Toutes les ressources 59 754 résultats (76ms)

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_005_001_video_/FRGNQ_V_001_002_005_001_poster.jpg
1 média

Introduction

2010  

Carrie Tarr présente sa problématique et dresse la liste exhaustive des réalisatrices d'origine maghrébine ayant tourné des moyen ou long métrages pour le cinéma ou la télévision des années 1990 à nos jours. Au final ce nombre se révèle peu élevé moins d'une dizaine au titre des quelles figurent Rachida Krim, Yamina Benguigui, Zakia Tahiri.

Contexte :
Interventions des historiens > 2ème session Parcours singuliers et genre > Carrie Tarr, « Le rôle des femmes dans le cinéma des réalisatrices d'origine maghrébine en France 1980-2010 ».
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_001/FRGNQ_V_001_001_004_001_video_/FRGNQ_V_001_001_004_001_poster.jpg
1 média

L'enfance et les premiers pas dans le football

2007  

Ammar Rouaï raconte son enfance à Sétif, sa scolarité et son milieu familial. Il a treize ans lorsqu'il assiste aux massacres de colons à Sétif le 8 mai 1945, évènement qui le marquera durablement. Cet évènement a un impact direct sur sa vie quotidienne : privé d'école, il se consacre notamment au football. Il évoque ainsi ses premiers pas dans ce sport, son encadrement et en quoi son expérience nationaliste est liée à son expérience du football.

Contexte :
Interviews de professionnels du football (footballeurs, entraîneurs, journalistes) > Interview de Ammar Rouaï par Naîma Yahi
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_008_006_video_/FRGNQ_V_001_002_008_006_poster.jpg
1 média

Conclusion : la vitalité du cinéma d'auteur

2010  

A l'opposé des pratiques marchandes, un cinéma d'auteur émerge où des cinéastes d'origine maghrébine sont élevés au rang d'artiste comme Bouchareb ou Kechiche. J. Gaertner conclut sur une intégration réussie des artistes français d'origine maghrébine, force motrice du cinéma français.

Contexte :
Interventions des historiens > 3ème session Enjeux et perspectives > Julien Gaertner, « Quand la marge immerge le centre : la vitalité artistique et le poids économique des Maghrébins dans le paysage cinématographique français ».
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_001/FRGNQ_V_001_001_008_007_video_/FRGNQ_V_001_001_008_007_poster.jpg
1 média

Le rapport avec le Maroc

2007  

Hassan Akesbi est interrogé sur les relations qu'il entretient avec son pays d'origine : son expérience en équipe nationale, la fin de sa carrière à Rabbat. Il exprime sa volonté en tant qu'entraîneur d'améliorer le football marocain et de le mener vers plus de professionnalisme en suivant le modèle européen.

Contexte :
Interviews de professionnels du football (footballeurs, entraîneurs, journalistes) > Interview de Hassan Akesbi par Paul Dietschy
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_003/FRGNQ_V_001_003_026_video_/FRGNQ_V_001_003_026_poster.jpg
1 média

Bucarest au XIXe siècle : une vraie capitale nationale, un mélange ethnique fabriqué ou une société établie ?

FRGNQ_V_001_003_026 , 2012  

« Des données démographiques et ethnographiques sur la Roumanie du XIXe siècle peignent le tableau d'une situation urbaine caractérisée par un taux élevé de diversité ethnique et culturelle, surtout à Bucarest, la capitale du nouvel État roumain, à la suite de plusieurs siècles de longues vagues de migrations réparties à travers l'Est et le Sud-Est du continent européen. La panoplie des ethnies s'entrecroisant à Bucarest durant le XVIIIe et le XIXe siècle contient un grand nombre d'individus en provenance des Balkans (représentant la proportion la plus saisissable d'immigrants- Grecs, Bulgares, Albanais, Turcs), suivis de près par des Ukrainiens, Russes, Tatars, Arméniens et Juifs et, à partir de 1830, des Allemands, Italiens, Français, Anglais, Polonais. (&) On se propose donc d'illustrer comment le problème de la richesse du patrimoine immigrant urbain de la capitale roumaine du XIXe siècle a été au cœur du projet de construction sociale et politique de l'époque. »

Extrait du texte de Anca Pop

Contexte :
Le patrimoine de l'immigration : quelles pratiques de transmission ? (I)

Images et représentations du Maghrébin dans le cinéma en France (colloque) (collection audiovisuelle)

2010  

Dans le cadre du 3e festival du Maghreb des Films, des journées d'étude internationales étaient organisées par Génériques et l'association le Maghreb des films. Elles se sont tenues à la Mairie du 2e arrondissement de Paris les 15 et 16 novembre 2010 et étaient consacrées à l'image du Maghrébin dans les fictions projetées en France sur grand écran et à la télévision des années 1930 à nos jours.

Ce colloque était coordonné par Naïma Yahi, docteur en histoire et chargée de recherche à Génériques, entourée du comité scientifique suivant : Driss El Yazami, délégué général de Génériques, Yvan Gastaut, maître de conférences à Nice Sophia Antipolis, Bernard Gentil, chargé de programmation du Maghreb des films, Julien Gaertner, post doctorant à l'Université de Montréal, Mouloud Mimoun, journaliste et réalisateur, président du Maghreb des films, Gérard Vaugeois, producteur et exploitant du cinéma Les trois Luxembourg. Il s'organisait autour de trois sessions ayant chacune une thématique spécifique et s'achevait sur une table ronde en présence d'acteurs et de réalisateurs pionniers du cinéma maghrébin portant sur leur expérience et leur filmographie. Dans le cadre de ce colloque, ont également été réalisés des entretiens individuels d'historiens ou d'acteurs maghrébins du cinéma menés par Naïma Yahi. Sont ici mises en ligne les vidéos des interventions du colloque, des tables rondes et des entretiens.

Pour résumer les intentions de ce colloque, il est possible de citer la profession de foi rédigée par Naïma Yahi : Génériques et le Maghreb des films consacrent un temps d'analyse et de réflexion à cette question en mettant en présence pour la première fois des chercheurs, mais aussi des professionnels du cinéma.

Plusieurs études d'envergure ont voulu mesurer l'impact de l'image des minorités au cinéma, miroir moderne de nos représentations. En la matière, les travaux d'Alec G. Hargreaves, de Carrie Tarr, de Julien Gaertner ou d'Yvan Gastaut ont posé les bases d'une analyse en profondeur de la place réservée à la figure du Maghrébin dans le cinéma français. Tantôt délinquant, tantôt héros des cités, et, plus proche de nous, représentant des forces de l'ordre, le personnage du Maghrébin est encore l'enjeu aujourd'hui de nombreuses interprétations.

Si la recherche a mis en exergue l'apparition du personnage maghrébin dans la fiction au XXe siècle, elle doit aussi mesurer l'influence des réalisateurs et des professionnels du cinéma d'origine maghrébine dans le cinéma militant et la création cinématographique française d'aujourd'hui. De nouveaux axes d'analyses ouvrent un champ des possibles pour appréhender la force des représentations véhiculées à la fois « sur » et « par » les Maghrébins, à l'heure où leur présence à l'écran se normalise pour laisser place à la question du message des fictions.

Lors de ces deux journées d'études, nous pourrons appréhender la genèse de l'apparition de la figure du Maghrébin sur le grand écran dans un contexte colonial (années 30), puis de sédentarisation de l'immigration maghrébine en France jusqu'aux années 70. Les intervenants reviendront sur les circonstances qui président à l'arrivée d'une génération de réalisateurs et d'acteurs d'origine maghrébine au tournant des années 1980 communément dénommé cinéma Beur pour laisser place dès les années 1990 à une territorialisation du genre à travers ce qu'on nomme le cinéma des banlieues.

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_019_002_video_/FRGNQ_V_001_002_019_002_poster.jpg
1 média

Analyse des productions mettant en scène des femmes maghrébines de la première génération

2010  

Les recherches de Leslie Kealfoher commence avec des documentaires des années 1970. Dans les années 1980, il y a peu de productions. Celles-ci se tournent vers le passé et l'histoire des parents à partir des années 1990. Les thématiques dépendent de la place des femmes dans le film. On en distingue deux principales : l'histoire des familles et le rapport à la population majoritaire.

Fin des résultats