Toutes les ressources Amérique du Sud 9 résultats (11ms)

Hugo Guerra, deuxième partie.

1AV 310 , 2009 - 2009  

Hugo Guerra raconte la réputation des Argentins en Espagne exilés après le coup d'Etat. Il raconte l'image qu'il se faisait de la France. Il arrive en France le 4 avril 1980 après un passage par l'Espagne. Il est engagé comme percussionniste dans une troupe de musiciens chiliens pendant deux ans. Il explique sa situation administrative et les démarches effectuées pour obtenir une carte de séjour. Il parle de l'accueil méprisant à la préfecture. Il raconte son apprentissage de la langue française et son engagement politique et syndical, nécessaire "pour se sentir chez lui".

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le Bois l'Abbé à Champigny-sur-Marne > Hugo Guerra, témoignage sur son parcours de migrant d'Argentine à son installation à Saint-Maurice puis Champigny-sur-Marne et sur son travail à l'accueil des migrants à Champigny-sur-Marne à l'office municipal des migrants et comme coordinateur social sur le quartier du Bois l'Abbé : enregistrement filmé (2008-2009).

Sylviane de Wangen, épouse du fondateur, pour la période 1971-1982.

1AV 329 , 2009 - 2009  

Sylviane de Wangen explique le contexte qui a procédé après mai 68 à la création de France Terre d'Asile.

Elle évoque l'émotion suscitée par le coup d'état au Chili de 1973, et rappelle que FTDA, petite association à l'époque, a impulsé alors une grande coordination pour la mise en place de centres provisoires d'urgence dans un objectif de décentralisation.

Elle raconte la fin de l'immigration économique en 1974 et le rôle tenu en 1975 par FTDA Créteil, en charge du 1er accueil et du transit lors de l'accueil des réfugiés du SE asiatique. Elle souligne la qualité d'ancien réfugié du responsable du transit et le partage des tâches entre les permanents (transit) et le directeur.

Elle évoque le conflit autour de la renégociation de la convention collective, l'évolution de FTDA (" L'association vit sa vie ") et l'évolution du droit d'asile (" le problème c'est qu'on est barricadés ").

Elle termine en faisant état de son engagement actuel à l'association France Palestine Solidarité (AFPS) et à la Commission nationale des recours pour les déboutés du droit d'asile dont elle explique le fonctionnement.

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de France terre d'asile (CADA de Créteil) > Responsables de l'association nationale, 1971-2008
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_004/FRGNQ_V_001_004_029_001_video_/FRGNQ_V_001_004_029_001_poster.jpg
1 média

Entretien de Maria Amaral

Génériques : FRGNQ_V_001_004_029, Archives nationales : 20160153/29 , lundi 31 août 2015, 1949-2015  

Principaux sujets évoqués

Le contexte familial et engagements de ses parentsVie à Buneos-AiresL'engagement de son père en faveur du dialogue œcuménique et des défavorisésLe contexte politique en ArgentineDépart de l'Argentine et Arrivée à StrasbourgSa participation aux événements de mai 68La vie à Nanterre : contact avec les bidonvilles, les cités de transit, les immigrésSon travail en faveur des familles immigrées à la maison de la Cimade à Nanterre, la Maison Peinteles Comités Palestine à NanterreSolidarité : sa rencontre avec Henri Curiel, son travail au sein de l'organisationL'arrestation de Henri Curiel en 1976 puis son assassinat en 1978Son arrestation par la police en 1980 et son incarcérationSituation aujourd'hui, les difficultés de l'engagement, l'évolution du militantisme.

Temps forts de l'entretien

Le militantisme, une tradition familiale ; la Maison Peinte à Nanterre ; les Comités Palestine ; Solidarité

Apports ou intérêt historique de l'entretien

Le parcours engagé d'une artiste dans la continuité d'un engagement familial contre la dictature ; son engagement pour les immigrés, avec l'art comme moyen de mobilisation, et pour les mouvements de libération nationale en Amérique latine ; le fonctionnement de l'organisation Solidarité.

Ce qu'elles vivent, les femmes ! : montage (1981).

4AV 81 , 1981 - 1981  

Portraits de 14 femmes qui racontent la vie de travail, la vie familiale et sociale, elles mettent en évidence les discriminations dont elles sont victimes dans le contexte social et culturel d'aujourd'hui. Elles expriment leurs luttes ou leurs impuissance face à la société et face aux mentalités et comportements quotidiens. Nelly, étudiante chilienne réfugiée en France, travaille comme OS en France. Elle raconte ses soucis au travail, le manque de rendement à la chaîne qui lui est reproché. Alice, maîtresse auxiliaire, mariée et mère de deux enfants a repris ses études pour passer le CAPES. Elle fait un remplacement dans un collège d'une cité de transit de Villejuif. Elle parle des relations avec les élèves, de sa vie professionnelle qu'elle ne veut pas sacrifier. Elle est issue d'une fratrie de 14 enfants. Elle évoque le sujet de la contraception abordée avec sa mère, les relations familiales. 4 employées travaillant à Viniprix et militantes syndicales évoquent la grève dans le magasin. Annick, mère célibataire de 4 enfants métis. Elle parle des rapports homme-femme, les préjugés sur les mères célibataires. Lamriya, d'origine algérienne, élève seule ses enfants, a été mariée à 15 ans. A 19 ans, elle quitte son mari. Elle parle des différences culturelles, des générations, de la place de la femme. Catherine et Micheline travaillent à la sécurité sociale, militantes syndicales. L'une d'elle est en instance de divorce. Elle a été mariée à 17 ans et demi. Elle évoque les violences conjugales, sa nouvelle vie, son activité syndicale. Marina et Louisette licenciées de l'entreprise Metallo depuis 1979. Elles racontent les circonstances du licenciement et les difficultés à accepter le chômage. Andrée, 74 ans, ouvrière chez Metallo. Elle raconte la pression dans l'entreprise. Jacqueline, employée communale, mariée et deux enfants. Elle parle de l'éducation reçue par sa mère et donnée à ses enfants.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par les villes et les associations > Vitry-sur-Seine

Iracema Barbosa, artiste d'origine brésilienne vivant à Fontenay-sous-Bois : enregistrement sonore (2008).

11AV 336 , 2008 - 2008  

Elle raconte ses origines brésiliennes, sa formation, son arrivée en France et la préparation de son exposition intitulée "Ici et ailleurs" faite à partir d'une cinquantaine de cartes postales envoyées par des personnes résidant en France et répondant au verso à trois questions : Que vous manque t'il de votre pays ? Qu'aimez-vous en France ? Qu'aimeriez-vous changer ?

Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Les artistes travaillant sur l'immigration
Fin des résultats