Toutes les ressources 59 754 résultats (9ms)

/medias/customer_28/archives/FRGNQ_AR_005_112/FRGNQ_AR_005_112_001_jpg_/0_0.jpg
144 médias

Crimes et violences racistes (années 1970).

15, Arch 0057/21  

Articles, tracts, journaux, affiches. Tracts divers (voir aussi num_123 et 124) Presse (dont un dossier dédié du Monde diplomatique, juin 1975) (num_124) Notes manuscrites de Saïd Bouziri Organismes : Comités divers de soutien, de défense, de lutte, d’action, antiraciste aux travailleurs immigrés, groupe de gigilance...Cas collectifs : CDDVTI, CFDT, Comités Palestine et Secours rouge, MRAP, MTA, PCF, Union des étudiants arabes. Cas collectifs : Gazage (Commissariat de l’Opéra, Paris) (1974) : 6 documents dont une brochure, un journal (num_118) ; Prison clandestine d’Arenc : un tract, une pétition (Marseille) (1977) (num_125) ; Incendies criminels de Ménilmontant (Paris, 1986) (num_114). Cas individuels : tracts, affiches, récapitulatif, dossier juridique, dossier de presse : tracts, affiches, récapitulatif, dossier juridique, dossier de presse. Témoignage anonyme d’ « une femme de Gennevilliers » (num_123). Belgacem AOUAMRI (Toulouse) (num_112 et 116). Sahal BELLABÈS (Marseille). Ben DHIAF (Grenoble) (mai-sept. 1977) (num_121 et 122). Mohamed DIAB (Versailles) (nov. 1972) (num_117). Ben Ali DJELLALI (La Goutte d’Or, Paris) (oct.-nov. 1971) (num_115). Alain KHETTIB (prison Fleury-Mérogis) (num_119). Laïd MOUSSA (Marseille, 1973). Hassen NAJAR (num_123). Béchir RASSAA (Vanves) (1975) (num_120). Hadj Béhar REHALA (Usine Coplait, Ivry). Malika YEZID (Cité de transit des Groux, Fresnes) (juin 1973).

Contexte :
Luttes et mobilisations des années 1970. > Contre les crimes et violences racistes et grèves et mouvements antiracistes.
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5632_jpg_/0_0.jpg
1 média

30e anniversaire de l'Association de Culture Berbère / Association de Culture Berbère (ACB). 2009

5632 , 2009  

30e anniversaire de l'Association de Culture Berbère. Dimanche 15 novembre 2009 à 14 heures.

Amazigh Kateb, Akli D, La Voie des Racines avec les 3 sSurs Ammour, Djamel Allam. Danse avec l'atelier de l'ACB, Slam avec le collectif 129H, Spectacle animé par les Zémigrés et de nombreux invités surprises.

Espace Reuilly, 21 rue Hénard 75012 Paris (...)

Mémoires du réseau associatif espagnol en région Île-de-France

2010  

Les 40 témoins interrogés représentent 23 associations ayant leur siège à Paris ou dans les départements limitrophes. Les plus anciennes ont été créées dans les années 1920, comme le Hogar de los Españoles, situés dans le quartier de la "Petite Espagne" à la Plaine Saint-Denis (93), les plus récentes ont été fondées dans les années 1990.

Ces associations répondent à des objectifs variés. Si les activités culturelles sont les plus développées, nombreuses sont les associations qui se sont penchées sur la reconnaissance et la défense des droits sociaux des Espagnols émigrés et sur la transmission de la langue pour facilier un éventuel retour au pays.

Parmi ces témoins, certains sont des exilés de la guerre d'Espagne, ayant franchi la frontière enfant ou jeune adulte, d'autres sont des réfugiés politiques ayant fui le franquisme, d'autres encore sont des émigrés dits "économiques" venus en France seuls ou accompagnés de leurs parents pour trouver une meilleure situation professionnelle.

Les témoignages recueillis lors de cette campagne permettent de confirmer que la frontière entre émigration dite "politique" et émigration dite "économique" est en réalité bien moins hermétique qu'il n'y paraît. Le monde associatif espagnol en France se fait l'écho de la pluralité des profils des migrants. Alors que certaines associations ont longtemps été influencées par l'Église, comme l'ancienne APFEEF (créée en 1975), ou soutenues par le régime franquiste, comme l'ancienne FAEEF (créée en 1968), d'autres, à l'inverse, tout en promouvant des activités culturelles, artistiques ou sportives ont été investies par des militants socialistes ou communistes en exil. En l'occurence, sur les 40 personnes qui ont été interviewées, 17 d'entre elles ont milité ou militent toujours au Parti communiste espagnol.

Compagnie de construction mécanique Sulzer (fonds d'archives)

1920-1960  

Le fonds se compose de fiches cartonnées d'enregistrement du personnel des ateliers de Saint-Denis puis de Mantes. Les fiches présentent les informations suivantes :

– Au recto : n° de catégorie du salarié, n° matricule de l'assuré, n° d'inscription SSM (Société Sulzer Mantes), n° de pointage ou de Son [sic], nom, prénoms, nationalité, lieu et date de naissance, date de délivrance de la carte d'identité (ou carte d'identité d'étranger), lieu de résidence, nature de l'emploi, date d'entrée, situation matrimoniale (avec nom du conjoint et date et lieu de naissance), nom des enfants (avec date et lieu de naissance), tableau des salaires gagnés.

– Au verso : un tableau du décompte des cotisations.