Toutes les ressources 59 754 résultats (20ms)

/medias/customer_28/periodiques/FRGNQ_P0113_1979_020/FRGNQ_P0113_1979_020_001_jpg_/0_0.jpg
19 médias

n°20 (juin 1979)

juin 1979  
Contexte :
Publications des Militants trotskystes algériens pour la reconstructionde la IVe Internationale puis du Comité de Liaison des trotskystes algériens. > Tribune algérienne : Pour la constituante algérienne. / Militants Trotskystes Algériens pour la Reconstruction de la IVe Internatioanle ; Comité de liaison des trotskystes algériens. Paris1974-1980

Libre Algérie. Paris1986-1988

 

Ce journal dont la rédaction est située à Paris, est fondé par Ali Mécili sur la base des Accords de Londres. Libre Algérie est l'inversion de L'Algérie libre, organe du MTLD. Jacques Simon, sous le pseudonyme de Youssef Djerda assure sa direction.

Ce journal se définit comme un "forum du libre débat". Il aborde des thèmes variés : vie politique, économie, société , et immigration algérienne, mais aussi culture ou sport. Tiré à 5 000 exemplaires, il fut diffusé en Algérie et en France. Le journal paraît de 1986 à 1988 : deux numéros paraissent en 1986, puis, à partir du printemps 1987, sa parution devient mensuelle.

/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_002/FRGNQ_V_001_002_024_003_video_/FRGNQ_V_001_002_024_003_poster.jpg
1 média

Tahar Hanache derrière la caméra

2010  

Tahar Hanache passe dans un second temps derrière la caméra en tant qu'opérateur et directeur de la photographie. Ouahmi Ould-Braham livre la chronologie des films dans lesquels il a oeuvré dans les années 1930 et 1940. Il explique également le rôle qu'il a tenu dans la production cinématographique de l'armée pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Contexte :
Interventions des historiens > 2ème session Parcours singuliers et genre > Ouahmi Ould-Braham, « Un itinéraire singulier d'un cinéaste algérien en France à l'époque coloniale ».
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_001/FRGNQ_V_001_001_004_005_video_/FRGNQ_V_001_001_004_005_poster.jpg
1 média

La fin de la carrière de joueur et la carrière d'entraîneur en Algérie

2007  

Après 1962, Ammar Rouaï rentre en France et réintègre le club d'Angers pendant un an. Il prend alors la décision de rentrer en Algérie pour participer à la construction du pays en tant que formateur du club de Sidi Bel Abbes où il restera 14 ans.

Contexte :
Interviews de professionnels du football (footballeurs, entraîneurs, journalistes) > Interview de Ammar Rouaï par Naîma Yahi