L'Ouvrier algérien en France : Organe central de l'Amicale générale des travailleurs algériens résidant en France / Amicale générale des travailleurs algériens résidant en France. Paris1957-1962

1957-1962  

BDIC : F P 268 rés { vol. 1, n° 1, 1957 - n° 7, mar-1962 }

BnF, site François-Mitterrand : Rez-de-jardin - magasin FOL- LC12- 493 { année 1, n° 1 (1957, août)-année 2, n° 6 (1958, juil.) ; année 4, n° 4 (1960, déc.) ; n° spécial (1962, 5 juil.) }

Contexte :
1951-1960 > 1957
/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_026/FRGNQ_PH_002_026_147_jpg_/0_0.jpg
35 médias

Noura

1960-1990  

De son vrai nom Fatma Zohra, Noura est née en 1942 à Cherchell en Algérie. A la séparation de ses parents, elle doit abandonner ses études et trouver un travail. Elle devient animatrice d'une émission enfantine à Radio Alger. Par la suite, elle interprète des pièces de théâtre et des opérettes dans lesquelles elle chante sous la direction du chef d'orchestre Mustapha Skandrani. Encadrée par le maître Mohamed Jamoussi et Mahboub Bati, elle s'impose très vite comme l'une des plus grandes chanteuses algériennes de l'époque.

En 1959, elle part pour Paris pour une série d'enregistrements. La même année, elle épouse l'auteur compositeur interprète Kamel Hamadi rencontré à Radio Alger. Noura commence alors à collaborer avec différents musiciens dont El Habib Hachelaf qui adapte pour elle Ya rabi Sidi (Oh, mon dieu), dont Kamel Hamadi compose la musique.

Celle qui se veut la chanteuse de tous les Algériens interprète les thèmes traditionnels : le mariage avec Mebrouk el aêrs (Félicitations pour le mariage), l'amour avec Houa Houa (lui lui), mais aussi l'exil avec Gal el Menfi (le banni) et des préoccupations plus actuelles. Ahmed Wahby lui compose du moderne oranais (Asri) et son mari des chansons kabyles qu'ils chanteront ensemble. Noura et Kamel Hamadi incarnent le duo de la chanson algérienne des années soixante.

Après 1962, Noura retourne vivre en Algérie, mais vient fréquemment à Paris où elle côtoie beaucoup d'artistes français dont Juliette Gréco.

En 1965, elle sort un album entièrement en français où elle interprète Une vie de Michel Berger, et Paris dans mon sac de Kamel Hamadi.

En 1971, elle reçoit, en compagnie de Slimane Azem, un disque d'or qui couronne la vente de plus d'un million de disques chez Pathé Marconi, première distinction, à ce titre, d'artistes maghrébins en France.

Peintures et dessins

 

Vieille Bretonne, île de Bréhat, 1925, huile sur toile, de Boris Grigorieff*.

Fillette bretonne, fillette prenant son petit-déjeuner, vers 1909-1910, huile sur carton, de Mela Muter*.

The White House, Concarneau, [1925-1935], aquarelle sur papier, de Romilly Traden*.

Le Port d'Audierne, 1932, huile sur bois, d'Alexis Gritchenko*.

Carnet, 1928, 48 dessins sur 46 feuillets de paysages et scènes de vie de Ploumanach et de Trégastel, de Georges Hanna Sabbagh*.

Le Port de Camaret, sd, huile sur toile, de Jan Zrzavy*.

Escalier allant vers le quai à Douarnenez, 1930, huile sur contre-plaqué, de Kamesuke Hiraga*.

La Place de Rennes, 1934, huile sur toile, de Robert Liebknecht*.

Quiberon, 1974, mine de plomb sur papier, de Vera Pagava*.

Contexte :
Pouvoirs, administrations et établissements centraux > Établissements publics nationaux > Musées > Centre Pompidou, Musée national d'art moderne

Llibert Tarrago

 

Conservé au domicile de détenteur (Saint-Maurice-es-Allier, Puy-de-Dôme), ce fonds est divisé en deux parties : la première concerne ses activités en tant que délégué de Triangle bleu et la deuxième son parcours plus personnel de fils de déporté. Outre des objets personnels, cette deuxième partie inventorie également ses travaux de recherche réalisés dans le cadre de son projet de thèse L'exil clandestin en France entre 1946 et 1948, des femmes venues de Catalogne pour retrouver leur époux réfugié de la guerre d'Espagne, sous la direction de B. Vincent.

Contexte :
Fonds documentaires

Section Police générale

 

Contrôle de la vie associative : dossiers d'associations (loi 1901) dissoutes de l'arrondissement de Boulogne-Billancourt (déclaration de constitution, statut initial et modifications, liste de membres, procès-verbaux de réunion, enquêtes de police, demandes d'agrément ou de subvention, autorisation de fusion d'associations, déclaration de dissolution).