Calin, Ion alias Nicolas Stanescu

  • Date :

    Sans date

  • Notice historique :

    Calin, Ion alias Nicolas Stanescu (né en Roumanie-mort en déportation). Membre du Parti communiste roumain, Ion Calin combat dans les Brigades Internationales pendant la guerre civile en Espagne. Après la défaite des Républicains, il se réfugie en France où il est interné au camp d'Argelès-sur-Mer. Le 27 mars 1941, il s'évade avec un groupe de Roumains, anciens des Brigades Internationales au cours de leur transfert en train d'Argelès-sur-Mer vers le camp du Vernet en Ariège. Il gagne alors Paris et entre dans l'Organisation Spéciale (OS) du Parti communiste qui réalise les premières actions armées contre l'occupant au début de l'été 1941. A partir du printemps 1942, il fait partie du premier détachement des Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI). A la fin de cette année, il est détaché au service des cadres de la MOI où il devient l'adjoint de Radislav Holdos en charge du recrutement des combattants. Tous deux sont arrêtés le 4 février 1943 et déportés en Allemagne. Seul Radislav Holdos revient des camps.

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Courtois Stéphane, Peschanski Denis, Rayski Adam, Le sang de l'étranger. Les immigrés de la MOI dans la Résistance, Paris, Fayard, 1989

    Holban Boris, Testament, après quarante-cinq ans de silence, le chef militaire des FTP-MOI de Paris parle, Paris, Calmann-Lévy, 1989

  • Auteur de la notice :

    Grégoire GEORGES-PICOT

  • Mots-clés