Glasz, Emeric

  • Date :

    1902-1944

  • Notice historique :

    Glasz, Emeric (Budapest, 1902-Mont-Valérien, Suresnes, 1944). Emeric Glasz arrive en France en 1937 où il travaille comme ouvrier mécanicien. Lorsque la guerre éclate, il s'engage dans l'armée française et rejoint le 23ème régiment de volontaires étrangers. Après sa démobilisation en 1940, il revient à Paris. Dès 1941, il fait partie de l'Organisation Spéciale (OS) mise en place par le Parti communiste pour protéger ses militants et entreprendre les premières actions de résistance armée. L'année suivante, il rejoint le premier détachement des Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) à Paris. Il combat au sein de cette unité composée de Hongrois et de Roumains puis est affecté au quatrième détachement, le «détachement des dérailleurs», dont il commande une équipe jusqu'à son arrestation à Paris le 17 novembre 1943 par la police parisienne qui le remet aux Allemands. Condamné à mort par la cour martiale du tribunal allemand auprès du commandant du Grand Paris en février 1944, il est fusillé le 21 février au Mont-Valérien avec 21 combattants FTP-MOI.

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Courtois Stéphane, Peschanski Denis, Rayski Adam, Le sang de l'étranger. Les immigrés de la MOI dans la Résistance, Paris, Fayard, 1989

    Diamant David, Combattants, héros et martyrs de la Résistance, Paris, Renouveau, 1984

    Holban Boris, Testament, après quarante-cinq ans de silence, le chef militaire des FTP-MOI de Paris parle, Paris, Calmann-Lévy, 1989

    Pages de gloire des 23, Paris, Comité français pour la défense des immigrés, 1951

  • Légende/crédits :

    Auteur de la notice

    Grégoire GEORGES-PICOT

  • Mots-clés