/medias/customer_28/dictionnaire/Marianne-Cohn_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 1 média

Cohn, Marianne

  • Date :

    1922-1944

  • Notice historique :

    Marianne Cohn naît en 1922 à Mannheim en Allemagne, dans une famille d'universitaires de gauche. En 1934, la famille s'exile en Espagne, en passant dans un premier temps par Paris. En 1938, la guerre d'Espagne les contraint à l'exil en France. Les parents de Marianne sont internés au camp de Gurs (Pyrénées-Atlantique) quand elle et sa sœur sont prises en charge par les Éclaireurs israélites de France (EIF) et sont envoyées tout d'abord dans une ferme de l'Aveyron puis dans un centre du Tarn.

    Leurs parents les rejoignent à leur libération en mai 1941. C'est à cette période que Marianne Cohn se met au service du Centre de documentation de Simon Levitte et s'engage dans la Résistance. Elle suit le Centre à Grenoble et participe de septembre 1942 à janvier 1944 à la construction du Mouvement de jeunesse sioniste (MJS) et assume diverses tâches du service social du mouvement, notamment l'assistance sociale au service du placement d'enfants. Enfin, elle intègre le service du passage clandestin organisé par Emmanuel Racine, « Mola », à Aix-les-Bains. Lors d'un passage vers la Suisse, en mai 1944, elle est arrêtée puis exécutée.

  • Sources complémentaires :

    Concernant le camp de Gurs (Pyrénées-Atlantiques) :

    Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), fonds du Comité inter-mouvement auprès des évacués (CIMADE): H. Camp. Aide aux réfugiés, internés, évadés, prisonniers et sinistrés: camp d'internement en zone non-occupée et centres d'accueil [1940-1945]. Notice consultable dans Odysséo: http://odysseo.generiques.org/resource/a0113930192471t25l4

  • Références :

    2e Congrès mondial de la jeunesse juive de Jérusalem, Mouvements de jeunesse juifs dans le monde, Jérusalem, Organisation sioniste mondiale,[1963].

    Éclaireuses et éclaireurs israélites de France, L'EIF: revue des Éclaireurs israélites de France, Paris, EIF, [1924]-1982.

    Hersco Tsilla, « Le Mouvement de la jeunesse sioniste (MJS) », in : Autrement, «Mémoires/Histoire», 2006. Consultable en ligne sur Cairn : www.cairn.info/organisation-juive-de-combat--9782746709027-page-127.htm.

    Koehn Barbara, La Résistance allemande contre Hitler 1933-1945, Paris, Presses universitaires de France, 2003.

    Knopper Françoise, Ruiz Alain, Les résistants au IIIe Reich en Allemagne et dans l'exil, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1997.

    Ktorza Magali, « Marianne Cohn : je trahirai demain, pas aujourd'hui » in: Revue d'histoire de la Shoah, n° 161, septembre-décembre 1997.

    Levitte Simon, Le Sionisme, quelques pages de son histoire, Paris, Éditions des Cahiers juifs, 1936.

    Marcot François, « Les étrangers dans la Résistance en France » in : Vingtième Siècle, revue d'histoire, n°38, avril-juin 1993. Consultable en ligne sur Persée: www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1993_num_38_1_2691

    Marcot François (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Éditions Robert Laffont, 2006.

    Michel Alain, Les Éclaireurs israélites de France pendant la Seconde Guerre mondiale : septembre 1939-septembre 1944 : action et évolution, Paris, Éditions des EIF, 1984.

    Richet Catherine, « Organisation juive de combat » in: Autrement, revue d'histoire, Paris, 2006. Consultable en ligne sur Cairn : http://www.cairn.info/organisation-juive-de-combat--9782746709027.htm

  • Mots-clés