Les footballeurs maghrébins de France au XXe siècle : itinéraires professionnels, identités complexes (colloque) (collection audiovisuelle)

2007  

Le colloque « Les footballeurs maghrébins de France au XXe siècle : Itinéraires professionnels, identités complexes » se tient à Marseille les 9 et 10 novembre 2007. Il est organisé par les associations Génériques et We are football association. Il bénéficie aussi du soutien du Conseil général des Bouches-du-Rhône, du Conseil régional Provence-Alpes-Côtes d'Azur, de l'Acsé PACA, de l'OM Attitude et de Cityvox.

Ce colloque réunit des historiens, doctorants et des joueurs suivant ayant évolué dans des clubs du championnat de France et dans leurs équipes nationales respectives (Maroc, Tunisie, Algérie) : Hassan Akesbi, Toaoufik Beilghit, Mustapha Dahleb, Kader Ferhaoui, Nordine Kourichi, Rachid Mekhloufi, Chérif Oudjani et Ammar Rouaï.

Les intervenants reviennent sur des moments clés de l'histoire du football et de ses protagonistes dans le cadre de l'histoire coloniale et postcoloniale. Ce sujet est notamment développé sous le prisme de la question identitaire : cette « notion d'identité sportive s'est toujours posée avec acuité car le football professionnel se développe dans un contexte colonial. » (1). Il s'agit d'une « approche novatrice [permettant] d'aborder l'interaction entre les divers acteurs en mettant en avant la diversité des joueurs maghrébins ou d'origine maghrébine et leurs itinéraires en France. » (2). Nous présentons et mettons en ligne ici une sélection des interventions des historiens.

A l'occasion de ce colloque ont également été réalisées des interviews audiovisuelles indivuelles des footballeurs sollicités, chaque joueur étant interrogé sur son passé par un historien suivant une méthodologie scientifique. Une partie de ces témoignages sont ici mis en ligne (d'autres sont à venir) ; ils présentent à la fois des destins individuels mais aussi des expériences partagées. Un éclairage particulier est ainsi apporté sur l'histoire de l'équipe de football du FLN.

(1) YAHI Naïma. La spécificité maghrébine du football français. Migrance : Les footballeurs maghrébins en FRance au XXe siècle : itinéraire professionnels, identités complexes. n°29. 2008. p.7.

(2) BOUZIRI Saïd. Editorial. ibid. p.5.

7 et demi

1996-1998  

Magazine d'information quotidien d'une demi-heure présenté en alternance par Dominique Bromberger, Désirée Bethge, Annette Gerlach et Vivienne Radermacher, depuis Berlin ou Bonn. L'émission propose un tour de l'actualité puis se consacre en particulier à un sujet de société avec reportages et invités sur plateau ou en duplex. En fin d'émission, une dernière partie nommée kiosque introduit un nouveau sujet sous des formes variées (reportage, portrait, éphéméride, etc). Pour l'immigration, l'émission consacre plusieurs portraits sur des immigrés en situation irrégulière en France et notamment les sans-papiers qui ont occupé l'église Saint-Bernard de la Chapelle à Paris durant l'été 1996. Ce magazine franco-allemand propose également des sujets sur l'immigration clandestine en Europe.

Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) (1942-1943)

Entre le 1er janvier 1942 et le 31 décembre 1943  

Le groupe des Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) est créé en 1942 en région parisienne. Il regroupe une partie des résistants étrangers menant la lutte armée durant la Seconde Guerre mondiale. A sa création, le groupe est dirigé par Boris Holban, Karel Stefka et Olaso Piera, puis en 1943 par Missak Manouchian dit Georges. Il se développe ensuite et se répartit en différents groupes dont le bataillon Liberté (Grenoble), la 35e brigade (Toulouse), le bataillon Carmagnole (Lyon-Villeurbanne) et le groupe Manouchian (Paris).

Chaque groupe suit une répartition par détachements. Sont représentés les Hungaro-Roumains (1er détachement), les Juifs (2e détachement), les Italiens (3e détachement), les dérailleurs (4e détachement) complétés par deux équipes de Bulgares et d'Espagnols. Les FTP-MOI disposent également d'un service de renseignement préparant les actions armées en amont par la recherche d'objectifs et le repérage des lieux. Le groupe déploie sur le territoire des offensives armées suivant la stratégie dite « boule de Mercure ». Cette technique vise à organiser une offensive selon l'action simultanée de différents petits groupes extrêmement mobiles afin de faire croire à une organisation de grande importance. L'une de leur action la plus connue est l'assassinat, le 28 novembre 1943, du général SS Julius Ritter qui supervisait les réquisitions d'ouvriers français pour l'industrie allemande par le biais du Service du travail obligatoire (STO).