Toutes les ressources 64 316 résultats (19ms)

Femmes de déportés républicains espagnols

 

Cette grille d'entretien vise à aborder avec les témoins les conséquences psychologiques et sociales de la déportation, et la “ réadaptation à la vie ” de leur mari, les stratégies familiales et leur rôle éventuel dans la transmission de la mémoire des républicains espagnols déportés.

Elle concerne les personnes suivantes : Marie-Thérèse Constante (d'origine française), Henriette Razola (d'origine française) et Louise Serra (d'origine espagnole, elle-même réfugiée en 1939).

Première partie : De la guerre civile espagnole à la Seconde guerre mondiale (1936-1945).

1) Etes-vous née en Espagne ou en France ?

2) Avant le déclenchement de la guerre civile en Espagne, quelle était votre situation professionnelle et familiale ?

3) En 1936, étiez-vous politisée ? De quelle sensibilité politique étiez-vous ?

4) Si née en Espagne : avez-vous participé à la lutte contre le général Franco ?

Si née en France : Compreniez-vous la situation politique en Espagne ? Avez-vous apporté votre soutien aux républicains ? Si oui, dans quel cadre : politique ? Caritatif ? Syndical ?

5) Si née en Espagne : Quand êtes-vous arrivée en France ? Vous êtes arrivée seule ou accompagnée de votre famille ? Avez-vous connu les camps d'internement français ? Quelles étaient vos conditions matérielles ?

Si née en France : Comment analysiez-vous la Retirada ? Etiez-vous sensible aux conditions de vie des Espagnols vivant dans les camps d'internement français ?

6) Où étiez-vous entre 1940 et 1944 ? Quelle était votre situation familiale ? Quelles étaient vos conditions matérielles ? Avez-vous participé à la Résistance ?

7) Quel âge aviez-vous à la Libération ?

8) Quand et comment avez-vous eu connaissance des camps de concentration nazis ?

Deuxième partie : Parcours personnel

A la Libération :

Si Espagnole : Après la Libération, le général Franco reste au pouvoir, quelle est votre réaction ? Comment et où envisagiez-vous alors votre avenir ?

Si Française : Quelle a été votre réaction lorsque vous avez appris que le général Franco, après la Libération, conservait son pouvoir en Espagne ?

Comment avez-vous rencontré votre mari ? En quelle année ?

Aviez-vous alors connaissance de son parcours politique et des conditions de vie qu'il a endurées au camp de Mauthausen ?

Pour vous, était-il un héros ? Un homme blessé par la guerre ?

Aviez-vous une appréhension vis-à-vis de la déportation ?

Vous vous êtes marié en quelle année ? A cette époque, vous pensiez retourner en Espagne ? Et votre mari ?

Votre mari a-t-il été bien accueilli par votre propre famille ?

Où habitiez-vous ? Quelles étaient vos conditions matérielles ? Votre mari travaillait-il après votre mariage ? Et vous-même ?

Votre mari a t-il bénéficié d'une pension du ministère des Anciens Combattants ?

Troisième partie : Vie familiale et vie sociale du couple.

1) Votre mari souhaitait-il avoir des enfants ?

2) Vous avez eu des enfants ? Combien ? Quand est né votre premier enfant ?

3) Cet enfant, était-ce une manière pour votre mari de renaître à la vie ?

4) Et pour vous cela représentait quoi ?

5) Qui a choisi le(s) prénom(s) de votre (vos) enfant(s) ? Avaient-ils une signification particulière ?

6) Les séquelles de la déportation ont-elles eu des conséquences sur l'éducation de vos enfants ? Sur la santé de vos enfants par exemple?

7) Vous sentiez-vous différente des autres femmes ?

8) Vos enfants sont-ils allés en Espagne avant la mort de Franco ?

9) Savaient-ils et comprenaient-ils ce qui était arrivé à leur père durant la guerre ?

10) Quel était votre cercle d'amis ?

11) Lorsque vous rencontriez des épouses de déportés, de quoi parliez-vous ?

Quatrième partie : la transmission de la mémoire.

1) Après votre mariage, votre mari a-t-il continué à militer contre le régime de Franco ?

2) Avez-vous milité à ces côtés ? Pour quelle(s) raison(s) ?

3) A quelle occasion avez-vous assisté pour la première fois à une rencontre d'anciens déportés ? Comment l'aviez-vous vécu ?

4) Avez-vous adhéré à des associations d'anciens déportés ? Si oui, pour quelle (s) raison (s) ?

5) La déportation était-ce un sujet dont vous parliez avec votre mari ? Avec vos enfants ?

6) Le passé de votre mari a-t-il pesé sur votre vie de famille ? Est-ce qu'il arrivait à votre mari de faire des cauchemars ?

7) Si Française : Comment viviez-vous le fait que l'Etat français se soit comporté de la sorte avec les Espagnols républicains ?

8) Vos enfants posaient-ils des questions sur Mauthausen ? Si oui, qui répondait à leurs interrogations, vous-même ou votre mari ?

9) Pour vous, est-ce important que vos enfants et vos petits enfants connaissent l'histoire de leur père ou de leur grand-père ?

10) Avez-vous été à Mauthausen ? Si oui, quand ? Seule ou avec votre mari ? Que recherchiez-vous dans cette visite ? Qu'avez-vous ressenti ?

11) Cas de Razola et Serra : Votre mari est décédé en quelle année ?

12) Vous militez aujourd'hui pour la reconnaissance en Espagne et en France de la déportation des Espagnols républicains ? Pour quelle(s) raison(s) ?

Contexte :
Archives orales

La photo déchirée. Chronique d'une immigration clandestine : montage (2001).

4AV 762 , 2001 - 2001  

José Vieira a quitté le Portugal à l'âge de 7 ans pour rejoindre son père en France. Il retourne dans son pays natal pour recueillir des témoignages sur cet exil forcé. Des extraits de films : Lorete et les autres, 1971 ; O salto, 1967, des souvenirs d¿enfance, des témoignages d¿immigrés portugais retraités au pays et des images d¿archives ponctuent son enquête pour comprendre la genèse de cette émigration clandestine.

Contexte :
Documentaires collectés auprès de tiers > Documentaires réalisés par des réalisateurs > José Vieira : montages, épreuves de tournage.