En sol majeur

2009-2013  

Emission quotidienne d'entretiens diffusée en fin d'après-midi. Chaque jour, la présentatrice reçoit un invité de double culture, installé en France, issu de l'immigration ou ayant vécu lui-même l'immigration. Il peut venir de tout horizon (politique, culture, sport, art, sciences, etc). L'émission est ponctuée d'extraits musicaux choisis par l'invité. On rencontre ainsi le chorégraphe Angelin Preljocaj, d'origine albanaise ; Marguerite Abouet, née à Abidjan (Côte d'Ivoire) et auteur de la série de bandes dessinées Aya de Youpogon ; Naïma Yahi, historienne d'origine algérienne et chargée de recherches à l'association Génériques qui valorise l'histoire et la mémoire de l'immigration ; Anzoumane Sissoko, porte-parole de la Coordination parisienne des sans-papiers en 2010 ; la femme politique Najat Vallaud-Belkacem, née au Maroc ; le chanteur Féfé, d'origine nigériane ; Sébastien Follin né à Madagascar et qui a été présentateur de la météo sur TF1 ; Alassane Chérif, psychologue-clinicien qui s'occupe des familles migrantes et plusieurs autres invités.

Françoise Landemard, officier de protection dans la division Europe de l'OFPRA de 1984 à 2008 : épreuves de tournage (2009).

1AV 343-345, 348-350 , 2009 - 2009  

Née en 1943, elle apprend le russe et le serbo-croate à l'Inalco. Après avoir suivi son mari en Afrique, elle rentre en France en 1983 et est recrutée à l'Ofpra dans la section yougoslave de la division Europe. Recrutée à l'origine pour les délégations régionales qui ne verront pas le jour, elle traite ensuite les demandes algériennes, turques, serbes, albanaises.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) > Entretiens réalisés auprès du personnel de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) à Fontenay-sous-Bois : enregistrements filmés et sonores. > Officiers de protection et chefs de section

Publications de A à B.

119AS/99 , 1978-1999  
Accueillir. 1989-1999. Actions Jeunesse Ile-de-France. 1988. Actualités sociales hebdomadaires. 1988. Actualités migrations. 1982-1990. Afrika. 1993. Adri informations [Agence pour le développement des relations interculturelles]. 1996-1999. Agenda interculturel. 1997. A la découverte. 1989. Al Akhbar. 1991. Alamil Alarabi. 1995-1997. Al Europiya. 1999. Al Hadaf. S.d. Alpha promotion. 1988. Alternatives économiques. 1985, 1997. Al-Yassar Al-Arabi. 1989. Annashra. 1997-1999. Ar-Riwaq. S.d. Assabah. 1991. Associations mode d'emploi. 1998-1999. Bagnolet mensuel. 1991, 1996, 1998. Banlieue d'banlieue. 1980. La Baraka. 1986. Bloc notes. 1996, 1999. Bulletin de l'OMCT. 1996-1997. Bulletin de la Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail. 1996. Bulletin de liaison mensuel des associations d'Ile-de-France. 1998. Bulletin de l'Essak. 1989. Bulletin d'études européennes sur le temps. 1997. Bulletin du Comité Paris-Centre de l'Association des amitiés franco-albanaises. 1978.
Contexte :
Activités de la FTCR. > Relations avec d'autres organismes. > Publications reçues.
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_003/FRGNQ_V_001_003_026_video_/FRGNQ_V_001_003_026_poster.jpg
1 média

Bucarest au XIXe siècle : une vraie capitale nationale, un mélange ethnique fabriqué ou une société établie ?

FRGNQ_V_001_003_026 , 2012  

« Des données démographiques et ethnographiques sur la Roumanie du XIXe siècle peignent le tableau d'une situation urbaine caractérisée par un taux élevé de diversité ethnique et culturelle, surtout à Bucarest, la capitale du nouvel État roumain, à la suite de plusieurs siècles de longues vagues de migrations réparties à travers l'Est et le Sud-Est du continent européen. La panoplie des ethnies s'entrecroisant à Bucarest durant le XVIIIe et le XIXe siècle contient un grand nombre d'individus en provenance des Balkans (représentant la proportion la plus saisissable d'immigrants- Grecs, Bulgares, Albanais, Turcs), suivis de près par des Ukrainiens, Russes, Tatars, Arméniens et Juifs et, à partir de 1830, des Allemands, Italiens, Français, Anglais, Polonais. (&) On se propose donc d'illustrer comment le problème de la richesse du patrimoine immigrant urbain de la capitale roumaine du XIXe siècle a été au cœur du projet de construction sociale et politique de l'époque. »

Extrait du texte de Anca Pop

Contexte :
Le patrimoine de l'immigration : quelles pratiques de transmission ? (I)
Fin des résultats