Grzywacz, Schloïme

  • Date :

    1909-1944

  • Notice historique :

    Grzywacz, Schloïme (Wolomin, Pologne, 1909-Mont-Valérien, Suresnes, 1944). Ouvrier cordonnier et militant du Parti communiste, Schloïme Grzywacz arrive à Paris en 1936 après avoir passé cinq ans dans les prisons polonaises. Il s'engage dans les Brigades Internationales dès leur création à l'automne 1936. A la fin de la guerre d'Espagne, de retour en France, il est interné au camp de Gurs puis à celui d'Argelès-sur-Mer dont il s'évade en 1940. Revenu à Paris, il participe au mouvement syndical clandestin et organise des actions de sabotage dans les ateliers de fourrure dont la production est destinée à l'armée allemande. En août 1942, il rejoint le deuxième détachement des Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) à Paris: composé de combattants qui viennent de la section juive de la MOI, cette unité est surnommée le «détachement juif». Après le démantèlement de cette unité par la police parisienne en juin 1943, Schloïme Grzywacz rejoint le «détachement des dérailleurs» commandé par Joseph Boczor. Il est arrêté par la police française en novembre 1943 avec la plupart des membres de ce détachement. Livré aux Allemands, il est condamné à mort par la cour martiale du tribunal allemand auprès du commandant du Grand Paris en février 1944 et fusillé le 21 février au Mont-Valérien avec 21 combattants FTP-MOI.

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Diamant David, Combattants, héros et martyrs de la Résistance, Paris, Renouveau, 1984

    Holban Boris, Testament, après quarante-cinq ans de silence, le chef militaire des FTP-MOI de Paris parle, Paris, Calmann-Lévy, 1989

    Pages de gloire des 23, Paris, Comité français pour la défense des immigrés, 1951

  • Légende/crédits :

    Auteur de la notice

    Grégoire GEORGES-PICOT

  • Mots-clés