Écriture : documentation pédagogique, publications d'atelier d'écriture, rapport du CLAP, copie d'ouvrage (1992-1997). Formation dans divers cadre financiers et lieux, préparation et suivi : documentation, note, liste de présence, compte rendu de réunion, support de cours (2000-2002). Préparation des bilans et programmes : note, rapport, programme, synthèse (2001-2002). Rapport d'audit sur le CLAP (2000).

1148 , 1992-2002  
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5108_jpg_/0_0.jpg
1 média

Non au délit de sale gueule ! / Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP). Paris, FranceMouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) (Paris, France)[-Entre 1990 et 2000]

5108 , [-Entre 1990 et 2000]  

Loi Pasqua / Mehaignerie: contrôle des facies. Non au délit de sale gueule ! Pas de contrôle aux facies. Coup d'arrêt à l'exclusion. Non à la loi Pasqua !

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Droits > 1990-1999

Union générale des étudiants de Tunisie (UGET)

1963-1979  

L'Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) est fondée à Paris lors du congrès de l'AEMNAF des 10-13 juillet 1953. Influencée par le parti au pouvoir après l'indépendance et, notamment, après la création de l'Université de Tunis, en 1959, et le développement du mouvement étudiant national, elle est victime d'ingérence par le biais des représentants du pouvoir au sein de la Commission administrative qui dissout la section de Paris (XIe congrès, 1963). L'UGET ne retrouve une véritable indépendance qu'en 1969, suite à l'agitation estudiantine.

Suite à la mobilisation de février 1972 et de son congrès extraordinaire tenu à l'Université de Tunis du 3 au 5 février 1972, le syndicat étudiant voit se créer des Comités d'action et de lutte (CAL) en Tunisie mais également à Paris (le 8 février), Grenoble et Bruxelles.

En 1972-1973 la base de l'UGET crée des Comités universitaires provisoires (CUP). La section provisoire de Paris est très active et relaie régulièrement les actions de l'UGET tunisienne.

Par ailleurs, dès 1975, le Comité de section provisoire (CSP) appelle à reconstituer la section de Paris au moment où le parti au pouvoir tente d'organiser un nouveau Congrès extraordinaire qui n'aura lieu qu'en 1978.

Contexte :
Les organisations étudiantes

Les Yeux ouverts / Association des femmes maghrébines immigrées «Les Yeux ouverts» ParisAssociation des femmes maghrébines immigrées «Les Yeux ouverts» 1984-

1984  

Parmi les questions abordées dans les deux numéros de la revue : l'accès au travail et la réglementation du droits de séjour des femmes immigrées en France et leur droit à la formation ; les statuts juridiques des femmes dans les pays d'origine; mais aussi des questions concernant la contraception et la condition des filles issues de la seconde génération.

/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_048/FRGNQ_PH_002_048_229_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Warda

1960-1990  

Née en 1940 d'un père algérien et d'une mère libanaise, Warda connaît dans son enfance parisienne les milieux nationalistes et artistiques de l'immigration algérienne en France. Elle commence sa carrière dans le cabaret de son père, le Tam Tam au Quartier latin. Sa mère lui transmet le goût de la chanson moyen-orientale dont elle apprend le répertoire. Forte de deux cultures, elle chante les succès de la chanson de l'exil aussi bien que ceux de Mohamed Abdelwahab, idole du monde arabe. Repérée par Ahmed Hachelaf, elle connaît vite le succès et entre chez Pathé Marconi.

Les plus grands compositeurs du moment lui offrent des titres : Mohamed Jamoussi Bladi ya bladi (Pays, ô mon pays), José de Souza Ya Oumi (Ô maman) , son énorme tube.

A quatorze ans, en pleine guerre d'Algérie, elle chante Ya habibi ya moudjahid (Ô ami, ô combattant) avant d'être expulsée avec sa famille à Beyrouth, dans le pays de sa mère, en raison des activités militantes de son père.

Warda, qui n'a encore jamais vu l'Algérie, prend le surnom de El Djazaïria (L'Algérienne) et interprète Djamila , en l'honneur de la combattante algérienne au maquis ou Ana mil djazaïr ana arabia ( Je suis d'Algérie, je suis arabe). Elle représente également l'Algérie combattante dans les productions panarabiques de 1961.

C'est après l'indépendance qu'elle découvre l'Algérie. Elle se marie en 1963 avec Djamel Kesri qui lui demande de quitter la scène. Pour le 10° anniversaire de l'indépendance, le président Boumediène la prie de chanter ; son accord précipite son divorce.

De retour sur scène, en Egypte, elle travaille avec les plus célèbres musiciens de son temps : Sayed Mekawi ou Mohamed Abdelwahab. Elle épouse le compositeur Baligh Hamdi.

Elle tourne dans de nombreux films de genre maghrébin et moyen-oriental et joue dans des comédies musicales. Elle entre ainsi dans le panthéon de la musique arabe. A la mort de la cantatrice Oum Kalthoum, en 1976, elle est d'ailleurs considérée comme son héritière.

UNFP – section de Paris, vie interne : convocation à une journée d'étude animée par Medhi Ben Barka le 24 février [année non précisée], bulletin interne manuscrit après les événements de mars 1965 à Casablanca (1965). PCM, campagne suite à l'interdiction du journal Al Moukafih (Le combattant) : protestation, tracts ; situation en Algérie en 1962 : déclarations d'A. Yata et d'autres dirigeants du PCM (1962).

A1/9 , 1962-1965  
Contexte :
Relations avec les sections et le monde associatif > Relations avec d'autres organisations > Autres organismes / autres fonds

Cinéma « Le Louxor »

 

Situé à l'angle du boulevard de la Chapelle et du boulevard de Magenta, le cinéma «  Le Louxor  » a est édifié en 1921. Rare rescapé des cinémas d'avant-guerre, cet établissement est un remarquable exemple de l'architecture des années 1920. La façade néo-égyptienne et les toitures de ce bâtiment ont été inscrites à l'inventaire des monuments historiques le 5  octobre  1981.

Intégré à l'origine dans le réseau des cinémas Lutétia qui, pendant les années 1920, jouent un rôle de premier plan dans l'exploitation cinématographique, Le Louxor est repris en 1929 par la société Pathé qui l'adapte au cinéma sonore. Comme tant de salles de quartier, il subit les conséquences du déclin de fréquentation qui s'amorce dès la fin des années 1950, obligeant les exploitants à moderniser leurs salles  : couleur, cinémascope, qualité du son, le Louxor suit le mouvement et s'adapte. La programmation, elle aussi, doit s'adapter aux changements sociologiques et au goût du public qui le fréquente. Longtemps cinéma populaire qui passe aussi bien les succès français grand public que les films américains, le Louxor choisit de projeter à partir des années 1970 des films «  exotiques  » (indiens, égyptiens) en version originale, susceptibles d'attirer une population immigrée en nombre croissant dans le nord-est de Paris, ainsi que du porno.

Le 29 novembre 1983, c'est la dernière séance, Pathé vend le bâtiment à la société Tati qui cèdera la gérance à des projets de boîtes de nuit. En 1990, le bâtiment est laissé à l'abandon.

C'est à partir de 2001 que des associations de quartier se mobilisent pour sauver ce patrimoine de la ruine. Leur revendication est double  : que la ville de Paris rachète le Louxor et le rende à sa vocation culturelle. Après deux ans de mobilisation, la municipalité parisienne parvient à trouver un accord avec la société Tati et achète le bâtiment le 25  juillet  2003. En 2008, l'architecte Philippe Pumain est désigné pour mener une opération de réhabilitation dont les travaux commencent dans le courant 2010, pour une inauguration fixée au 17 avril 2013. Avec la restauration de sa façade, la restitution partielle de la grande salle, portant le nom de salle Youssef Chahine, et de ses décors, la création de deux nouvelles salles en sous-sol, le Louxor est rendu à sa vocation initiale de salle de cinéma.

* Bibliographies sur l'émigration et l'immigration. * Photocopies d'ouvrages et de revues. * Coupures de presse d'Algérie Actualité sur l'immigration en France. * Courrier du CRASC, Bulletin mensuel bimestriel édité par le Centre de recherche en Anthropologie sociale et culturelle, Oran (Algérie), n°8, mars-avril 1998. * Article dactylographié d'AS, revu et corrigé pour publication par Henri Lenoir du Centre de sociologie de l'éducation et de la culture pour la revue qu'il dirige. 1997 * Texte sur l'illettrisme envoyé par AS à Benoît Falaise. 1997 * Le Patio : document manuscrit et dactylographié sur la création et le fonctionnement d'un salon de thé-boutique oriental.

53 , Sans date  
Contexte :
Cartons jaunes et oranges
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_009/FRGNQ_V_001_009_008_video_/FRGNQ_V_001_009_008_poster.jpg
1 média

Présentation de la compagnie N'Taa Nou par Yamina Benchenni

FRGNQ_V_001_009_008 , 2017  

Yamina Benchenni présente le travail mené par la Compagnie N'Taa Nou - « n'taa nou » comme un « besoin d'être ensemble pour construire quelque chose qui est à nous » - fondée dans les années 1980 à Marseille. Le théâtre immigré, à la croisée de luttes individuelles et de luttes politiques, permet aux comédiens de sortir du discours de victime, de partager leur engagement militant et de revendiquer leurs droits citoyens.

Expulsion d'Ider ARSALA (président de l'AMF), organisation de la campagne de protestation : liste de pétitions venant d'Amiens par l'UNEM et de Nice, courrier de soutien, communiqué, tract, coupure de presse, avertissement administratif, convocation, lettre ouverte, télégramme (1970-1974). AMF, communication : communiqué, dossier de presse, presse (1990-1995) ; études sur l'immigration marocaine : mémorandum, actes de colloque (1998, s. d) ; participation à la commémoration du meurtre de Brahim BOUARRAM : coupure de presse (1995). AMF, participation au cinquième congrès de l'AMDH : copie annotée d'Attadamoun (journal édité par l'AMDH), discours (1998) ; texte sur le droit français et la nouvelle stratégie gouvernementale concernant l'immigration [après 1998-avant 2000].

A4/1 , 1970-1998  

Coordination nationale des déboutés et comités de soutien aux déboutés, dossiers individuels.

Boîtes 216-218, 247 , 1990-1992  
boîte 216 : Déboutés du droit d'asile et rapports sur l'atteinte aux droits humains en Turquie (1990-1991). boîte 217 : Déboutés : grève de la faim des déboutés Kurdes (1990-1991). boîte 218 : Déboutés (1990-1991). boîte 247 : Déboutés : Coordination nationale des déboutés, comités de soutien aux déboutés, dossiers individuels (1990-1992).
Contexte :
a011393017001cq08df > Activités politiques > Déboutés du droit d'asile

Concours d'écritures et fête de l'écriture 2000 : recueil relié des textes, supplément de La lettre du CLAP (dépôt légal 1999). Fête de l'écriture 1999 : copie VHS CLAP 142 (une cassette vidéo, 1999), photographies : négatifs et tirages couleur (1999) ; non-identifié : ouverture, film, débat, intervention, danse, film, clôture (deux cassettes audio, 2000).

105 , 1999-2000  

* Colloque INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire), "Citoyenneté, identité : nouvelles figures de la citoyenneté et formes actuelles de l'engagement des jeunes", 1995. Intervention de AS : "Identités : nomination/ catégorisation". * "Tendances et courants des publications en sciences sociales sur l'immigration en France depuis 1960", in Current sociology, vol. 32 n°3, 1984, partie 2. Textes législatifs sur la nationalité, 1997.

1 , 1995-1996  
Contexte :
Cartons jaunes et oranges

« Questions Femmes » Marche mondiale des femmes, suivis des travaux de la coordination française et du collectif Droit des femmes : compte rendu, dossier thématique de la coordination (2000-2002). Clara magazine (1999-2000) ATF, exposition « Traces, mémoire et histoires des mouvements de femmes de l'immigration en France 1970-2000 »: catalogues d'exposition FASTI (avec IM'média et vidéorème) « Mémoire autour des marches, mémoires des femmes, samedi 28 février 2004 : dossier de colloque (2004).

A23 , 1999-2004  
Contexte :
Activités de l'AMF > a011393020507dg7bf9

"Lieux et mémoire de l'immigration en France" : préparation du livre pour la collection des éditions Autrement et de la contribution de AS pour cette publication, "Un lieu pour mémoire et mémoire d'un lieu : le bidonville de Nanterre" (1993), correspondance et articles des autres auteurs. CEMM (Centre d'études sur les mouvements migratoires maghrébins, Oujda, Maroc) : publications (1993-1994).

168 , 1993-1994  
Contexte :
Cartons jaunes et oranges
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5102_jpg_/0_0.jpg
1 média

Moi je dis , il faut plus de communisme ! / Mouvement Jeunes communistes de France (MJCF).Paris, FranceMouvement Jeunes communistes de France (MJCF) (Paris, France)2002

5102 , 2002  

Je suis né en France, je vais voter et mes parents, eux, n'ont pas ce droit. Pour le droit de vote des résidents étrangers. Contre les discriminations, moi je dis , il faut plus de communisme ! Présidentielle 2002. Robert Hue.

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Droits > 2000-2010
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_010/FRGNQ_V_001_010_021_video_/FRGNQ_V_001_010_021_poster.jpg
1 média

Présentation de Françoise Dumont

FRGNQ_V_001_010_021 , 2017  

Ces trente dernières années, les pouvoirs publics ont-ils considérés les associations comme de véritables acteurs ? Françoise Dumont interroge la mise en concurrence des associations par le biais des appels d'offre. Elle évoque également les conséquences qu'ont les coupes budgétaires sur le fonctionnement des associations.

Contexte :
(Re)penser la dynamique. Quelle relation entre monde associatif et pouvoirs publics pour demain ?
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_031/FRGNQ_PH_002_031_203_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Taleb Rabah

1960-1990  

Taleb Rabah est né à Tzit en Kabylie en 1930. Fils de paysan, il émigre en France au début des années 1950 et travaille comme ouvrier dans une usine sidérurgique de Moselle. Il rejoint le FLN et s'installe à Paris au début de la guerre d'Algérie. A 22 ans, il participe à un radio crochet pour la radio AKA, dont Fraid Ali, directeur artistique, et dirige une émission sur les chanteurs amateurs. Il est alors repéré et enregistre son premier disque chez Barclay. Pendant cette période, suivant la veine nationaliste arabe, il tourne dans les galas de Bahia Farah. Il rentre au pays après l'indépendance et intègre la Radiodiffusion-télévision algérienne (RTA). Il s'affirme dans le genre qui lui et propre: chanteur "classique" de la chanson kabyle. Il inaugure la chanson kabyle solo avec guitare en se libérant du carcan orchestral. Il accorde au texte un intérêt majeur et est reconnu autant comme poète que comme chanteur par ces textes où l'ironie sociale l'emporte sur la morale.

Avava rabi akyarham (Paix à ton âme, père), lfouk zith d'ilmasbah (La chandelle n'a plus d'huile), mathachfam (Vous souvenez vous) et tnadigh ahazahriw (Je cherche ma chance) figurent parmi les chansons les plus connues de son répertoire. Il a inspiré des chanteurs comme Idir ou Aït Menguellet.

Comité de liaison pour l'alphabétisation et la promotion (CLAP) et délégation régionale de Haute-Normandie-Picardie

 

CLAP national et CLAP Haute-Normandie-Picardie et autres délégations régionales :

- vie interne, administration, fonctionnement, personnel, comptabilité, correspondance ;

- activités : programmes, projets, actions, partenariats, dossiers documentaires, publications ;

- documentation reçue.

Contexte :
Activités professionnelles et engagements associatifs

Courriers, affiches, brochures.

Boîtes 74, 80, 107, 144, 261, 280 , 1981-1999  
boîte 74 : Procès avec la propriétaire du local (1983-1987). boîte 80 : Courrier (1981-1985). Justice : huissiers, etc (1994-1995). Comptabilité (1981-1995). boîte 107 : Factures : cotisations, etc (1989-1990). boîte 144 : Statuts de l'ATT. Subventions pour les locaux et documents relatifs aux locaux. Convention du FAS, demandes de subventions diverses (1990-1991). boîte 261 : Activités (1998-1999). boîte 280 : Documentation : courrier et brochures (1998-1999).

Procès-verbal de réunion du Comité d'entreprise (CE) (1992), du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) (1991-1992), états financiers au 31/12/1991, documentation (attributions économiques du CE, congés individuels de formation, la fin du CDD, le seuil d'effectif en droit social (n° spécial 1988), le travail à durée déterminée et le travail temporaire, doc sur « réussir la participation »), dossier personnel, divers syndicats, CE et autres.

3/1 , 1988-1992  
Contexte :
Cursus professionnel & syndical > Caisserie emballage industrie du Midi (CEIM) > Comité d'entreprise (CE)

Luttes de l'immigration. – Carte 10 ans, Migr'europe, Sonacotra, Sans Papiers, Citroën, SOS refoulement : coupures de presse, comptes rendus, textes législatifs, brochures, bulletins, pétitions, correspondance, communiqués. Comité de coordination des foyers SONACOTRA en grève : conférence de presse (1976), revendications, coupure de presse, appel, communiqué de presse (1979). Collectif SOS Refoulement [Local à la MTI au 46 rue de Montreuil 75011 Paris. Brochure réalisée par SOS Refoulement et éditée par le CALP (25 rue Gandon, 75013 Paris). Thèmes : chômage, sans papier] : comptes rendus de réunions, pétition, liste des signataires, appel et communiqué, bilans financiers du collectif, liste des commissions locales, liste des association membres, communications, dossier de formation, brochure (1979-1981). Grève de la faim et sans papiers : tracts d'appel au rassemblement, liste des membres du comité de soutien aux grévistes, communiqué, coupures de presse (1982). Campagne pour la carte de 10 ans [En 1983, 6 organisations nationales lancent un manifeste pour la « carte unique, valable 10 ans, non informatisée, renouvelable automatiquement, pour tous ls immigrés » signé ensuite par plus de 50 organisations nationales et locales. ] : pétition, manifeste, note de synthèse juridique, projet d'action, argumentaire, compte rendu de réunion, correspondance (1983-1984). Mesures de licenciements dans les usines Citroën-Aulnay : revue de presse (1984). Migreurope [Association internationale à but philanthropique et pédagogique dont le siège est situé à Bruxelles. ] : comptes rendus du CA, du Bureau, du Comité préparatoire, liste des membres, convention, statuts, bulletin d'information (1988-1990).

A45 , 1979-1990  

AMF. - Réunion des instances dirigeantes (Assemblée générale, Conseil d'administration) : rapport moral, rapport d'activités, rapport d'activités rédigés dans le cadre du FAS, état financier, documents de réflexion, état des lieux (1994-2001). Publications : communiqués de l'AMF (1996-1997, 2000). Documentation reçue : formulaire, brochure, lettre d'information, rapport de la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) (1999-2001).

A1 bis , 1994-2001  
Contexte :
Administration et organisation > Réunions et documents statutaires