Fontanot, Spartaco

  • Date :

    1922-1944

  • Notice historique :

    Fontanot, Spartaco, antifasciste et résistant italien (Monfalcone, Trieste 1922-Mont-Valérien, Suresnes 1944). Ses parents, antifascistes, sont obligés de fuir l'Italie. Spartaco Fontanot est alors âgé de deux ans. La famille s'installe à Nanterre. Au début de l'occupation, il est ajusteur mécanicien et suit les cours du soir de l'Ecole des Arts et Métiers à Paris pour devenir ingénieur. Suspecté d'activités communistes, il est arrêté avec ses parents en septembre 1942 puis relâché peu après. En mars 1943, il rejoint les groupes de Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) à Paris : il est tout d'abord dans le troisième détachement dont la majorité des combattants sont italiens avant d'être recruté pour « l'équipe spéciale » chargée des opérations les plus audacieuses. Spartaco Fontanot fait ainsi partie de l'équipe chargée d'abattre le général allemand Schaumburg, commandant du Grand Paris. L'attentat échoue. Spartaco Fontanot est arrêté par la police française le 13 novembre 1943 et livré aux Allemands. Il est condamné à mort par la cour martiale du tribunal allemand auprès du commandant du Grand Paris en février 1944 et fusillé le 21 février au Mont-Valérien avec 21 combattants FTP-MOI.

  • Sources complémentaires :

    SOURCES D'ARCHIVES PUBLIQUES

    Centre historique des archives nationales (CHAN, Paris) : sous-série F1c « ministère de l'Intérieur, esprit public », cote F1cI/214.

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Courtois Stéphane, Peschanski Denis, Rayski Adam, Le sang de l'étranger. Les immigrés de la MOI dans la Résistance, Paris, Fayard, 1989

    Holban Boris, Testament, après quarante-cinq ans de silence, le chef militaire des FTP-MOI de Paris parle, Paris, Calmann-Lévy, 1989

    Laroche Gaston, On les nommait des étrangers. Les immigrés dans la résistance, Paris, Editeurs Français Réunis, 1965

    Pages de gloire des 23, Paris, Comité français pour la défense des immigrés, 1951

  • Légende/crédits :

    Auteur de la notice

    Grégoire GEORGES-PICOT

  • Mots-clés