Tiddukla nouvelle série / Association de culture berbère (ACB). 1984-1996

 

Dans l'éditorial de son numéro 3, Tiddukla se présente comme « une publication à la fois culturelle et communautaire c'est à dire tentative de réinterpréter [l']héritage culturel et historique [de la communauté d'origine maghrébine en France] dans le cadre de la société française » et comme « un outil indispensable à son expression culturelle ».

La revue consacre dans chaque numéro un dossier à des questions de société portant sur le Maghreb ou la communauté maghrébine en France : école, médias, citoyenneté, religion... Plusieurs pages sont dédiées à l'art et la culture (musique, poésie, théâtre, photographie, littérature ou cinéma) et présentent des œuvres, des portraits ou interviews d'artistes. Des articles sont aussi consacrés à la langue berbère, son enseignement et sa pratique. Une rubrique relate la vie et les activités de l'ACB.

L'immigré : journal des jeunes immigrés / Jeunesse ouvrière chrétienne immigrée (JOC immigrée). Courbevoie1980-1981

 

L'immigré constitue l'organe de la section immigrée de la Jeunesse ouvrière chrétienne. Ses éditoriaux revendiquent l'égalité des droits des jeunes immigrés en France et dans leurs pays d'origine (validité des diplômes dans les deux pays, respect des deux cultures...). A travers ces articles et interviews, ce titre se veut le porte-parole des difficultés des jeunes immigrés notamment dans les lycées français et témoigne des engagements des jeunes membres des JOC dans les luttes contre les discriminations.

Tiddukla / Association de culture berbère (ACB). 1984

 

Ce périodique accorde une large place à la langue berbère et consacre de nombreux articles aux réflexions sur son enseignement, sa pratique en France, au Maroc et en Algérie, ainsi qu'à des études linguistiques et sociolinguistiques. Le périodique aborde plus largement des sujets liés aux pratiques culturelles berbères, à la situation des pays du Maghreb, et à l'immigration maghrébine en France. Y sont également publiées plusieurs poésies en français et berbère. Ce périodique présente enfin le programme des activités de l'ACB (analyse rédigée à partir du n°2).

La Voix du travailleur algérien / Fédération de France de l'Union des syndicats des travailleurs algériens. Paris1957-1962

 

Organe de la Fédération de France de l'USTA, La Voix du Travailleur traite de la situation des travailleurs, du syndicalisme et de l'économie algérienne ainsi que celle des émigrés algériens en France. Dans son premier éditorial, le journal se revendique comme attaché à la personne de Messali Hadj, tout en affirmant son indépendance politique. Le journal fournit de nombreuses informations sur l'organisation syndicale, les conditions de vie et de travail des travailleurs algériens immigrés en France.

La Voix du Travailleur algérien paraît tout d'abord mensuellement dans sa première année. Après la décimation du bureau de l'USTA par le FLN en décembre 1957, la parution paraît plus difficilement. Le n°8 de janvier 1958 est réduit à quatre pages et à une photographie. Par la suite, son redressement est difficile, le journal paraît en février à avril 1958 puis de manière plus espacée. A partir de mai 1958, le journal ne paraît qu'une à deux fois par ans (4 numéros pour l'année 1959, puis respectivement un numéro pour les années 1960, 1961et 1962). Sa parution correspond alors à des temps forts de la vie syndicale, ses numéros se limitent essentiellement au mois de mai pour faire un bilan des mobilisations de l'USTA du premier mai.