Le foyer « Guy Houist », (Rennes, Ille-et-Vilaine)

  • Présentation du contenu :

    Le foyer de travailleurs migrants « Guy Houist », du nom de l'architecte rennais à l'origine de nombreux aménagements urbains en faveur d'un logement sain pour tous, est construit au début des années 1970 par l'office municipal de la ville de Rennes. Il ouvre en 1974. En quelques mois seulement, il se transforme pour devenir un « centre provisoire d'hébergement » (CPH), tout en continuant de loger des travailleurs migrants. A partir de 1975, le foyer « Guy Houist » accueille une importante communauté d'Asie du Sud-Est, dans le cadre du dispositif national coordonné par l'association France Terre d'Asile. Entre 1975 et 1980, 1116 personnes du sud-est asiatique résident pendant quelques mois ou quelques années au foyer. Des mesures d'aide sont mises en place, parfois difficilement : restauration, soins médicaux, scolarisation des enfants& Les familles, par souci d'insertion, sont rapidement relogées dans des HLM dispersés dans toute la ville de Rennes afin d'éviter un regroupement ethnique. Par la suite, le foyer « Guy Houist » s'ouvre à d'autres populations de réfugiés. Aujourd'hui, le foyer est toujours actif sous la dénomination de Cada (Centre d'accueil des demandeurs d'asile).

  • Sources complémentaires :

    Association Génériques, exposition sur l'immigration en Bretagne et en Normandie

  • Bilbiographie :

    Luc Mainguy « L'accueil des « boat people » à Rennes entre 1975 et 1985 », dans Hommes & migrations n°1234, « France, Terre d'Asie », Paris, 2001.

  • Notes :

    De très nombreux sujets de recherche en sciences sociales ont été menés sur la communauté du sud-est asiatique à Rennes et sur le foyer « Guy Houist » en particulier. Pour les travaux antérieurs à 2005, la liste exhaustive est consultable dans le rapport de l'Addras rédigé par Anne Y. Guillou, Anne Morillon et Pôleth Wadbled, Observatoire des Migrations en Bretagne, 2005.

  • Mots-clés