Foyer Romain Rolland à Saint-Denis (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

  • Date :

    1971

    1971-2015

  • Notice historique :

    Construit par la Sonacotra en 1971, au 93 avenue Romain Rolland à Saint-Denis, le foyer Romain Rolland est situé dans une tour de 13 étages et comportait 312 chambres individuelles. Dès son ouverture, les Maghrébins y constituent la majorité des résidents, suivis des Africains subsahariens. Ce foyer s'inscrit dans les programmes de la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs (Sonacotra), créée en 1956 pour répondre aux problèmes de l'habitat insalubre des travailleurs, pour la plupart étrangers, résidant en France.

    Ce foyer-hôtel est souvent présenté, à tort, comme le précurseur de la grève des loyers qui, dans les années 1970, oppose les résidents des foyers à la hausse des loyers menée par la Sonacotra pour combler son déficit. Dès 1969, en effet, c'est un autre foyer de Saint-Denis le foyer Pinel, géré par l'Association d'aide aux travailleurs africains qui a connu une importante mobilisation, suivi en 1973 par deux foyers de la Sonacotra à Bobigny, et en 1974 par quatre autres foyers de la banlieue nord. Le foyer Romain Rolland ne rejoint la grève qu'en février 1975: la Sonacotra venait d'informer les résidents d'une nouvelle hausse des loyers qui passaient de 236 à 251 francs par mois, soit 21% du SMIC de l'époque. En janvier 1976, 52 des 275 foyers de la Sonacotra ne perçoivent plus de loyers.

    L'originalité du mouvement qui prend place au foyer Romain Rolland réside dans son niveau de structuration et de politisation, le refus initial des résidents de s'acquitter de hausses jugées abusives se transformant en un rapport de force entre une population migrante silencieuse, peu organisée et reléguée, et un puissant organisme gestionnaire. Dès 1975, les locataires décident de verser leurs loyers non majorés en caution auprès d'un avocat du Groupe d'information et de soutien des immigrés, le Gisti, Christian Bourguet. Le mouvement reçoit aussi le soutien de militants communistes de Saint-Denis, des syndicats, de la Cimade et de l'Action catholique.

    Une délégation de travailleurs migrants de Saint-Denis accompagnée du maire-adjoint, René Lorioz, est reçue en mars 1975 par le Secrétaire d'État chargé des travailleurs immigrés, Paul Dijoud. Un mois après, les résidents organisent l'élection de délégués chargés de négocier avec la direction les trois principales revendications: la baisse des loyers, la suppression du règlement intérieur qui entrave leurs libertés, et la reconnaissance des comités de résidents. Ces comités créés par la suite forment la base d'un comité de coordination, pierre angulaire de la contestation.

    Sous l'égide d'élus municipaux et de représentants de la CGT, la Sonacotra et les grévistes parviennent, le 8 avril 1975, à un accord prévoyant la mise en place d'un conseil élu de résidents par foyer, l'installation d'une cabine téléphonique et la mise en place de cours du soir. Ces mesures sont conditionnées à la reprise des paiements au 25 avril. Cependant, certains locataires ne s'acquittent toujours pas de leur loyer et la Sonacotra fait valoir l'article 9 du règlement intérieur pour procéder à leur expulsion. La lutte s'amplifie alors au niveau politique. Les résidents s'allient aux autres foyers de la Sonacotra de la Seine-Saint-Denis et du Val de Marne; la riposte est aussi portée sur un plan juridique sans succès pour remettre en cause la légitimité de la Sonacotra et de son gérant, alors Pierre Tardiff.

    Dès octobre 1975, la Sonacotra met en place une double stratégie, menant d'une part des négociations et engageant d'autre part des actions judiciaires pour obtenir des saisies sur salaires, l'expulsion des grévistes, voire leur reconduction aux frontières. Le 16 avril 1976, une opération policière lancée au foyer Romain Rolland se solde ainsi par l'expulsion du leader, Hamda Cherchari, un algérien âgé alors de 42 ans. À l'appel du PCF, le 20 avril 1976, une manifestation rassemble plusieurs milliers de personnes à Saint-Denis pour dénoncer ces méthodes.

    Progressivement, le mouvement gagne en autonomie. En octobre 1975, les grévistes s'éloignent de la CGT, accusée d'ingérence dans leur lutte et de diviser leur mouvement et dénoncent l'instrumentalisation de la lutte par les mouvements politiques français. Dans le même temps, les grévistes reçoivent le soutien de mouvements comme l'Association des Marocains de France et le Comité des travailleurs espagnols.

    Outre son niveau de structuration et de politisation, le mouvement du foyer Romain Rolland se caractérise par sa longueur: en juillet 1980, 40% des résidents poursuivent encore le mouvement. La composition, inchangée tout au long de la crise, du comité de coordination (7 Algériens dont le président Hamda Cherchari, 2 Maliens et un Français) a facilité cette persistance du conflit, qui s'essouffle sans voir aboutir les revendications initiales, même après l'arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981.

    Cette grève reste fondatrice dans la prise d'autonomie militante des travailleurs isolés. Le non-paiement du loyer demeure l'un des principaux moyens d'action pour obtenir des améliorations matérielles dans les foyers.

    La Sonacotra prend en 2007 le nom d'Adoma. En 2013, le relogement des 319 résidents du foyer Romain Rolland dans les résidences sociales de la commune a débuté, dans la perspective de la démolition du foyer, au titre de la rénovation urbaine, prévue en 2015.

  • Sources complémentaires :

    Sources d'archives

    ●Archives municipales de Saint-Denis

    306W7, Foyer de travailleurs migrants, intervention de la municipalité pour dénoncer les conditions de logement des travailleurs dans les foyers (1964-1975).

    3Fi42/117, Sonacotra Allende, élection par les travailleurs immigrés de leur 1er comité de résidents (9 mai 1976, photographie).

    Bulletin d'information municipal de la ville de Saint-Denis, du n°14 de mai 1975 au n°54 de décembre 1980.

    ●Archives départementales de la Seine-Saint-Denis

    1505W212, Dossier d'expulsion des foyers SONACOTRA.

    1801W225, Foyers de travailleurs migrants.

    1801W226, Grèves dans les foyers.

    1801W227, Notes sur les logements immigrés.

    1801W229, Direction départementale de l'équipement: carte des foyers de travailleurs migrants et cités de transit en Seine-Saint-Denis (1er janvier 1973).

    1141W27, Situation dans les foyers en septembre 1979.

    1150W7, Habitat insalubre, foyer de migrants.

    1150W13, Étrangers: liste, état des foyers du département.

    1712W66, Direction de l'administration générale; 1er, 2e et 4e bureaux.

    434W20, Bureau du logement et des affaires foncières.

    ●Archives nationales

    20050150/76, Foyer de travailleurs migrants avenue Romain Rolland à Saint-Denis, situation: correspondance sur les problèmes dans le foyer (1977-1984).

    20060629/303, Culture; Direction de l'architecture et du patrimoine; Mission à l'ethnologie (1978-2004). Construction et enjeux d'une histoire du quartier Franc-Moisin à Saint-Denis, Association Inter Se Disputando (ISD)(n°96IF75).

    N° CNV: 376/1989, Santé ; Direction de la recherche, de l'évaluation, des études et des statistiques ; Mission recherche (1982-1995). Joubert, Michel Bertolotto, Fernando, Quartier-Santé, projet santé Franc-Moisin, Bel'air: analyse sociologique et approche communautaire des besoins et des pratiques de santé des familles et des jeunes sur un quartier d'habitat social. Organisme gestionnaire: Ville de Saint-Denis.

    ●Association des Marocains de France (AMF)

    Fonds d'archives. Activités, communiqués de presse (notamment sur la grève des résidents des foyers Sonacotra, foyer Romain-Rolland) (1963-1979). Odysséo, des ressources pour l'histoire de l'immigration : http://odysseo.generiques.org/resource/a011393020507l563sq.

    ●Groupe d'information et de soutien des immigrés (GISTI)

    Collection numérisée d'affiches. Mouvement des résidents des foyers Sonacotra dans les années 1970. Odysséo, des ressourcespourl'histoiredel'immigration: http://odysseo.generiques.org/resource/a011378290810dlxs48/a0113757070834gdbx5.

    ●Comité de coordination des foyers Sonacotra en lutte (CCFSL)

    Collection numérisée de périodiques (1976-1978). Odysséo, des ressources pour l'histoire de l'immigration: http://odysseo.generiques.org/resource/a011378301568f4h9z7.

    ●Génériques

    Saïd Bouziri, fonds d'archives.

    Génériques, collection numérisée d'affiches.

    Sources imprimées

    «La justice se penche sur les condition de sécurité des foyers Sonacotra», Libération, 3 août 1977.

  • Références :

    Bibliographie

    AA. Vv. (dir.),«Immigration: trente ans de combat par le droit», Plein droit, n°53-54, 2002, 80p.

    Aa. Vv., Histoire et mémoire des immigrations en région Île-de-France,2 vol., Paris, ACSÉ, CMMC, URMIS, Génériques, 2008, 727p.

    BERNARDOT Marc, «Chronique d'une institution: la Sonacotra' (1956-1976)», Sociétés Contemporaines, n°33-34, 1999, pp.39-58.

    FIEVET Michel, Le livre blanc des travailleurs immigrés des foyers: du non-droit au droit, Paris, L'Harmattan, 1999, 272p.

    GINESY-GALANO Mireille, Les immigrés hors la cité: le système d'encadrement des foyers (1973-1982), Paris, L'Harmattan, 1984, 396 p.

    HMED Choukri, Loger les étrangers «isolés» en France. Socio-histoire d'une institution d'Etat: la Sonacotra (1956-2006), Thèse de sciences politiques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2006, 669p.

    HMED Choukri, «Contester une institution dans le cas d'une mobilisation improbable: la"grève des loyers" dans les foyers Sonacotra dans les années 1970», Sociétés contemporaines, n°65, 2007, pp.55-81.

    LILLO Natacha, dir.,Histoire des immigrations en Île-de-France de 1830 à nos jours, Paris, Publibook , 2012, 220p.

    PITTI Laure, «Travailleurs de France, voilà notre nom. Les mobilisations des ouvriers étrangers dans les usines et les foyers durant les années 1970», Migrance, n°25, 2005, pp.50-67.

    QUIMINAL Catherine, Gens d'ici, gens d'ailleurs : migrations Soninké et transformations villageoises, Paris, Bourgois, 1991, 222p.

    SAYAD Abdelmalek, «Qu'est-ce qu'un immigré?», Problèmes méditerranéens, n°7, 1979, pp.3-23.

    SAYAD Abdelmalek, «Un logement provisoire pour des travailleurs "provisoires"», Recherche sociale, n° 73, 1980, pp3-31.

    VIET Vincent, «La politique du logement des immigrés (1945-1990)», Vingtième Siècle, n°64, 1999, pp.91-103.

    MORDILLAT Gérard, JACQUET Frédérique, Douce banlieue, Éditions de l'Atelier, 2005, 272p.

    Webographie

    Courrier de l'Atlas, propos recueillis par Amélie Duhamel, 28 avril 2010, «16 avril 1976: rafles policières dans les foyers Sonacotra», URL: http://www.millebabords.org/spip.php?article14069 (consulté le 13 mai 2015).

    TROUILLET Caroline, 9 septembre 2013, «La grève des Sonacos», Afriscope, URL : http://www.afriscope.fr/La-greve-des-Sonacos (consulté le 13 mai 2015).

    «Les Sonacos ou la grève des loyers des résidents des foyers Sonocotra», publié le 26 juin 2013 par l'association Génériques dans Odysséo, URL: http://odysseo.generiques.org/Actualites/p14/Les-sonacos-ou-la-greve-des-loyers-des-residents-des-foyers-Sonacotra (consulté le 13 mai 2015).

    23 juin 2011, «Vingt ans après. Entretien avec Assane Ba», Vacarne, 16, URL: http://www.vacarme.org/article115.html (consulté le 13 mai 2015).

    CHOUKRI Hmed, «Sonacotra cédera!», Revue Agone, 40, 2008, URL: http://revueagone.revues.org/57 (consulté le 13 mai 2015).

    Tract du foyer Romain Rolland de Saint-Denis, Camarades, 1, avril-mai 1976, p. 38, URL: http://archivesautonomies.org/spip.php?article974 (consulté le 13 main 2015).

    Photographiesd'ArmandBorlant,URL: http://www.borlant.fr/p932666244/h3BBB1F99#h3a08774c (consulté le 13 mai).

  • Légende/crédits :

    Légendes des documents numériques associés

    Doc. 1 : Auteur inconnu, La Cité de logement social, cité Romain Rolland, Tirage photographique, 18x24, ca. 1970, Archives municipales de Saint-Denis, 3Fi42/2.

    Doc. 2 : Pierre Douzenel, Prise de position politique, Tirage photographique, 2,4 x 3,6, avril 1969, Archives municipales de Saint-Denis 14Fi2168/1.

    Doc. 3 : Pierre rousseau, La «Cité de logement social, cité Romain Rolland», Photographie d'urbanisme, 2,4 x 3,6 , 1997, Archives municipales de Saint-Denis, 551W66/25.

  • Mots-clés