Ralaimongo, Jean

  • Date :

    1884-1944

  • Notice historique :

    Ralaimongo, Jean (Antoebe, Madagascar, 1884-1943). Né à Antoebe (Madagascar), cet ancien élève de la mission protestante, instituteur en 1903, engagé volontaire en 1916, décide de rester en France après la guerre. En contact avec la franc-maçonnerie et la Ligue des Droits de l'homme, Jean Ralaimongo fonde en 1919, avec son compatriote Samuel Stéfany, la Ligue pour l'accession des indigènes de Madagascar aux droits de citoyen. Dans le même temps, il écrit dans L'Action Coloniale, journal qui milite pour le « respect de la mission civilisatrice de la France », pour une mise en valeur des colonies et pour la citoyenneté accordée aux « indigènes ». Là, il côtoie les « indigénophiles » français et les colonisés de tout l'Empire, en particulier René Maran, Kojo Tovalou ou Nguyen Ai Quoc, le futur Ho Chi Minh. C'est ainsi que de juillet à décembre 1921, il se rend à Madagascar. Les résultats de son enquête sont publiés dans L'action Coloniale et dans Le Paria. Alors que Jean Ralaimongo est déjà réinstallé à Madagascar, sort à Paris en mai 1923 le premier numéro du journal Le Libéré, dont il est le directeur. A partir de là, Jean Ralaimongo va mener son action sur deux continents, luttant à Madagascar et militant par l'intermédiaire de son fils Samuel Ralaimongo, dans les organisations noires basées à Paris. Avant de mourir, à 59 ans, Ralaimongo constate l'échec de l'assimilation, quel que soit le régime politique. Ceci le mène à demander l'indépendance.

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Dewitte Philippe in Presse et Mémoire, catalogue de l'exposition « France des étrangers, France des Libertés », éditions Mémoire Génériques, 1990, p. 127.

  • Légende/crédits :

    Auteur de la notice

    Philippe DEWITTE

  • Mots-clés