Groupe Ech-choola

1973-1978  

Le mouvement Echouala ou Ech-Choola (l'Etincelle) est créé en France, en 1974, à la suite de la scission du CMLT.

Regroupant à nouveau le CMLT et le GMLT, il publie la revue Ech-Choola et s'implante en Tunisie, en 1975, surtout dans le milieu étudiant. De nouveaux débats s'instaurent et les publications de Ech-choola (en arabe) regroupent plusieurs tendances. Mais rapidement, ces tentatives d'unification échouent.

De mai à novembre 1978, le Groupe publie une nouvelle revue, Echaab clandestin (ou Ech-Chaâb) mais le 2 novembre 1978, les rédacteurs de Echaab clandestin sont arrêtés. Leur procès s'ouvre le 19 juillet 1979. Leurs conditions de détention sont dénoncées par le Comité d'information et de défense des victimes de la répression en Tunisie et les Amis de la Tunisie En Lutte (ATEL)

[Voir aussi l'inventaire de Génériques du fonds de la Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) : G2. Organisation syndicales, introduction ; G3.1. Organisations politiques, Echoala (1973-1991).]

.

Contexte :
Les organisations politiques

Comité tunisien d'information et de défense des victimes de la répression (CTIDVR)

1972-1980  

« (...) Une campagne de mobilisation et de défense est plus que jamais nécessaire. A cet effet, des militants tunisiens, venus des divers horizons politiques de l'opposition démocratique et révolutionnaire au régime, décidés par delà leurs divergences politiques ou idéologiques, à faire face à ces menées répressives, se sont constitués en '' Comité tunisien d'information et de défense des victimes de la répression '' »

CTIDVR. « Plateforme » inBulletin d'information, n° 1, p. 2 (16.04.1972).

.

Créé le 16 avril 1972, après les événements de février 1972, le CTIDVR éclate un an plus tard, le 18 mars 1973, fortement éprouvé par des difficultés internes.

Le CTIDVR siège à Paris mais il existe aussi d'autres comités de défense (9) à Bordeaux, à Nice, à Bruxelles ou à Genève... Des réunions de coordination semblent faire le lien entre eux : des documents s'y rapportant sont conservés dans les dossiers par comité.

Contexte :
Les organisations de défense des libertés publiques et des droits de l'homme > En France : Comités et campagnes contre la répression en tunisie