/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4260_jpg_/0_0.jpg
1 média

Tunisie, pour une amnistie générale / Collectif. ParisCollectif.Sans date

4260  

Tunisie, pour une amnistie générale.

Libérez les prisonniers d'opinion.

Conseil national pour les libertés en Tunisie.

Comité pour le respect des libertés et des droits de l'Homme en Tunisie.

Ligue tunisienne des Droits de l'Homme.

France libertés.

Ligue des Droits de l'Homme.

Réseau Euroméditerrannéen des Droits de l'Homme.

Reporters Sans-Frontière.

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4037_jpg_/0_0.jpg
1 média

Fête de l'indépendance du Maroc / Comité d'établissement RNUR Flins loisirs et culture. Boulogne-BillancourtComité d'établissement RNUR Flins loisirs et culture, [197- ?].[197 ?]

4037 , [197 ?]  

C.E. RNUR Centre industriel Billancourt, loisirs et culture. Fête de l'indépendance du Maroc. Samedi 14 mai à 14h. Théâtre André Malraux - Rueil Malmaison avec des artistes de qualité. Akal at Maakoul, Fantaisistes, Rquia Demsiria (groupe berbère sud), Doukkali, la grande vedette maghrébine, El Afra (groupe berbère Oujda).

Contexte :
Comité d'établissement Renault-Billancourt > Fêtes de l'indépendance du Maroc
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5494_jpg_/0_0.jpg
1 média

Cordes Pincées / Dialogues... Plus... ParisDialogues... Plus...[-Entre 1985 et 1995]

5494 , [-Entre 1985 et 1995]  

Premier festival international de musique Cordes Pincées. Concert au profit d'un projet du programme d'entraide de l'UNESCO. Organistation : Dialogues... Plus en collaboration avec la division des Relations Publiques de l'UNESCO. Artistes : Roberto Aussel, Martine Jeliot, Mory Kanté, Abdelwahab Doukkali, Narendra Bataju, Jean During, Pierre Urban, Frédéric Benattard, Geneviève Renon, Frac Huber, Elhadi Ali, Jacques Frisch. Pour 71 guitares, archicistre, voix de soprano et danseuse. Direction : Boris de Vinogradow. Soprano : Michèle Zini. Archicistre : Pierre Urban. Danse et chorégraphie : Ersie Pittas.

Contexte :
Manifestations musicales > Avec Dialogues... Plus...
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_2261_jpg_/0_0.jpg
1 média

Une personne, une voix / Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF).

2261  

Vote n. m. Suffrage exprimé. Décision prise par la voix des suffrages : procéder au vote. Adoption d'un projet mis aux voix : le vote d'une loi

Voter v. i. Donner sa voix dans une élection. V. t. décider ou demander par un vote : voter une loi

Eligibilité n. f. Conditions exigées pour être élu

Association des travailleurs maghrébins de France. Une personne, une voix. Droit de vote et d'éligibilité des immigrés aux prochaines échéances électorales.

Contexte :
Affiches produites par l'ATMF > Activités citoyennes > Droits civiques

Mouvement des résidents des foyers Sonacotra

 

La Sonacotral, SOciété NAtionale de COnstruction de logements pour les TRavailleurs ALgériens, a été créée en 1956, pour répondre à deux problèmes. Le premier était celui de la construction et de la gestion de foyers pour les travailleurs migrants. Le second était celui de la résorption des bidonvilles. Après l'indépendance de l'Algérie en 1962, l'organisme deviendra la Sonacotra, SOciété NAtionale de COnstruction de logements pour les TRAvailleurs.

A partir de 1975, une « grève des loyers » débuta au foyer Romain-Rolland de Saint-Denis. Elle se propagera en 1976 à l'ensemble de la région parisienne puis aux autres régions françaises. Protestant contre la hausse généralisée des loyers qu'ils jugent alors indécentes en comparaison avec la qualité de vie qu'offrent ces foyers, les résidents grévistes dénoncent également l'état de délabrement précoce des structures ainsi que les méthodes de répression utilisées contre leur mouvement, comme les recours auprès des ambassades de leurs pays d'origine et les expulsions du territoire français. La lutte perdure jusqu'en 1979, date d'aboutissement des négociations entre les grévistes et la Sonacotra.

Les affiches de la collection du GISTI témoignent des différents temps forts de ce mouvement en région parisienne (appels à manifestations, photographies de cortèges manifestant) et exposent les principales revendications des grévistes. Ces documents témoignent aussi de la solidarité revendiquée entre les travailleurs immigrés et français et de la volonté d'insérer cette lutte dans le mouvement plus traditionnel de la lutte ouvrière.

D'un point de vue législatif et politique, ces revendications s'associent aux luttes contre les lois sur le séjour et l'expulsion des travailleurs immigrés. La fin des années 1970 marquent en effet une volonté des autorités françaises de ""maîtriser"" les flux migratoires dans un contexte de crise économique. Une série de lois et décrets est ainsi adoptée sur l'initiative tout d'abord de Lionel Stoléru secrétaire d'Etat au travail manuel sous les gouvernements de J. Chirac et R. Barre (1974-1978) : circulaires instaurant des aides au retour et le non-renouvellement des autorisations de travail qui signifie dans les faits une perte du droit de séjour. Puis la loi Bonnet adoptée le 10 janvier 1980 qui limite les conditions d'entrée en France et fait du séjour irrégulier un motif d'expulsion au même titre que la menace sur l'ordre public. Elle prévoit aussi la reconduite des étrangers expulsés à la frontière et leur détention dans un établissement pénitentiaire pendant un délai pouvant aller jusqu'à sept jours s'il n'est pas en mesure de quitter immédiatement le territoire.

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_42_jpg_/0_0.jpg
1 média

Halte à la répression anti-palestinienne et anti-arabe / Collectif.

42  

Halte à la répression anti-palestinienne et anti-arabe [...]. Des milliers de prisonniers sont actuellement torturés. Marcellin se rend complice des sionistes. Il veut exulser Hanafy Ibrahim El Khatib, étudiant palestinien. Nous ne laisserons pas expulser Ibrahim ! Le terrorisme anti-arabe en Europe [...]. Tout est mis en oeuvre pour dénaturer la lutte du peuple palestinien. Palestine vaincra ! [...].

Contexte :
Campagnes militantes et citoyennes > 1970-1979 > Non datées [ca 1970-1979]