/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_003/FRGNQ_V_001_003_027_video_/FRGNQ_V_001_003_027_poster.jpg
1 média

Echanges avec la salle

FRGNQ_V_001_003_027 , 2012  

Question à Péroline Barbet : Même si la génération d'aujourd'hui ne se sent plus concernée par ces musiques, des personnes gardent-elles les cassettes ? Sont-elles numérisées ? Quelle mémoire ces productions ont-elles laissées aujourd'hui ?

Une personne du public fait une remarque en rapport avec l'intervention de Sabah Chaïb, sur certaines pratiques introduites en Algérie par la colonisation.

Une autre personne du public évoque le chanteur Saïd Maghribi en rapport avec l'intervention de Péroline Barbet.

Contexte :
Le patrimoine de l'immigration : quelles pratiques de transmission ? (I)
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_003/FRGNQ_V_001_003_009_video_/FRGNQ_V_001_003_009_poster.jpg
1 média

Echanges avec la salle

FRGNQ_V_001_003_009 , 2012  

Quel lien existe-t-il entre le partage du patrimoine d'un coté et la circulation des mémoires d'un autre côté, notamment par rapport aux contraintes de la crise en Europe ?

Quels sont les usages des lieux de mémoire aujourd'hui ? Comment est-ce qu'au delà de ces actes symboliques les gens se réapproprient ces lieux ? (

Péroline Barbet, Centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes).

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4188_jpg_/0_0.jpg
1 média

Gadjé, musiques tziganes de Roumanie, Hongrie, Grèce, France et airs populaires turcs / Elele. ParisElele1996

4188 , 1996  

Dans le cadre des soirées Musiques-Mosaïques, Elele et Aksak présentent Gadjé, musiques tziganes de Roumanie, Hongrie, Grèce, France et airs populaires turcs. Samedi 2 mars 1996, à 20h30. Gadjé est un mot tzigane qui désigne ceux qui ne sont pas des tziganes. Nous aimons leur musique, nous qui sommes des ""gadjés"". Thérèse Michelet : violon. Christine Guillebaud : Alto. Benjamin Perrot : guitare. Bernard Périllat : acordéon, guitare. Claire Duteurtre : contrebasse, flûte. Concert et réservations : Elele.

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4185_jpg_/0_0.jpg
1 média

Mandragore, musique traditionnelle de la Grèce orientale / Elele. ParisElele[1995]

4185 , [1995]  

Dans le cadre des soirées Musiques-Mosaïques : Mandragore, musique traditionnelle de la Grèce orientale, le samedi 10 juin à 20h30. L'ensemble musical Mandragore réunit six jeunes musiciens dans le but de faire connaître la musique traditionnelle grecque. La première partie de son programme comporte des chansons grecques traditionnelles de l'Asie Mineure ainsi que des îles de la Mer Egée. La principale caractéristique de cette musique est sa couleur orientale contrairement à la couleur plutôt balkanique de la musique de la Grèce continentale. La deuxième partie du programme comporte des chansons de la première période du rébétiko (langage musical développé dans les bas quartiers d'Athènes et du Pirée au cours de la première moitié du 20e siècle) qui s'étend jusqu'au milieu des années trente. Ces chansons sont principalement composées par des musiciens grecs originaires de l'Asie mineure réfugiés en Grèce en 1922 après la guerre entre la Grèce et la Turquie. Concert et réservations à Elele.

Fin des résultats