Protection et surveillance des établissements travaillant pour la défense nationale.

  • Cote :

    1 M 88

  • Date :

    1914-1919

  • Autres données descriptives :

    [Scierie Chaux, fournisseur du bois destiné à la fabrication des fusils de l'armée, employant cent ouvriers dont dix réfugiés belges (22 mars 1916) ; lettre de l'attaché militaire à la légation française de Buenos-Aires sur l'embauche d'ouvriers étrangers suspects pour les usines françaises (12 décembre 1916) ; information transmise par le responsable français des services de renseignements russes au Danemark sur l'engagement, par une société allemande, de quatre Danois cherchant à se faire embaucher dans les usines de munitions françaises (8 février 1917) ; demandes de renseignements sur les Austro-Allemands, les Bulgares et les Turcs employés dans les usines travaillant pour la défense nationale : état néant pour Périgueux, deux Allemands naturalisés français pour Bergerac (février 1917) ; renseignements sur des Danois cherchant à se faire embaucher dans les usines de munitions (19 mai 1917) ; note du préfet de la Gironde signalant la présence, à la poudrerie de Bergerac, de la maîtresse d'un Autrichien interné en Corse (9 juillet 1917) ; note sur un Russe et un Polonais ayant travaillé aux papeteries d'Auvergne de Giroux à Olliergues (29 décembre 1917) ; rapport du commissaire de police de Bergerac sur les prisonniers de guerre travaillant dans les ateliers de la poudrerie nationale (30 janvier 1918) ; rapport de gendarmerie sur les mesures de surveillance du personnel étranger (espagnol) sur les chantiers de construction d'une usine hydroélectrique à Mauzac (12 mars 1918).]