Missakian, Scharvach

  • Date :

    1884-1957

  • Notice historique :

    Missakian, Scharvach. Publiciste et journaliste arménien (Arménie, 1884-Paris, 1957). Schavarch Missakian a commencé dès seize ans une brillante carrière de publiciste et de militant de la Fédération révolutionnaire arménienne (FRA, ou parti dachnak), collaborant aux principaux journaux dachnaks de Constantinople. En 1911, il prend en charge la rédaction du journal Haratch (En avant) de la ville d'Erzeroum, située à l'est de l'Anatolie sur le plateau arménien, avant de revenir à Constantinople. Le 24 avril 1915, il échappe à la grande rafle des intellectuels et notables arméniens qui marque le début du génocide, réussit un temps à transmettre des informations sur les évènements via la Bulgarie, puis est finalement arrêté, torturé, jugé par une cour martiale, avant de devoir son salut à l'armistice. La guerre terminée et Constantinople placée sous occupation alliée, Missakian reprend ses doubles activités de responsable politique au sein de la FRA et de rédacteur. Mais après l'entrée triomphale de Mustafa Kémal à Constantinople en novembre 1922, il part à Sofia, puis s'installe en France en 1924. En 1925, Missakian refonde à Paris le journal Haratch, d'obédience dachnak, qu'il dirigera jusqu'à sa mort en 1957 (après avoir décidé d'en suspendre la parution en 1940, et ce, jusqu'à la Libération). Premier quotidien arménien en Europe, Haratch aspirait à entretenir la conscience nationale au sein des communautés dispersées, à faire vivre la langue et à développer la culture arménienne, en attendant le retour dans la patrie libérée. Car la vie en exil était alors pensée comme un phénomène temporaire.

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Mouradian Claire in Presse et Mémoire, catalogue de l'exposition «France des étrangers, France des Libertés», éditions Mémoire Génériques, 1990

  • Autre instrument de recherche :

    Liens

  • Légende/crédits :

    Auteur de la notice

    Claire MOURADIAN

  • Mots-clés