Toutes les ressources Archives audiovisuelles 4 résultats (7ms)

Monde associatif et intégration sociale, quelles dynamiques entre société civile et pouvoirs publics ? (colloque) (collection audiovisuelle)

FRGNQ_V_001_010 , 2017  

La rencontre « Monde associatif et intégration sociale, quelles dynamiques entre société civile et pouvoirs publics » a été organisée par l'association Génériques le 07 décembre 2017 aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine) à l'occasion du 30e anniversaire de l'association. Cette journée vise à interroger la notion d'intégration, de voir ce que cela a signifié au fil des dernières décennies et d'analyser comment les politiques publiques et les associations ont œuvré, de concert ou non, sur cette question.

Des années 1980 où des dispositifs tels le Fonds d'action sociale (FAS) ont largement contribué au développement d'un milieu associatif particulièrement actif dans différents domaines (insertion économique, santé, culture) aux années 2010 où l'intégration portée par les pouvoirs publics semble se réduire aux actions d'accueil en direction des primo-arrivants, quelles ont été les dynamiques à l'œuvre ?

Le colloque réunit les intervenants autour de quatre discussion-débats:

Une dynamique marquée par les évolutions institutionnellesQuelles associations et quels modes d'organisation ?Intégration, inclusion, quels termes ?(Re)penser la dynamique. Quelle relation entre monde associatif et pouvoirs publics pour demain ?

Les discussions sont ponctuées par un temps de projection extrait de la campagne d'archives orales « Histoire et mémoire de l'immigration, mobilisation et lutte pour l'égalité, 1968-1988 » menée par Génériques en 2015 et un temps de lecture des déclarations d'hospitalité du collectif PEROU.

La parole libérée : théâtre et immigration en France dans les années 1970 (colloque) (collection audiovisuelle)

FRGNQ_V_001_009 , 2017  

La rencontre « La parole libérée: théâtre et immigration en France dans les années 1970 » a été organisé par l'association Génériques le 6 octobre 2017 à l'R de la Mer à Marseille. Dans le contexte des luttes sociales et culturelles issues des événements de Mai 68, des mouvements de défense des droits des immigrés surgissent dans toute la France. La forme théâtrale se révèle alors un instrument particulièrement efficace pour exprimer le mécontentement social grâce à l'immédiateté de la forme orale et à la facilité d'investissement de l'espace public par des performances. Dès les années 1970, de nombreuses compagnies de théâtre sont créées par des travailleurs immigrés qui se servent de la représentation théâtrale pour libérer la parole sur leurs conditions de vie en France. Dans les années 1980, dans un pays de plus en plus affecté par la multiplication des crimes racistes, les jeunes « issus de l'immigration » trouvent dans la parole récitée un puissant moyen pour briser des barrières invisibles et pourtant extrêmement stigmatisantes. Aujourd'hui, avec l'émergence de ladite « question migratoire » les expériences théâtrales se multiplient ; le théâtre demeure ce langage universel qui permet de montrer la vie et les itinéraires des migrants qui essayent de rejoindre l'Europe au péril de leur vie. Le programme du colloque réunit les différents intervenants autour de deux tables rondes:

Les troupes pionnièresLe théâtre des jeunes issus de l'immigration

Ces deux tables rondes sont suivies par un temps de projections filmiques, puis un temps de représentations théâtrales des pièces Ici, j'habite ici? (atelier de théâtre du centre social de Frais Vallon « Ménages en scène » dirigé par Sarah Dropsy) et En chemins! (atelier de théâtre avec un groupe de primo-arrivants dirigé par Frédérique Fuzibet).

Seules les captations audiovisuelles des deux tables rondes sont mises en ligne dans cet inventaire.

Les archives de l'immigration, un défi pour demain. Parcours de Saïd Bouziri (1947-2009) (colloque) (collection audiovisuelle)

FRGNQ_V_001_005 , 2017  

Le colloque « Les archives de l'immigration, un défi pour demain. Parcours de Saïd Bouziri (1947-2009) » a été organisé par l'association Génériques le 19 janvier 2017 au Pavillon Carré de Baudoin à Paris. Les multiples engagements de Saïd Bouziri (fondateur du Mouvement des travailleurs arabes (MTA), du journal Sans Frontière, inspirateur de collectifs des sans-papiers, administrateur du Fond d'action sociale (FAS), du Conseil national pour l'intégration des populations immigrées (CNIPI), militant et responsable de la Ligue des droits de l'Homme (LDH), de syndicats, etc.) ont pour fondement le respect de la dignité humaine et l'accès aux droits civiques. Pour Saïd Bouziri, l'étranger, l'immigré et toute personne - au-delà de toute appartenance et de toute frontière - devaient être reconnus comme citoyens. Son itinéraire de combat était étroitement lié à la figure de l'étranger, de l'immigré confiné dans le transitoire. La préservation des traces, des mémoires et de l'histoire de l'immigration permet ainsi aux chercheurs et aux historiens d'enrichir un récit national au plus proche du réel. Ces archives contribuent aussi à éclairer sur la manière d'appréhender les migrations futures. Trois tables rondes réunissant des chercheurs, des témoins et acteurs des luttes passées et actuelles permettent d'éclairer la pertinence des angles d'engagement portés par Saïd Bouziri :

Les archives privées de l'immigration, sources essentielles pour une histoire de la démocratie ?À travers les archives de militants et de structures associatives de l'immigration, ce sont des pans entiers de l'histoire des oppositions démocratiques, bien souvent contraintes dans les pays d'origine, qui se révèlent. Comment faciliter l'exploitation et la diffusion, aussi bien dans les pays d'accueil que d'origine, de ces sources primordiales pour une écriture de l'Histoire ?

Comment archiver aujourd'hui ? La conservation de l'histoire et des mémoires de l'immigration ainsi que des luttes et mobilisations était importante pour Saïd Bouziri comme en atteste la création de l'association Génériques en 1987. Alors que le flot d'informations s'est développé exponentiellement depuis la fin du XXe siècle avec le développement des TIC et d'Internet, comment penser aujourd'hui la conservation et la transmission des luttes et mobilisations actuelles ?

À travers les archives, comment faire sens pour les défis actuels ? Investi dans la défense des droits des immigrés et dans la défense plus large des droits de l'Homme, Saïd Bouziri aura tenté de créer des ponts entre ces combats. Comment les archives peuvent, à l'heure actuelle, être mobilisées pour être motrices de mobilisations et permettre de revivifier le lien social ?

L'ensemble des présentations sont mises en ligne dans cet inventaire.

Le patrimoine de l'immigration en France et en Europe : enjeu social et culturel (colloque) (collection audiovisuelle)

2012  

Le colloque européen «Patrimoine de l'immigrationen France et en Europe : enjeu social et culturel» fut organisé par l'association Génériques à la maison de l'Europe à Paris les 11 et 12 décembre 2012. Ce colloque avait pour objectif de développer la connaissance sur le patrimoine de l'immigration et d'interroger et de croiser les pratiques de ceux et celles qui y travaillent au niveau local, national, transnational et européen. Il avait également pour objectif de contribuer à définir l'état des recherches sur les enjeux du patrimoine de l'immigration et sur la place de l'immigration dans les politiques de patrimonialisation en France et en Europe.

Les communications présentées lors de ce colloque ont mis en exergue les enjeux importants autour de la question de la place de l'immigration dans le patrimoine national. En effet, alors que l'immigration est longtemps restée inscrite dans une invisibilité liée à une certaine conception d'une immigration dite « de travail » dans laquelle était occultée la dimension humaine, culturelle, sociale, affective & des immigrés, l'immigration en France a, depuis quelques années, acquis une certaine reconnaissance patrimoniale. L'idée que le patrimoine national comporte aussi des éléments liés aux apports culturels et identitaires de populations venues d'ailleurs paraît aujourd'hui acquise, même s'il faut reconnaître que de nombreuses questions demeurent ouvertes.

Qu'est ce qui se transmet dans l'immigration ? Qu'est-ce qui se transmet de l'immigration ? Comment émerge la conscience de l'existence de ce patrimoine ? De quelle nature sont les lieux de la transmission : familiaux ? Éducatifs ? Est-ce de cette transmission que naît le patrimoine ? Ou alors la patrimonialisation relève aussi de l'action d'autres acteurs, d'autres enjeux autour de la transmission de ces héritages ? Mais alors comment, par qui et surtout, pourquoi et pour qui, puisqu'aussi bien l'histoire de l'immigration ne saurait être écrite pour (et par) les seuls descendants d'immigrés ? Est-ce parce que le patrimoine de l'immigration peut être facteur d'intégration dynamique et de cohésion sociale ? Quelle histoire le patrimoine de l'immigration raconte-t-il ? Ou à l'inverse, quelle histoire se raconte (et se légitime) à travers lui ? De quelle manière, pour qui et pourquoi ? Quel rapport la mémoire, qui, depuis les années 1980, a investi le champ historique et l'espace public, a-t-elle avec le patrimoine, et quel rapport celui-ci entretient-il avec la mémoire et l'histoire ?

Toutes ces questions et les enjeux qu'elles révèlent étaient au cœur des discussions de ce colloque qui a rassemblé près de 30 spécialistes du patrimoine et de l'immigration: acteurs associatifs et culturels, pouvoirs publics, institutions patrimoniales, universitaires... provenant de pays divers (France, Belgique, Luxembourg, Grande-Bretagne, Suisse, Maroc, Algérie et Etats-Unis).

L'ensemble des présentations ainsi que des extraits des tables rondes et échanges avec le public qui suivaient les présentations sont mis en ligne dans cet inventaire.

Fin des résultats