:45:17-01:58:58:12 Un tour d'horizon de l'implantation de la communauté portugaise dans le Val-de-Marne, à travers les cafés, les restaurants portugais. Entretien avec un garçon de café et avec le patron du restantant les Relfets. Scène de mariage dans le restaurant, un chanteur sur la scène.

01:25:25:13-01:36:52:13 Sur les vestiges du bidonville des jeunes de la 2e génération et des anciens habitants du bidonville. On aperçoit les jardins familiaux. Des enfants jouent, des hommes jouent à un jeu de quilles. Un dialogue entre Pierre Mahé et un ancien habitant du bidonville originaire d'un village près d'Espite, puis échange d'opinions entre les jeunes et le père Mahé sur ce que représente le bidonville à leur échelle, au regard de leur histoire individuelle et familiale.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).
/img/picture-not-found.svg
2 médias

Union générale des travailleurs sénégalais en France (Puteaux puis Clichy), Union des travailleurs sénégalais en France-action revendicative (Paris puis Champigny-sur-Marne), Association sénégalaise pour le développement (Paris), Association sénégalaise d'assistance à l'enfance et d'aide à l'éducation et à la culture (Cergy)

ABS 21-1 , 1981-1992  

Statuts, résolutions, communiqués, tracts, correspondance, projets d'activité, coupures de presse, publications (notamment La Voix des travailleurs sénégalais).

Contexte :
Mouvements en lien avec l'Afrique et les Africains en France > Sénégal

Claude Guerrier, conseiller municipal de Champigny depuis 1983, entretien sur l'histoire du quartier du Bois l'Abbé : enregistrement filmé (2012).

1AV 531 , 2012 - 2012  

Habitant du Bois l'Abbé depuis 1972, Claude Guerrier est militant à la section campinoise du parti communiste et devient conseiller municipal en 1983. Il est successivement délégué à l'immigration, en 1989 au logement et en 2008 au renouvellement urbain. Il raconte l'achat de terrains à Champigny par l'Etat à la fin des années 1960, la construction du parc de logement de l'OPAC 75, la dégradation progressive des 2500 logements par manque d'entretien et les demandes renouvelées de la mairie d'obtenir la gestion du parc locatif ainsi que la maîtrise de l'attribution des logements. Il raconte le référundum organisé en mai 1990 puis l'amorce d'un dialogue avec les bailleurs sociaux, la rénovation extérieure des bâtiments, l'obtention de 30% de logements attribués, les politiques de la ville et en 2006 le projet soutenu par l'ANRU (Agence nationale pour le renouvellement urbain). Il décrit également les différentes vagues d'immigration (portugaise, africaine).

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne

Hugo Guerra, troisième partie.

1AV 311 , 2009 - 2009  

Il détaille ses activités politique à la section du parti communiste de la ville de Saint-Maurice. A la suite d'une rencontre avec le maire de Champigny-sur-Marne, il est engagé comme interprète lors de l'accueil d'une délégation de jeunes du Nicaragua. Il parle du Parti communiste qui a fonctionné pour lui comme facteur d'intégration.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Hugo Guerra, témoignage sur son parcours de migrant d'Argentine à son installation à Saint-Maurice puis Champigny-sur-Marne et sur son travail à l'accueil des migrants à Champigny-sur-Marne à l'office municipal des migrants et comme coordinateur social sur le quartier du Bois l'Abbé : enregistrement filmé (2008-2009).

Alice Rodrigues, quatrième partie.

1AV 273 , 2008 - 2008  

Elle évoque sa scolarité, l'installation à Ormesson en 1967. La maison du bidonville fait l'objet d'une expropriation. Elle raconte le partage des langues française et portugaise à la maison, l'image de Champigny et des émigrés quand ils rentrent au Portugal pendant les vacances, le retour au pays des parents en 1995. Elle parle de la concentation d'immigrés portugais sur la ville de Champigny à partir d'un travail sur le recensement et l'impact du livre de M. C. Volovitch-Tavarès sur l'histoire du bidonville, histoire auparavant occultée.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Habitants du bidonville > Alice Rodrigues, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne. Née en 1960 en France, elle a vécu avec sa famille, sentier des Pendants jusqu'en 1967 : épreuves de tournage (2008).

Lucienne Scaglia-Chiaffi, témoignage sur le recrutement de main d'oeuvre étrangère dans l'entreprise de construction de son mari à Fontenay-sous-Bois pendant les années 1960 : épreuves de tournage (2008).

1AV 264-265 , 2008 - 2008  

Elle raconte notamment le recrutement de travailleurs portugais au bidonville de Champigny-sur-Marne, des relations avec les ouvriers de l'entreprise de son mari, les liens créés et leur voyage au Portugal où ils ont rendu visite à un de leurs employés.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Entreprise employant des ouvriers portugais

Interview de Nathalie Fonseca, membre de la JOC au Bois l'Abbé, et d'Aïssata Camara, membre des Femmes-relais de Champigny-sur-Marne : épreuves de tournage.

2AV 1496 , 2000 - 2001  

Interview de Nathalie Fonseca, infirmière et membre de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) à Champigny dans la cité du Bois l'Abbé. Elle rappelle brièvement ce qu'est la JOC, association religieuse de jeunes faite par les jeunes, entre jeunes. Elle s'occupe des jeunes filles qui se posent des questions sur la contraception, les relations avec les garçons. Beaucoup vivent au Bois l'Abbé, pensent peu à leur avenir et sont encore dans le présent. Elles ne sont pas du tout informées. La grossesse de 2 jeunes filles a déclenché les questions. Elle essaie de les faire réagir d'elles-mêmes, filmer leurs amies sur les relations sexuelles, la contraception, organiser un débat et informer leurs copines. Des jeunes filles ne sont pas conscientes qu'elles peuvent refuser des relations sexuelles avec leur ami. Elles ne connaissent pas l'utilisation de la pillule, du contraceptif. La JOC n'est pas trop appréciée par l'Eglise, les prêtres accompagnateurs n'acceptent pas toujours l'usage des contraceptifs alors que la JOC essaie de coller à la réalité et rester pragmatique.

Interview d'Aïssata Camara, membre des Femmes-relais interculturelle de Champigny dans la cité du Bois l'Abbé. Elle parle de la création de l'association. L'association accueille toutes les femmes. Elle les accompagne dans les administrations. Le service est gratuit. Les problèmes des femmes au quotidien : ce sont des femmes d'origine étrangère, ne sortent pas beaucoup. L'association leur explique comment fonctionne l'école, pourquoi suivre la scolarité des enfants. L'association fait le lien avec l'école. Une formatrice travaille à l'école Anatole France, accueille les parents dans un dispositif qui s'appelle "j'aide mon enfant". Les femmes se responsabilisent davantage, beaucoup divorcent et doivent prendre en charge l'éducation des enfants. Prises de vues dans le local des Femmes relais.

Contexte :
Films de l'unité audiovisuelle du Conseil général du Val-de-Marne > Interviews de femmes militant dans des associations civiques val-de-marnaises ayant participé à la marche des femmes à New York en 2000 : épreuves de tournage (2000-2001).

Aïssata Camara, première partie. Le parcours personnel d'Aïssata Camara, originaire de Guinée-Conakry et venue en France dans le cadre du regroupement familial en 1978 à l'âge de 20 ans.

1AV 528 , 2012 - 2012  

Aïssata Camara raconte le milieu familial dans lequel elle a grandi. Mariée à 20 ans avec un cousin, elle rejoint la France dans le cadre du regroupement familial. Installés un an à Bordeaux puis à Saint-Maur-des-Fossés, elle fait une demande de logement social et emménage dans le quartier du Bois l'Abbé en 1981. Elle racontel'apprentissage du français, l'obtention de la carte de séjour et de la nationalité française. Elle décrit le quartier et sa rencontre avec l'association des femmes relais en 1999.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Aïssata Camara, fondatrice et présidente de l'association Oxyjeunes, membre des Femmes relais et élue de Champigny-sur-Marne : entretien filmé (2012).

Sur les traces du bidonville en 1985 : épreuves de tournage.

4AV 218 , 1985 - 1985  

13:00:04:19- 13:22:28:20: Sur l'emplacement de l'ancien bidonville, d'anciens habitants évoquent les conditions de vie difficiles. Un homme explique comment la vie quotidienne s'organisait. Il parle des différents réseaux contrôlant le travail clandestin, la location des baraques, les réseaux dont l'organisation est imputée à des portugais. L'histoire du bidonville entre 1961 et 1972 est abordée, jusqu'à la construction des H.L.M. du Bois l'abbé.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

Saliou Dia, dernière partie. Les actions de la Caravane du casier judiciaire. Le collectif des parents d'élèves du collège Elsa Triolet. L'avenir du Bois l'Abbé.

1AV 523 , 2012 - 2012  

Les actions de la Caravane du casier judiciaire, suite. Les actions d'un collectif des parents d'élèves puis l'association des parents d'élèves pour le collège Elsa Triolet de Champigny-sur-Marne. Il parle du point de vue de son épouse qui préfère rester en France. Il parle de la condition féminine en Afrique. Il parle de l'évolution de l'accueil des migrants en France depuis 30 ans, les difficultés plus nombreuses, la disparition du tissu associatif. Il parle de l'avenir bouché au Bois l'Abbé, le trafic de drogue grandissant, le chômage, la précarité des parents. Il parle de son avenir et conseille aux jeunes de s'investir aussi dans leur pays d'origine "Vous êtes Français, oui mais". Il ne se fait plus d'illusions sur la place des gens de couleur en France, les capacités des jeunes pour devenir français, les diplômes, la nationalité ne suffit pas, "les Noirs restent noirs".

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Saliou Dia, habitant de Champigny-sur-marne, d'origine sénégalaise, entretien sur son parcours de migrant et de militant associatif : entretien filmé (2012).

Les intellectuels portugais en France (suite), photographies, coupures de presse, articles traitant des bidonvilles : épreuves de tournage.

4AV 229 , 1985 - 1985  

12:00:07:01- 12:45:19:04 : Entretien avec Jorge Chaminé, chanteur d'opéra, baryton, arrivé en France en 1978 après ses études de droit. Entretien avec Luis Rego qui raconte qu'il n'a pas choisi la France c'est un accident de parcours. Il raconte son emprisonnement deux mois par la PIDE ( police politique sous la dictature salazariste au Portugal), et comment il a commencé à cotoyer le milieu artistique. Réflexions sur la France, le Portugal, l'immigration.

12:45:19:04- 13:00:50:12 : Série de photos montrant les Portugais dans les bidonvilles de Champigny et de Villeneuve-Le-Roi. Coupures de presse, articles parus dans des journaux, traitant des bidonvilles.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

Colette Guyomarch, témoignage sur le bidonville de Champigny-sur-Marne : enregistrement filmé. Née en 1920 à Limeil-Brévannes, elle s'installe en 1956 à Champigny-sur-Marne et assure le secrétariat du maire Louis Talamoni. Elle évoque la construction du bidonville, l'action des associations et de la ville pour sa résorption.

3AV 319 , 2007 - 2007  
Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le bidonville de Champigny-sur-Marne > Personnel de la mairie

La photo déchirée. Chronique d'une immigration clandestine : montage (2001).

4AV 762 , 2001 - 2001  

José Vieira a quitté le Portugal à l'âge de 7 ans pour rejoindre son père en France. Il retourne dans son pays natal pour recueillir des témoignages sur cet exil forcé. Des extraits de films : Lorete et les autres, 1971 ; O salto, 1967, des souvenirs d¿enfance, des témoignages d¿immigrés portugais retraités au pays et des images d¿archives ponctuent son enquête pour comprendre la genèse de cette émigration clandestine.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Vieira : montages, épreuves de tournage.

Dis-moi Grand-père : montage (1989).

4AV 458 , 1989 - 1989  

11:06 - 00:27:14:23: Un jeune enfant portugais vivant en France passe ses vacances au Portugal dans le petit village pauvre et rural de son grand-père et travaille aux champs avec celui-ci. Le grand-père évoque alors à son petit fils son passé pauvre au Portugal où il a élevé ses enfants, son départ pour la France dans les années soixante, ses conditions de vie dans le bidonville de champigny-sur-Marne où il partageait le destin de milliers d'autres immigrés portugais ayant comme lui fuit la misère de leur pays natal. L'enfant et son grand-père repartent tous deux en France sur les traces du bidonville désormais disparu.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage.

Interview d'Aïssata Camara, membre des Femmes-relais de Champigny-sur-Marne et d'Aïcha Hachemi, membre de l'association Elles aussi : épreuves de tournage.

2AV 1497 , 2000 - 2001  

Prise de vues dans le local des femmes relais à Champigny-sur-Marne. Fin de l'interview d'Aïssata Camara des Femmes-relais dans la cité du Bois l'Abbé. Elle parle des femmes de différentes origines travaillant à l'association.

Interview d'Aïcha Hachemi, présidente de l'association Elles aussi, créée il y a 3 ans à Créteil, au Mont Mesly qui regroupe les habitantes du quartier. Plusieurs réunions hebdomadaires sont organisées sur le thème de la parentalité par exemple. Parfois, elles font appel à un professionnel pour répondre aux situations difficiles. L'association répond aux questions des femmes. L'association accueille au centre social permettant aux femmes de sortir avec leurs enfants à la ludothèque et de profiter de ce moment pour parler. Elle organise des ateliers de cuisine, prétexte à se réunir. Parmi les problèmes évoqués par les femmes venant à l'association : les violences, les demandes de divorce, la scolarité des enfants. Les femmes peuvent difficilement discuter avec leurs maris. Elle cotoie les femmes maghrébines et voit beaucoup d'évolution et reste optimiste pour l'avenir. Elle parle de la marche des femmes à New York qui l'a beaucoup marquée.

Contexte :
Films de l'unité audiovisuelle du Conseil général du Val-de-Marne > Interviews de femmes militant dans des associations civiques val-de-marnaises ayant participé à la marche des femmes à New York en 2000 : épreuves de tournage (2000-2001).

Parcours de migrants, quelques exemples de réalisations : montage (2010).

1AV 425 , 2010 - 2010  

Il comprend des extraits d'entretiens de Jean-Pierre Clario, Jocelyne Germain, Michèle Vibert, Hugo Guerra, un extrait du spectacle Femmes d'ici et d'ailleurs le théâtre Kokoya, les extraits des films réalisés par Marion Comte, par l'association Initatives de Choisy-le-Roi, par la Commune d'Orly, par Angéla Terrail.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Montages réalisés à partir des entretiens

Panorama des associations portugaises en Ile-de-France (suite).

4AV 224 , 1985 - 1985  

07:00:28:09- 08:14:52:00 : Suite de l'entretien avec Mario Castilho, président de l'association des Portugais de Pontault-Combault, il parle de son arrivée en France et de la naissance de son association en réaction au contexte d'accueil de la communauté portugaise. L'association développe l'action sociale dans un premier temps, la création d'un club de football puis d'un groupe folklorique. A l'association Amitié franco-portugaise à Villiers-sur-Marne, des membres parlent de l'équipe de football, des liens entre les communautés française et portugaise, de l'intégration, du droit de vote, du manque de subventions, et des cours de langue portugaise dispensés par l'association. A l'association portugaise de Trappes, dialogue avec Deolinda, une religieuse, le Père Duboys, et le président de l'association. Ils parlent de la naissance de l'association, l'enseignement religieux qu'elle dispense aux jeunes issus de la deuxième génération, l'aide à l'intégration, à l'évolution, l'image du Portugais en France, le devoir de mémoire, les bidonvilles, l'aventure que représentait l'immigration.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage. > Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

La collecte des archives audiovisuelles sur les migrations en Val-de-Marne : montage (2009).

1AV 414 , 2009 - 2009  

Extraits de témoignages de Jean-Pierre Clario, ancien membre de l'association France terre d'asile, Jocelyne Germain, ancien officier de protection de l'OFPRA, Hugo Guerra, ancien directeur de l'Office municipal des migrants de Champigny-sur-Marne et Michèle Vibert, ancienne enseignante à l'école du Plateau à Champigny-sur-Marne.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Montages réalisés à partir des entretiens

Hugo Guerra, témoignage sur son parcours de migrant d'Argentine à son installation à Saint-Maurice puis Champigny-sur-Marne et sur son travail à l'accueil des migrants à Champigny-sur-Marne à l'office municipal des migrants et comme coordinateur social sur le quartier du Bois l'Abbé : enregistrement filmé (2008-2009).

1AV 309-311, 326-328 , 2008 - 2009  

Né en 1949 en Argentine, il raconte son arrivée en France, et les trois postes occupés à la ville de Champigny-sur-Marne : la création de l'office municipal des migrants en 1984, la gestion de l'annexe de la mairie à Champigny-sur-Marne puis comme coordinateur social. Il travaille depuis juillet 2008 au service Proj'aide du Conseil général du Val-de-Marne.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne

Interviews de femmes militant dans des associations civiques val-de-marnaises ayant participé à la marche des femmes à New York en 2000 : épreuves de tournage (2000-2001).

2AV 1491-1498 , 2000 - 2001  

Interviews de femmes représentant des associations du Val-de-Marne : Tremplin 94-SOS femmes, AC !, Femmes solidaires, le CIFF-CIDF, l'APEIS à Ivry-sur-Seine, l'Observatoire de l'égalité, la Jeunesse communiste, la JOC, les Femmes-relais de Champigny-sur Marne, Elles aussi. Les militantes abordent des sujets comme la condition féminine, l'aide sociale, les enfants, la vie de couple. Le thème de la marche des femmes à New-York est souvent évoqué.

Contexte :
Films de l'unité audiovisuelle du Conseil général du Val-de-Marne

Des Portugais en France, 30 ans après : montage (1990).

4AV 404 , 1990 - 1990  

Le réalisateur se rend dans la ville de Champigny-sur-Marne et interroge plusieurs résidants campinois appartenant à la communauté portugaise. Ces personnes parlent des conditions de leur immigration en France, et évoquent le bidonville qui a accueilli dans les années soixante, plusieurs dizaines de milliers d'immigrants portugais. Le film est ponctué de nombreuses interviews de professionnels portugais immigrés travaillant en France. Parmi eux Manuel Alves, président du groupe S.E.P.I. (société en bâtiment et travaux publics), Francisco Lebre, directeur de la galerie Cap Magellan à Paris, Antonio Coutinho, professeur à l'institut Pasteur et chercheur au CNRS, Joaquim Vital, directeur des Editions de La Différence ou encore Luis Rego comédien.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage.

Les femmes dans le troisième millénaire : montage (2001).

5AV 276, 2AV 1587 , 2001 - 2001  

Des femmes de différentes associations témoignent des conditions de vie de la femme. Parmi les structures : Femmes-relais médiatrices interculturelles de Champigny, Elles aussi, Femmes solidaires, le centre d'information féminin et familiale, l'observatoire de l'égalité, le Secours populaire français, les Jeunesses communistes, Tremplin SOS femmes, A.C., l'APEIS.

Contexte :
Films de l'unité audiovisuelle du Conseil général du Val-de-Marne

Immigration portugaise : épreuves de tournage (1985).

4AV 217-229 , 1985 - 1985  

Les épreuves de tournage de de documentaire balaie, sur un peu plus de 15 heures, l'histoire de l'immigration portugaise, le bidonville de Champigny-sur-Marne. Il fait un état de la communauté immigrée en Ile-de-France, son implantation aux niveaux associatif, industriel, intellectuel.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Alexandre Cardoso : montages et épreuves de tournage.
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_004/FRGNQ_V_001_004_024_001_video_/FRGNQ_V_001_004_024_001_poster.jpg
1 média

Entretien de Djiby Sy

Génériques : FRGNQ_V_001_004_024, Archives nationales : 20160153/24 , jeudi 28 août 2014, 1941-2014  

Principaux sujets évoqués

Enfance au Sénégal (joug des autorités coloniales françaises)Solidarités villageoises africaines en France, caisses de villageConditions de logement des immigrés Africains sub-sahariensCréation de l'UGTSF et luttes pour le logement, la santéMai 1968Arrivée des femmes africaines sub-sahariennes dans les année 1970Scission au sein de l'UGTSF et création de l'UTSF/ARLa loi Pasqua contre la polygamie et ses conséquencesDifficultés actuelles des familles africaines sub-sahariennes en France.

Temps forts de l'entretien

Joug des autorités coloniales françaises au Sénégal ; solidarités villageoises et caisse de village ; conditions de logement des immigrés Africains sub-sahariens (hôtels, hangars, foyers) en France ; création et luttes de l'UGTSF (pour le logement, la santé) ; arrivée des femmes africaines sub-sahariennes dans les année 1970.

Apports ou intérêt historique de l'entretien

Conditions de vie et luttes des Africains sub-sahariens arrivés en France dans les années 1960-1970.

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4138_jpg_/0_0.jpg
1 média

Festa portuguesa / Confédération générale du travail (CGT) ; Confederação nacional dos trabalhadores portugueses-Intersindical nacional (CGTP-IN). [Montreuil]Confédération générale du travail (CGT)1985

4138 , 1985  

Festa portuguesa. Fête internationale de solidarité franco-portugaise, organisée par la CGT [Confédération générale du travail) et le CGTP-IN [Confederação nacional dos trabalhadores portugueses-Intersindical nacional], avec le concours du mouvement associatif portugais. Le 28 septembre 1985, complexe sportif de l'Ile-des-Vannes, Saint-Ouen. A partir de 14 heures, Festival folklorique avec les groupes de : Bezons, Champigny, Paris, Pontault-Combault, Franconville, Clichy, Colombes, Puteaux, Villejuif, Fontenay-sous-Bois, Montmorency, la chorale ""La Joie de vivre"", la chanteuse Aida Ferreira, Le groupe Alerta, les groupes de musique rock Os Claves et Hyper X. A partir de 20h30, en soirée : la Chorale populaire de Paris, Fernando Marques, Danielle Villière, José Jorge Letria, Yvan Dautin, Carlos do Carmo.

Fin des résultats