Groupe d'études et d'action socialiste tunisien (GEAST) ou « Perspectives » / Mouvement Amel Tounsi / L'Organisation du travailleur tunisien (OTT)

  • Date :

    1963-1979

  • Présentation du contenu :

    Le Groupe d'études et d'action socialiste tunisien (GEAST) est né au sein de la section de Paris de l'Union générale des étudiants de Tunisie (UGET-Paris). En marge des débats idéologiques qu'animaient les deux courants politiques principaux (les communistes du PCT et les trotskistes), il invite la communauté estudiantine tunisienne à s'intéresser à ce qui se passe au pays

    [« A chaque fois qu'un événement grave survenait en Tunisie, nous appelions à un rassemblement au 115 boulevard Saint-Michel », témoignage de Noureddine Ben Kadher, entretien avec Michel Camau et Vincent Geisser, Tunis, avril 2002, extrait de l'ouvrage Habib Bourguiba. La trace de l'héritage, Paris, Karthala, 2004.]

    . « Au départ, le groupe fondateur était composé de Ahmed Smaoui, Hachemi Jegham, Mohammed Charfi, Mohammed Mahfoud Khémais Chamari, Hassen Ouardani, Abdelhamid Mezghenni et Nourredine Ben Khader. Leur premier support a été le bulletin de la section Uget-Paris (El Ittihad). Ils s'y exerçaient à la rédaction et y développaient un discours rassembleur imposant la Tunisie comme dénominateur commun dont seul l'intérêt devait être l'objet de leur attention »

    [« A chaque fois qu'un événement grave survenait en Tunisie, nous appelions à un rassemblement au 115 boulevard Saint-Michel », témoignage de Noureddine Ben Kadher, entretien avec Michel Camau et Vincent Geisser, Tunis, avril 2002, extrait de l'ouvrageHabib Bourguiba. La trace de l'héritage, Paris, Karthala, 2004.]

    .

    Initialement, le projet de Perspectives« était d'accumuler des connaissances objectives suffisantes sur la situation du pays, de chercher à analyser et comprendre la société tunisienne. L'intention était clairement intellectuelle »

    [« A chaque fois qu'un événement grave survenait en Tunisie, nous appelions à un rassemblement au 115 boulevard Saint-Michel », témoignage de Noureddine Ben Kadher, entretien avec Michel Camau et Vincent Geisser, Tunis, avril 2002, extrait de l'ouvrageHabib Bourguiba. La trace de l'héritage, Paris, Karthala, 2004.]

    .

    Depuis sa création en 1963, le GEAST publie une revue en langue française qui s'intitule d'abordPerspectives pour une Tunisie meilleure puis Perspectives tunisiennes. Dès 1964, le GEAST souhaite l'implanter en Tunisie.

    A partir de 1967, le Groupe édite aussi une série de brochures portant le même nom que la revue.

    A partir de 1969, parallèlement à la revue Perspectives en français, le GEAST publie le journalEl Amel Tounsi (Le Travailleur tunisien)dont les premiers numéros, comportant quelques pages en français, sont rédigés en arabe tunisien par un ouvrier immigré en contact avec Perspectives.

    À la suite de l'arrestation, en mars 1968, de tous les dirigeants du GEAST ainsi que d'une centaine de militants puis de leur relaxe en mars 1970, de grands changements interviennent dans le Groupe. En 1970, Perspectives tunisiennes cesse de paraître. En 1972, le Groupe publie encore deux brochures écrites par quelques-uns de ses membres constitués en Comité d'Organisation Provisoire (COP). En revanche, la publication d'El Amel Tounsise poursuit jusqu'en 1974.

    Parallèlement aux mutations que connaît la Tunisie pendant les années 1970, le mouvement d'intellectuels activistes révolutionnaires devient plus revendicatif et plus populaire au sein du GEAST et aboutit à son éclatement ainsi qu'à la naissance du mouvement gaucho-populisteAmel Tounsi.

    Né en 1971 en prenant le nom du journal édité par le Groupe Perspectives, le mouvement Amel Tounsi (Travailleur tunisien) rompt avec les membres historiques de Perspectives en 1973. A partir de 1974 et jusqu'en 1979, l'Organisation du travailleur tunisien (OTT) reprend et poursuit la publication El Amel Tounsi comme une « nouvelle série ».

    Ce mouvement ne cesse de se radicaliser jusqu'à sa disparition à la fin des années 1970. Plusieurs de ses membres ont créé une nouvelle formation d'extrême gauche, le Parti ouvrier des communistes de Tunisie (POCT). La première génération des « anciens » de Perspectives s'est orientée rapidement vers la lutte pour la démocratie et les droits de l'homme ; elle a soutenu la création, en 1977, de la Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH)

    OTHMANI (Ahmed), BESSIS (Sophie).Sortir de la prison. Paris : La Découverte, 2002 (Cahiers libres), pp. 27-30.

    .

  • Mots-clés