F 1 - Population.

 

Sont indiqués ci-dessous les registres de recensement qui précisent la nationalité, ou le lieu d'origine, des personnes recensées, ou qui tout au moins comportent une colonne prévue pour ces mentions, même si elles ne figurent pas toujours.

Contexte :
Archives communales non déposées du Doubs. > Archives communales de Besançon. > Série F - Population, économie sociale et statistique.

« FASILD »

1994-2005  

Sous ce titre, vous trouverez des documents produits par les organisations s'étant successivement appelées FAS (Fonds d'action sociale), le FASTIF (Fonds d'action sociale pour les travailleurs immigrés et leurs familles) puis le FASILD (Fonds d'aide et de soutien pour l'intégration et la lutte contre les discriminations), devenu ANCSEC puis ACSE (Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances).

Il finance de nombreux projets différents dans le cadre des luttes contre toutes les discriminations.

Il est possible que des documents produit en relation avec les financements du FASILD se trouvent dans la partie « Fédération », sans avoir été identifiés comme tel.

Commissariat général de la République (1918-1925).

 

Née des décrets du 26 novembre 1918 et du 21 mars 1919, cette administration qui siège à Strasbourg étend ses compétences au Bas-Rhin, au Haut-Rhin et à la Moselle pour gérer les services communs aux trois départements. Après la dissolution du commissariat, en octobre 1925, la direction des services Alsace-Lorraine est confiée à Paul Valot qui réside à Paris. - De très nombreux dossiers du fonds du Commissariat de la République sont susceptibles de concerner les étrangers ; seuls quelques articles étant répertoriés ici, le lecteur est invité à consulter le répertoire numérique d'une façon plus détaillée.

Contexte :
Série Al Alsace-Lorraine. > Période française (1918-1940 et après 1945).

Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) (1942-1943)

Entre le 1er janvier 1942 et le 31 décembre 1943  

Le groupe des Francs-tireurs et partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) est créé en 1942 en région parisienne. Il regroupe une partie des résistants étrangers menant la lutte armée durant la Seconde Guerre mondiale. A sa création, le groupe est dirigé par Boris Holban, Karel Stefka et Olaso Piera, puis en 1943 par Missak Manouchian dit Georges. Il se développe ensuite et se répartit en différents groupes dont le bataillon Liberté (Grenoble), la 35e brigade (Toulouse), le bataillon Carmagnole (Lyon-Villeurbanne) et le groupe Manouchian (Paris).

Chaque groupe suit une répartition par détachements. Sont représentés les Hungaro-Roumains (1er détachement), les Juifs (2e détachement), les Italiens (3e détachement), les dérailleurs (4e détachement) complétés par deux équipes de Bulgares et d'Espagnols. Les FTP-MOI disposent également d'un service de renseignement préparant les actions armées en amont par la recherche d'objectifs et le repérage des lieux. Le groupe déploie sur le territoire des offensives armées suivant la stratégie dite « boule de Mercure ». Cette technique vise à organiser une offensive selon l'action simultanée de différents petits groupes extrêmement mobiles afin de faire croire à une organisation de grande importance. L'une de leur action la plus connue est l'assassinat, le 28 novembre 1943, du général SS Julius Ritter qui supervisait les réquisitions d'ouvriers français pour l'industrie allemande par le biais du Service du travail obligatoire (STO).

Faut pas rêver

vendredi 07 janvier 1994  

Magazine hebdomadaire de voyages et d'évasion composé de reportages et d'entretiens avec des invités. Dans cette unique émission, un reportage sur le quartier parisien de Belleville décrit la mosaïque de communautés étrangères qui vivent ensemble dans ce quartier presque rural de la capitale.

Syndicats professionnels et étudiants (1949-1983)

 

Voir dans le versement 509 W les dossiers de contrôle des syndicats (CFTC, CGT) et des syndicats étudiants (FEN, Fédération des étudiants nationalistes ; UEC, Union des étudiants communistes ; UNEF, Union nationale des étudiants de France ; AGER, Association Générale des Étudiants de Rennes ; comités d'action UNEF) pendant la Guerre d'Algérie.

Contexte :
Pouvoirs, administrations et établissements locaux > Départements > Administrations préfectorales > Préfecture d'Ille-et-Vilaine > Cabinet du préfet
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_010_201/FRGNQ_PH_010_214-BorderMaker_jpg_/0_0.jpg
4 médias

Le Bois Dormoy - Cité de La Chapelle

2013  

Le Bois Dormoy est un « espace vert » en friche avec une végétation abondante, des parcelles cultivées, des arbres de grandes dimensions. Cet espace insolite en plein cœur de la ville fait partie des « jardins partagés ». Son utilisation est gérée depuis plusieurs années par une association d'habitants au profit des familles, des écoles du quartier. Le Bois Dormoy cessera prochainement son activité pour laisser place à la construction d'une crèche et d'un établissement d'hébergement pour personnes âgées.

Association Tamazgha (fonds d'archives)

[1990]-2008  

Au sein de Tamazgha, quelques tentatives de classement et d'inventaire (vers 1997-1998) des archives se sont succédées mais sont restées vaines ou isolées. Le répertoire méthodique présenté, ici, est le résultat d'un classement intellectuel des articles élaboré à partir du récolement effectué dans les locaux de Tamazgha. Il présente, selon un plan de classement théorique, une description sommaire des articles avec pour dates extrêmes des valeurs indicatives. Enfin, même si, depuis sa création, l'association a pu conserver l'ensemble de ses archives a priori sans perte, sans élimination sauvage, sans accident de type incendie ou inondation, il faut signaler que la description du fonds s'avère pour le moins lacunaire étant donné qu'une partie des archives n'a pu être récolée. L'instrument de recherche reste donc à compléter.

Les archives décrites, ici, peuvent se décomposer en trois grands ensembles. Une première partie regroupe l'ensemble des documents ayant trait à l'organisation de l'association dans sa structure, son administration et son fonctionnement. Les documents issus de l'administration sont d'ailleurs sous-représentés ; ils doivent être en majorité conservés chez les membres : comptes rendus d'AG - une par an, élective tous les 2 ans - notes manuscrites ou comptes-rendus informels des réunions du CA et du bureau et, plus récemment, les enregistrements audio des réunions.

Une seconde partie comprend les documents intéressant plus particulièrement les activités associatives, de Tamazgha soit qu'elle organise, seule ou en partenariat, soit auxquelles elle participe. En outre, les niveaux d'intervention peuvent être d'ordre local, national ou international. Certaines actions de soutien peuvent ne pas être représentées par les archives, par exemple : l'envoi de masques, chaque année, pour encourager et développer la tenue d'un carnaval... Il est à noter que Tamazgha conserve, en partie, les archives du Congrès Mondial Amazighe

Site Internet du CMA : http://www.congres-mondial-amazigh.org/

. Cette particularité s'explique par le fait qu'elle est à l'origine de la création de cet organisme.

Le Congrès Mondial Amazigh (CMA) est une organisation internationale non gouvernementale (ONG) regroupant des associations socioculturelles et de développement amazighes aussi bien de Tamazgha (Afrique du Nord) que de la diaspora.

Le CMA a pour mission de porter la revendication amazighe au niveau international en informant et en sensibilisant l'opinion publique internationale, les peuples, les États démocratiques et les ONG œuvrant dans le domaine des droits de l'homme, et en interpellant les organisations internationales officielles telles que l'ONU, l'Union Européenne, le Conseil de l'Europe et l'Union Africaine.

Le CMA s'est également donné le rôle de coordonner et soutenir les actions et projets des organisations de la société civile et des militants œuvrant sur le terrain, dans le domaine de la défense et la promotion des droits des citoyens amazighs.

Le Congrès Mondial Amazigh est né de la volonté des Imazighen (Berbères) de se doter d'une structure de coordination et de représentation à l'échelle internationale, indépendante des États et des partis politiques.

Cette idée a été concrétisée au début du mois de septembre 1995 à St-Rome de Dolan (France) lors d'un pré-congrès qui a réuni une centaine de délégués d'associations amazighes, venus des pays de Tamazgha (Afrique du Nord), d'Europe et d'Amérique. Cette rencontre historique a donné naissance à une organisation internationale appelée Congrès Mondial Amazigh (CMA) dont le siège se trouve à Paris (France).

En 1999, deux groupes se disputent au sein du CMA. La Justice intervient pour reconnaître l'une des parties apte à représenter le CMA. La scission entérinée, Tamazgha, à l'origine du CMA, s'en retire définitivement.

Par ailleurs, et en complément du reste, Tamazgha s'implique aussi dans les activités de publication : une revue publiée (env. 30-36 pages), un bulletin d'information : 4 titres se sont succédés (mais n'ont jamais co-existé) à des rythmes irréguliers, selon l'actualité et surtout la disponibilité des bénévoles, des communiqués et, enfin, des rapports : un certain nombre de rapports sont rédigés dans le cadre de la participation de Tamazgha aux comités de l'ONU sur les Droits économiques et socio-culturels et l'élimination des discriminations racistes. Il s'agit de contre-rapports à ceux des États ; par exemple, le rapport sur la question berbère en Algérie (CMA).

En dernier lieu, il faut signaler la proportion importante de documentation comprise dans le fonds. Elle résulte, notamment, des échanges et relations entretenus avec les autres mouvements ou organismes. Outre la documentation «classique» reçue (communiqué, tract, revue, plaquette, publicité, ouvrage....), il est à noter la présence d'une collection quasi-complète de la revue de l'Académie berbère, association culturelle créée en 1966 autour de la personne de Mohand-Aârav Bessaoud, par de jeunes berbères des Kabyles pour la plupart, des intellectuels, des artistes et des journalistes, tous soucieux de remettre le tifinagh en usage. Rebaptisée Agraw Imaziyen («Assemblée berbère») en 1967, elle est finalement dissoute en 1978. L'Académie berbère proposa un alphabet standard sur la base des tifinagh diffusés au Maroc et en Algérie chez les Kabyles, les Touaregs et les Rifains dans le but de faire revivre une écriture vieille de plusieurs millénaires, et de transcrire l'ensemble des dialectes berbères. Périodiquement, et souvent en tifinagh, elle publiait la revue Imazighen.

Pour clore cette brève présentation du fonds, il faut encore mentionner la présence de nombreux supports particuliers, à savoir les documents audiovisuels (cassettes audio et vidéo, fichiers numériques, mp3, etc.), les fichiers informatiques, les produits de communication du type autocollants et affiches, les tissus et banderoles, etc. A titre d'exemple, on peut mentionner ici les caractéristiques du drapeau berbère. Emblème des Berbères, le premier drapeau est présenté dans les années 1970 par l'Académie berbère, déjà présentée ci-dessus. En 1998, Tamazgha et le CMA officialisent le drapeau à Tafira dans les Iles Canaries, autrefois peuplées par un ancien peuple berbère, les Guanches.

Le drapeau est composé de trois bandes horizontales (bleu, vert, jaune) de même largeur et de la lettre Z (aza en tifinagh) en rouge. Chaque couleur renvoie à un élément du Tamazgha, territoire correspondant à l'Afrique du Nord où vivent les Berbères : le bleu représente la mer Méditerranée et l'océan Atlantique ; le vert représente la nature et les montagnes verdoyantes, le jaune représente le sable du désert du Sahara. La lettre Z de l'alphabet tifinagh (le aza ou yaz) représente l'«homme libre» (amazigh en berbère et imazighen au pluriel) nom que se donnent les Berbères. Il est en rouge, couleur de la vie mais aussi couleur de la résistance. Le drapeau berbère symbolise donc le peuple amazigh vivant en harmonie avec sa terre, le Tamazgha.

Sociétés cinématographiques Pathé, Gaumont et Gaumont-Pathé

 

La collection Gaumont-Pathé Archives compte 14 000 heures d'images filmées de d'archives d'actualités cinématographiques et audiovisuelles de la Cinémathèque Gaumont et de Pathé Archives sur toute l'histoire du XXe siècle (actualités cinématographiques, documentaires, images filmées diverses et sujets non retenus au montage…). Des acquisitions d'archives filmées, comme celles des Archives américaines, d'Atlantic Film ou de Sygma, ou de sociétés commerciales, complètent la collection.

Les collections conservent plusieurs Actualités cinématographiques sur la Première Guerre mondiale en Bretagne. À titre d'exemple, le Journal Gaumont filme des prisonniers de guerre allemands au travail à Saint-Brieuc (1915, n&b, muet, 35 s.), des prisonniers russes à Brest (1918, n&b, muet), etc. Pour la Seconde Guerre mondiale, les Archives américaines, acquises par Gaumont-Pathé Archives, permettent de suivre l'entrée et al progression des troupes américaines dans Brest (10-11 septembre 1944, 11 min 53), l'évacuation des blessés américains et allemands de Brest (13-14 septembre 1944, 11 min 53), l'hôpital américain de Landerneau et les prisonniers allemands blessés transférés (1944, 9 min 05), l'opération de transfert des 35 000 prisonniers allemands à la gare de Landerneau (1944, 16 min 37), etc.

Contexte :
Acteurs privés > Entreprises et organismes professionnels > Entreprises et sociétés

Xinshiji = La Novaj tempoj. Paris1907-1910

1907-1910  

BnF, site François-Mitterrand : Rez-de-jardin - magasin MICROFILM M- 606 { 1909-1910 (n° 1-n° 41) ; mq n° 3 } - Rez-de-jardin - magasin JO- 45113 { n° 28-37, n° 42-46, n° 48-51, n° 54-65, n° 69, n° 72-79 (1907) } - Rez-de-jardin - magasin 4- Z- 2087 { n. s. n° 1-3, n° 5-41 ou s. gén. n° 81-83, n° 85-121 (1908-1909) }

Contexte :
1901-1910 > 1907

Musée des Beaux-Arts de Rennes

 

Quelques œuvres d'artistes étrangers inspirés par la Bretagne :

Petite fille au manteau bleu, 1844, Portrait d'Hippolyte Lucas, poète rennais, entre 1847 et 1855, Portrait de dame en pelisse blanche, sd, huiles sur toile, par Henry Scheffer*.

Novembre, huile sur toile, 1881, de Lowell-Birge Harrison*.

La Classe manuelle, école de petites filles, Finistère, huile sur toile, 1889, par Richard Hall*.

Botte d'ail et pot d'étain, vers 1889-1890, huile sur toile, de Jacob Meyer de Haan*.

Nature morte au pot de fleurs, sd, Marine au rocher rouge, sd, huiles sur toile, de Wladislaw Slewinski*.

Étude de marin-pêcheur breton, vers 1911, huile sur toile, par Achille Granchi-Taylor*.

La Gare de Kérity et Le Port de Kérity, huiles sur carton, 1927, de Louis Marcoussis*.

La Baigneuse, huile sur toile, 1928, de Pablo Picasso*.

L'Arche à Pontivy, avant 1939, huile sur toile, de Jean Miscelas Peske*.

Tête de paysan ; tête d'homme barbu ; tête de paysan breton, sd, fusain, papier blanc, de Roderic O'Conor*.

Contexte :
Pouvoirs, administrations et établissements locaux > Établissements publics locaux > Établissements culturels