Bacicurinski, Aron

  • Date :

    1908-1944

  • Notice historique :

    Bacicurinski, Aron dit François. Médecin et résistant roumain (Russie, 1908-Auschwitz, Pologne, 1944). Aron Bacicurinski est né en Bessarabie, une province russe devenue roumaine à la fin de la Première Guerre mondiale. Militant communiste, il est contraint de quitter la Roumanie avec sa sœur Liuba et sa femme qui s'appelle également Liuba. Réfugié en France, il entreprend des études de médecine. Devenu médecin, il exerce à Vincennes où il vit avec sa femme et sa sœur. Peu après la déclaration de guerre, en septembre 1939, il s'engage dans l'armée française. Après sa démobilisation au début de l'été 1940, il regagne Paris. Il est alors l'un des dirigeants du groupe de langue roumaine de la Main-d'œuvre immigrée (MOI). Au début de l'année 1942, devant les menaces d'arrestation qui pèsent sur les juifs roumains, Aron Bacicurinski, sa femme et sa sœur entrent dans la clandestinité. Aron Bacicurinski crée le service sanitaire des Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d'oeuvre immigrée (FTP-MOI) à Paris. Sa femme Liuba est à ses côtés pour soigner les combattants blessés. Sa sœur devient agent de liaison dans le deuxième détachement des FTP-MOI parisiens dont fait aussi partie son mari Iancu Silberman, un ancien des Brigades Internationales. Repérée par la police française fin mai 1943, Liuba Bacicurinski est arrêtée le 2 juillet. Aron et son épouse sont arrêtés à leur tour en se rendant chez elle où la police a installé une souricière. Après avoir été interrogés, ils sont envoyés à Drancy. Ils sont déportés peu après à Auschwitz où ils disparaissent tous les trois.

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Courtois Stéphane, Peschanski Denis, Rayski Adam, Le sang de l'étranger. Les immigrés de la MOI dans la Résistance, Paris, Fayard, 1989

    Diamant David, Combattants, héros et martyrs de la Résistance, Paris, Renouveau, 1984

    Holban Boris, Testament, après quarante-cinq ans de silence, le chef militaire des FTP-MOI de Paris parle, Paris, Calmann-Lévy, 1989

  • Auteur de la notice :

    Grégoire GEORGES-PICOT

  • Mots-clés