Lo Stato operaio = L'État ouvrier. Revue de politique prolétarienne, puis Revue mensuelle : Rassegna di politica proletaria / Partito socialista italiano. MilanParisNew York1923-1940

1923-1940  

BDIC : MFM 275

BnF, site François-Mitterrand : Rez-de-jardin - magasin MFILM 8- R- 3697 - Rez-de-jardin - magasin 8- R- 36970 { 1927-1937 [I-XI] ; 1929, inc. : Tb } - Rez-de-jardin - magasin 4- R- 4811 { 1938-mai 1940 [XII-XIV] ; inc. suspendu d'août 1939 à mars 1940 }

Contexte :
1921-1930 > 1923

Mémoires du réseau associatif espagnol en régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur

2012  

Présentation des témoins de la campagne de la région Rhône-Alpes

Entretiens réalisés par Maëlle Maugendre et Aurélie Denoyer.

Sur les 21 personnes engagées dans le mouvement associatif en Rhône-Alpes, 18 ont, suite aux entretiens téléphoniques, accepté de livrer leur témoignage. De ce fait, seulement 15 personnes, représentant douze associations, ont pu faire le déplacement. Les entretiens ont eu lieu à Villeurbanne au siège de la fédération régionale de la FACEEF, haut lieu de lutte des associations espagnoles pour faire reconnaître leur présence dans la région et leur importance sociale auprès des autorités espagnoles.

La plupart des associations ont vu le jour dans les années 1960 et 1970, période à laquelle sont arrivés également une grande partie des Espagnols que nous avons pu interroger. Il n'est pas à douter que la création d'un réseau associatif dans la région Rhône-Alpes a accompagné la migration espagnole dite "économique" dans cette même région.

Les 15 témoins espagnols interviewés sont tous venus en France durant la décennie 1960-1970 et étaient soit des enfants accompagnant leurs parents, soit de jeunes adultes à la recherche d'une meilleure situation professionnelle. Nombreux sont ceux qui percevaient alors la France comme un eldorado où ils pourraient faire des économies avant de rentrer, trois ou quatre années plus tard, dans leur pays. La majorité a franchi la frontière munie d'un visa touristique, avant d'être régularisée après l'obtention d'un travail. Pour la totalité, cette migration, qui dans un premier temps devait être provisoire, s'est avérée définitive.

Si la motivation première était, pour la plupart, économique, la migration est bien souvent également politique. Parmi les 15 témoins qui ont été filmés, 5 signalent l'engagement républicain de leurs parents pendant la Guerre d'Espagne, et les conséquences que cela a pu avoir sur leur famille (première émigration au Maghreb par exemple, exil en France pour d'autres). Saluant la liberté d'expression française alors réprimée en Espagne nombre de ces émigrés espagnols ont choisi de profiter de ce droit et se sont engagés dans le milieu associatif espagnol en France et, parfois, dans les partis politiques et notamment au sein du Parti communiste espagnol en exil. Pour certains, cet engagement est antérieur à leur migration, et explique en partie celle-ci, pour d'autres, il date de leur arrivée en France et coïncide avec leur fréquentation des milieux associatifs espagnols émigrés. En l'occurrence, sur les 15 personnes interviewées, 10 ont milité ou militent dans des organisations de gauche (principalement communistes).

Présentation des témoins de la campagne de la région PACA

Entretiens réalisés par Federica Luzi et Éva Léger.

La campagne de Marseille a permis de recueillir la parole de 13 personnes, pour la plupart des émigrés dits "économiques". Seulement quatre femmes figurent parmi les témoins, ce qui ne reflète pas le caractère familial et mixte des associations de la région PACA. Deux d'entre elles sont de la deuxième génération.

L'association représentée la plus ancienne est le Cercle Català, créé en 1918, dont Francesc Panyella, son président depuis 1981, a décrit les nombreuses activités fortement imprégnées par l'histoire de l'Espagne, la culture et la lutte antifranquiste. La plupart des personnes interrogées ont adhéré, plus jeunes, au Cercle Català de Marseille où ils ont côtoyé des réfugiés politiques.

Dans les années 1970, l'envie est née pour les émigrés espagnols de créer un centre où ils pouvaient se réunir, transmettre la langue et la culture espagnoles à leurs enfants, d'où la naissance du Centro Español en 1978. Trois autres associations espagnoles sont représentées à travers ces témoins : le Hogar Español d'Aubagne, aujourd'hui disparu, représenté par José Lozano Tamarit; le Centro Andaluz de Marseille, association interne au Centro Español et la Casa regional de la Cultura de Castilla-la-Mancha, créée en 2004 à Châteaurenard.

Ces divers témoignages nous renseignent sur la complexité du réseau associatif en région PACA, les difficultés rencontrées par les migrants et notamment les militants politiques - pour créer des espaces associatifs d'échanges et de transmission.

En effet, l'influence de l'expérience des réfugiés politiques espagnols et des batailles politiques qu'ils ont menées est importante dans l'imaginaire que les interviewés ont des luttes. De plus, l'engagement politique individuel des interviewés semble déterminer clairement la façon dont les témoins pensent leur engagement associatif.

Ces récits rendent compte donc de l'investissement de chacun dans ces associations qui, pour la plupart, sont confrontées au problème du vieillissement des membres.

Décrets de naturalisation, d'admission à domicile et de réintégration

 

Les décrets dont il s'agit dans ce paragraphe sont des décisions administratives qui clôturent une demande de naturalisation, après examen favorable du dossier constitué. Il convient de les distinguer nettement des décrets à valeur réglementaire, répertoriés supra, cf. réf. […].

Contexte :
Population, étrangers et statistiques > 1800-1945 : affirmation et rivalité des nations en Europe (6M) > a011393926587x0tqsr

Peintures et dessins

 

Vieille Bretonne, île de Bréhat, 1925, huile sur toile, de Boris Grigorieff*.

Fillette bretonne, fillette prenant son petit-déjeuner, vers 1909-1910, huile sur carton, de Mela Muter*.

The White House, Concarneau, [1925-1935], aquarelle sur papier, de Romilly Traden*.

Le Port d'Audierne, 1932, huile sur bois, d'Alexis Gritchenko*.

Carnet, 1928, 48 dessins sur 46 feuillets de paysages et scènes de vie de Ploumanach et de Trégastel, de Georges Hanna Sabbagh*.

Le Port de Camaret, sd, huile sur toile, de Jan Zrzavy*.

Escalier allant vers le quai à Douarnenez, 1930, huile sur contre-plaqué, de Kamesuke Hiraga*.

La Place de Rennes, 1934, huile sur toile, de Robert Liebknecht*.

Quiberon, 1974, mine de plomb sur papier, de Vera Pagava*.

Contexte :
Pouvoirs, administrations et établissements centraux > Établissements publics nationaux > Musées > Centre Pompidou, Musée national d'art moderne

Charenton-le-Pont

 
Contexte :
Préfectures de la Seine et de la Seine-et-Oise, puis du Val-de-Marne > Direction des affaires générales, puis direction de la citoyenneté > Bureau des associations. Associations dissoutes, en sommeil ou transférées de l'arrondissement de Créteil : dossiers de déclaration