O Salto : O jornal dos trabalhores portugueses emigrados. Journal des travailleurs portugais immigrés. 1970-1974

1970-1974  

Le journal O Salto, publié de 1970 à 1974, s'adresse aux travailleurs portugais immigrés en France. Fondé par un groupe de jeunes militants marxistes léninistes portugais, l'édito du n° 1 présente le journal comme un vecteur social entre les immigrés portugais isolés de leur terre natale et mis à l'écart par les travailleurs français. Le comité de rédaction en appelle à la participation de tous les travailleurs pour faire vivre le journal qui n'est financé par aucune banque, compagnie ou organisation patronale. Le lancement du premier numéro a été rendu possible grâce à l'engagement de quatre groupes de travailleurs portugais : Clube dos jovens trabalhadores portugueses de Paris, Clube dos trabalhadores de Brie, Centro de difusão da cultura portuguesa, Asociação Resistência e trabalho (da Holanda).

Le journal O Salto prend la suite du journal O Jornal do emigrante, publié de 1968 à 1970 (7 numéros) par la Liga portuguesa do ensino e da cultura popular, suite à des désaccords avec son directeur Moises Espirito Santo.

Le journal O Salto s'intéresse à la situation politique et coloniale du Portugal, ainsi qu'à la condition des travailleurs immigrés portugais en France. Il est diffusé, aux prix de 1 francs, en France, en RFA, en Belgique, au Pays-Bas.

Le patrimoine de l'immigration en France et en Europe : enjeu social et culturel (colloque) (collection audiovisuelle)

2012  

Le colloque européen «Patrimoine de l'immigrationen France et en Europe : enjeu social et culturel» fut organisé par l'association Génériques à la maison de l'Europe à Paris les 11 et 12 décembre 2012. Ce colloque avait pour objectif de développer la connaissance sur le patrimoine de l'immigration et d'interroger et de croiser les pratiques de ceux et celles qui y travaillent au niveau local, national, transnational et européen. Il avait également pour objectif de contribuer à définir l'état des recherches sur les enjeux du patrimoine de l'immigration et sur la place de l'immigration dans les politiques de patrimonialisation en France et en Europe.

Les communications présentées lors de ce colloque ont mis en exergue les enjeux importants autour de la question de la place de l'immigration dans le patrimoine national. En effet, alors que l'immigration est longtemps restée inscrite dans une invisibilité liée à une certaine conception d'une immigration dite « de travail » dans laquelle était occultée la dimension humaine, culturelle, sociale, affective & des immigrés, l'immigration en France a, depuis quelques années, acquis une certaine reconnaissance patrimoniale. L'idée que le patrimoine national comporte aussi des éléments liés aux apports culturels et identitaires de populations venues d'ailleurs paraît aujourd'hui acquise, même s'il faut reconnaître que de nombreuses questions demeurent ouvertes.

Qu'est ce qui se transmet dans l'immigration ? Qu'est-ce qui se transmet de l'immigration ? Comment émerge la conscience de l'existence de ce patrimoine ? De quelle nature sont les lieux de la transmission : familiaux ? Éducatifs ? Est-ce de cette transmission que naît le patrimoine ? Ou alors la patrimonialisation relève aussi de l'action d'autres acteurs, d'autres enjeux autour de la transmission de ces héritages ? Mais alors comment, par qui et surtout, pourquoi et pour qui, puisqu'aussi bien l'histoire de l'immigration ne saurait être écrite pour (et par) les seuls descendants d'immigrés ? Est-ce parce que le patrimoine de l'immigration peut être facteur d'intégration dynamique et de cohésion sociale ? Quelle histoire le patrimoine de l'immigration raconte-t-il ? Ou à l'inverse, quelle histoire se raconte (et se légitime) à travers lui ? De quelle manière, pour qui et pourquoi ? Quel rapport la mémoire, qui, depuis les années 1980, a investi le champ historique et l'espace public, a-t-elle avec le patrimoine, et quel rapport celui-ci entretient-il avec la mémoire et l'histoire ?

Toutes ces questions et les enjeux qu'elles révèlent étaient au cœur des discussions de ce colloque qui a rassemblé près de 30 spécialistes du patrimoine et de l'immigration: acteurs associatifs et culturels, pouvoirs publics, institutions patrimoniales, universitaires... provenant de pays divers (France, Belgique, Luxembourg, Grande-Bretagne, Suisse, Maroc, Algérie et Etats-Unis).

L'ensemble des présentations ainsi que des extraits des tables rondes et échanges avec le public qui suivaient les présentations sont mis en ligne dans cet inventaire.

Interview de Rachid Mekhloufi par Naïma Yahi

 

L'interview a été divisée en plusieurs extraits en fonction des thèmes abordés par Naïma Yahi. Rachid Mekhloufi est interrogé sur son enfance, ce qui l'a conduit à devenir footballeur professionnel, et sur les moments clés de sa vie et de sa carrière de joueur puis d'entraîneur. Il témoigne ainsi longuement de son expérience au sein de l'équipe du FLN. Il nous livre enfin son sentiment par rapport à la question de son intégration en France, son rapport à son pays d'origine et son regard sur le football des années 2000.

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_022_001_video_/FRGNQ_V_001_002_022_001_poster.jpg
1 média

L'évolution du cinéma traitant de la Guerre d'Algérie : les premiers temps

2010  

Naïma Yahi interroge Sally Shafto sur l'évolution du cinéma traitant de la Guerre d'Algérie. Sally Shafto explique que le cinéma d'auteur s'est rapidement emparé du sujet de la Guerre d'Algérie, mais que ce sujet ne touche pas le grand public.

Libertés Maroc (collection numérisée de périodiques)

1980-1982  

Ici sont mis en ligne deux numéros de la revue Libertés Maroc : le premier numéro daté de juin 1980 et le quatrième daté de juin 1982. Cette revue trimestrielle a été crée à Lyon dans une "situation d'urgence". Elle est née de l'appel de mai 1980 de "101 prisionniers politiques" marocains pour la libération de trois des leurs, en raison de leur état de santé mental. Au delà de cet appel, la revue a plus largement pour objectif de dénoncer les infractions aux Droits de l'Homme commis au Maroc.

Sa quatrième parution est en fait une coédition avec la revue Actuels, revue consacrée aux arts (peinture, écriture, théâtre). Précédemment cette revue, publiée en Haute-Savoie, avait consacré un numéro spécial au peintre marocain Abdellatif Derkaoui, prisionnier politique détenu au Maroc. Pour réaliser ce numéro, ses rédacteurs s'étaient rapprochés des responsables de Liberté Maroc. Aussi ces derniers, ont-il proposé la publication d'un numéro spécial co-édité par les deux revues consacré à Abdellatif Derkaoui et aux expressions artistiques et témoignage des prisionniers de Kénitra et publié en juin 1982. Dans ce numéro sont publié de nombreuses reproductions des oeuvres de ces artistes.

La Vérité : revue trotskyste. Paris[s.n.], 1929-...1959

1959  

Revue historique trotskyste française et internationale, théorique et politique d'organisation du mouvement trotskyste. Son premier numéro paraît en 1929. Elle est l'organe de la section française française de la IVe internationale jusqu'en 1953. La revue demeure par la suite aux mains des majoritaires du Parti Communiste Internationaliste dirigés par Pierre Lambert.

Fin des résultats