Livre noir du logement

ABS 9-3 , 1995  

Rapport conjoint de Villes-Univers et de la Confédération syndicale des familles à Asnières.

Contexte :
Associations et collectifs de solidarité dans les Hauts-de-Seine > Villes-Univers (ex-Asnières-Univers)
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5424_jpg_/0_0.jpg
1 média

Vigilance contre les rafles et contrôles anti-immigrés / Permanences anti-expulsion (PAE). ParisPermanences anti-expulsion (PAE)[-Entre 1960 et 1984]

5424 , [-Entre 1960 et 1984]  

Vigilance contre les rafles et contrôles anti-immigrés

Unité anti raciste pour la protection des sans-papiers et des résidents non officiels des foyers. Pour le respect et l'unité du peuple multinational.

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Droits > Sans dates

MARCHAND (Frank), LEEMAN (Danielle), SCHUTTE (Annette), FABRE (Claudine). Comment apprendre la grammaire ? Niveau 1, Paris : Larousse, 1973. Niveau 2, Paris, Larousse, 1974.

3 , 1974  

[La BNF à Tolbiac conserve, en rez-de-jardin, un exemplaire de ces deux fascicules, ainsi que du fascicule Niveau 3, sous les cotes EL 4-R-852 (1) à (2). ].

Contexte :
Ouvrages, méthodes de français et matériel pédagogique provenant de l'association « Solidarité Français migrants », 59 avenue Daumesnil, 75012 PARIS > Santé médico-sociale > Migrations Santé > Brochures
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_048/FRGNQ_PH_002_048_229_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Warda

1960-1990  

Née en 1940 d'un père algérien et d'une mère libanaise, Warda connaît dans son enfance parisienne les milieux nationalistes et artistiques de l'immigration algérienne en France. Elle commence sa carrière dans le cabaret de son père, le Tam Tam au Quartier latin. Sa mère lui transmet le goût de la chanson moyen-orientale dont elle apprend le répertoire. Forte de deux cultures, elle chante les succès de la chanson de l'exil aussi bien que ceux de Mohamed Abdelwahab, idole du monde arabe. Repérée par Ahmed Hachelaf, elle connaît vite le succès et entre chez Pathé Marconi.

Les plus grands compositeurs du moment lui offrent des titres : Mohamed Jamoussi Bladi ya bladi (Pays, ô mon pays), José de Souza Ya Oumi (Ô maman) , son énorme tube.

A quatorze ans, en pleine guerre d'Algérie, elle chante Ya habibi ya moudjahid (Ô ami, ô combattant) avant d'être expulsée avec sa famille à Beyrouth, dans le pays de sa mère, en raison des activités militantes de son père.

Warda, qui n'a encore jamais vu l'Algérie, prend le surnom de El Djazaïria (L'Algérienne) et interprète Djamila , en l'honneur de la combattante algérienne au maquis ou Ana mil djazaïr ana arabia ( Je suis d'Algérie, je suis arabe). Elle représente également l'Algérie combattante dans les productions panarabiques de 1961.

C'est après l'indépendance qu'elle découvre l'Algérie. Elle se marie en 1963 avec Djamel Kesri qui lui demande de quitter la scène. Pour le 10° anniversaire de l'indépendance, le président Boumediène la prie de chanter ; son accord précipite son divorce.

De retour sur scène, en Egypte, elle travaille avec les plus célèbres musiciens de son temps : Sayed Mekawi ou Mohamed Abdelwahab. Elle épouse le compositeur Baligh Hamdi.

Elle tourne dans de nombreux films de genre maghrébin et moyen-oriental et joue dans des comédies musicales. Elle entre ainsi dans le panthéon de la musique arabe. A la mort de la cantatrice Oum Kalthoum, en 1976, elle est d'ailleurs considérée comme son héritière.

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5107_jpg_/0_0.jpg
1 média

Pour le droit de vivre en famille / Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP). Paris, FranceMouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) (Paris, France)[-Entre 1990 et 2000]

5107 , [-Entre 1990 et 2000]  

Loi Pasqua: anti-regroupement familial. Pour le droit de vivre en famille. Coup d'arrêt à l'exclusion. Non à la loi Pasqua.

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Droits > 1990-1999
/medias/customer_28/videos et audios/FRGNQ_V_001_010/FRGNQ_V_001_010_020_video_/FRGNQ_V_001_010_020_poster.jpg
1 média

Présentation de Dominique Dujardin

FRGNQ_V_001_010_020 , 2017  

Dominique Dujardin questionne la notion de « modèle culturel français » en matière de relations entre monde associatif et pouvoirs publics. Il aborde également la question de l'évolution de la politique d'intégration, ayant glissé progressivement vers une politique de territoire.

Contexte :
(Re)penser la dynamique. Quelle relation entre monde associatif et pouvoirs publics pour demain ?

* Colloque INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire), "Citoyenneté, identité : nouvelles figures de la citoyenneté et formes actuelles de l'engagement des jeunes", 1995. Intervention de AS : "Identités : nomination/ catégorisation". * "Tendances et courants des publications en sciences sociales sur l'immigration en France depuis 1960", in Current sociology, vol. 32 n°3, 1984, partie 2. Textes législatifs sur la nationalité, 1997.

1 , 1995-1996  
Contexte :
Cartons jaunes et oranges

"Lieux et mémoire de l'immigration en France" : préparation du livre pour la collection des éditions Autrement et de la contribution de AS pour cette publication, "Un lieu pour mémoire et mémoire d'un lieu : le bidonville de Nanterre" (1993), correspondance et articles des autres auteurs. CEMM (Centre d'études sur les mouvements migratoires maghrébins, Oujda, Maroc) : publications (1993-1994).

168 , 1993-1994  
Contexte :
Cartons jaunes et oranges

CLAP-fédération, AG des 12-13 mai 1979, 26-27 avril 1980 et 14-15 nov. 1981 : photocopie des statuts, ordre du jour, document préparatoire, rapport introductif, rapport d'activité, texte de réflexion, compte rendu des travaux (1979-1981).

115 , 1979-1981  
Contexte :
Publications Alphabétisation et promotion puis Alpha & promotion, bulletin d'information/revue bimestrielle du CLAP (1971-1995)
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_044/FRGNQ_PH_002_044_225_jpg_/0_0.jpg
1 média

Kamel Hamadi

1960-1990  

Né le 22 décembre 1936 à Aït Daoud (ex-Michelet en Grande Kabylie), Kamel Hamadi, de son vrai nom Larbi Zeggane, est l'un des plus grands auteurs-compositeurs-interprètes de l'immigration algérienne en France.

A la fin des années 40, cet ancien tailleur voit sa vie bouleversée par sa rencontre avec Slimane Azem, maître de la chanson kabyle, qui lui donne « envie de chanter ». Il commence par écrire des poèmes : au fil des rencontres, il sera recruté par Radio Alger qu'il intègre à l'age de 17 ans. Da Kamel enregistre de nombreuses opérettes, ainsi que plusieurs émissions enfantines. Il y fera la connaissance de Noura sa future épouse qui deviendra l'une des plus grandes chanteuses algériennes, régulièrement accompagnée de l'orchestre de Mustapha Skandrani. Ils feront tous les deux le voyage pour Paris en 1959 à l'occasion d'une série d'enregistrements pour la maison de disque Teppaz.

Il développe sa carrière en France. Il travaille pour Pathé Marconi et avec El Habib, il collabore aux plus belles chansons de son épouse. Ce duo d'auteurs compositeurs est à l'origine de Ya Rabi Sidi, (Oh mon Dieu) adaptation d'une chanson traditionnelle sur le départ d'un fils pour la France. Il s'est mis au service de nombreux chanteurs maghrébins, dont Karim Tahar, Saloua ou Hadj M'hamed El Anka. Kamel Hamadi a surtout écrit des chansons kabyles pour son épouse en poursuivant lui-même une carrière de chanteur. Ses thèmes de prédilection sont la vie quotidienne des Algériens, les chansons d'amour ou même l'exil. Ainsi, il chantera en duo, avec d'autres égéries de l'immigration comme Hnifa (Yidem Yidem, 1951), ou Cheikh Nordine.

Les chansons de son répertoire portant sur l'ghorba (l'exil) sont nombreuses : El hak bel Rekba (L'Argent du voyage), Ya Ghorba (L'Exil), ou Rouh Rouhal (Pars, que Dieu te facilite l'exil) chante la nostalgie, la séparation mais aussi les difficultés pour immigrer en France. Son travail de poète et de mélodiste contribue grandement à l'obtention par Noura du premier disque d'or d'une chanteuse algérienne en France (1 million d'exemplaires chez Pathé Marconi) en 1971. Celui qui a plus de 500 chansons à son répertoire vit aujourd'hui, comme toujours entre la France et l'Algérie. 

Sources : Extrait de la biographie de Kamel Hamadi par Naïma Yahi

Concours d'écritures 1991, réunions : comptes rendus de la direction générale, du comité d'organisation, du comité de lecture, budget prévisionnel, bilan 1990 (1990-1991) ; organisation : invitations, lettre d'invitation et de lancement, fichier contacts, programme, textes, textes primés, certificats « prix du concours régional d'écritures », journal du concours, lettre du CLAP, documentation (1991).

37 , 1990-1991  

Coralie Catebosque, Chef de section à la division Afrique de l'OFPRA : épreuves de tournage (2011).

1AV 465-466 , 2011 - 2011  
Contexte :
Entretiens réalisés par les Archives départementales > Le personnel de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) > Entretiens réalisés auprès du personnel de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) à Fontenay-sous-Bois : enregistrements filmés et sonores. > Officiers de protection et chefs de section
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_017/FRGNQ_PH_002_017_103_jpg_/0_0.jpg
1 média

Khlifi Ahmed

1960-1990  

De son vrai nom Ahmed Abbas Ben Aïssa, Khelifi ou Khlifi Ahmed né en 1921 en Algérie. Neveu du chanteur Hadj Benkhelifa, il est le plus célèbre des chanteurs des genres « Bedoui» et « Aï-aï » algérien. Sous la tutelle de son oncle il enregistre son premier disque à Paris à l'âge de treize ans. Il interprète alors des poèmes « Melhuon » (poésie populaire) de grands auteurs comme Aïssa Ben Allal. De retour en Algérie, il effectue des tours de chants et psalmodie le Coran lors de fêtes privées. Il est alors remarqué par le directeur de Radio Alger qui lui confie en 1947 la direction de l'orchestre bédouin de la radio. Au début des années 1950, il devient le fer de lance de la tradition orale des hommes du désert en se spécialisant dans le genre « Aï-aï », renommé en Algérie comme dans les milieux immigrés français. Il chante la beauté du désert Et haouel ya kaf Kerdada (Déplace-toi Ô mont de Kerdada), mais aussi l'exil Kalamni oun kalmik fi telephon (Appelle-moi et je t'appellerai au téléphone). Il reçoit en 1967 le prix de la chanson populaire algérienne et met un terme à sa carrière en 1989.

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5134_jpg_/0_0.jpg
1 média

Non à l'Europe de l'extradition. / Comité de soutien à Paulo Persichetti et contre les extraditions. 2002

5134 , 2002  

Non à l'Europe de l'extradition. "... d'abord et avant tout, faire barrage à toute velleité de nouvelles extraditions"...Paolo Persichetti- prison de Rebibbia, Rome le 2-09-2002. Paulo Persichetti, militant italien réfugié en France, depuis 11 ans, a été extradé vers l'Italie par le gouvernement français depuis 25 août 2002 ! [...]

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Droits > 2000-2010

Maîtres auxiliaires, étudiants et médecins étrangers, suivi des mouvements de solidarité et de leur répercussions : coupures de presse,, rapports, discours d'introduction à des conférences, guide de l'étudiant étranger [Gisti, Commission pour l'égalité des droits de tous les médecins exerçant en France CEDMEF, Collectif unitaire de défense des jeunes et des MA étrangers menacés d'expulsion, à Créteil, Coordination des maîtres auxiliaires, au CAIF, Comité de défense des étudiants étrangers] (1979, 1994-2001).

A8 bis , 1979-2001  
Contexte :
Activités de l'AMF > Campagnes particulières auxquelles participent l'AMF
/img/picture-not-found.svg
1 média

Pour que l'asile reste un droit. / Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP). Paris, FranceMouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples[-Entre 1990 et 2000]

5106 , [-Entre 1990 et 2000]  

Loi Pasqua: contre le droit d'asile. Pour que l'asile reste un droit. Coup d'arrêt à l'exclusion. Non à la loi Pasqua !

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Droits > 1990-1999
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5429_jpg_/0_0.jpg
1 média

Un racisme à peine voilé / Inconnu. [S.l.],2004

5429 , 2004  

Réalisation: Jérôme Host

Musique originale: Nicolas Host

Photographie: Mehdi Yagoubi

Avec Saida Kada- Nacira Guenif Soulamas- Christine Delphy- Said Bouamama- Pierre Tevanian- Zahra Ali-Fatima Aousdi- Georgette Hamonou- Nadia Louachi- Georges Federmann- Noor Ali- Fatima Ali- Aodren Le Duff- Bashaer Shaaban- Stephanie Miny- Jérôme Champion- Sandrine Vicente- Willy Beauvallet- Marjolaine Peuzin- Radia Louchichi

Tournage: Yeter Akyaz- Jérôme Champion- Jérôme Host- Christel Husson- Stephanie Miny- Nicolas Thomas

Attaché de presse: Nicolas Thomas, attaché(e)s de production: Annabelle Arnaud- Gwenael Bertholet

Production: La flèche production Distribution et diffusion: CO-ERRANCE/LA FLECHE PRODUCTION

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Contre le racisme > 2000-2009

Activités.

SOL 29/2 , 1972-1980  

Liste de contacts (presse, organismes, avocats, etc.) (s. d.) ;

liste des prisonniers politiques (1972-1974) ;

projet d'action politique d'un groupe de détenus politiques : lettres au mouvement de soutien et aux étudiants militants, informations sur les conditions de détention pénitentiaire, informations reçus des détenus, projet de plateforme pour un collectif d'amnistie, projet de pétition, correspondance (1975-1977) ;

correspondance : documents de synthèse, brochure réalisée à l'initiative d'anciens membres du CTIDVR sur « L'expérience de la gauche tunisienne à Paris » (1973), « interventions perso » et correspondance de Simone Othmani, correspondance reçue et lettres de soutien et de témoignages (1972-1980).

Contexte :
Les organisations de défense des libertés publiques et des droits de l'homme > En France : Comités et campagnes contre la répression en tunisie > Comité tunisien d'information et de défense des victimes de la répression (CTIDVR)
/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5349_jpg_/0_0.jpg
1 média

Concert de solidarité. Contre les expulsions ! Un logement décent pour tous ! / Permanences anti-expulsion (PAE). ParisPermanences anti-expulsion (PAE), Sans date.Sans date

5349  

Racisme, insécurité, peur, chauvinisme à droite et à gauche sont des arguments électoraux.

Attention à la banalisation du racisme!

S'indigner, s'abstenir, ça ne suffit pas.

Engagement anti raciste pour l'unité des différentes communautés historiques et nationales.

[...]

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Contre le racisme > Non datées

Formation de formateurs.

E 1-33 , 1977-1997  

Formation de formateur, 1987-1989 : Guide de la formation de formateurs pour les publics de bas niveau de qualification, publications du CLP, 1987 ; fiches contact pour l'élaboration d'une plaquette d'information (coordonnées des associations, programme proposé) ; Dispositif de la formation de formateur, 1989, comportant un catalogue des stages, un tableaux récapitulatif et des articles de fond sur la formation de formateur.

Compagnie Ca e La

1980  

La compagnie Ca e La - "Ca e La", dans l'idée d'aller-retours, sans avoir d'endroit où se fixer - est créée en 1979 par un collectif de femmes portugaises. Cette compagnie intervient dans des foyers et des prisons et travaille avec le mime et le masque afin d'abolir les problèmes de compréhension liés aux différences de langues.

/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_021/FRGNQ_PH_002_021_113_jpg_/0_0.jpg
11 médias

Louiza

1960-1990  

Né à Akfadou au en 1942 en Kabylie, elle y passe sa jeunesse. Ses parents sont agriculteurs. Son père émigre en France pour travailler à l'usine. Elle émigre à son tour en 1958 à l'âge de 16 ans. Elle enregistre son premier album en 1978 à Lyon dans le studio de la Croix Rousse. Ce disque composé de chanson du folklore remporte un franc succès. Ses chansons abordent également le thème de l'immigration. En 1979, elle rencontre Slimane Azem et enregistre un second puis un troisième disque. Elle tourne en France jusqu'en 1984, puis rentre en Algérie où elle continue sa carrière de chanteuse. En 1992, elle émigre à nouveau en France pour échapper aux violences qui tourmentent l'Algérie. Elle rentre définitivement en Algérie en 2004 où elle continue d'enregistrer et de se produire.

Enquête sociologique à propos des Français musulmans rapatriés, ancien supplétifs de l'armée française en Algérie et leurs descendants (1999-2000) : brouillons, questionnaires, traitement des réponses par région, résultats « à plat » [sur disquettes], listes des Français musulmans rapatriés (FMR), cas particuliers, listes d'associations, listes des personnes à contacter pour la Mission nationale, rapport et projet de synthèse de groupes de travail et de réflexion (1991), résumé de l'enquête (2001), rapports de groupe de travail [ministériel], circulaires ministérielles, décret, règlement inter-ONAC, plaquette, documentation.

20/2 , 1971-2001  
Contexte :
Activités > Enquête sociologique nationale à propos des Français musulmans rapatriés, ancien supplétifs de l'armée française en Algérie et leurs descendants (1999-2000) > Matériel d'enquête et documentation
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_026/FRGNQ_PH_002_026_147_jpg_/0_0.jpg
35 médias

Noura

1960-1990  

De son vrai nom Fatma Zohra, Noura est née en 1942 à Cherchell en Algérie. A la séparation de ses parents, elle doit abandonner ses études et trouver un travail. Elle devient animatrice d'une émission enfantine à Radio Alger. Par la suite, elle interprète des pièces de théâtre et des opérettes dans lesquelles elle chante sous la direction du chef d'orchestre Mustapha Skandrani. Encadrée par le maître Mohamed Jamoussi et Mahboub Bati, elle s'impose très vite comme l'une des plus grandes chanteuses algériennes de l'époque.

En 1959, elle part pour Paris pour une série d'enregistrements. La même année, elle épouse l'auteur compositeur interprète Kamel Hamadi rencontré à Radio Alger. Noura commence alors à collaborer avec différents musiciens dont El Habib Hachelaf qui adapte pour elle Ya rabi Sidi (Oh, mon dieu), dont Kamel Hamadi compose la musique.

Celle qui se veut la chanteuse de tous les Algériens interprète les thèmes traditionnels : le mariage avec Mebrouk el aêrs (Félicitations pour le mariage), l'amour avec Houa Houa (lui lui), mais aussi l'exil avec Gal el Menfi (le banni) et des préoccupations plus actuelles. Ahmed Wahby lui compose du moderne oranais (Asri) et son mari des chansons kabyles qu'ils chanteront ensemble. Noura et Kamel Hamadi incarnent le duo de la chanson algérienne des années soixante.

Après 1962, Noura retourne vivre en Algérie, mais vient fréquemment à Paris où elle côtoie beaucoup d'artistes français dont Juliette Gréco.

En 1965, elle sort un album entièrement en français où elle interprète Une vie de Michel Berger, et Paris dans mon sac de Kamel Hamadi.

En 1971, elle reçoit, en compagnie de Slimane Azem, un disque d'or qui couronne la vente de plus d'un million de disques chez Pathé Marconi, première distinction, à ce titre, d'artistes maghrébins en France.

/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_5108_jpg_/0_0.jpg
1 média

Non au délit de sale gueule ! / Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP). Paris, FranceMouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) (Paris, France)[-Entre 1990 et 2000]

5108 , [-Entre 1990 et 2000]  

Loi Pasqua / Mehaignerie: contrôle des facies. Non au délit de sale gueule ! Pas de contrôle aux facies. Coup d'arrêt à l'exclusion. Non à la loi Pasqua !

Contexte :
Immigration > Campagnes militantes et citoyennes > Droits > 1990-1999